Navigation – Plan du site
Penser les pratiques d'enseignement après/avec Bourdieu

Éditorial

Marie-Pierre Chopin, Gwénaël Lefeuvre et Pascal Roquet

Texte intégral

1La place centrale des travaux de Bourdieu dans le champ de l’éducation et de la formation peut être appréhendée sous différents registres. Les contributeurs réunis pour ce numéro ont tous soutenu leur thèse au cours des 10 dernières années, de 2005 pour la plus ancienne à 2013 pour la plus récente. Tout en évitant le terme très connoté « d’héritiers » à leur propos, c’est bien d’une certaine forme d’héritage dont il est pourtant question dans ce projet, au sens le plus pragmatique du mot : plus de 40 ans après que Bourdieu et ses collaborateurs aient directement pris l’école comme objet d’étude, quel(s) usage(s) les nouveaux chercheurs en éducation font-ils aujourd’hui des concepts ou positions épistémologiques structurant l’œuvre du sociologue ? Quels intérêts, également, théoriques ou praxéologiques, trouver à la convocation des instruments façonnés par ce dernier dans un contexte où la référence à Bourdieu est parfois devenue contreproductive dans l’espace social de la recherche, souvent hâtivement présentée comme « dépassée », déclassée, par une certaine frange de la sociologie.

2Ce numéro ne prétendra pas épuiser l’espace de ces questionnements, mais plus modestement contribuer à le faire exister en sciences de l’éducation. Si la discipline peut être considérée par certains comme peu légitime pour l’exercice – en tant qu’elle contrevient à l’illusion de pureté épistémique propre aux sciences sociales devenues classiques – c’est justement en vertu de sa propension aux entrelacements théoriques qu’elle est particulièrement adaptée. Car la nécessité du croisement de regard à propos de questionnements en éducation peut être vue comme une occasion précieuse de dynamiser les débats épistémologiques en sciences sociales en mettant continuellement à l’épreuve les instruments d’études convoqués dans les analyses. C’est donc parce que les sciences de l’éducation ont pour mission de produire de nouveaux savoirs en faisant usage, plutôt que mémoire, des savoirs produits par les communautés scientifiques (ici sociologiques), qu’elles portent leur propre fonctionnalité épistémologique : échappant à la problématique de la filiation directe avec l’œuvre de Bourdieu, leur rapport aux sciences sociales, pourvoyeuses de leurs instruments d’étude, aura été saisi ici comme une opportunité d’analyse à propos de la pertinence actuelle des emprunts bourdieusiens.

3Bien qu’exerçant en sciences de l’éducation, les auteurs réunis dans ce numéro occupent des positions hétérogènes quant à leur trajectoire disciplinaire : trois d’entre eux ont soutenu leur thèse en sociologie, l’un vient de la psychologie, et trois des sciences de l’éducation (avec ici encore des sensibilités épistémologiques diverses). Cette mise en écho à laquelle nous voulions procéder pour ce dossier devait ainsi permettre la reconstruction d’une sorte d’espace des points de vue, aurait pu dire Bourdieu, ou du moins son esquisse. Elle fut amorcée par un appel à projet dont on rapportera ici quelques lignes :

Comment des travaux menés aujourd’hui à propos des processus d’enseignement et de formation, dans et hors cadre scolaire, peuvent-ils relever de ce que l’on pourrait appeler une épistémologie bourdieusienne ? Quels aspects de l’œuvre théorique de Bourdieu ont-ils explicitement repris ? Pour quels types de questions ? Quels nouveaux concepts ont-ils fait émerger à partir de cette inscription ? Quels engagements encore - fussent-ils épistémologiques ou politiques - pourraient expliquer les usages contemporains de cette théorie (à l’heure de surcroît où cette dernière est communément décriée par une sociologique individualiste et rationalisante) ? C’est à cet ensemble de questions, délibérément ouvert, que ce numéro thématique souhaiterait offrir un espace de déploiement.

Il s’agira de permettre des échanges de points de vue, non pas entre disciples d’un courant qui aura marqué son époque, mais bien entre chercheurs, mus par des questionnements auxquels il s’agit avant tout de faire face en mobilisant les instruments les plus appropriés. C’est donc en quelque sorte un faisceau de « raisons pratiques » à l’utilisation de la théorie bourdieusienne que nous proposerons de mettre en évidence à l’occasion de ce numéro thématique, en examinant les points de rencontre, d’évidence mais aussi éventuellement de débat, relatifs à la fertilité d’une approche bourdieusienne des phénomènes d’enseignement, d’apprentissage, de formation aujourd’hui.

4Les sept contributions feront ainsi varier les objets considérés par les chercheurs, autant que les publics et les terrains d’étude. De la question de l’enseignement professionnel (Palheta) et des métiers de la formation (de Lescure) le regard se tournera vers des thématiques plus directement scolaires au sujet d’élèves dits « en difficulté » dans des classes de SEGPA (Roiné), ou des conditions pratiques de la construction du temps de l’enseignement par les professeurs (Chopin). Sur chacun de ces terrains, des problématiques et outils spécifiques sont convoqués à partir de la matrice bourdieusienne : certains sont devenus classiques, tels ceux de violence symbolique et d’habitus, dont Palheta entreprend de redessiner toute l’épaisseur théorique (condition nécessaire à leur usage), ou encore ceux liés aux logiques de la distinction, avec la mise au travail par de Lescure de la notion de « petite bourgeoisie nouvelle » ; d’autres, encore, sont moins diffusés, tel celui de protention, d’inspiration phénoménologique, mis en œuvre dans le travail de Chopin.

5Sur un plan plus épistémologique, les contributions se réunissent autour d’une double nécessité : 1/ de désubstantialisation des phénomènes humains étudiés et conséquemment du caractère positionnel et dispositionnel des comportements des agents de l’éducation (trait particulièrement saillant chez Roiné à propos du « traitement des élèves en difficulté ») ; 2/ et de la prise en compte des logiques pratiques structurant les actions de ces mêmes agents. C’est sur ce dernier point tout particulièrement que s’inscrivent les trois dernières contributions du numéro : partant d’un essai d’auto-analyse à propos des mises en œuvre « spontanées » de dispositifs de recherche sur les pratiques d’enseignement (texte de Lefeuvre), la réflexion évolue avec la contribution de Pudelko vers une analyse plus globale de la manière dont Bourdieu a contribué à ce que l’auteur nomme le « tournant pratique » dans les recherches francophones en éducation, et à l’émergence d’une distinction assez nette entre deux types de logiques possiblement concurrentielles dans l’espace de la recherche en éducation : celle, épistémique, tournée vers la compréhension du fonctionnement des pratiques d’enseignement ; et celle, professionnelle, tournée vers la formation plus directe des professeurs. Si l’opposition mérite d’être posée dans l’analyse, la découverte plus approfondie des textes de ce numéro montre qu’elle doit être largement relativisée. Les quatre premières contributions par exemple suffisent à faire apparaître que, tout en étant résolument critiques, les analyses menées à partir de la matrice bourdieusienne ouvrent des perspectives praxéologiques réelles en éducation, même si aucune prescription ni application directe ne sauraient être envisagées, dissociant ainsi fondamentalement le rôle du chercheur de celui de l’expert, si décrié par Bourdieu.

6Pour clore cette brève introduction, nous exposerons rapidement les logiques de progression ayant présidé au choix de l’ordre choisi pour la présentation de ces textes.

7Les deux premières contributions (Palheta et de Lescure) s’inscrivent nettement dans le champ de la sociologie bourdieusienne, qu’elles poursuivent et transposent tout à la fois (par la confrontation à d’autres corpus théoriques denses mais aussi à des contingences solides) sur des problématiques scolaires et de formation. Les deux suivantes (Roiné et Chopin) amorcent un recentrage de l’approche bourdieusienne vers des questions spécifiques aux processus de la diffusion des savoirs, en montrant comment le croisement de la sociologie bourdieusienne (que les auteurs n’hésitent pas à qualifier d’anthropologie), et des cadres plus didactiques (clairement celui de la théorie de situations), est essentiel à la dénaturalisation/désubstantialisation des phénomènes d’apprentissage et d’enseignement, mais ouvre également sur des perspectives praxéologiques majeures. Enfin, le numéro prendra un tour plus méta avec les trois dernières contributions (Lefeuvre, Pudelko et Garcia), en se tournant vers une sorte d’auto-analyse du fonctionnement du champ de la recherche en éducation aujourd’hui et de la place possible/souhaitable/effective laissée à une entrée bourdieusienne dans l’étude des phénomènes d’éducation et de formation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Pierre Chopin, Gwénaël Lefeuvre et Pascal Roquet, « Éditorial », Éducation et socialisation [En ligne], 37 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://edso.revues.org/1107

Haut de page

Auteurs

Marie-Pierre Chopin

Université de Bordeaux, Équipe « Anthropologie et Diffusion des Savoirs » du LACES

Articles du même auteur

Gwénaël Lefeuvre

Université de Toulouse Jean- Jaurès, UMR EFTS

Articles du même auteur

Pascal Roquet

Université Paul Valéry Montpellier, LIRDEF

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org