Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Les articles de ce dossier sont issus d’un symposium s’intitulant « Les effets des pratiques à visée philosophique à l’école primaire et dans l’enseignement spécialisé : du coté des élèves, du coté des enseignant » et organisé par le CREN en juin 2013 à l’occasion du colloque international sur « Les questions vives en éducation et formation : regards croisés France Canada ». Ce symposium réunissait des chercheurs français et québécois autour des problématiques suivantes :

2La pratique de la philosophie à l’école primaire et dans l’enseignement spécialisé se développe partout dans le monde - et en France et au Canada en particulier - depuis plus d’une trentaine d’années. Si ces expérimentations répondent au besoin de démocratisation d‘une discipline scolaire réputée comme élitiste et hermétique, elles mettent également en avant le principe d’éducabilité de tous les élèves et interroge le rapport à la culture, à la transmission et au savoir.

3Cette rencontre entre la philosophie, discipline réputée comme difficile et exigeante, et le monde de la grande difficulté scolaire, du handicap, des besoins spécifiques d’éducation, semble a priori improbable. Comment concilier d’un côté exigence de la pensée et du langage, rigueur de la réflexion, référence à des auteurs difficiles et de l’autre grande difficulté d’apprentissage ? De fait dans le système éducatif français, l’enseignement de la philosophie reste cantonné aux seules classes des lycées généraux et technologiques, mais pas professionnels, signifiant ainsi qu’il faudrait pour commencer à philosopher avoir déjà atteint non seulement une certaine maturité intellectuelle et affective mais aussi un bagage culturel conséquent. Les expérimentations dès l’école maternelle et dans l’enseignement spécialisé bouleversent ainsi considérablement les représentations traditionnelles du modèle de transmission de cette discipline. Or, c’est souvent justement en regardant à la marge que le chercheur peut déceler des objets d’études et des éléments de réflexion particulièrement éclairants pour l’école d’aujourd’hui et de demain. Ces pratiques interrogent ainsi plus largement le sens de la transmission scolaire, l’adaptation inhérente à toute action pédagogique, la nécessité d’une posture réflexive sur sa pratique d’enseignant et le rapport au savoir et l’estime de soi des élèves les plus fragiles.

4 Les textes ici rassemblés posent plus particulièrement la question du rapport au savoir que soulèvent ces expérimentations de pratiques à visée philosophique. Il s’agit ainsi de sortir de la seule didactique de la philosophie. Car la volonté d’apprendre à philosopher dès le plus jeune âge dépasse largement la nécessité de démocratiser l’accès à une discipline cantonnée aux classes terminales des lycées généraux et technologiques, mais interroge en fait plus profondément les finalités de l’école et la nécessité de permettre à tous les élèves de retrouver le sens de l’apprentissage et la saveur des savoirs (Astolfi, 2008). Nous rejoignons ici les injonctions de J. Lévine et M. Develay pour une anthropologie des savoirs scolaires :

« Quand on voit à quel point une grande partie du savoir scolaire que nous transmettons est fossilisée, on se plait à penser à ce que pourrait être un enseignement qui saurait faire retour aux sources d’où sont nés les savoirs. Nous ne pouvons plus laisser croire qu’une présentation abstraite, où le mot occulte des choses vivantes et des être en chair et en os, peut se suffire à elle-même sans avoir à restituer les mouvements émotionnels, les étonnements, les démarches, tantôt conquérantes, tantôt dépressives, qui ont fait vibrer les découvreurs. Il ne saurait y avoir de pédagogie des disciplines qui ne transporte dans le champs scolaire, sur le mode d’un puissant retour aux sources, la vitalité et les émotions qui ont accompagné la plupart des grandes découvertes » (2003, p. 12).

5Ainsi, plus que de simples moments de philosophie déconnectés des autres apprentissages, il s’agit de penser comment la philosophie peut insuffler du sens à ce que les élèves doivent apprendre. Il s’agirait alors de penser aux conditions de possibilité d’une école philosophique, d’une école où les élèves seraient appelés à s’interroger sur les fondements épistémologiques des savoirs enseignés, où ils seront invités à retrouver l’étonnement originel à la source des connaissances.

6Tels étaient les postulats, hypothèses, questions posés lors de ce symposium. Les articles sont donc issus de recherches pluri-catégorielles menées auprès de publics scolarisés en ZEP (maternelle et élémentaire), relevant de l’enseignement adapté ou des Besoins Éducatifs Particuliers à la fois en France et au Canada.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edwige Chirouter, « Éditorial  », Éducation et socialisation [En ligne], 39 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://edso.revues.org/1374

Haut de page

Auteur

Edwige Chirouter

Maître de conférences, Université de Nantes (CREN, ESPE), France. Expert auprès de l’UNESCO «  Des ateliers de philosophie à une école philosophique »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org