Navigation – Plan du site
Penser les pratiques d'enseignement après/avec Bourdieu

La « théorie des nouvelles professions », une ressource heuristique pour penser la professionnalisation

Le cas des « métiers de la formation »
Emmanuel de Lescure

Résumés

Se centrant sur le cas des métiers de la formation, cet article veut montrer que, même si son retentissement est bien moindre que celui d’autres travaux (notamment sur l’école), un des éléments théoriques développés par Bourdieu constitue encore aujourd’hui une source heuristique pour penser la dynamique des groupes professionnels et les processus de professionnalisation. Pour ce faire, il se propose de considérer un point développé dans La distinction (1979) autour de la notion de « petite bourgeoisie nouvelle ». Mobilisant les résultats d’une analyse secondaire des données de l’enquête Emploi de l’INSEE, il examine le recrutement social des agents de la formation et le processus de segmentation du groupe professionnel des années 1980 à 2000 pour tester l’actualité de ce qui a été nommé a posteriori la « théorie des nouvelles professions ».

Haut de page

Texte intégral

1Bien que, en matière d’éducation, parmi les travaux de Pierre Bourdieu, ce soient ceux publiés avec Jean-Claude Passeron sur le système d’enseignement qui ont connu le plus grand retentissement, d’autres éléments contenus dans sa théorie de l’espace social n’en constituent pas moins des apports utiles à ce domaine. Cet article souhaite montrer que d’autres recherches de Bourdieu et de l’équipe de sociologues qu’il a constituée sont une ressource heuristique pour penser l’émergence des groupes professionnels et les processus de professionnalisation, notamment ceux des professions intermédiaires et des métiers de l’éducation et de la formation. C’est en particulier le cas de la notion de « petite bourgeoisie nouvelle » développée dans La Distinction (1979). Reprenant un travail de thèse sur la création institutionnelle dénommée aujourd’hui « métiers de la formation » (Lescure, 2005), à partir de données récentes, on se propose d’examiner l’actualité de ce qui fut a posteriori dénommé la « théorie des nouvelles professions » (Primon, 1991). Prenant appui sur l’étude de Fritsch (1969), l’attention sera portée sur les évolutions du groupe professionnel selon une triple orientation. Il s’agira d’abord de le caractériser en s’intéressant à sa morphologie et son recrutement social de manière à éprouver empiriquement, plus de quatre décennies après sa formulation, la pertinence de la « théorie des nouvelles professions » sur ce cas particulier et enfin, par le recours à une sociologie de l’emploi, d’appréhender l’espace professionnel de cette catégorie et de montrer les divisions et les oppositions qui le structurent.

La « théorie des nouvelles professions »

2L’expression « théorie des nouvelles professions » n’est pas une expression de Pierre Bourdieu, elle a été forgée par Primon (1991). En effet, comme le souligne Maurel (2013), la sociologie de Bourdieu n’accordait pas une place importante au concept de profession et il lui préférait celui de champ :

Profession est un mot du langage commun qui est passé en contrebande dans le langage scientifique ; mais c’est surtout une construction sociale, le produit de tout un travail social de construction d’un groupe et d’une représentation de ce groupe, qui s’est glissé en douce dans la science du monde social (Bourdieu, 1992, p. 212-213).

  • 1 Au moment de la rédaction de son article sur la sociologie des professions (1973), Chapoulie était (...)

3Cette méfiance à l’égard de la notion de profession n’est pas totalement originale et semble caractériser l’ensemble de la sociologie française du début des années 1970. À cette période, trois auteurs ont interrogé la pertinence du concept et, à des degrés divers, ont mis l’accent sur ses faiblesses (Benguigui, 1972 ; Maurice, 1972 ; Chapoulie, 1973), la principale réside dans le fait qu’elle semble simplement reprendre à son compte les rhétoriques des professionnels. Si, selon Gadéa (2003), l’attachement de la sociologie française au « paradigme de classe » justifie ce faible intérêt pour la sociologie des professions, il est aussi en partie dû au rejet dont la sociologie fonctionnaliste américaine était l’objet et, jusqu’aux années 1980, à la méconnaissance des théorisations proposées par les interactionnistes pour la dépasser. Cependant, malgré ce refus, il n’en reste pas moins que, dans les travaux de Bourdieu et des sociologues de son laboratoire, de nombreux éléments peuvent relever d’une approche qui aujourd’hui serait rattachée à la sociologie des groupes professionnels1. On peut mentionner les recherches qui, dès les années 1960, sans abandonner les classes sociales, ont pris pour objets d’investigation des groupes professionnels, le plus souvent naissants, comme les photographes (Boltanski & Chamboredon, 1965), les enseignants (Chapoulie & Merllié, 1975), les éducateurs (Muel-Dreyfus, 1983), les travailleurs sociaux (Verdes-Leroux, 1978) et les formateurs d’adultes (Fritsch, 1969). Ce sont ces recherches et la théorie qui les a guidées que Primon a rassemblées a posteriori sous le terme de « théorie des nouvelles professions ». Comme il l’écrit, les recherches ainsi regroupées « ne constituent pas, à proprement parler, un corps spécifique d’hypothèses ordonnées et systématiques » (1991, p. 132) mais elles « s’insèrent dans une “science de la reproduction”, i.e. une science des systèmes des relations objectives qui confèrent leurs propriétés relationnelles aux individus » (p. 127).

4L’expression utilisée par Bourdieu est celle de « petite bourgeoisie nouvelle » en particulier dans La Distinction. Dans cet ouvrage, Bourdieu distingue trois types de petites bourgeoisies dont la caractéristique commune est la « bonne volonté culturelle ». La « petite bourgeoisie en déclin », composée des artisans et commerçants, est la plus traditionnelle et austère. La « petite bourgeoisie d’exécution » est assez hétéroclite, elle rassemble les techniciens, les employés, les cadres moyens et les instituteurs, soit des catégories professionnelles dont l’avenir est plus assuré en particulier grâce au fait qu’ils sont titulaires de diplômes plus élevés. Si ce sont les membres de la « petite bourgeoisie nouvelle » qui bénéficient du capital culturel le plus élevé, dans leur cas, celui-ci n’offre que peu de garanties car il est imparfaitement converti en capital scolaire ou il n’est pas assorti d’un capital social suffisant pour assurer à ses détenteurs l’accès à la classe dominante. Comme l’explique Bourdieu :

Ici encore la description complète des positions enferme une description (implicitement normative) de ceux qui sont prédisposés à les occuper et à y réussir, c’est-à-dire, plus précisément, une description des médiations à travers lesquelles se réalise l’ajustement aux positions des dispositions liées à des trajectoires, bref tout ce que l’on cache d’ordinaire sous le mot de “vocation”. On voit immédiatement que, en raison même de leur indétermination actuelle et potentielle, des positions qui n’offrent aucune garantie mais ne demandent en retour aucune garantie, qui n’exigent aucun droit d’entrée, surtout strictement scolaire, mais permettent d’escompter les plus hauts profits pour le capital culturel non certifié, qui ne garantissent aucun avenir assuré (du type de celui qu’offrent les professions bien établies) mais n’en excluent aucun, s’agirait-il des plus ambitieux, sont par avance ajustées aux dispositions typiques des individus en déclin dotés d’un fort capital culturel imparfaitement converti en capital scolaire ou des individus en ascension n’ayant pas obtenu tout le capital scolaire qui, en l’absence de capital social, est nécessaire pour échapper aux plus limitées des positions moyennes (Bourdieu, 1979, p. 414).

5Ainsi, la « petite bourgeoisie nouvelle » constitue le « refuge honorable » des individus en déclin et une opportunité pour les individus en ascension. Avec ce troisième type, Bourdieu prend en compte les transformations du champ économique et met l’accent sur la morale hédoniste, celle « du devoir de plaisir » (p. 424), tout en en faisant un portrait assez critique, voire ironique, de cette fraction des catégories intermédiaires de l’espace social. Il se distingue donc des sociologues des « nouvelles couches moyennes » qui veulent rendre compte des capacités émancipatrices de ces catégories (Lechien, 2013). Ce type regroupe les nouveaux métiers en essor dans les années 1960 et 1970 :

professions de présentation et de représentation (représentants de commerce et publicitaires, spécialistes des relations publiques, de la mode et de la décoration, etc.) et dans toutes les institutions vouées à la vente de biens et de services symboliques […] (conseillers conjugaux, sexologues, diététiciens, conseillers d’orientation, puéricultrices, etc.) ou de production et d’animation culturelle (animateurs culturels, éducateurs, réalisateurs et présentateurs de radio et de télévision, journalistes de magazines, etc.) […] ou même de professions déjà établies, comme celles d’artisan d’art ou d’infirmière (p. 415).

6Le passage de « petite bourgeoisie nouvelle » à « théorie des nouvelles professions » est justifié par l’analyse qu’en propose Bourdieu lui-même. Dans la perspective qu’il défend, cette fraction se distingue par le fait que ses agents « s’efforcent de produire des postes ajustés à leurs ambitions plutôt que d’ajuster leurs ambitions à des postes déjà existants » (p. 415), ils vont donc œuvrer pour obtenir une place qui soit la plus conforme à leurs attentes et, ce faisant, ils vont s’efforcer de faire reconnaître l’activité qu’ils exercent en tentant de « produire le besoin de leur propre produit » par des actions qui relèvent d’« un processus classique de professionnalisation (création d’une formation spécifique sanctionnée par des diplômes, d’une déontologie et d’une idéologie professionnelle, etc.) » (p. 415). On retrouve là, la conception des professions développée dans l’article Le titre et le poste signé avec Boltanski (1975). Ainsi, dans cette perspective, la profession et la quête de reconnaissance qu’elle implique relèvent, en grande partie, d’une stratégie de conversion des capitaux et des habitus.

  • 2 Notons que, revenant sur son travail quarante ans après, Fritsch précisera que ce constat n’avait p (...)

7Même si la publication de La Distinction est postérieure à ses travaux, on peut considérer que la « petite bourgeoisie nouvelle » constitue le cadre théorique dans lequel s’inscrit l’analyse de l’émergence des formateurs d’adultes proposée par Fritsch (1969 & 1971). Dans sa thèse, dont Bourdieu a assuré la direction, Fritsch décèle les premiers « indices de professionnalisation » et bien qu’il ne soit encore qu’un « groupe occupationnel », il le considère comme « en voie de professionnalisation » (1969, p. 430)2. Il relève que les formateurs d’adultes ont pour caractéristique commune leur « double marginalité », tant vis-à-vis de l’école que du monde industriel. À partir d’une enquête par questionnaire, il constate des « similitudes de position » et la marginalité des parcours scolaires, car le groupe est composé d’individus qui, soit ont échappé à l’élimination scolaire, soit n’ont pas atteint le niveau auquel leur origine leur permettait de prétendre. Et comme il l’expliquera à l’occasion d’un témoignage sur son travail :

Promus ou reclassés, les formateurs d’adultes des années soixante étaient caractérisés par des habitus clivés ou déchirés […]. Cette expérience prédisposait à occuper des positions intermédiaires, notamment entre le monde de l’école et le monde de l’entreprise, et à se promouvoir en promouvant les discours, pratiques et organisations, qui correspondaient à la demande d’institutions de formation d’adultes, émanant elle-même des fractions montantes de la classe dominante (2010, p. 54).

8Aujourd’hui, cette marginalité caractérise-t-elle toujours les agents de la formation ? Telle est une des questions auxquelles la section suivante sera consacrée. L’examen auquel on se propose de procéder cherchera moins à répondre à la question de savoir si la théorie des nouvelles professions est toujours pertinente pour dépeindre une fraction des couches moyennes et la structure sociale contemporaine dans son ensemble (Bernard, 2013) que de vérifier si elle peut toujours servir à caractériser le groupe professionnel particulier des agents de la formation.

Les métiers de la formation aujourd’hui, une « petite bourgeoisie nouvelle » ?

  • 3 Cette construction statistique mériterait un examen à part entière (Lescure, 2004). Contentons-nous (...)
  • 4 Jusqu’en 2003, les « moniteurs d’écoles de conduite » étaient associés aux « formateurs et animateu (...)

9Au moyen de statistiques publiques représentatives, nous allons maintenant appréhender les transformations de l’origine sociale des agents de la formation et saisir l’espace professionnel du groupe et sa segmentation. Avant cela, il convient de souligner que ce groupe a vécu une véritable explosion démographique. Si dans les années 1960, il ne concernait qu’un petit nombre d’individus travaillant dans quelques institutions, aujourd’hui, il n’a cessé de s’étendre et ses agents travaillent dans près de 60 000 organismes de formation comme dans d’autres structures dont la formation n’est pas l’activité principale. Ce fait n’est pas seulement imputable à la loi du 16 juillet 1971 instituant une obligation de dépense pour les entreprises et à la croissance de la dépense quasi continue qui l’a suivie (pour atteindre 32 milliards d’euros et 1,6 % du PIB). L’extension des métiers de la formation tient aussi à la mise en œuvre des politiques d’insertion des chômeurs et des jeunes. Les statistiques publiques ne permettent pas de mesurer cette explosion sur l’ensemble de la période. En effet, il faut attendre la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles (PCS) de 1982 pour que les agents de la formation se voient attribuer deux catégories, l’une regroupant les formateurs et les indépendants et l’autre les cadres de la formation, formateurs, ingénieur de formation et d’autres nombreux noms de métier3. Ainsi mesuré, le nombre des agents de la formation a été multiplié par plus de 6 entre 1983 et 2012. Avec la refonte de la nomenclature des PCS en 20034 et la réforme des enquêtes, les effectifs se sont un peu réduits mais ils continuent d’augmenter puisqu’ils ont gagné 23 % de 2003 à 2012. Cette dernière année, l’enquête emploi de l’INSEE a permis de comptabiliser 155 322 agents de la formation répartis entre 125 199 « formateurs et animateurs de formation continue » (423b) et 30 123 « cadres spécialistes de la formation » (372d).

Un recrutement social sélectif mais diversifié

  • 5 Limité, parce que contrairement à d’autres enquêtes de l’INSEE, seule la profession de l’ascendant (...)

10Lors de l’enquête emploi, les individus enquêtés sont interrogés sur la profession exercée par leur père au moment où ils ont quitté le système scolaire. Les réponses sont classées dans la nomenclature des PCS à deux chiffres. La profession est appréhendée ici comme un indicateur synthétique qui, entretenant des relations avec la quasi-totalité des aspects de la vie sociale, est en mesure d’informer à la fois sur l’expérience sociale et le statut des individus. Cet indicateur de l’origine sociale est limité et androcentrique5. Cependant, on peut considérer que malgré ses défauts, la profession du père constitue, comme l’écrivait Claude Thélot, une « approximation raisonnable » (2004, p. 209) dont on doit se contenter en l’absence d’indicateur de substitution.

11Appréhendée avec la nomenclature de 1982, entre 1986 et 2010, la structure du recrutement social des agents de la formation est restée relativement stable (cf. annexe 1). Avec la nouvelle nomenclature de 2003, en 2012, comme trente ans auparavant, ils proviennent des différentes catégories qui composent l’espace social français. Si chacune de ces catégories a subi quelques fluctuations voyant croître ou décroître son importance au fil des années, le recrutement n’en reste pas moins varié et l’évolution globale ne relève pas de l’appropriation du débouché par une ou plusieurs PCS. Les fils d’ouvriers qui occupent une place importante en 1986 (24 %) ont vu leur part successivement décroître et augmenter pour finalement gagner quatre points en 2012 (28,5 %). La part des fils d’employés a baissé continûment (16 % en 1986 et 12,5 % en 2012). Les fils de professions intermédiaires ont rapidement pris une part croissante puis ont accusé une décrue (14 % en 1986, 20 % en 2002 et 17,5 % en 2012). La part des fils de cadres et professions intellectuelles supérieures a bénéficié d’une augmentation sensible (17,5 à 22 %). Quant aux fils d’indépendants (fils d’artisans, commerçants et chefs d’entreprise et d’agriculteurs), ce sont eux qui ont accusé la plus lourde baisse en passant de 29 % à 19,5 %.

12En 1966, Fritsch remarquait que « le recrutement sélectif des formateurs d’adultes n’[était] pas sans ressembler à celui des groupes dirigeants » (1971, p. 116). Ainsi, contrairement à une idée répandue selon laquelle le métier de formateur était ouvert à tous, Fritsch révélait que leur origine était plus sélective que celui des cadres supérieurs et professions intellectuelles. Observant trois générations, il comptabilisait 40 % de formateurs portés par un courant ascensionnel contre 4 % par un mouvement inverse et 56 % pour lesquels l’appartenance était stable (p. 119). L’enquête de Fritsch ne portait que sur un petit effectif de formateurs (106 questionnaires) intervenant dans les entreprises et les organismes de formation répertoriés par l’Institut national pour la formation des adultes (INFA). Pour cette raison, elle n’est pas comparable à celles de l’INSEE ; cependant elle constitue un point d’appui très utile pour l’interprétation des données postérieures.

  • 6 La faible nombre d’agents de la formation dans l’échantillon de l’enquête emploi (n = 1242) interdi (...)

13Lorsqu’on compare les origines sociales des différentes PCS à celles des agents de la formation (cf. annexe 2), on remarque les formateurs et cadres de la formation sont proches de catégories différentes. Les cadres de la formation ressemblent aux « cadres d’entreprise » et les formateurs aux « professions intermédiaires administratives et commerciales des entreprises ». La nomenclature des PCS n’est pas constituée sur une architecture parfaitement hiérarchisée, cependant on peut tout de même remarquer que seuls 16,5 % des formateurs sont issus de leur catégorie socioprofessionnelle (les professions intermédiaires) et que les fils d’ouvriers et d’employés représentent 41,5 % et peuvent être considérés comme en ascension (ce taux est de 47 % pour les professions intermédiaires dans leur ensemble) alors que 21,5 % sont issus de la catégorie cadre. Si les cadres de la formation sont plus nombreux à avoir un père de leur propre catégorie (24 %), ils sont aussi plus souvent issus d’une catégorie inférieure (60 %, dont 22 % de profession intermédiaire, contre 51 % dans l’ensemble des cadres et professions intellectuelles supérieures). Il faudrait se livrer à une analyse plus fine en mobilisant des niveaux moins agrégés de la nomenclature6 ; toutefois, au niveau des grandes catégories sociales où nous nous situons, on peut dire que l’examen des origines sociales des agents de la formation montre un net écart avec les conclusions de Fritsch. En effet, en 1966, il qualifiait le recrutement social des formateurs d’« aristocratique » (1971, p. 116) tant il ressemblait à celui des cadres dirigeants. Quarante ans plus tard, avec la démultiplication des agents de la formation, leur origine sociale s’est passablement transformée. Dès 1986, leur recrutement apparaissait moins sélectif que lors de l’enquête de 1966 ; en 2002, ce fait s’était encore accentué ; après la révision de la nomenclature en 2003, cette tendance est confirmée, si bien qu’en 2012, les trajectoires d’une grande partie des agents de la formation sont ascendantes, en particulier chez les cadres. Pour autant, on ne peut considérer que le recrutement social soit totalement ouvert surtout lorsqu’on le rapporte à l’ensemble de la population : les agents de la formation ont moins souvent une origine populaire et plus souvent un père cadre (22 %) ou profession intermédiaire (17,5 %) que l’ensemble des actifs (12 et 14 %). Ainsi, d’« aristocratique », leur recrutement est donc simplement devenu plus bourgeois.

Un groupe professionnel divisé

14L’importance des effets de l’origine sociale et les écarts entre catégories composant le groupe professionnel sont attestés dans la thèse de Cardon (1996). En effet, étudiant la division du travail de formation au sein des organismes de formation à l’aide d’un questionnaire, Cardon remarque que les activités de formation sont divisées en trois grandes « polarités fonctionnelles » auxquelles correspondent trois catégories de personnel : les « organisateurs politiques/stratégiques » qui définissent les politiques de formation, gèrent les budgets et les équipes, les « organisateurs pédagogiques » qui sont les « contremaîtres de la formation » et assurent la « traduction du politique en pédagogique », et, enfin, les « intervenants pédagogiques » dont la fonction première est le face-à-face pédagogique, mais aussi l’ensemble de la « chaîne pédagogique » soit la conception des outils, le recrutement des publics et leur suivi. À l’analyse, la répartition des agents dans les places formées par ces trois polarités apparaît déterminée par une nécessité plus sociale que technique. Ainsi, les caractéristiques des agents ne sont pas distribuées également. Aux ascendances souvent populaires des intervenants pédagogiques s’oppose l’origine petite-bourgeoise des organisateurs politiques. De même, les trajectoires individuelles confirment cette division. Si les formateurs ont fréquemment exercé d’autres métiers avant d’intégrer un organisme de formation, les intervenants pédagogiques ont plus souvent été ouvriers que les organisateurs politiques. Anciens producteurs les intervenants pédagogiques se sont vus confier, dans la division du travail de formation, la production de la formation alors que les anciens personnels d’encadrement ont conservé des fonctions du même ordre (Cardon, 1998).

15L’origine sociale occupe aussi une place clef dans la thèse de Primon (1991). Sur la base d’une analyse secondaire des enquêtes de l’INSEE (recensement et enquête Formation qualification professionnelle), pour éprouver la marginalité des formateurs, Primon observe les trajectoires sociales des agents et met à jour leurs propriétés au travers de statistiques de mobilité. S’intéressant à la construction sociale des professions, il montre que le « regroupement, sous l’intitulé “professions de la formation”, s’il se trouve justifié par la proximité des appellations professionnelles et leur lien à la formation professionnelle continue, repose en fait sur la prise en compte du discours qui propose de faire des agents de la formation un groupe professionnel » (1991, p. 93). Comparant les deux grandes catégories de la nomenclature des PCS qui accueillent les professions de la formation, il constate que ces agents de la formation n’ont pas les mêmes caractéristiques sociales. De « grandes différences » les opposent, que ce soit en termes d’activité, d’emploi, de hiérarchie, de situation comme d’origine sociale. Les cadres, héritiers des classes dominantes, diffèrent des formateurs aux origines populaires, le déclassement des premiers s’opposant à l’ascension sociale des seconds. Fort de ces observations, Primon conclut que « les professions de la formation ne constituent pas une entité » (p. 325).

  • 7 Et ce constat est confirmé dans d’autres travaux, notamment ceux de Capelani (2001) qui mettent en (...)

16Ainsi, même si elles s’inscrivent dans des perspectives théoriques différentes, les deux thèses examinées ici se rejoignent pour affirmer qu’au sein des métiers de la formation une division technique du travail se double d’une division sociale et d’une distribution inégale des places7. Si chez Cardon, il s’agit de montrer le poids du social dans la division technique du travail, l’attention de Primon porte sur les enjeux sociaux de la constitution de la profession, il cherche à observer « une profession en train de se faire » (1994), ses divisions morphologiques constituant un obstacle que le groupe devra dépasser pour atteindre une pleine reconnaissance.

Un espace professionnel éclaté

17Si l’origine sociale des membres d’un groupe professionnel renseigne sur la place du groupe dans l’espace social, comme sur la dynamique de changement en son sein (Quemin, 2002), pour en saisir l’espace professionnel, il convient de mobiliser conjointement d’autres propriétés en faisant appel à la sociologie de l’emploi pour chercher à voir comment se distribuent les agents dans les places. L’analyse factorielle des correspondances multiples (ACM) que l’on se propose d’examiner ici, est construite sur la base de variables décrivant à la fois les caractéristiques des membres du groupe professionnel (sexe, âge, origine sociale, niveau de formation, profession du conjoint, zone de résidence), de leurs emplois (profession, statut d’emploi, expérience du chômage dans l’année, ancienneté, salaire, temps de travail habituel), et de leurs employeurs (catégorie juridique, secteur d’activité, nombre de salariés), soit 16 variables et 76 modalités (cf. annexe 3).

18La structure que donne à voir le premier plan factoriel (cf. annexe 4), fortement dissymétrique, prend la forme d’un triangle presque isocèle avec au sud-ouest les indépendants qui s’opposent aux salariés précaires au nord et aux salariés stables situés au sud-est. L’opposition nord-sud s’apparente à celle qu’avait dénoncée Marquart (1990) entre des « supers pros » bien rémunérés et des « accompagnateurs de survie » qui courent de CDD en CDD. Mais, le plan factoriel, en isolant les indépendants du reste de la population, ajoute une dimension qu’il n’avait pas relevée. Le plan factoriel met ainsi en lumière l’existence d’un troisième segment professionnel (11 % de la population, exclusivement classés parmi les formateurs, plutôt des femmes, de 40-49 ans, sans salariés et classés parmi les organismes de formation continue), cette catégorie qui regroupe les indépendants proprement dit, les employeurs, mais également les aides familiaux en raison du caractère non salarié de leur activité, a plus que doublé durant les dix dernières années et bénéficie de longue date d’institutions représentatives (syndicats professionnels de formateurs-consultants).

19Il est classique, lorsqu’on présente les agents de la formation, de distinguer, en raison des fortes différences institutionnelles qui structurent ces deux univers, les formateurs des organismes de formation des formateurs de l’Éducation nationale (Dubar, 2004, p. 84-89). Dans ce premier plan factoriel, cette distinction n’est pas opératoire. Le nord regroupe les CDD du privé et les contractuels et vacataires du public (appelés « CDD public »). La distinction entre précaires et stables est donc plus structurante que celle qui oppose secteur public et secteur privé. Il est vrai que l’ACM ne retient ni les finalités de l’activité professionnelle des agents, ni les tâches accomplies, ni les dimensions organisationnelles des contextes de travail, et que c’est plutôt sous ce jour que la différence entre les deux secteurs se fait le plus sentir. Elle ne prend pas non plus en compte les modes de vie, les pratiques culturelles, les opinions, les univers privés, qui dans l’étude de de Singly et Thélot différenciaient « gens du privé » et « gens du public ». D’ailleurs, en faisant le bilan de la vie professionnelle des deux catégories, sur la question des salaires et du temps de travail, ces auteurs n’avaient-ils pas conclu qu’il était « impossible d’opposer en bloc la situation des fonctionnaires à celle des salariés du privé » (1988, p. 110) ? De plus, le fait que le risque de chômage soit plus faible pour les cadres du privé les rapproche de la sécurité de l’emploi des fonctionnaires.

20La dichotomie dont Marquart (1990) faisait état était construite sur l’idée d’une proximité des « accompagnateurs de survie » avec leurs publics, issus du monde ouvrier, formateurs des dispositifs d’insertion, ils étaient eux-mêmes à la recherche de statuts d’emploi plus favorables et peinaient à obtenir une reconnaissance institutionnelle. À l’inverse, les « supers pros », plus souvent cadres, œuvrant au développement des compétences dans les entreprises, bénéficiaient d’un statut plus attractif et d’une meilleure reconnaissance. Cette dichotomie est visible sur l’axe 2 qui oppose stables et précaires, hommes et femmes, cadres et formateurs, hauts et bas salaires. Le troisième axe (que faute de place on ne peut détailler ici) montre plus distinctement le poids des secteurs d’activités, mais ceux-ci apparaissent discrètement dès le deuxième axe avec les sociétés commerciales dans le cadran sud-est et les organismes spécialisés dans la formation continue au nord-ouest plus proche du pôle des précaires. L’analyse factorielle rend ainsi visible la structuration du champ de la formation, chacun des deux pôles, nord et sud, représentant la fraction dominée et dominante du groupe professionnel. Les activités de formation sont hiérarchisées en fonction des domaines de formation, par exemple former à la « technique de recherche d’emploi » dite « TRE » n’est pas équivalent à former au « management » ou à la « gestion du stress ». Cette hiérarchie se combine à une hiérarchie des publics, ainsi, être formateur en langue pour des cadres de grandes entreprises ou pour des réfugiés politiques n’assure pas la même position sociale. Si les domaines d’interventions sont poreux, les cas de formateurs s’adressant tour à tour à divers publics n’étant pas si rares (Lescure, 2005), ils n’en demeurent pas moins extrêmement structurants. De plus, cet ordonnancement ne s’impose pas qu’aux formateurs mais concerne aussi les organisateurs de formation. Tenir la fonction d’ingénieur de formation dans un organisme dédié à l’insertion n’assure pas les mêmes conditions salariales que dans une banque ou dans l’industrie automobile. Dans l’ACM, ce sont les secteurs d’activité des employeurs et la taille de l’entreprise qui, même grossièrement, rendent visible cette hiérarchisation. Tous domaines de formation confondus, la situation des agents de la formation des sociétés commerciales ou des organismes de l’enseignement professionnel et technique est plus favorable que celle de ceux des associations ou des organismes de formation continue eux-mêmes. Un tel éclatement, conduit à s’interroger sur la pertinence du regroupement de ces activités et des professionnels qui les assurent dans une catégorie commune. L’invention des « métiers de la formation » (Lescure, 2008) sous l’égide des pouvoirs publics à la fin des années 1980, catégorie conçue comme devant soutenir la professionnalisation des agents sans instaurer de qualification et fermer l’accès au groupe, semble avoir finalement conduit à la constitution d’un vaste ensemble dont l’absence d’unité se révèle être un frein à sa reconnaissance.

Conclusion

21Revenons à notre point de départ. Selon la « théorie des nouvelles professions », la « petite bourgeoisie nouvelle » était constituée d’individus qui, en ascension ou en déclin, en investissant des métiers nouveaux « escompt[aient] les plus hauts profits ». Est-elle toujours opératoire pour caractériser les agents de la formation ? Procédant à l’examen de la situation des agents immobiliers et plus généralement des commerciaux des années 2000, Bernard avait conclu qu’on ne pouvait « pour penser les spécificités de ce segment des classes moyennes contemporaines, s’en tenir aux analyses de Bourdieu sur la “petite bourgeoisie nouvelle” » en même temps qu’elle affirmait qu’« une des forces de La Distinction rest[ait] d’avoir émis l’hypothèse de l’existence d’un tel troisième segment au sein des catégories intermédiaires de l’espace social » (2013, p. 277). Autrement dit, il y aurait toujours une « petite bourgeoisie nouvelle » mais elle se serait transformée au point de ne plus correspondre à la description qu’en avait proposée Bourdieu.

22Il en est de même pour les agents de la formation tels que l’examen de leurs origines sociales les fait apparaître. La diversification de leur recrutement social les a fait rompre avec l’élitisme qui les caractérisait dans les années 1960, et ce mouvement, avec l’apparition de ce qu’on a alors appelé les « nouveaux formateurs » (Malglaive, 1983), les a conduits à une forme de « prolétarisation » dont l’importance de la précarité de l’emploi est la manifestation. Cependant, ce processus n’est pas uniformément réparti et les statistiques d’emploi montrent également sans équivoque l’existence de fractures au sein du groupe professionnel. Même prolétarisés, par maints aspects, les agents de la formation n’en relèvent pas moins des catégories moyennes de l’espace social, moyenne supérieure pour une partie d’entre eux, les cadres, et moyenne inférieure pour l’autre, les formateurs salariés et indépendants. Si les métiers restent ouverts, les « plus hauts profits » ne sont alors accessibles qu’à une fraction dont le recrutement conserve un caractère hautement sélectif.

23Ici, de manière similaire aux commerciaux étudiés par Bernard, l’intérêt de la perspective ouverte par Bourdieu – et qui en faisait « déjà un classique » dès avant sa disparition (Coutant, 2004) – réside dans l’invitation de sa sociologie à « dénaturaliser l’institution ». Pour être complète, la réponse à cette invitation devrait procéder à une « critique du travail » (Henry, 2014) et pratiquer une ethnographie des activités du groupe professionnel, réaliser une sociohistoire de l’émergence des savoirs et également porter attention aux dispositions acquises par les agents hors des univers professionnels (Quenin, 2002). Cependant, en l’absence de telles investigations, l’analyse de la structure d’un groupe professionnel, même sur la base de données statistiques qui réduisent les qualités des membres et de leurs activités à quelques propriétés, offre un puissant moyen de rompre avec l’illusion d’unité que les représentants du groupe donnent à voir au premier regard et fait apparaître l’opération sociale qui réunit des univers distincts sous le même nom de métier, comme ici les « métiers de la formation », catégorie institutionnelle dont l’usage s’est généralisé à la fin des années 1980 (Lescure, 2010).

24Cette absence d’unité des professions n’est pas en soi une nouveauté. La sociologie interactionniste avait bien montré que leur apparente unité est le plus souvent factice, et qu’elles sont, pour la plupart, le théâtre d’une lutte entre segments pour s’approprier le monopole de la définition légitime du groupe (Strauss & Bucher, 1992). Mais s’il importe de mettre en évidence l’hétérogénéité d’un groupe autant de fois que celle-ci s’impose, il faut aussi, pour en comprendre la dynamique, décrire le cadre dans lequel évoluent le ou les segments qui s’arrogent le pouvoir de définition de leur groupe. Sans être le seul, l’analyse de l’espace professionnel en constitue un des éléments pertinents puisqu’elle donne à voir sous un angle particulier la diversité à laquelle ce ou ces segments devront faire face pour imposer leurs vues.

Haut de page

Bibliographie

Benguigui, G. (1972). La définition des professions. Épistémologie sociologique, 13, 99-113.

Bernard, L. (2013). Réflexions sur la « petite bourgeoisie nouvelle » dans les années 2000. In P. Coulangeon & J. Duval (dir.). Trente ans après La Distinction de Pierre Bourdieu (pp. 266-277). Paris : La Découverte.

Boltanski, L. & Chamboredon, J.‑C. (1965). Hommes de métier ou hommes de qualité. In Bourdieu P. (dir.), Un art moyen (p. 245‑284). Paris : Minuit.

Bourdieu, P. (1979). La distinction, Critique sociale du jugement. Paris : Minuit.

Bourdieu, P. (avec L. Wacquant) (1992). Réponses, Pour une anthropologie réflexive. Paris : Seuil.

Bourdieu, P. et Boltanski, L. (1975). Le titre et le poste : rapports entre le système de production et le système de reproduction. Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 2, 95‑107.

Capelani, C. (2001). Différenciations et divisions sociales dans les métiers de la formation : 1969-2000. In D. Fablet (coord.), La formation des formateurs d’adultes (p. 259‑281). Paris : L’Harmattan.

Cardon, C.-A. (1996). Les formateurs d’adultes dans la division du travail. Thèse de doctorat de sciences de l’éducation, Université de Lille 1.

Cardon, C.-A. (1998). Devenir formateur d'adultes, Des itinéraires pluriels, des logiques spécifiques. Formation Emploi, 63, 5‑18.

Chapoulie, J.‑M. (1973). Sur l’analyse sociologique des groupes professionnels. Revue française de sociologie, XIV, 86‑114.

Chapoulie, J.-M. & Merllié, D. (1975). Le recrutement des professeurs de l’enseignement secondaire. I. Les déterminants objectifs de l’accès au professorat. Revue française de sociologie, 16(4), 439-484.

Coutant, I. (2004). Bourdieu, déjà un classique, participation à la table ronde « Qu’est-ce qu’il nous a appris ? ». In J. Bouveresse et D. Roche (dir.). La liberté par la connaissance. Pierre Bourdieu (1930-2002) (pp. 337-340). Paris : Collège de France, Odile Jacob.

Dubar, C. (2004). La formation professionnelle continue. Paris : La Découverte.

Fritsch, P. (1969). Formateurs d’adultes et formation des adultes. Revue française de sociologie, vol. X. 408‑420.

Fritsch, P. (1971). L’éducation des adultes. La Haye : Mouton.

Fritsch, P. (2010). Quelques éléments de réflexion sur les débuts d’un parcours de recherche. In E. de Lescure & C. Frétigné (dir.). Les métiers de la formation. Approches sociologiques (pp. 43-52), Rennes : PUR.

Gadéa, C. (2003). Les cadres en France, Une énigme sociologique. Paris : Belin.

Henry, O. (2014). Dénaturaliser l’institution. L’apport de la sociologie historique de Pierre Bourdieu à la critique du travail. La nouvelle revue du travail, 4. En ligne, consulté le 8 mai 2014, <http://nrt.revues.org/1559>.

Lechien, M.-H. (2013). « Petite bourgeoisie nouvelle » ou « nouvelles couches moyennes salariées » ? Retour sur un débat et un enjeu, la domination. In P. Coulangeon & J. Duval (dir.), Trente ans après La Distinction de Pierre Bourdieu (pp. 255-265). Paris : La Découverte.

Lescure (de), E. (2004). Compter les formateurs, du réalisme au nominalisme. Les Dossiers des sciences de l’éducation, 11, 37-50.

Lescure (de), E. (2005). Les formateurs d’adultes, un groupe professionnel incertain. Marché du travail et professionnalisation. Thèse de sociologie, sous la direction de R. Establet, Université de Provence.

Lescure (de), E. (2008). Les formateurs d’adultes et leur professionnalisation : du rejet à la fascination. Un exercice de rétroduction (1960-2000). In F. Laot & E. de Lescure (dir.), Pour une histoire de la formation (pp. 89‑109), Paris, L’Harmattan.

Lescure (de), E. (2010). Les « métiers de la formation » : sociologie d’une rhétorique professionnelle. In L. Brémaud & C. Guillamin (dir.), L’archipel de l’ingénierie de la formation. Transformations, recompositions, (pp. 119‑132), Rennes : PUR.

Malglaive, G. (1983). La formation et la qualification des agents de la formation continue. Rapport pour le ministre de la Formation professionnelle, multigr.

Marquart, F. (1990). Formateur, une professionnalité segmentée et éclatée. In Actes du colloque Les formateurs d’adultes et leurs qualifications : réponses des universités. Les Cahiers d’études du CUEEP, vol. 1, 83‑104.

Maurel, S. (2013). Comment les professions contribuent-elles à la reproduction des rapports de domination ? Une analyse bourdieusienne. Communication au congrès de l’AFS, RT1 « Travail, savoirs et professions ». 2-5 septembre. Nantes.

Maurice, M. (1972). Propos sur la sociologie des professions. Sociologie du travail, 2, 213‑225.

Muel-Dreyfus, F. (1983). Le métier d’éducateur. Paris : Minuit.

Primon, J.-L. (1991). Les agents et les professions de la formation continue. Essai d’identification et de caractérisation sociales. Thèse de doctorat de sociologie, Univ. de Nice.

Primon, J.-L. (1994). Une profession en train de se faire : les formateurs. In Y. Lucas & C. Dubar (dir.), Genèse et dynamique des groupes professionnels (pp. 373‑375). Lille : PUL.

Quemin, A. (2002). De l’espace privé à l’espace professionnel. Les commissaires-priseurs. In F. Piotet (dir.), La révolution des métiers (pp. 317-344). Paris : PUF.

Singly (de), F. & Thélot, C. (1988). Gens du privé, gens du public. La grande différence. Paris : Dunod.

Strauss, A. & Bucher, R. (1992). La dynamique des professions. In La trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionnisme. Paris : L’Harmattan.

Thélot, (C.) 2004. Tel père, tel fils ? Position sociale et origine familiale. Paris : Hachette.

Verdes-Leroux, J. (1978). Le travail social. Paris : Minuit.

Haut de page

Annexe

Annexe 1. Profession du père (1986-2010)

Source Insee, Enquêtes emploi, PCS 42.32 & 37.22 (nomenclature de 1982), exploitation originale.

Annexe 2. Profession du père

Profession du père

Profession de l’enquêté

Indépendant

Cadre

et PIS

Prof. Inter.

Employé

Ouvrier

Total

Cadres de la formation

16

24

22

12

26

100

Cadres et PIS

19

30

21

11

19

100

Cadres d’entreprise

20

28

21

10

21

100

Formateurs

20,5

21,5

16,5

12,5

29

100

Prof. Inter.

19

14

20

13

34

100

Prof. Inter. ACE

19,5

16,5

19,5

12,5

32

100

Agents de la formation

19,5

22

17,5

12,5

28,5

100

Population active

24

12

14

11

39

100

Formateurs : Formateurs et animateurs de formation continue (PCS 423b) ; Cadres spécialistes de la formation (PCS 372d) ; Cadres et PIS : Cadres et professions intellectuelles supérieures (PCS 3), Prof. Inter. : Profession intermédiaires (PCS 4), Prof. Inter. ACE : professions intermédiaires administratives et commerciales des entreprises (PCS 46) et Cadres d’entreprise (PCS 36). Profession et catégories socioprofessionnelles de 2003.

Source : Insee, Enquête Emploi 2012, exploitation originale.

Annexe 3. Liste des variables présentes dans l’ACM

(16 variables, 76 modalités)

Profession (2 modalités) : Cadres (PCS 372d) ; non cadres (PCS 423b).

Sexe (2 modalités) : Femmes ; Hommes.

Âge (5 modalités) : 15-29 ans ; 30-39 ans ; 40-49 ans ; 50-59 ans ; 60 ans et plus.

Profession de la mère (6 modalités) : Mère agricultrice et Indépendante ; Mère CPIS Cadres et professions intellectuelles supérieures ; Mère PI, Professions intermédiaires ; Mère Employée ; Mère ouvrière ; Mère Inactive ou non déterminé.

Profession du Père (6 modalités) : Père agriculteur et Indépendant ; Père CPIS, Cadres et professions intellectuelles supérieures ; Père PI, Professions intermédiaires ; Père Employé ; Père ouvrier ; Père Inactif ou non déterminé.

Catégorie sociale du conjoint (7 modalités) : Conjoint CPIS, Cadres et professions intellectuelles supérieures ; Conjoint cadre administratif et commercial ; Conjoint PI, Professions intermédiaires ; Conjoint Instituteur et assimilé ; Conjoint Employé et ouvrier ; Conjoint Indépendant et inactif ; Réponse manquante.

Niveau de formation (Nomenclature des niveaux de formation, 1967) (5 modalités) : Niveaux I ; II ; III ; IV ; V, V bis et VI.

Tranches d’unités urbaines (5 modalités) : Commune rurale ; moins de 20 000 habitants ; 20 000 à 200 000 habitants ; 200 000 habitants et plus ; Agglomération parisienne.

Expérience du chômage dans l’année précédent l’enquête (2 modalités) : Chômage dans l’année ; Pas de chômage dans l’année.

Statut d’emploi (5 modalités) : CDD privés ; CDD publics ; CDI privés ; Fonctionnaires ; Indépendants.

Ancienneté dans l’entreprise (5 modalités) : Inférieure à un an ; De un à cinq ans ; De cinq à dix ans ; Dix ans et plus ; Réponse manquante.

Temps de travail habituel (5 modalités) : Inférieur à 15 heures ; 15 à 29 heures ; 30 à 34 heures ; 35 à 39 heures ; 40 heures et plus.

Salaire (6 modalités) : Minimum : 60 € ; maximum : 7000 €.

1er quintile, jusqu’à 994 € (salaire – –) ; 2e quintile, de 995 à 1 624 € (salaire –) ; 3e quintile, de 1 625 à 1 999 € (salaire médian) ; 4e quintile (salaire +), de 2 000 à 2441 € ; 5e quintile, à partir de 2442 € (salaire + +), sans objet ou non renseigné.

Nombre de salariés dans l’entreprise (5 modalités) : Aucun salarié ; 1 à 49 salariés ; 50 à 999 salariés ; 1 000 salariés et plus ; Sans objet ou non déterminé.

Type d’activité principale de l’entreprise (Nomenclature d’activités françaises, NAF-700, révision 2, 2008) (5 modalités) : Organisme de formation continue des adultes ; Établissement d’enseignement secondaire technologique et professionnel ; Autres enseignements ; Divers secteur enseignement ; Autres secteurs d’activité NAF.

Catégorie juridique de l’établissement (5 modalités) : Administration (État, Collectivités locales, fonction publique hospitalière) et ÉPIC ; Associations (et fondations) et organismes privés spécialisés (Sécurité sociale, Syndicats, Comités d’entreprise, mutuelles…) ; Entrepreneur individuel ; Société commerciale (y compris étrangère) ; Réponse manquante.

Annexe 4. L’espace professionnel des agents de la formation.

Source : Insee, Enquête emploi 2012, PCS 423b et 372d, Exploitation originale.

La taille des points est relative à leur contribution au plan.

Haut de page

Notes

1 Au moment de la rédaction de son article sur la sociologie des professions (1973), Chapoulie était d’ailleurs rattaché au Centre de sociologie de l’éducation et de la culture, laboratoire dirigé par Pierre Bourdieu.

2 Notons que, revenant sur son travail quarante ans après, Fritsch précisera que ce constat n’avait pas de visée prédictive et apparaissait surtout « comme une potentialité non actualisée » (Fritsch, 2010, p. 53).

3 Cette construction statistique mériterait un examen à part entière (Lescure, 2004). Contentons-nous de préciser qu’en l’absence d’autres statistiques d’emploi, outre le fait qu’elles sont réputées représentatives, de par la régularité des enquêtes, ce sont surtout les seules à offrir une possibilité d’analyses diachroniques. De plus, ces statistiques prennent pour base les noms de métiers spontanément utilisés dans les déclarations individuelles des enquêtés. Prenant en compte l’identité subjective, elles constituent ainsi des données précieuses pour l’approche sociologique d’un groupe professionnel.

4 Jusqu’en 2003, les « moniteurs d’écoles de conduite » étaient associés aux « formateurs et animateurs de formation continue » et les « cadres spécialistes du recrutement » aux « cadres spécialistes de la formation ».

5 Limité, parce que contrairement à d’autres enquêtes de l’INSEE, seule la profession de l’ascendant direct est prise en compte, ce qui interdit de percevoir la trajectoire familiale sur plusieurs générations. Limité également, parce que considérer la seule profession du père pour estimer la position initiale dans l’espace social tend à négliger l’effet d’autres facteurs déterminants sur les parcours et les trajectoires en particulier le capital scolaire des parents et notamment celui de la mère. Androcentriste, enfin parce que ne voulant considérer que la profession paternelle, il refuse de prendre en compte l’activité féminine autrement que comme un substitut à celle de l’homme.

6 La faible nombre d’agents de la formation dans l’échantillon de l’enquête emploi (n = 1242) interdit cependant de procéder à une analyse très détaillée, et notamment une analyse par cohortes générationnelles.

7 Et ce constat est confirmé dans d’autres travaux, notamment ceux de Capelani (2001) qui mettent en évidence l’accentuation de la division du travail dans les métiers de la formation depuis les années 1970.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Source Insee, Enquêtes emploi, PCS 42.32 & 37.22 (nomenclature de 1982), exploitation originale.
URL http://edso.revues.org/docannexe/image/1127/img-1.png
Fichier image/png, 150k
URL http://edso.revues.org/docannexe/image/1127/img-2.png
Fichier image/png, 22k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel de Lescure, « La « théorie des nouvelles professions », une ressource heuristique pour penser la professionnalisation  », Éducation et socialisation [En ligne], 37 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://edso.revues.org/1127 ; DOI : 10.4000/edso.1127

Haut de page

Auteur

Emmanuel de Lescure

Maître de conférences, Université Paris Descartes, CERLIS (UMR 8070), emmanuel.delescure@parisdescartes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org