Navigation – Plan du site
Varia

Processus de construction de soi et choix professionnel chez les étudiants camerounais

François Xavier Kemtchuain Tague et Joseph Bomda

Résumés

Au Cameroun, l’orientation scolaire, universitaire et professionnelle est la fonction la moins partagée au sein de la communauté éducative. Le conseiller d’orientation, véritable professionnel de l’orientation, est mis à l’écart et vu tantôt comme un luxe, tantôt comme une sinécure. Eu égard à cet état de faits, cet article décrit et analyse le processus d’orientation des étudiants camerounais. Un échantillon de 183 étudiants, issus des Universités Catholique d’Afrique Centrale et de Yaoundé I ont rendu compte de la procédure de réalisation de leur choix professionnel en répondant à un questionnaire portant sur leur histoire de vie scolaire. De l’exploitation des données au moyen de la statistique descriptive et inférentielle et de l’analyse de contenu, il ressort que l’orientation des étudiants à l’université s’est faite en référence à des formes identitaires professionnelles anticipées, par construction a priori sous la pression de conformité sociale et par projection de reconstruction a posteriori d’un concept de soi satisfaisant. Au terme de l’observation et de l’analyse des données, nous avons posé les hypothèses de recherche devant être vérifiées dans des études ultérieures. Et ceci dans la partie conclusive du texte.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1 Le souci des pouvoirs publics pour la matérialisation du droit à l’information et à l’orientation scolaires et professionnelles des enfants camerounais date du lendemain de l’indépendance nationale (Bomda, 2008b ; Okéné, 2009 ; Tsala Tsala, 2007). Avant sa légalisation de suite de l’adoption de la Convention des nations unies relatives aux droits des enfants (art.28) en janvier 1993, le Fonds d’aide de la coopération française a contribué pendant longtemps, de 1968 à 1982, à la formation des premiers conseillers d’orientation et psychotechniciens camerounais avec l’ouverture d’une filière au pays en 1981 (Okéné, 2009 ; Tatangang, 2011). Durant cette période, l’orientation des élèves répondait au projet national de matérialisation des plans quinquennaux. Son épanouissement individuel était secondaire du moment où, celui qui refusait son orientation perdait sa bourse (Arrêté N° 157/H1/40/MINEDUC/SG/DPOS/SBS/1 du 16 Juillet 1979). Dans ces conditions, définir un choix professionnel et le confirmer plus tard relevait de la gageure. La puissance de l’Etat prévalait sur les aspirations et les intentions individuelles (Bomda, 2008b).

2Avec l’ouverture de la formation des conseillers d’orientation sur le sol camerounais, en 1981, 8 ans plus tard, le pays passe de l’ère de l’orientation diagnostique et prescriptive à celle de l’orientation éducative, dite intégrale (Okéné, 2013), destinée à doter l’élève des capacités à s’orienter tout au long de la vie tant sur les plans personnel, professionnel que social. Sur cette question, le Cameroun est partie prenante du programme d’orientation-conseil en Afrique dont il est signataire en 2005 (Kasséa, 2009). Seulement, l’ambition manque de ressources humaines indiquées pour avoir cours. De nombreux conseillers d’orientation formés, issus à 85 %, des sciences juridiques et économiques, abandonnent le métier, soit prés de 50 % en 2008 (Fonkoua & Youtha, 2008). Dans le même temps, de nombreux établissements scolaires, tant publics que privés, voient sur plusieurs années des élèves passés d’une classe d’orientation à une autre sans conseil.

3Dés lors, on est fondé de s’interroger sur la manière dont les étudiants camerounais définissent et confirment leur choix professionnel. Mieux, comment les étudiants camerounais parviennent-ils à se construire professionnellement quand l’organisation et le fonctionnement des services d’information et d’orientation scolaire les obligent à être des architectes sans expertise de leur devenir scolaire et professionnel ? La question est d’autant plus urgente que pour un État en construction, tant au niveau primaire que secondaire de son économie, l’essentiel des offres de formation, plus de 2/3, relève du secteur tertiaire (MINESUP, 2012b).

4L’orientation de suite de la stéréotypie professionnelle, des injonctions parentales et des conseils de classe d’orientation de fin d’année scolaire, du suivisme des pairs et du hasard ont pignon sur rue (Bomda, 2014). Poser un tel constat ne dit pas nécessairement comment les étudiants camerounais définissent leur projet professionnel et le confirment à un moment ou à un autre de leur parcours scolaire. Si une étude a déjà été menée dans la ville de Yaoundé sur le rapport entre l’orientation scolaire et l’accès au marché du travail (Bomda, Manto et Tanang, 2010), cette question n’est pas encore traitée. Cependant, sur le plan administratif, le Cahier des charges des conseillers d’orientation (MINESEC, 2009) indique ce qui devrait être fait pour aider les étudiants camerounais à construire leur projet professionnel. Mais le déficit des experts en orientation ne permet guère de donner suite au prescrit. En effet, des statistiques ci-dessus reprises, seulement 15 % d’établissements disposaient de conseillers d’orientation en 2008 (Fonkoua, Youtha, 2008).

5L’objectif du présent article est de rendre compte du questionnement mené autour des différents canaux empruntés par les étudiants camerounais pour construire leur projet scolaire et professionnel en dépit du déficit numérique des conseillers d’orientation et de la méconnaissance apparente des missions de ce dernier par la communauté éducative.

Recension des écrits

6Les écrits décriront l’importance de l’orientation professionnelle, le choix scolaire et professionnel au Cameroun et les procédures d’orientation scolaire et universitaire au Cameroun.

Orientation professionnelle, choix professionnel : aspect général du sujet

7L’orientation professionnelle a une importance particulière pour le devenir social et professionnel des individus (Guichard, 2004). Elle se trouve à la croisée des chemins, entre aspirations individuelles et besoins sociaux (Guichard, 2006). La modélisation du problème sociétal d’orientation, autrement dit d’opération de construction professionnelle, est étroitement liée à l’orientation scolaire (et universitaire), et celle-ci, corrélée à l’architecture des dispositifs de formation et des procédures mises en œuvre pour répartir les apprenants dans les différentes formations. Subséquemment, l’efficience du processus d’orientation dépend en majorité de la qualité des dispositifs mis en jeu pour répartir les élèves au travers des différentes filières de formations disponibles. En ce sens, la qualité du choix professionnel détermine en quelque sorte la construction de l’individu (Guichard, 2006). Ce qui confirme l’idée selon laquelle les choix et l’orientation professionnels d’un individu l’affectent tout au long de la vie (Tétreau, 2005). La compétence à s’orienter est incidemment ici d’une grande importance en ce sens qu’elle est la résultante de l’histoire développementale de l’individu. Auparavant, notons que le terme de compétence « …a fait son apparition de manière relativement récente dans le monde du travail, de l’emploi et de la formation » (Ardouin, 2005, p. 3). Elle a radicalement transformé les services d’orientation des pays à revenu élevé, « …qui ont dû s’ajuster aux besoins de la population » (Michaud, 2006, p. 1). Ce qui oblige l’individu à développer de nouvelles compétences (Le Boterf, 2000) dans la direction des exigences des employeurs et celles propres des emplois visés (Le Boterf, 2004).

Choix scolaire et professionnel au Cameroun : aspect particulier du problème

8L’histoire de la pratique de l’orientation scolaire à travers le monde, et plus précisément en France de qui le Cameroun hérite ses services d’orientation scolaire et professionnelle (Danvers, 1988 ; Guichard et Huteau, 2006), indique qu’on est passé du « comment bien conseiller et bien sélectionner les jeunes pour qu’ils puissent s’intégrer dans des apprentissages professionnels où leurs chances de réussite sont maximales […]» (Guichard, 2006, p. 9) au “Long Life designing for career construction” (Savicksa et al., 2009). Dans cette nouvelle perspective, l’orientation cesse d’être diagnostique et prescriptive pour devenir une éducation à l’orientation tout au long de la vie, tant sur le plan personnel, social que professionnel, et pour laquelle le conseil et l’accompagnement sont centraux (Schlossberg, 2005).

9En Afrique subsaharienne, en général, et au Cameroun, en particulier, en dépit de l’adoption de la philosophie nouvelle des services d’orientation, la problématique de l’orientation scolaire et professionnelle se pose en termes de méthodologie d’harmonisation individus-filière de formation, filières de formation-métiers et individus-filières de formation-métier (Bomda, 2014). La rareté des emplois formels obligeant, 10 % au Cameroun contre 90 % d’informel (Institut National de la Statistique, 2011), faute de voir les aînés réussir par l’école, l’individu est obligé d’opter pour une profession dans l’optique de survivre, cela même en dépit de nombreuses années de formation. La pauvreté, le chômage et surtout le manque d’informations précises et pertinentes sur le marché du travail local (Hansen, 2011) semblent aggraver la situation.

10Par ailleurs, dans les pays à revenu faible comme c’est le cas du Cameroun, les structures d’orientation professionnelle restent encore méconnues de la majorité des composantes du système éducatif et surtout des familles (Bomda et al. , 2010) ; Bomda, 2014). L’impression qu’on a au Cameroun est que l’orientation scolaire, universitaire et professionnelle paraît être la chose la mieux partagée par l’ensemble de la communauté éducative. Tout le monde ou presque peut la faire sans nécessairement avoir recours à un expert de l’orientation (Bomda, 2008a, 2008b). L’activité du conseilleur d’orientation « bute à des obstacles liés aux confusions de rôle » (Eboa Priso, 2008). L’absence d’une politique globale de l’orientation-conseil était pointée en 2009 (Okéné, 2009). Depuis qu’elle est en chantier (MINEFOP, 2011), les services d’orientation se retrouvent éparpillés dans plusieurs ministères en charge de l’éducation nationale sans aucune structure de coordination. Couplé au déficit quantitatif et qualitatif du personnel, cet état de choses n’est pas sans conséquences : il est à l’origine des orientations non muries. Le phénomène de l’inadéquation formation/emploi et la déperdition scolaire (redoublements et abandons) s’intensifient. Le plus souvent, au Cameroun, on fait l’école pour le fonctionnariat, et c’est faute d’emploi dans ce secteur qu’on pense à quoi faire pour vivre, survivre et faire vivre (Bomda, 2013b).

11En dépit d’un cadre juridique bien étoffé, les services d’orientation camerounais souffrent d’un manque d’engagement politique, de l’insuffisance quantitative et qualitative des conseillers d’orientation, de la gestion administrative et de carrière floue, de l’absence criarde de moyens techniques d’action, de la rareté des ressources financières. Dans ces conditions, les conseils de classe de fin d’année décident ou entérinent des orientations menées sans réelle assistance d’un expert de l’orientation (Sovet, 2013).

Les procédures d’orientation scolaire et universitaire au Cameroun

12La pratique de l’orientation scolaire au Cameroun date de 1945. A l’époque et par la suite, jusqu’en 1989, l’orientation vise l’adaptation de l’élève à une filière et par la suite à un métier qui lui donnera de contribuer aux plans quinquennaux de développement (Bomda, 2008b). Les commissions nationales d’orientation des élèves au moment du passage du secondaire au supérieur n’ont disparu qu’en 1989 alors même qu’elles avaient effets depuis 1979. A cette date, la Circulaire N° 06/G/59/MINEDUC/SG/DPOS/SOCUP du 19 Janvier fixe les activités et les règles de fonctionnement des services chargés de l’orientation scolaire et professionnelle. On va dès lors dissocier une phase pédagogique d’une autre dite administrative. Le premier plan programme d’orientation conseil de 2003 reprend ce programme au même titre que le Cahier des charges des conseillers d’orientation du secondaire (MINESEC, 2009). L’adoption du programme d’orientation-conseil en Afrique en 2005 posait déjà les balises du contenu de ce cahier (Bomda, 2008b ; Kasséa, 2009 ; Okéné, 2013).

13La phase pédagogique répond au projet d’éducation à l’orientation (Danvers, 1995 ; Huteau, 1997) ; le plus important étant d’amener le sujet par des activités de formation à se connaître, à connaître les milieux de formation et le monde professionnel. Ce qui répond au projet de l’UNESCO (1990) qui définit l’orientation-conseil comme : « Une pratique éducative de type continu, visant à aider chaque individu à choisir lui-même la formation la plus conforme à ses aptitudes, à ses goûts et intérêts, à s’y adapter et à résoudre éventuellement ses problèmes comportementaux, psychologiques, relationnels, personnels et sociaux en vue de son plein épanouissement personnel et de son insertion dans la vie active, en conformité avec les besoins du pays et ses perspectives de progrès économique, social et culturel ». Par contre, la phase administrative s’inscrit dans la contribution du service d’orientation dans la sélection et la répartition des élèves en fonction des disponibilités en termes de filières et des places. A ce propos, il participe aux différents conseils et réunions au sein de l’établissement au sein desquels il a généralement un pouvoir consultatif. Les tableaux ci-après présentent les différentes activités attendues du Conseiller d’orientation dans le cadre de l’orientation-conseil auprès des élèves.

Tableau 1 – Les services adaptés auprès des élèves

Les services adaptés

Objectifs

Activités

Stratégies utilisées

L’évaluation psychologique

Le Counseling

L’appui aux équipes pédagogiques et éducatives

L’assistance aux parents d’élèves

Explorer les aptitudes de l’élève afin de l’aider à faire des choix scolaires et professionnels judicieux

Aider les élèves grâce aux techniques d’entretien d’aide, à affronter leurs problèmes d’ordre physique, scolaire, affectif, personnel ou social en leur offrant une voie vers la prise de décision et la résolution de leurs problèmes en étroite collaboration avec d’autres services spécialisés

Amener les membres des équipes pédagogiques et des équipes éducatives à mieux percevoir le rôle du Conseiller d’Orientation et son apport dans l’épanouissement et la réussite scolaire de l’élève

Amener les parents à jouer un rôle adéquat dans l’orientation scolaire et professionnelle de leurs enfants

Administration des tests psychotechniques

Administration des tests de personnalité ou d’attitudes

Prise en charge des élèves en situation d’échec ou manifestant des troubles de comportement ou de comportements déviants

Participation aux réunions des équipes pédagogiques en tant que psychologue des apprentissages

Organisation des rencontres et/ou participation aux réunions des parents d’élèves

Batterie des Tests d’aptitudes 3e et Terminale (passation individuelle)

Arbre de Koch, Examen de la Méthode de travail (EMT) de B.Cantineaux, High SchoolPersonnality Questionnaire de R.B. Cattell, Échelle d’intelligence de Wecheschler pour enfants (WISC-R), Inventaire d’intérêts professionnels (IRM-R) de Rothweill-Miller

Entretien d’aide (face à face), focus-group

Communication au sein des instances telles que Assemblée générale des personnels, réunion des animateurs pédagogiques, réunion des départements, amicale des personnels, conférences

Causerie éducative, exposé-débat, conférence

Source : Cahier des charges des conseillers d’orientation au Cameroun, MINESEC, 2009

Tableau 2 – les activités administratives et de recherche du Conseiller d’Orientation

Activités administratives

Activités de recherche

Participation aux différents conseils de l’établissement

Élaboration des monographies sur les formations et les métiers de la localité

Participation aux réunions organisées par les responsables départementaux et provinciaux des enseignements secondaires

Étude du rendement scolaire et des tendances d’orientation dans l’établissement

Élaboration du tableau de bord de l’établissement scolaire (données statistiques)

Exploitation de la fiche d’orientation en classe de Terminale et des données issues de l’évaluation psychométrique et du counseling

Rédaction des rapports d’activités

Participation aux projets de recherche initiés par les Services départementaux, provinciaux et centraux en charge de l’Orientation Scolaire

Suivi et encadrement des élèves stagiaires de l’École Normale Supérieure

Suivi de la mise en œuvre des textes réglementaires en matière d’Orientation Conseil dans l’établissement scolaire

Participation à l’élaboration de l’emploi du temps de classe avec le Censeur

Source : Cahier des charges des conseillers d’orientation au Cameroun, MINESEC, 2009

Tableau 3 – les activités de formation menées par les conseillers d’orientation auprès des élèves dans un établissement scolaire

Modules de formation

Objectifs spécifiques

Sessions de formation (SF)

I : Connaissance des milieux éducatifs

II : Aide à la réussite scolaire de l’élève

III : Aide au développement de la personnalité de l’élève

IV : Aide à l’insertion socioprofessionnelle de l’élève

V : Approche psycho-affective et sociale de la sexualité des adolescents

Apprendre à Apprendre

Apprendre à Apprendre

Apprendre à vivre

Apprendre à travailler

Apprendre à vivre

SF101 : présentation du système éducatif camerounais

SF102 : présentation de l’établissement scolaire camerounais

SF103 : Connaissance de l’orientation-Conseil

SF104 : Informations sur les filières d’études et leurs débouchés académiques et professionnels

SF201 : Exploration des aptitudes et des intérêts de l’élève

SF202 : Initiation aux Techniques d’Apprentissage des matières enseignées

SF203 : Aide à l’amélioration des performances scolaires

SF204 : Initiation à l’élaboration du projet scolaire

SF301 : Formation de la personnalité

SF302 : Initiation à la connaissance des normes et valeurs sociales

SF303 : Présentation de quelques troubles de la personnalité et des comportements déviants

SF304 : Aide à la recherche des solutions aux problèmes personnels ou relationnels

SF305 : La prise de décision

SF306 : La notion d’affirmation de soi

SF401 : Présentation des réalités du monde du travail

SF402 : Initiation à l’élaboration du projet professionnel

SF403 : Initiation aux techniques de recherche d’un emploi

SF404 : Préparation à l’auto-emploi

SF501 : La notion de sexualité SF502 : Le développement psycho sexuel : de l’enfance à l’âge adulte

SF503 : L’approche sociale de la sexualité des adolescent(e) s

SF504 : Risques et périls liés à la sexualité

Source : Cahier des charges des conseillers d’orientation au Cameroun, MINESEC, 2009

14Au regard des différents tableaux, il est évident, du moins sur le plan du prescrit, que tout est prévu pour que l’étudiant camerounais ait bénéficié a posteriori d’une éducation à l’orientation et du conseil en éducation. Seulement, entre la théorie et la pratique, il semble exister un disfonctionnement en termes de mise en œuvre des procédures d’orientation professionnelle au Cameroun (Bomda, 2008a, 2008b ; Okéné, 2009 ; Tsala Tsala, 2007). Ce qui demande de savoir comment les étudiants s’orientent dans les différentes filières de formations.

Méthodologie

L’univers de l’étude

15Il concerne l’Université de Yaoundé I (UYI) et l’Université Catholique d’Afrique Centrale. Elles ont été choisies à cause de la qualité de la diversité culturelle estudiantine y résidant.

Les participants à l’étude

16Notre attention a été portée sur les étudiants. L’élaboration de leur projet professionnel est toujours soit une construction a priori ou a posteriori.

La sélection des participants à l’étude

17La méthode d’échantillonnage aléatoire stratifié a été utilisée. Ainsi, nous avons divisé la population cible en plusieurs strates mutuellement exclusives et sélectionné la population à partir de chaque strate des échantillons indépendants. L’échantillon (voir tableau 4) a été constitué sur la base des variables stratégiques suivantes :

  • Être régulièrement inscrit à l’Université de Yaoundé I ou l’Université Catholique d’Afrique Centrale,

  • Avoir choisi une filière de formation,

  • Suivre des cours dans une filière de formation donnée.

Tableau 4 – présentation des universités : nombre d’envois, de retours et taux de réponse

Les modalités

Université Catholique

Université de Yaoundé I

Envois de réponse

96

87

retours

96

87

Taux de réponse

100 %

100 %

L’instrument de collecte des données

18Le recueil des données s’est fait à l’aide d’un questionnaire. Les questions ont été validées par les comités d’approbation des deux universités suscitées. Ce questionnaire comprend trois parties. Une fiche signalétique. Celle-ci a permis de récolter les informations relatives au genre, à l’âge, à l’état civil, à l’expérience professionnelle, à la filière de spécialisation, au type de baccalauréat obtenu, au nombre d’enfants à charge. Dans ce manuscrit, seule la variable « âge » sera exploitée. La deuxième partie du questionnaire est relative à l’objet de notre étude. La troisième partie est en fait une note introductrice adressée aux étudiants pour leur expliquer l’objet de l’étude.

Pré-test

19Afin de tester les instruments de collecte de données et d’évaluer l’ordre de grandeur du taux de réponse auquel l’enquêteur pourra s’attendre pour l’enquête, un pré-test a été conduit auprès des étudiants fréquentant une autre université localisée dans la même région que notre univers d’étude. Aucune question n’a été modifiée.

L’exploitation des données collectées

20Pour traiter les données collectées, nous nous sommes servis de l’analyse statistique (statistique descriptive et inférentielle) pour rendre compte du contenu des fréquences des phénomènes observés et de leur distribution ainsi que celle des liaisons entre variables ou entre modalités de variables retenues. Cette première technique est appuyée par l’analyse catégorielle, qui entre dans la catégorie des analyses thématiques (Quivy et Campenhoudt, 1995).

Résultats

21Notre échantillon est constitué de 183 étudiants choisis de façon aléatoire dans les Université Catholique d’Afrique Centrale (UCAC) et de Yaoundé I (UYI). L’âge moyen des étudiants de l’UCAC est de 21 ans avec un écart-type de 4.58. Celui des étudiants de l’UYI est plutôt de 25 ans avec un écart-type de 3.58. Au Cameroun, l’individu atteint la majorité civile à 21ans (Pondi, 2010). Seulement, le tableau 1 nous fait constater que le choix professionnel des étudiants s’est fait sous les formes explicitées de la commande.

Tableau 1 – Prescription du choix professionnel

VB

VA

UCAC

UY1

Total

Parents

62

36

98

Moi-même

17

26

43

Une connaissance

9

19

28

Les affiches

1

1

2

Enseignant

2

5

7

Evêque

2

0

2

Congrégation

2

0

2

Communauté religieuse

1

0

1

Total

96

87

183

VB = cohorte estudiantine, VA = répartition qualitative des choix opérés

22Nous constatons que pour un ddl =7, le χ2t =14,067 pour un risque de 0,05. Or χ2 =15,89 → χ2 > χ2t : les variables VA et VB sont dépendantes. On remarque que l’orientation scolaire est la chose la moins partagée par l’ensemble de la communauté éducative. Plus encore, la pratique du conseiller d’orientation au Cameroun bute à des obstacles liés aux confusions de rôle. On observe enfin que l’orientation à l’université des étudiants découle des injonctions parentales (l’orientation dans une filière professionnelle est influencée par la pression du parent ou du tuteur), des leçons de l’informel (le sujet s’oriente dans une filière à partir des affiches publicitaires), des jugements professoraux (les notes obtenues en classe) et du suivisme des pairs (le sujet s’oriente dans une filière professionnelle par imitation des autres étudiants).Cela voudrait dire qu’il devrait exister un lien entre les choix réalisés par les étudiants et la possibilité qu’ont ceux-ci à réitérer le même choix professionnel si l’occasionnel leur était une fois de plus donnée.

Tableau 2 – « Ré-opération » du même choix professionnel

VB

VA

UCAC

UY1

Total

Oui

71

59

130

Non

25

28

53

Total

96

87

183

VB = cohorte estudiantine, VA = constatation du choix opéré

23Mais, pour un ddl =1, le χ2t =3.84 pour un risque de 0,05. Or χ2 =0,82 → χ2 < χ2t : La différence entre les effectifs observés et les effectifs théoriques n’est pas significative, elle résulte des seules fluctuations d’échantillonnage. Du fait que les différences au niveau de l’échantillon ne sont pas significatives statistiquement, nous ne pouvons pas extrapoler ces valeurs à l’ensemble de la population universitaire. Ainsi, sachant que les études supérieures n’aboutissent pas aux professions auxquelles elles semblent naturellement conduire (Nguiambo & Kani, 2011) du fait des contraintes économiques, sociales : « j’ai choisi cette filière parce que la profession de psychologue n’a pas de débouchés au pays » stipule le répondant n° 25UCAC), les étudiants vont s’orienter vers une profession ayant une « insertion professionnelle avantageuse » tel indiqué par le répondant n° 53UCAC et plus encore par le tableau 3.

Tableau 3 – Recensement des professions facilitant l’insertion professionnelle ?

VB

VA

UCAC

UY1

Total

Oui

63

42

105

Non

33

45

78

Total

96

87

183

VB = cohorte estudiantine, VA = la qualité du point de vue

24Pour un ddl =1, le χ2t =3.84 pour un risque de 0,05. Or χ2 =5,6 → χ2 > χ2t : les variables VA et VB sont dépendantes. On constate que 57 % des étudiants prospectent les métiers pouvant leur permettre de mieux se réaliser dans la vie, « avoir une formation où je peux facilement avoir du job (boulot) et m’épanouir » comme indique le répondant n° 25UYI. Ceci n’est possible que si le sujet fait un retour sur son histoire personnelle (ses expériences, etc.) : « j’aimais l’électricité dès mon enfance » dévoile le répondant n° 23UYI. Pendant cette étape, le sujet recueille de l’information, il établit des hypothèses tout en évitant de juger à l’avance (Parsons, F., 1909). Ce qui lui permet de répondre à la question de « la finalité de la formation et les parcours scolaires et professionnels » (répondant n° 13UYI). Il s’agit pour le sujet de construire son projet professionnel tout en rompant avec les a priori, les fausses évidences qui nous donnent l’illusion de comprendre les choses. Ainsi, à la question de savoir : « …les qualités nécessaires et les compétences à acquérir [pour exercer les métiers visés] » (répondant n° 55UCAC), le répondant n° 3UCAC souhaitant devenir magistrat, stipule « il faut être juste, honnête, loyal, droit ». Le sujet se construit donc en références à des formes identitaires professionnelles anticipées (les professions que l’élève aimerait exercer (Dumora, 1990 ; Dubar, 1992 ; Guichard, 2004), « être un bon chimiste en chimie de coordination » tel indiqué par le répondant n° 36UYI.

25A côté de ce processus construit a priori sous la pression de conformité sociale, les étudiants comptent reconstruire a posteriori une fois la première formation issue de la première orientation terminée comme découvert chez le répondant n° 46UCAC : « j’ai choisi les sciences sociales parce que plus tard je ferai management ou développement des projets ». Dans ce cas, la construction du projet professionnel entre dans l’engagement pour le sujet de construction d’un concept de soi satisfaisant et réaliste (Super, 1990). Autrement dit « être épanoui dans l’exercice de mon métier… » comme l’affirme le répondant n° 49UCAC).

26De ce qui précède, il en ressort que les étudiants découpent, sur la carte cognitive des professions, un territoire de professions intéressantes. Cette opérationnalisation du choix professionnel tenant compte de la représentation sociale des métiers, pose la problématique de l’existence d’une carte cognitive des professions qu’un groupe d’étudiants partageraient ensemble. Subséquemment, elle est à la base d’une stéréotypie professionnelle occultant une hiérarchisation des métiers comme le montre le tableau 4.

Tableau 4 – Catégorisation du choix professionnel

VB

VA

UCAC

UY1

Total

Ces formations facilitent l’obtention de l’emploi

7

6

13

Ces formations permettent d’avoir des compétences nécessaires à la réalisation d’activités sur le champ du travail

21

15

36

Ces formations concourent à une identification personnelle, sociale ou familiale

9

2

11

Ces formations ont un effet épistémique

12

3

15

Ces formations facilitent les contacts sociaux

3

1

4

Ces formations facilitent l’acquisition des avantages matériels

3

4

7

Aucun argument

41

56

97

Total

96

87

183

VB = cohorte estudiantine, VA = énumération argumentaire

27Pour un ddl =1, le χ2t = 12,59 pour un risque de 0,05. Or χ2 = 13,96 → χ2 > χ2t : les variables VA et VB sont dépendantes.

Discussion

28Il s’avère donc nécessaire de proposer des perspectives ouvertes visant à structurer les services d’orientation camerounais, l’objet de la deuxième partie de notre travail.

L’augmentation qualitative et quantitative des centres de formation des acteurs de l’orientation scolaire et professionnelle

29La carence quantitative des conseillers d’orientation maintient ces acteurs dans un état de surcharge cognitive. Subséquemment, l’information sur les études supérieures et leurs débouchés, au demeurant ponctuelle (Nguiambo & Kani, 2011), sert plus à canaliser les flux d’étudiants qu’à véritablement les aider à construire des projets scolaires et professionnels rationnels et cohérents (Loupoupou, 2002). Le discours du répondant n° 58UYI est évocateur : « cette filière m’a été presque obligée par les conseillers d’orientation et sur les bases non logiques ». Ces pratiques dirigistes amenuisent les rapports entre l’offre et la demande de formation (Kouadio A, 1996). A la carence quantitative des conseillers d’orientation, il faudrait ajouter la qualité du recrutement et de la formation de ces acteurs de l’orientation scolaire et professionnelle (Bomda, 2008a). Pour rehausser la qualité de la formation de ces acteurs de l’orientation, la place centrale de la psychologie, de la sociologie de l’éducation et de la psychométrie dans leur formation, devrait constituer aujourd’hui l’objet des réflexions actuelles (Bomda, 2008a).

La qualité de la gestion des structures institutionnelles

30La pénurie quantitative des conseillers d’orientation au Cameroun est aussi accentuée par la fuite de ceux-ci vers d’autres secteurs d’activités plus rémunérateurs ou prestigieux (Okéné, 2009). Cela pose le redéploiement des conseillers d’orientation une fois leur formation terminée. Au lycée d’Anguissa/Nkoldongo au Cameroun, l’on constate que deux conseillers d’orientation s’occupent de plus 2000 élèves. Nous y avons aussi découvert qu’une conseillère d’orientation venait juste d’être affectée dans un ministère de la place à un poste plus prestigieux. Bomda (2008b) ne dit rien d’autres quand il affirme qu’au Cameroun, les conseillers d’orientation sont disponibles seulement dans la capitale ou les grandes villes. Les élèves vivant dans les campagnes, sont abandonnés à eux-mêmes.

Conclusion

31Notre travail a porté sur les pratiques d’orientation professionnelle des adultes et construction de soi. Et il a été question de savoir comment le sujet est parvenu à définir ses projets personnels et professionnels dans une situation dans laquelle il s’est trouvé obligé d’être l’architecte de son propre devenir professionnel. Pour y parvenir, nous nous sommes fixés deux objectifs à savoir : présenter les différents canaux empruntés par le sujet en situation d’opérationnalisation de son orientation vocationnelle dans un environnement socio-éducatif dans lequel le professionnel de l’orientation est en manque. Ensuite, faire état des perspectives ouvertes par notre recherche pour une structuration nouvelle des services d’orientation.

32A l’aide d’un questionnaire, nous avons recueilli des données que nous avons analysées à travers une analyse statistique pour les questions fermées et une analyse de contenu pour les questions ouvertes. Dans la phase de confrontation, nous avons apporté des propositions visant à restructurer les systèmes d’orientation scolaire et professionnelle camerounais. A l’issue de l’analyse, nous pouvons formuler les arguments suivants :

  • Tous les êtres humains, formés à la compétence à s’orienter par le transfert des apprentissages en counseling d’orientation, sont capables d’opérer des choix professionnels éclairés ;

  • Les conseillers d’orientation aident toujours les individus à opérer les meilleurs choix professionnels ;

33 Pour terminer, nous disons que la prise en compte d’une population universitaire plus importante et, à l’intérieur de celle-ci, d’échantillons de sujets plus représentatifs s’impose pour l’avenir. A ce niveau de la recherche, il faudrait poser parmi les enjeux, l’adaptation et la contextualisation des pratiques professionnelles dans le champ de l’orientation scolaire et professionnelle.

Haut de page

Bibliographie

Akondzo Nguiambo, J., Kani, M-M. (2011). Les intentions d’orientation de futurs bacheliers du second degré togolais, La Recherche en Éducation, 6, 56-82.

Ardouin, T. (2005). Pour une épistémologie de la compétence. Dans Astolfi J.P. (dir.), Savoirs et acteurs de la formation, PURH, Rouen, p. 3.

Bomda, J. (2008a). Orientation-conseil scolaire, universitaire et professionnelle au Cameroun : L’urgence d’une remédiation. Paris : L’Harmattan.

Bomda, J. (2008b). Le conseiller d’orientation scolaire, universitaire et professionnelle au Cameroun : un luxe ? Une sinécure ? Yaoundé : CEPER.

Bomda, J. (2013b). Droits à l’éducation et à l’orientation scolaire et professionnelle. Analyse d’une discrimination constante ? L’exemple camerounais. Manuscrit non achevé, Yaoundé.

Bourgeois, E. & Nizet, J. (2005). Apprentissage et formation des adultes. Paris : PUF.

Braunstein, J-F., Pewzner-Apeloig, E. (2005). Histoire de la psychologie. Paris : Armand Colin.

Danvers, F. (1988). Pour une histoire de l’orientation professionnelle. Histoire de l’éducation, 37, 3-15.

Danvers, F. (1995). « L’orientation (scolaire et professionnelle), matière d’enseignement ? », SPIRALE-Revue de recherche en Éducation, 14, 165-179.

Dubar, C. (1992). Formes identitaires et socialisation professionnelle, revue française de sociologie, 33 (33-4), 509-529.

Dumora, B. (1990). La dynamique vocationnelle chez l’adolescent de collège : continuité et ruptures, L’Orientation Scolaire et Professionnelle, 19 (2), 111-127.

Eboa, P. (2008). L’orientation scolaire et universitaire au Cameroun : l’urgence de nouvelles attitudes. Récupéré à http : www.20mai.net/2008/09/07/lorientation-scolaire-et-universitaire-au-cameroun-lurgence-de-nouvelles-attitudes

Fonkoua, P., & Youtha, R. (2008, mars 20). Le conseiller d’orientation, sa formation et sa pratique au niveau des enseignements secondaires. Communication présentée à la Table ronde sur les services d’orientation et le système LMD, AUF-Yaoundé, Yaoundé, Cameroun.

Guichard, J. (2004). « Se faire soi », L’orientation scolaire et professionnelle, 33, 499-534.

Guichard, J. (2006). Pour une approche copernicienne de l’orientation à l’école. Rapport au Haut Conseil français de l’Éducation

Guichard, J., & Huteau, M. (2006). Psychologie de l’orientation. paris : Dunod.

Guth, S. (1997). Lycéens d’Afrique. Paris : L’Harmattan

Hansen, E. (2011).). Orientation professionnelle. Manuel didactique à l’intention des pays à revenu faible ou moyen. Genève, Suisse : Les éditions du Bureau International du Travail

Huteau, M. (1997). L’Éducation à l’orientation ne se limite pas à l’aide à la formation des projets, Administration et Éducation, n° 73, 7-13.

Joule R.V., Beauvois J.L. (1998). « La soumission librement consentie : comment amener les gens à faire librement ce qu’ils doivent faire ? ». Paris, France : PUF

Kasséa, R. (2009, décembre 18). Programme Orientation et Conseil pour le Développement de la Jeunesse Africaine (POC). Communication présentée à Colloque international : La recherche en éducation dans les pratiques et politiques éducatives en Afrique, Bamako, Mali.

Kouadio A. (1996). Vœux et pratiques d’orientation. L’exemple de l’orientation en fin de troisième en Côte d’Ivoire, SPIRALE-Revue de Recherche en Éducation, 18, 79-96.

Le Boterf, G. (2000). De la compétence à la navigation professionnelle. Paris, France : les Éditions d’organisation

Le Boterf, G. (2004). Construire les compétences individuelles et collectives. Les réponses à 90 questions. (3e édition). Paris, France : les Éditions d’organisation

Michaud, G. (2006). Développer la compétence à s’orienter par le transfert des apprentissages en counselling d’orientation, Carriérologie, 10 (4), 629-647.

Okéné, R. (2009). Défis et perspectives de l’orientation-conseil au Cameroun. Paris : L’Harmattan

Okéné, R. (2013). L’orientation des jeunes en Afrique. Paris : L’Harmattan

Parsons, F. (1909). Choosing a vocation. Boston, MA: Houghton-Mifflin

Piper, E., & Kasséa, R. (2004). Guidance, Counselling and Youth Development Programme in Africa. Evaluation Report. Genève: UNESCO

Quivy, R., Campenhoudt, L.V. (1995). Manuel de recherche en sciences sociales. Paris : Dunod

Savickas, M.L., et al. (2009). Life designing: A paradigm for career construction in the 21th century. Journal of Vocational Behavior, 75, 239-250.

Sovet, L. (2013, septembre). Démocratisation de l’éducation en Afrique Noire francophone : Quelle place pour l’orientation scolaire et professionnelle ? Communication présentée à la Caree’s guidance International Conference, Montpellier, France.

Schlossberg, N. (2005). Aider les consultants à faire face aux transitions : le cas particulier des non événements, l’Orientation Scolaire et Professionnelle, 34, 85-101.

Tatangang, N. H. (2011). Éducation-Formation-Emploi : La clef du développement de L’Afrique à l’ère de La mondialisation. Bloomington : Xlibris Corporation

Tétreau, B. (2005). L’essor d’une psychologie des intérêts professionnels, Carriérologie, 10 (1), 77-118.

Tsala Tsala, J.-P. (2007). Formation et pratique de l’orientation scolaire et professionnelle au Cameroun. Annales de la Faculté des Arts, Lettres et Sciences Humaines, 1, 121-158

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Xavier Kemtchuain Tague et Joseph Bomda, « Processus de construction de soi et choix professionnel chez les étudiants camerounais », Éducation et socialisation [En ligne], 38 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 27 avril 2017. URL : http://edso.revues.org/1357 ; DOI : 10.4000/edso.1357

Haut de page

Auteurs

François Xavier Kemtchuain Tague

Doctorant (Université de Sherbrooke/Université Catholique de l’Ouest d’Angers)

Joseph Bomda

Conseiller d’orientation-psychologue, École Supérieure de Yaoundé 

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org