Navigation – Plan du site

Collaborations chercheur(s)-praticien(s) : nouvelles formes, nouveaux enjeux ? – Varia (45/Septembre 2017)

Numéro coordonné par Christophe Niewiadomski (CIREL, Université de Lille 3), Liliane Portelance (CRIFPE, Université du Québec à Trois-Rivières) et Thérèse Perez-Roux (LIRDEF, Université Paul Valéry Montpellier)

Notes de la rédaction

 Projet d'article de 3000 signes max à envoyer avant fin juin 2016

Date limite pour l’envoi des articles intégraux : octobre 2016

Retour aux auteur-e-s des avis du comité de lecture: février 2017

Envoi de la version définitive des articles : juin 2017

Les propositions d’articles, d’une longueur maximale de 40000 signes (espaces compris) devront être envoyés à : Christophe Niewiadomski (christophe.niewiadomski@univ-lille3.fr), Liliane Portelance (Liliane.Portelance@uqtr.ca) et Thérèse Perez-Roux (therese.perez-roux@univ-montp3.fr)

Pour faciliter le travail éditorial, il est demandé de se conformer aux règles éditoriales de la revue Éducation et socialisation. Les cahiers du Cerfee (http://edso.revues.org/624)

L’interrogation sur les rapports entre chercheurs et praticiens est relativement ancienne. En 1980, un colloque organisé à Paris 8 se donnait pour projet de favoriser la rencontre chercheurs-praticiens en mettant au jour des logiques concurrentes privilégiées par les uns ou les autres. Durant cette période apparaissent des formes d’incompréhension, des écarts irréductibles entre théorie et pratique renvoyant ainsi à diverses tensions : distanciation vs immersion, scientificité vs efficacité immédiate, choix théoriques et méthodologiques du chercheur vs complexité du réel, etc. En 2004, un colloque « Chercheurs et praticiens dans la recherche » est organisé à Lyon et permet de poursuivre le débat (Gâté, Robin & Clerc, 2004).

Dans ce numéro, il s’agit de questionner à nouveau des formes de travail visant un dialogue entre chercheurs et praticiens afin d’ouvrir des pistes d’intercompréhension que l’on espère fructueuses pour l’avancée des savoirs. Dans cette perspective, le dossier thématique tente de répondre aux questions itératives qui ne cessent d’interpeler les rapports entre théorie et pratique : le développement actuel de la recherche nécessite-t-il de renforcer la circulation de l’information entre l’univers de la recherche et celui de la pratique ? Quelles sont aujourd’hui les attentes et les formes d’appropriation spécifiques de la recherche par les praticiens ? Comment et dans quelle mesure la recherche prend-elle en compte leurs questions et leurs préoccupations pour développer de nouveaux savoirs ?...

Nous tenterons d’éclairer les débats contemporains sur la collaboration chercheurs-praticiens en revenant sur trois clés épistémiques : a) le statut/rôle accordé aux « praticiens » (participants, co-chercheurs, etc.) ; b) les liens entre collaboration, utilité et scientificité ; c) la prise en compte des différences de nature entre connaissances des chercheurs et connaissances des praticiens (Mesny & Mailhot, 2010). Par ailleurs, ce numéro ambitionne de croiser les regards de chercheurs d’horizons géographiques pluriels pour aider au décentrement et prendre en compte les contextes territoriaux et culturels de « fabrique de la recherche ».

  • 1 Biennale internationale de l’éducation, de la formation et des pratiques professionnelles 2015 : « (...)

Enfin, à la suite du symposium organisé dans le cadre de la biennale de l’éducation le 1er juillet dernier1, les interventions des contributeurs présents ont d’ores et déjà permis de repérer quelques invariants et questionnements susceptibles d’enrichir la réflexion autour des trois clefs épistémiques indiquées plus avant. Un premier constat, unanime chez les conférenciers présents, mérite d’être souligné : les recherches empiriques classiques en sciences de l’éducation, et plus largement dans les sciences humaines et sociales, semblent actuellement échouer à éclairer les multiples dilemmes auxquels se trouvent aujourd’hui confrontés les praticiens. La complexité des situations de terrain nécessiterait ainsi la mise en œuvre de recherches collaboratives afin d’éviter les diagnostics ou les interprétations théoriques jugées parfois trop monovalentes et parcellaires.

  • 2 Varela, F. (1998). Invitation aux Sciences Cognitives. Paris : Seuil.

Néanmoins, si cette confrontation entre univers de la pratique et univers de la recherche fait naitre un monde singulier via un processus d’enaction2 (couplage sujet-environnement) toujours singulier, elle ouvre également à un ensemble de tensions, de transformations et de questions vives. Sans exclusive, huit d’entre-elles peuvent être identifiées ici aux fins d’approfondissement :

  • La question de « l’hybridation des genres » : dans certains domaines d’expertise en sciences humaines et sociales, la césure franche entre praticiens et chercheurs apparait aujourd’hui plus incertaine que par le passé. Le recours à la notion de continuum dévoile ainsi de nouvelles catégories (chercheur-praticiens/praticien-chercheur) possiblement heuristiques pour tenter de rendre compte de la manière selon laquelle les acteurs s’affrontent à la complexité du réel.

  • L’élaboration co-construite d’intentions partagées : celle-ci résulte du rapprochement entre chercheurs et praticiens à propos de travaux majoritairement centrées sur l’activité professionnelle et sur le sens individuel et collectif donné à cette activité.

  • L’importance des registres sémantiques mobilisés et de la nécessité d’un double processus d’acculturation, tant du côté des chercheurs que du coté des praticiens, afin de permettre un dialogue véritablement efficient.

  • Les enjeux de temporalité et les ajustements nécessaires entre « temps de la recherche » et « temps de l’activité ».

  • Les conditions relationnelles des échanges collaboratifs : s’il convient de ne pas occulter les questions relatives aux enjeux de pouvoir, d’influence et de disparités statutaires à l’œuvre dans les échanges entre chercheurs et praticiens, il reste que la qualité des relations intersubjectives, la confiance et le respect mutuel sont des facteurs qui apparaissent essentiels à une collaboration véritablement opérante.

  • Les enjeux éthiques mobilisés dans les recherches collaboratives : la clarification de la demande, explicite et implicite, détermine en effet le positionnement respectif des protagonistes et ouvre aux questions relatives au système de normes sous-jacentes, aux modalités de co-construction retenues et finalement aux enjeux de contractualisation choisis.

  • Le problème des dimensions sociopolitiques mobilisées dans les recherches collaboratives : comment les chercheurs composent-ils avec les questions idéologiques qui traversent aujourd’hui l’espace social ?

  • Les dimensions cliniques au cœur du débat : quelle place accordons-nous au « sujet de l’inconscient » et au « sujet supposé savoir » dans les recherches mises en œuvre ? Comment articulons-nous les dimensions sociales, culturelles, psychologiques, groupales, territoriales, dans les travaux qui s’adossent à des recherches collaboratives ?

En s’appuyant sur de nombreux travaux traitant des collaborations chercheurs-praticiens (Cros, 1983 ; Desgagné, 1997 ; Fablet, 2004 ; Gâté, Robin & Clerc, 2004 ; Biemar, Dejean & Donnay, 2008 ; Kahn, Hersant & Orange-Ravachol, 2010), la réflexion engagée à l’occasion de ce numéro tentera donc de questionner des formes de collaborations diversifiées, parfois émergentes, dans un espace scientifique soumis à l’impératif de collaborations pluridisciplinaires, inter-institutionnelles et inter-territoriales. Il s’agira d’en souligner les nouveaux enjeux dans un contexte socio-économique et politique qui s’invite désormais dans l’univers de la recherche.

Références bibliographiques

Beauchesne, A., Garant, C. et Dumoulin, M.-J. (2005). Le rôle de cochercheur chez le partenaire du milieu scolaire dans les recherches collaboratives. Revue des Sciences de L’éducation, 31(2), 377–395.

Biémar, S., Dejean, K. et Donnay, J. (2008). Co-construire des savoirs et se développer mutuellement entre chercheurs et praticiens, Recherche et formation, 58, 71-84.

Coenen, H. (2001) Recherche-action : rapports entre chercheurs et acteurs Revue internationale de psychosociologie, 7 (16), 19-32.

Cros, F. (1983). Les collèges expérimentaux : un exemple de relations chercheurs-praticiens. Revue française de pédagogie, 65, 93-103.

Desgagné, S. (1997). Le concept de recherche collaborative : l’idée d’un rapprochement entre chercheurs universitaires et praticiens enseignants, Revue des sciences de l’éducation, 23 (2), 371-393.

Fablet, D. (2004). Pour d’autres modalités de collaboration entre chercheurs et professionnels de l’intervention socio-éducative. Éduquer [En ligne], 8 | 2004, mis en ligne le 13 octobre 2008, consulté le 13 juillet 2014. URL : http://rechercheseducations.revues.org/345

Gâte, J-P., Robin, J-Y. et Clerc, F. (2004). Agir et chercher. Recherches et éducations, 8, 2004. http://rechercheseducations.revues.org/333

Kahn, S., Hersant, M. et D. Orange Ravachol (2010). Savoirs et collaborations entre enseignants et chercheurs en éducation, Recherches en éducation, Hors série, no 1, 147 p. En ligne, <http://www.recherches-en-education.net/IMG/pdf/ REE-HS-no1.pdf>, page consultée le 10 mai 2013.

Lenoir, Y. (2012). La recherche collaborative entre recherche-action et recherche partenariale : spécificités et implications pour la recherche en éducation. Travail et apprentissages, 9, 14–40.

Levin, B. et Rock, T. (2003). The effects of collaborative action research on preservice and experienced teacher partners in professional development schools. Journal of teacher education, 54, 135–149.

Mesny, A. et Mailhot, C. (2010). La collaboration entre chercheurs et praticiens en gestion. Entre faux-semblants et nécessité épistémique. Revue française de gestion, 202 (3), 33-45.

Morrissette, J. et Desgagné, S. (2009). Le jeu des positions de savoir en recherche collaborative : une analyse, Recherches qualitatives, vol. 28, no 2, 118-144. En ligne, http://www.recherchequalitative.qc.ca/revue/edition_régulière/numéro28(2)/morrissette(28)2.pdf, page consultée le 29 août 2012

Notes

1 Biennale internationale de l’éducation, de la formation et des pratiques professionnelles 2015 : « Coopérer ? » Paris, CNAM, 30 juin au 3 juillet 2015

2 Varela, F. (1998). Invitation aux Sciences Cognitives. Paris : Seuil.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org