Navigation – Plan du site
notes de lecture

Catherine Kintzler, Penser la laïcité

Minerve, 2014
Sébastien Urbanski
Référence(s) :

Catherine Kintzler, Penser la laïcité, Paris : Minerve, 2014

Texte intégral

  • 1 Laborde, C. (2010). Français, encore un effort pour être républicains ! Paris : Seuil.

1Le nouveau livre de Catherine Kintzler se présente comme une réflexion rigoureuse sur le concept de laïcité. En même temps, l’avant-propos signale d’emblée que l’auteure est engagée. Mais cet engagement n’est pas seulement proclamé : il est à « penser de fond en comble » (p. 8). En définitive, on se trouve face à un livre vivant et exigeant à la fois, plutôt théorique (réflexions sur les concepts de liberté, de contrat, de rationalité, …), mais qui traite aussi de questions sensibles : port de « signes religieux ostensibles » à l’école et dans les universités, récupération de la laïcité par le Front National, voile intégral, etc. Cette mise à l’épreuve empirique est bienvenue, car on reproche souvent à C. Kintzler son côté trop spéculatif et philosophique : le républicanisme « classique » ne serait-il pas hérité d’un temps aujourd’hui révolu ? Véhiculerait-il, finalement, une forme de laïcisme1 ?

2On pourrait penser que le républicanisme classique à la française est une idée éteinte, récupérée aujourd’hui par des courants xénophobes et notamment anti-musulmans ; amendée dans le sens d’une « ouverture » à l’égard des expressions religieuses, notamment à l’école ; critiquée par des institutions internationales (Conseil de l’Europe, ONU) ; fortement relativisée par l’expérience de nombreux pays qui garantissent la liberté de conscience sans être à proprement parler laïques... Ainsi, loin de défendre un républicanisme mainstream dont il serait finalement assez facile de se réclamer, l’auteure défend un modèle de laïcité devenu en fait très minoritaire, du moins sur la scène politique. Comme il est très difficile de rendre compte des nombreux thèmes abordés dans l’ouvrage, la présente note se concentrera sur les rapports – consubstantiels, selon Kintzler – entre laïcité et enseignement.

3Dès le chapitre 1, l’analyse est très nuancée. L’auteure concède que dans certains pays non-laïques (Angleterre, Norvège, …), la liberté de conscience reste préservée. Mais elle soutient que le lien politique y a pour modèle le lien religieux. En France au contraire, le lien politique est auto-constituant : la foi et la loi sont toujours séparées. Pas de religion d’Etat comme en Angleterre, aussi tolérante soit-elle ; pas de In God we trust, aussi symbolique soit-il. Ceci pourrait paraître bien anecdotique. Mais, soutient Kintzler, le régime de toleration anglais est réellement fragile, notamment parce qu’il suppose qu’un travail critique soit effectué au préalable par les religions elles-mêmes : par exemple, celles-ci doivent « accepter de laisser leurs prétendus membres libres de dire et de faire ce qui est réprouvé par la communauté mais permis par la loi – par exemple, épouser qui ils veulent ou dire que Dieu n’existe pas » (p. 25). Au contraire, le concept de laïcité inclut en lui-même ce travail critique : il faut et il suffit de respecter la loi. En ce sens, il s’agit d’un concept immanent qui requiert un rapport réflexif de la pensée avec elle-même.

4C’est ici qu’un rapprochement peut être fait avec une théorie des savoirs scolaires. Selon Kintzler, le modèle politique de la toleration implique un enseignement basé sur le principe du doute de fluctuation : le tolérant hésite entre différentes positions mais ne doute pas qu’il y ait quelque part une « bonne position » capable de rétablir le sentiment d’évidence. Or, une idée ne se juge pas ultimement à sa conformité à une tradition ou à quelque autre récipient qui contiendrait la « bonne position ». A contrario, le modèle politique laïque encourage « une forme d’étrangeté des objets du savoir qui encourage la distanciation » (p. 178). La pensée est invitée à s’éprouver face à des objets d’abord tout à fait étrangers, mais appropriables car rationnels. Le doute, l’erreur, la maladresse sont alors la base sur laquelle la connaissance peut se former, la pensée se saisissant elle-même comme étant d’abord dans l’erreur, puis se constituant objectivement. Ainsi, s’il faut lire les classiques, ce n’est pas « parce qu’ils nous parlent de nous, mais précisément en ce qu’ils présentent comme pouvant être nôtres des expériences qui nous sont étrangères » (p. 191). La célèbre maxime de La Rochefoucauld selon laquelle « il y a des gens qui n’auraient jamais été amoureux s’ils n’avaient entendu parler de l’amour » illustre certes un phénomène qui nous concerne, mais plus encore, elle nous fait prendre conscience que c’est le détour par l’étrangeté, en l’occurrence la poésie, qui nous donne envie de faire l’expérience de l’amour telle qu’elle est décrite par de grands auteurs. C’est donc par la mise en présence de l’étrangeté, notamment à l’école, que se constitue la moralité de l’esprit laïque.

5De même, le concept de citoyenneté n’est efficace que s’il en pensé en termes d’éloignement : si l’immédiateté de sentiment fonde la fraternité communautaire, la fraternité citoyenne est fondée sur des principes. Encore une fois, le rapport aux savoirs scolaires éclaire cet idéal politique : « lorsqu’un enfant, dans une classe, comprend une proposition, il effectue l’opération dans la plus absolue solitude (il faut faire ces choses-là soi-même !) et il construit en même temps le concept d’autrui, son égal, en tant que ce dernier est capable d’effectuer la même opération » (p. 169). Ce minimalisme politique, associé à une théorie des savoirs scolaires, est peu compatible avec la valorisation de la « diversité » dans l’enseignement, mais il se distingue également d’un républicanisme communautaire prôné par exemple par R. Debray. 

  • 2 Les arguments de l’auteure s’opposant à une interdiction des signes religieux ostensibles en situat (...)

6On perçoit alors la force mais aussi la fragilité de la position de C. Kintzler. L’argumentation est très solide, l’idéal est séduisant, mais l’ensemble ne convaincra sans doute pas grand monde au sein des courants politiques dominants, en raison même de la formidable indépendance d’esprit qui caractérise l’ouvrage. Toutefois, on peut noter l’engagement de l’auteure en tant que « membre du groupe de réflexion et de propositions sur la laïcité auprès du Haut Conseil à l’intégration ». C. Kintzler a longtemps été opposée à l’interdiction des signes religieux ostensibles durant le travail universitaire (enseignement et recherche), mais les « témoignages nombreux très alarmants sur la déstabilisation de plus en plus fréquente du travail universitaire par des groupes militants à caractère religieux » (p. 69) l’ont conduite à changer d’avis. L’argument nous semble assez peu étayé, en tout cas si on le compare à la solidité du propos d’ensemble. Certes, toute attitude visant à contester a priori le travail universitaire est inacceptable. Mais il n’est pas sûr qu’un voile (une kippa, etc.) soit une « signalisation (…) dont la nature même se présente comme une volonté d’infléchir les conditions de la transmission et de l’élaboration du savoir » (p. 69). C’est sans doute pour cela que l’auteure expose clairement sa position comme un « ralliement » à la proposition du HCI, sans cacher son inconfort2. En tout cas, on ne pourra pas mettre cette position sur le compte d’une méconnaissance des religions, l’auteure développant une analyse subtile de la sécularisation et de la liberté religieuse, en insistant notamment sur le paradoxe qu’il y a à vouloir reconnaître institutionnellement les cultes alors que le statut de « membre » d’un culte est aujourd’hui très indéterminé.

7En somme, que l’on soit d’accord ou pas avec telle ou telle proposition, le livre de C. Kintzler offre une pensée vivante, rigoureuse, au service d’une idée exigeante et libératrice. L’auteure avance des arguments décisifs qui rendent vraiment difficile d’affirmer que le républicanisme classique à la française, associant laïcité et véritable instruction scolaire, est une conception « dépassée », « fermée », ou « dogmatique ».

Haut de page

Notes

1 Laborde, C. (2010). Français, encore un effort pour être républicains ! Paris : Seuil.

2 Les arguments de l’auteure s’opposant à une interdiction des signes religieux ostensibles en situation de travail à l’Université sont toujours disponibles sur son site internet : « Université et laïcité. Note sur la question des signes religieux », 2 septembre 2008, http://www.mezetulle.net/article-22466705.html, consulté le 19 juin 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Urbanski, « Catherine Kintzler, Penser la laïcité  », Éducation et socialisation [En ligne], 36 | 2014, mis en ligne le 27 octobre 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://edso.revues.org/1085

Haut de page

Auteur

Sébastien Urbanski

EA “Éducation, Cultures & Politiques”, Université Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org