Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Guigue, M., Sirmons, R., L’instruction en famille. Une liberté qui inquiète

Paris : L’Harmattan (collection Savoir & Formation), 2015
Richard Étienne
Référence(s) :

Guigue, M., Sirmons, R. (2015). L’instruction en famille. Une liberté qui inquiète. Paris : L’Harmattan, collection Savoir & Formation.

Notes de la rédaction

Ce compte rendu est la version longue d’une recension écrite pour le site des Cahiers pédagogiques.

Texte intégral

1Faut-il en finir avec la notion d’obligation scolaire ou de scolarité obligatoire largement utilisée dans notre pays ? C’est, à juste titre, par une étude de ce qui fonde la doxa juridique que commence le livre rédigé par Michèle Guigue et Rébecca Sirmons avec les contributions de Laetitia Branciard et Aleksandra Pawlowska. Elles rappellent que l’article 4 de la loi Ferry n’instaure que l’instruction primaire obligatoire (comment la définir ? avec quels contenus et quelle maîtrise ?) et que la décision de la forme et du lieu appartient de nos jours à « l’autorité parentale ». C’est même par un retournement assez inattendu que cette obligation s’inscrit dans les droits de l’enfant qui peut être instruit dans une école publique, privée ou par toute personne désignée par cette « autorité parentale » qui a remplacé en 1985 celle du « père de famille » (1882). Le priver de ce droit revient à le maltraiter, et, comme nous sommes dans un État de droit, c’est à lui que revient la responsabilité d’en suivre la bonne exécution, pas forcément le monopole de sa mise en œuvre. Cette particularité de notre système juridique le montre de plus en plus régalien alors que les constructions anglo-saxonnes sont beaucoup plus axées sur un modèle communautaire dont les familles constituent le premier échelon.

2Dès lors, surgit, en France, une autre question bien plus difficile à traiter : comment contrôler l’instruction qui échappe à l’État ? Qui doit en être chargé ? Voire même, est-il légitime de le faire ? C’est la preuve de la puissance de l’église catholique que sa capacité à avoir retardé d’un siècle la laïcisation de l’école et même d’avoir obtenu le maintien du concordat depuis 1919 dans trois départements. Nous pouvons observer là une faille dans l’idée largement répandue de l’État éducateur. Philippe Meirieu avait détecté cette menace pour l’école de la république dans le livre de 1987, co-rédigé avec Philippe Guiraud, où il proposait de faire de l’école obligatoire la solution alternative à la guerre civile. Il voulait en finir avec l’hypocrisie d’une instruction obligatoire réalisée sans moyen de contrôle indiscutable et indiscuté. Il s’agissait déjà de penser l’éducation à la citoyenneté en réunissant l’ensemble des élèves dans une même école. La liberté de choix laissée à la famille est une exception dans une république où toutes les autres institutions bénéficient d’un monopole (l’armée, les impôts et la justice, par exemple).

3L’enfant roi et la famille, cellule suprême de la vie en société, fournissent-ils une alternative crédible à l’école rationnelle inventée par les frères des écoles chrétiennes et perfectionnée par un siècle et demi de laïcité ? C’est la question que pose L’instruction en famille, une liberté qui inquiète. On pourrait s’attendre à un ouvrage apologétique, comme il en existe tant, mais le principal mérite de celui-ci est de se fixer une ligne scientifique. Trop souvent, en effet, les prosélytes du libéralisme éducatif entonnent un double discours de propagande pour l’instruction en famille (IEF), sans en reconnaître les limites ou les échecs, et de critique outrancière de l’école, publique ou privée. Michèle Guigue établit un état des lieux qui ne montre aucune complaisance à l’égard d’un système qu’il ne faut pas confondre avec le refus d’instruction (le unschooling).

4Aleksandra Pawlowska consacre un chapitre à l’étude des motivations des familles, qu’elles aient ou non scolarisé leurs enfants pendant un certain temps. Fondée sur 40 familles repérées grâce à une association, cette recherche a le mérite de mettre en évidence quelques caractéristiques mettant évidence le rôle des mères (37 sur les 40 répondants) dont plus de la moitié n’exercent pas de profession et dont le nombre d’enfants et le niveau d’études sont supérieurs aux moyennes nationales. Les raisons invoquées pour le choix de ce type d’instruction concernent d’abord l’enfant (soit des enfants intellectuellement précoces soit des enfants en difficulté scolaire comme c’est le cas de Benjamin, pp. 91-105, même si ce ne sont pas les seuls concernés) puis le refus d’une instruction imposée par l’État dont l’école est incapable d’assurer une « bonne scolarisation ». En conclusion, « l’école apparaît toujours en creux » (p. 75) dans le discours adressé de ces mères sans que l’on comprenne bien comment le choix de l’IEF permet de remplir ce creux en termes de savoirs.

5Rébecca Sirmons a, pour sa part, connu l’école élémentaire en France mais, écrit-elle, « l’école m’a déçue » (p. 77) car « il fallait attendre » (p. 77 et 78) et l’anaphore de cette expression montre le décalage entre son désir d’apprendre et la manière dont l’enseignant le décevait. Dès la 6ème sa mère a fait le choix de l’enseignement par correspondance pour elle (et pas pour son frère surchargé de devoirs ?), choix qu’elle a reproduit avec l’accord de son mari pour ses quatre enfants. La conclusion de son chapitre montre l’orientation très familiale de son point de vue : « on pourrait dire que cette proximité avec mes enfants est, pour moi, une façon de réenchanter le monde » (pp. 88-89).

6La deuxième partie consacrée aux perspectives internationales compte quatre chapitres tous rédigés par Rébecca Sirmons. De fait, ce sont surtout les réalisations et travaux nord-américains qui sont convoqués avec une intention de rigueur ; parfois difficile à tenir pour une chercheuse engagée qui a du mal à échapper à certains biais, comme en témoigne cette interpellation énigmatique : « Et si le homeschooling était une manière de s’affranchir d’un contrôle extérieur pour mieux exercer la démocratie ? » (p. 119). Bien plus pertinentes paraissent les pages consacrées aux deux polarités de l’IEF nord-américaine dans laquelle les idéologues semblent plus en difficulté que les pédagogues car la réalité des savoirs et de l’apprentissage formel l’emporte largement sur les théories de l’apprentissage informel à la base du unschooling évoqué mais guère développé par la suite. Les cours par correspondance, les manuels et, de plus en plus, internet fournissent des supports pour l’enseignement à la maison. Parmi les arguments avancés en faveur de l’IEF, figure en bonne place la réussite à l’université des anciens bénéficiaires de ce système. L’IEF serait-il le moyen de court-circuiter l’école pour mieux parvenir à l’université ? La réussite des anciennes et anciens du homeshooling est peu étonnante si l’on réfère le niveau d’études des mères à celui de la population qui parvient au terme de ses études supérieures !

7Le plaidoyer pour la liberté que procurerait l’instruction en famille (mais quelles familles ? le sujet est abordé sans être vraiment traité malgré une omniprésence maternelle dans la conduite des enseignements) se double d’un discours, parfois repris sans la distance critique nécessaire, sur les paradoxes d’une éducation qui assurerait une meilleur socialisation. Ainsi, à la page 197 est-il affirmé : « Les parents considèrent que la socialisation scolaire empêche une bonne socialisation, c’est-à-dire confiante et respectueuse ». Or, ce paradoxe n’est pas discuté : il ne serait donc de bonne socialisation que familiale. Comment comprendre alors le cri d’André Gide : « Familles, je vous hais » ? Mieux vaut reprendre la réponse de Freud à une mère qui s’inquiétait à la lecture des ouvrages du père de la psychanalyse : « Faites ce que vous voulez, ce sera toujours insuffisant ». Certes, et la lecture de l’ouvrage le confirme, quoi que fasse l’école, c’est toujours insuffisant, d’où la recherche de pédagogies et d’organisations innovantes, mais, quoi que fassent les parents, ce sera également toujours insuffisant. Les vingt pages consacrées à la pédagogie développée et à l’évaluation (161-181) méritent à elles seules d’entreprendre la lecture attentive de l’ouvrage car elles établissent que tout n’est pas lié à une opposition entre la famille et l’école mais à des choix résultant d’un renversement paradigmatique dans lequel la personne n’est plus écrasée par le collectif, qu’il soit étatique comme dans le cas de « l’école de la république » ou qu’il dépende de choix familiaux plus ou moins imposés à l’enfant (on songera à l’engagement religieux prépondérant dans nombre de familles ayant fait le choix de l’IEF contre la « liberté de conscience » fondatrice de la laïcité).

8Rédigé à deux mains, le livre bénéficie de deux conclusions dont celle de Rébecca Sirmons reprend son « cheminement » alors que Michèle Guigue « propose des questions pour construire son regard sur l’IEF » (p. 223). L’État est-il « propriétaire » des enfants ? Est-il le protecteur de leurs droits mais alors comment expliquer la disparition de son défenseur en 2011 ? À l’inverse, les parents sont-ils « propriétaires » des enfants et exercent-ils un ius utendi et abutendi (« droit d’user et d’abuser » hérité de l’antiquité) ? La nature du contrôle exercé par des fonctionnaires de l’Éducation nationale n’est-elle pas biaisée et ne reflète-t-elle pas un abus de position dominante exercée par les enseignants ? Faut-il et peut-on résister à la « socialisation scolaire » qui enseigne aux enfants à « marcher au tambour » (Lévi-Strauss) ? « Les enfants IEF sont-ils « bien » instruits » (p. 242) ? Aux réponses apportées sur « l’inquiétude », qu’il me soit permis d’ajouter une problématisation complémentaire, reprise à Philippe Meirieu. Ce n’est pas tant le développement potentiel de l’IEF, du moins en France, qui inquiète que son rôle d’analyseur de la crise de l’école qui est à prendre en considération : la dilution de l’école (qui est certainement à « refonder » comme l’éducation nouvelle le propose depuis un siècle) dans une instruction familiale, sectaire et/ou communautaire, réservant à celles et ceux qui n’en ont pas les moyens (pas seulement financiers) les établissements public, de moins en moins dotés et de plus en plus ghettoïsés, prépare un éclatement de la société dans un « village mondial » placé sous l’emprise de l’économie ultra-libérale qui avance toujours avec le masque de la Liberté.

9Voilà un livre dont le premier intérêt est d’attirer l’attention sur une tendance dont il est urgent de comprendre les tenants et les aboutissants, que l’on souhaite ou non qu’elle ne prenne en France la vigueur qu’elle a aux Etats-Unis où l’on peut aller jusqu’à un quart d’enfants « scolarisés en famille », si l’expression veut dire quelque chose. Un autre intérêt réside dans le diagnostic d’une école qui ne parvient pas à personnaliser son accompagnement des élèves, ce qui peut aboutir à une décision négative justifiant le retrait des enfants de l’école et leur instruction en famille ou encore le vaste mouvement vers le privé observé par Langouët et Léger (1992) et vers des établissements confessionnels selon des logiques très complexes à étudier (Dutercq, 2011). Enfin, sur le plan des sciences de l’homme et de la société, cet ouvrage souligne les , actuelles et à venir, entre la liberté, principe républicain, et l’égalité, autre principe républicain dont l’exercice démocratique voudrait qu’il y ait un lieu commun d’éducation à la citoyenneté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Richard Étienne, « Guigue, M., Sirmons, R., L’instruction en famille. Une liberté qui inquiète  », Éducation et socialisation [En ligne], 39 | 2015, mis en ligne le 28 septembre 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://edso.revues.org/1476

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org