Navigation – Plan du site
Dossier

Pratiques de l’écrit et temporalités dans le travail domestique de jeunes mères

Jean-Pierre Mercier

Résumés

Le travail domestique peut être vu comme occupant une partie du care. Il est tramé par de nombreuses pratiques sociales de l’écrit. Une étude de cas ethnographique a permis de documenter un ensemble de pratiques de l’écrit orientées vers la réalisation de ce travail par des jeunes mères (n =31). Ces femmes articulent ces pratiques à des temporalités différentes : la temporalité du moment présent et celle du moment futur, soit au registre des évènements planifiés ou à celui de l’avenir anticipé. Le but de cet article est de présenter ces pratiques de l’écrit et ces temporalités. Les résultats aident à comprendre les réalités que vivent ces femmes de retour en formation dans Ma place au soleil, une mesure québécoise de soutien à la formation et à l’intégration sociale et professionnelle des jeunes parents non diplômés du secondaire. Les résultats aident aussi à comprendre comment ces femmes concilient le travail domestique et le travail scolaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Je remercie la professeure Rachel Bélisle qui m’a suggéré la piste du travail domestique soutenu pa (...)

1Les résultats1 présentés ici sont issus d’une étude plus large (Mercier, 2015) ayant documenté une variété de pratiques de l’écrit de jeunes mères (17 à 25 ans) de retour en formation dans la mesure Ma place au soleil. Après la présentation de la problématique concernant les pratiques de l’écrit pouvant être associées au care, le cadre conceptuel, la méthodologie et les résultats afférents aux pratiques de l’écrit pour la réalisation du travail domestique sont exposés. La discussion revient sur les résultats qui contribuent à l’analyse et à la compréhension du travail domestique. En guise de conclusion, des pistes sont proposées pour les milieux de formation.

Problématique

2Au Québec, la situation des jeunes mères non diplômées du secondaire et chefs de famille monoparentale soulève des inquiétudes en considération de leurs conditions de vie (Conseil du statut de la femme, 2004) et du développement de leur enfant (Japel, Tremblay & McDuff, 2000). La Politique gouvernementale d’éducation des adultes et de formation continue (Gouvernement du Québec, 2002) vise, entre autres, la participation de ces femmes à la formation structurée pour remédier à cette situation. Ma place au soleil (MPAS) est une mesure intersectorielle enchâssée dans cette politique. Cette mesure fédère des ressources pour favoriser la persévérance scolaire des jeunes parents non diplômés du secondaire et leur intégration durable au marché du travail.

3Or, comme les adultes non diplômés, les jeunes mères rencontrent de nombreux obstacles à la participation à la formation structurée (Lavoie, Levesque & Aubin-Horth, 2008). Entre autres, leurs dispositions face aux pratiques de l’écrit peuvent entraver leur participation (Ibid.). En même temps, les connaissances sur leurs pratiques de l’écrit sont très lacunaires.

4Une recension des textes scientifiques (Mercier & Bélisle, 2015) montre néanmoins des résultats relatifs aux pratiques de l’écrit pouvant être liées au care. On pense aux résultats montrant des jeunes adultes non diplômés faisant appel à l’écrit pour apprendre à cuisiner un mets, à s’occuper de leur santé, à soigner leur animal de compagnie ou pour en apprendre davantage sur la grossesse ou la maternité (Barton, Ivanic, Appleby, Hodge & Tusting, 2007), notamment dans les moments importants (Thériault & Bélisle, 2012). On pense aussi aux résultats montrant des jeunes mères qui changent leurs pratiques de l’écrit en les orientant, dès la grossesse et le début de la parentalité, vers les soins de l’enfant (Lycke, 2010).

5Sans se ramener exclusivement à des pratiques de l’écrit, le care peut être éclairé par la vision sociale des pratiques de l’écrit. L’étude que nous avons conduite a permis de documenter deux catégories générales de pratiques de l’écrit : des pratiques scolaires de l’écrit et des pratiques de l’écrit en appui à la vie courante. Parmi ces dernières se trouvent les pratiques de l’écrit pour la réalisation du travail domestique. Le but du présent article est de présenter cette catégorie de pratiques et les temporalités auxquelles les jeunes mères rencontrées articulent ces pratiques.

Cadre conceptuel

6Pour Joan Tronto (1993), une théoricienne phare du concept, le care se révèle dans un ensemble de pratiques ou d’activités sociales spécifiques orientées vers le soin comme but et accompagnées de dispositions d’attention, de sollicitude, de souci à l’égard de l’autre ou de soi, au sein des activités humaines ayant souvent des buts complexes, voire contradictoires. Pour cette auteure et Bérénice Fisher, le care désigne :

  • 2 Ce sont les auteures qui soulignent.

tout ce que nous faisons pour maintenir, perpétuer et réparer notre ‘monde’, de sorte que nous puissions y vivre aussi bien que possible2. Ce monde comprend nos corps, nous-mêmes et notre environnement, tout ce que nous cherchons à tisser ensemble dans un réseau complexe de soutien à la vie. (Fisher & Tronto, 1991 in Tronto, 1993, p. 103)

7Cette définition du care a un sens très large pouvant couvrir tous les domaines de vie, d’intervention ou de programmation sociales. Cette étendue d’application n’est pas sans poser des problèmes d’échelles d’analyse du care, comme le soulèvent Garrau et Le Goff (2010).

8À l’échelle d’analyse des interactions de face à face ou au sein d’un groupe, le care peut englober autant le travail rémunéré réalisé dans un emploi que le travail non rémunéré. Toutefois, ces deux contextes de travail ne sont pas du tout les mêmes. Ils relèvent de pratiques sociales aux logiques d’action fort différentes. Aussi, dans le contexte de notre enquête, le concept de travail domestique est apparu comme un outil approprié pour aider à penser les pratiques de l’écrit que les jeunes mères déployaient dans la vie domestique. Ce concept a été défini empiriquement dans le cadre des Canadian studies on work and lifelong learning3 pour mieux comprendre l’apprentissage réalisé dans le travail domestique non rémunéré. Au sein de cette enquête nationale, la recherche de Margrit Eichler et Patrizia Albanese (Eichler, 2010 ; Eichler & Albanese, 2007) a été conduite auprès d’un échantillon très majoritairement constitué de femmes dont plusieurs étaient, au moment de l’enquête, en situation de vulnérabilité, comme l’étaient les jeunes mères que nous avons rencontrées.

9Pour ces auteures, le travail domestique (household work) inclut les tâches de soins (carework) et les tâches d’entretien (housework). Il désigne l’ensemble des tâches physiques, mentales, émotionnelles ou spirituelles qu’une personne fait pour son ménage, incluant soi, ou pour celui d’une autre personne dans le but de soutenir la vie quotidienne des personnes envers lesquelles elle a une responsabilité (Ibid.). Le contexte ayant conduit à cette définition du travail domestique permet de le concevoir dans sa spécificité au sein de la perspective large du care.

10Dans notre étude, ce travail a été analysé à partir des pratiques de l’écrit. Cette étude se situe ainsi dans le champ de la recherche sur l’apprentissage tout au long et au large de la vie et sur l’éducation des adultes dont les objets peuvent être étudiés du point de vue des pratiques ou activités de l’écrit, comme le propose Rachel Bélisle (2012). Elle s’inscrit dans la foulée de travaux anglophones et francophones (Barton & Papen, 2010 ; Bélisle, 2012) dans lesquels l’écrit est conçu comme faisant partie des pratiques sociales qui engagent l’écrit d’une manière ou d’une autre et qui sont à la fois rendues possibles et contraintes par des éléments internes aux individus, comme leurs initiatives, leurs habitudes, et par des éléments qui leur sont externes, comme les demandes, les contextes ou les situations. Ces pratiques incluent toute activité soutenue par l’écrit : écrire, lire ou faire appel à l’écrit, c’est-à-dire tout système langagier de code graphique sur support (Bélisle & Bourdon, 2006), sans que celui-ci soit objet d’écriture ou de lecture. De plus, l’écrit est conçu comme outil (Vygotski, 1997) en appui à l’activité orientée vers un but.

11Il est utile de préciser que les termes pratiques, travail et tâches mettent l’emphase sur l’activité plutôt que sur les dispositions. Ce choix terminologique rejoint la pensée de Tronto (2009) qui suggère de mettre à l’avant-plan l’analyse des pratiques sociales ou du travail pour contrer l’interprétation conservatrice du care comme éthique féminine.

12Quant à l’analyse des temporalités, elle s’est appuyée sur les travaux de Jean-Pierre Boutinet. Cet auteur définit les temporalités comme des « cadres temporels » (2004, p. 5) que les personnes se donnent ou qui leur sont imposés par leur environnement pour organiser leur existence quotidienne. Cette conception des temporalités renvoie aux cadres du temps vécu, expérimenté et appris individuellement ou collectivement tout au long de la vie et dans toutes ses dimensions (Bourdon & Bélisle, 2005).

Méthodologie

13La stratégie générale est l’étude de cas ethnographique. L’enquête de terrain s’est déroulée pendant l’année scolaire 2012-2013 (49 séances de 3 h 30 en moyenne) auprès d’un groupe de jeunes mères (n =31) et de jeunes pères (n =3) dans un centre d’éducation des adultes (CEA) francophone en milieu urbain. Elle a permis de produire un corpus de neuf sources de données invoquées ou suscitées (Van der Maren, 2003). Les résultats rapportés ici s’appuient sur les huit premières sources. Le tableau suivant fait la synthèse de ce corpus.

Tableau – Synthèse du corpus de données

Types de données

Sources des données

Données invoquées

1. Synthèses des observations écrites dans le journal de terrain

2. Les photographies des lieux

3. Documents utilisés par les personnes interlocutrices

4. Documents institutionnels

Données suscitées

5. Synthèses des entretiens informels écrites dans le journal de terrain

6. Verbatims des entretiens semi-dirigés avec treize jeunes mères

7. Verbatims des entretiens semi-dirigés avec quatre personnes enseignantes et une conseillère d’orientation

8. Verbatim de la rencontre de restitution avec les jeunes mères

9. Verbatim de la rencontre de restitution avec les personnes intervenantes

14Ce corpus a été téléchargé dans le logiciel NVivo 10 en vue du travail d’analyse thématique (Bourdon, 2002) délibératoire et inductive (Savoie-Zajc, 2004). Ce travail s’est fait à partir d’une arborescence indexée sur les principales rubriques et sous-rubriques prédéfinies pour l’étude. L’arborescence est demeurée ouverte à l’ajout de rubriques pour les données révélant des dimensions inédites ou imprévues de l’objet d’étude. Les données ont été codées dans l’arborescence, puis progressivement conceptualisées en catégories de pratiques de l’écrit. Les pratiques de l’écrit pour la réalisation du travail domestique sont issues de l’une des dimensions qui ne correspondaient pas à ce qui avait été anticipé avant l’entrée sur le terrain. Au cours du travail d’analyse, le choix a été fait de désigner les pratiques de l’écrit à partir du but des jeunes mères dans ces pratiques ou de celui de l’institution auquel ces femmes adhèrent. Le codage et l’analyse des données pour révéler les temporalités ont été faits sur le modèle temporel polychronique prenant les formes suivantes : « celle des choses passées présentement remémorées, celle des choses futures présentement anticipées, celle des choses momentanées présentement expérimentées » (Boutinet, 2004, p. 44).

15L’étude a été soumise à l’évaluation du Comité d’éthique de la recherche Éducation et Sciences sociales de l’Université de Sherbrooke. Celui-ci l’a jugé conforme aux attentes institutionnelles en matière d’éthique.

Résultats : des pratiques de l’écrit pour la réalisation du travail domestique

16Les pratiques de l’écrit pour la réalisation du travail domestique sont peu visibles. Elles bénéficient d’une faible légitimité sociale, voire sont interdites par les règles CEA quand elles ont cours sur le téléphone cellulaire, même si elles sont relativement acceptées par les personnes enseignantes, notamment dans l’enseignement modulaire individualisé.

17Ces pratiques sont apprises informellement, dans l’action et dans « des contextes de résolution de problèmes ou de la vie courante » (Bélisle, 2012, p. 7). Dans ces pratiques, les jeunes mères actualisent l’écrit à travers leurs expériences, préoccupations ou besoins sans le traiter abstraitement. Mais l’écrit peut soutenir une certaine mise à distance de ces expériences, préoccupations ou besoins. Deux catégories de pratiques de l’écrit pour la réalisation du travail domestique ont été documentées : celles pour les soins et celles pour l’entretien.

Pratiques de l’écrit pour les soins

18Ces pratiques ont pour but de s’occuper d’une personne, d’une chose ou de soi, de lui consacrer son activité et son temps dans le domaine de la vie domestique. Le terme soin comporte aussi le sens d’attention ou de préoccupation à l’égard de l’autre ou de soi.

19Les jeunes mères activent parfois des pratiques de l’écrit pour les soins quand leur expérience, préoccupation ou besoin sont mobilisés dans les interactions avec la personne intervenante. L’activité soutenue par l’écrit s’adapte alors aux expériences vécues par les jeunes mères et les données fournissent les indices montrant que ces femmes l’introduisent dans la vie domestique. Par exemple, des pratiques de l’écrit pour les soins semblent être activées lorsque des apprenantes retournent vers l’enseignante du cours intégration socioprofessionnelle (ISP), pour lui demander des documents remis lors des ateliers thématiques (finances personnelles, violence conjugale, contraception, infections transmissibles sexuellement, alimentation et habiletés parentales). Cette enseignante nomme des apprenantes qui sont venues, plusieurs jours ou semaines après l’un ou l’autre de ces ateliers, lui demander un dépliant ou un document sur le budget ou sur la grossesse.

20Les jeunes mères parlent aussi des informations qu’elles cherchent dans l’internet, sur support papier ou autres, par rapport aux symptômes ou aux causes d’une maladie de leur enfant ou par rapport aux soins qu’elles peuvent lui donner. Plusieurs parlent des informations qu’elles cherchent dans l’internet concernant les soins de soi ou d’une personne proche « pour en savoir plus » sur un moyen de contraception, les symptômes de grossesse ou les soins de santé ou encore sur ceux à donner à un animal de compagnie.

21Elles mentionnent des textes se trouvant sur support papier, remis par des personnes intervenantes, comme une personne médecin, infirmière, pharmacienne, nutritionniste, travailleuse sociale, psychoéducatrice, avocate, parfois dans un contexte d’intervention précoce. Elles disent avoir lu ces textes dans différentes situations de la vie domestique ou les conserver chez elles pour s’y référer au besoin. Il s’agit de textes touchant les symptômes de la grossesse, les étapes de développement de l’enfant, les soins après une interruption volontaire de grossesse, la posologie d’un médicament, les indications alimentaires à suivre après une opération, les coopératives d’habitation ou la garde légale de l’enfant. Certaines nomment le livre intitulé Mieux vivre (Doré & Le Hénaff, 2014) remis à la naissance de leur enfant et qu’elles lisent au besoin. Au Québec, ce livre est remis aux parents par l’institution assurant le suivi prénatal ou la démarche d’adoption. Certaines évoquent aussi des dépliants ou autres documents conservés chez elles après leur participation au programme OLO (œufs, lait, oranges). Ce programme d’aide alimentaire pour les femmes enceintes à faible revenu est souvent offert avec le soutien de personnes intervenantes du Centre local de services communautaires. Ces pratiques de l’écrit semblent être fréquemment accompagnées de demandes institutionnelles en matière d’écriture ou de lecture ou d’un tiers (Cardinal-Picard & Bélisle, 2009) symboliquement présent dans les interactions impliquant l’écrit et l’apprentissage des tâches de soins.

22Le fait de devenir mère de même que les conditions de vie difficiles dans lesquelles ces femmes le deviennent agit comme un important déclencheur de l’activité d’écriture ou de lecture orientée vers l’apprentissage des tâches de soins. Ce déclencheur est indissociable des obligations dont les jeunes mères doivent s’acquitter relativement aux soins de leur enfant souvent avec peu de soutien du père ou d’un conjoint, voire sans ce soutien. Plusieurs situations que les jeunes mères rencontrent dans la vie domestique font en sorte qu’elles n’ont « pas le choix » d’écrire ou de lire pour prodiguer les soins nécessaires à leur enfant. Comme le dit l’une d’elles : « c’est parce que ça concernait ma fille, [...] je lisais ça là. Ben tu sais, fallait que je la guérisse là, fallait que je sache quoi faire pour qu’elle se sente mieux ».

23Le propos de jeunes mères montre d’autres traces de tâches de soins de leur enfant soutenues par l’écrit. Ces tâches visent à passer un moment agréable avec lui ou à le réconforter : bricoler, jouer avec les lettres, les sons, les noms d’animaux, instaurer une routine avant le coucher, le calmer en lui chantant une berceuse ou en lui lisant une histoire.

24On peut aussi considérer les activités que les jeunes mères disent avoir par plaisir ou dans leurs moments de détente parmi les pratiques de l’écrit pour les soins de soi : lecture de romans ou de récits biographiques, écoute de musique, d’émissions ou, pour quelques-unes, jeu vidéo en ligne dans lequel il leur arrive d’écrire ou de lire des messages texte. Quelques jeunes mères puisent, dans les romans ou les paroles de chansons, « des modèles et des normes de comportements, des rôles, des schèmes d’action, de réaction, de perception, de réflexion » (Lahire, 1993, p. 119). Les soins de soi incluent ici une dimension spirituelle (Eichler, 2010) soutenue par l’écrit et suscitent la réflexion de jeunes mères sur le sens de leur vie. Comme le dit l’une d’elles à propos d’un roman qui a déclenché un changement de comportement : « ça m’a fait réfléchir sur ma vie, pis sur ce que j’ai vécu […] après ça, j’ai pris une grosse décision » relativement à sa vie familiale. L’écrit est ici articulé aux expériences vécues et contribue à leur mise à distance de même qu’il semble offrir un guide moral de l’action.

Pratiques de l’écrit pour l’entretien

25Ces pratiques ont pour but de gérer les activités dans le domaine de la vie domestique. Le terme gérer réfère au calcul, à la planification, à l’organisation ou à la coordination.

26L’enquête de terrain a permis d’observer les jeunes mères prendre de nombreuses initiatives en matière d’écriture ou de lecture pour la réalisation de tâches d’entretien pendant les cours ou les pauses. Par exemple, elles font un appel téléphonique ou textent pour prendre un rendez-vous médical ou autre. Elles peuvent l’écrire dans leur agenda papier ou dans celui de leur cellulaire, sur le calendrier ou sur un autre support placé bien en vue à la maison. Elles peuvent aussi recevoir un appel téléphonique concernant le résultat d’un examen médical ou recourir à l’écrit sur leur cellulaire pour chercher les coordonnées d’une personne, organiser un déplacement, le repas, le lavage, le gardiennage ou les soins d’une personne proche.

27Il leur arrive aussi, pendant les cours ou les pauses, d’écrire une note rapide dans la couverture d’un cahier, sur une feuille mobile ou dans l’agenda en vue de réaliser une tâche de soins ou d’entretien, comme le numéro d’une compagnie de services téléphoniques, le numéro de téléphone d’un médecin ou le montant d’une facture. L’écrit objective ces informations, en sorte qu’il est possible de les mobiliser à un autre moment.

28Les listes d’épicerie ou de choses à faire et les notes, écrites pour soi ou pour une autre personne afin de lui rappeler les soins à donner à l’enfant, sont des pratiques déclarées par toutes les jeunes mères ayant participé à l’entretien semi-dirigé. Plusieurs documents, à l’instar de ceux reproduits ci-dessous, témoignent de cette pratique de l’écrit intimement liée aux préoccupations et responsabilités des jeunes mères rencontrées.

Reproduction 1 – Liste de choses à faire

Reproduction 1 – Liste de choses à faire

Reproduction 2 – Notes de renseignements

Reproduction 2 – Notes de renseignements

29Les dates, listes ou notes sur différents supports servent de « mémoire objectivée » (Lahire, 1998, p. 223). Les tâches de soins ou d’entretien objectivées par l’écrit permettent de se rappeler les choses à faire ou les événements plus ou moins éloignés dans le temps, occasionnels ou réguliers : « pour pas oublier », comme le disent plusieurs jeunes mères, ou pour revenir sur les tâches réalisées. Ces pratiques permettent d’organiser les tâches de soins ou d’entretien : « avant que la cloche sonne […], moi j’écris c’est quoi je vais faire rendue chez-nous [...] si je l’écris pas, on dirait que je sais pas par où commencer ».

30D’autres pratiques de l’écrit pour l’entretien touchent les finances du ménage. Avec leur participation à MPAS, les jeunes mères reçoivent à la maison leur bordereau de prestation d’Emploi Québec. Celui-ci est au cœur de la gestion de la vie domestique. On voit dans les données des traces des initiatives que les jeunes mères prennent sur le plan de l’écrit en utilisant ce bordereau. Il est au centre de plusieurs conversations dans le groupe de MPAS. Les jeunes mères comparent le montant d’argent reçu ou prennent connaissance des frais de gardiennage, de déplacement, de matériel scolaire ou de certains frais de santé couverts par la mesure MPAS. Pour obtenir un réajustement à leur prestation, plusieurs disent faire parvenir, souvent avec le soutien d’une personne intervenante, des documents à leur agente d’Emploi Québec, comme les factures, formulaires ou autres types de documents officiels confirmant le gardiennage, le statut de mère monoparentale ou une prestation de pension alimentaire.

31L’argent est un objet de constante préoccupation des jeunes mères. Cette préoccupation entraîne des calculs réguliers des dépenses, du revenu, des dettes ou de l’argent disponible. La plupart des jeunes mères disent faire elles-mêmes leur budget chaque mois ou chaque fois que c’est nécessaire. Elles disent écrire le montant d’argent disponible sur une feuille volante et déduire les dépenses prévues. Elles connaissent ainsi leur marge de manœuvre pour les autres dépenses, s’il y a marge de manœuvre. Faire le budget est aussi lié à d’autres pratiques de l’écrit pour l’entretien, comme vérifier l’argent disponible dans leur compte bancaire ou payer les factures à l’aide de la messagerie téléphonique ou du site internet de l’institution bancaire ou, pour quelques jeunes mères, épargner de l’argent pour une dépense prévue ou anticipée.

Temporalités et pratiques de l’écrit

32Les données montrent que les jeunes mères articulent leurs pratiques de l’écrit pour la réalisation du travail domestique à des temporalités différentes : la temporalité du moment présent et la temporalité du moment futur. L’enquête de terrain a aussi permis d’observer un chevauchement des cadres temporels d’organisation de la vie domestique et de la vie scolaire. C’est dans le chevauchement de ces temporalités que les jeunes mères concilient la vie domestique et la vie du CEA.

Temporalité du moment présent

33Cette temporalité situe les activités dans l’ici et maintenant. Elle est portée par le registre de la simultanéité et de l’immédiateté suivant lequel les activités se chevauchent dans une logique de saisie des occasions quand elles se présentent (Bourdon & Bélisle, 2005).

34Le début et la fin officielle des périodes de cours et des pauses sont fixés par les règles du CEA. Mais dans les faits, ils suivent des contours flous, ouvrant ainsi un espace de temps propice à la prise d’initiatives par les jeunes mères pour réaliser le travail domestique en faisant appel à l’écrit.

35S’il est fréquent que les pauses se prolongent, il arrive souvent de voir quelques apprenantes qui ne les prennent pas ou les écourtent et demeurent engagées dans le travail scolaire. Souvent, la personne enseignante est présente et donne l’aide individualisée à la jeune mère pour la réalisation du module ou d’une autre tâche scolaire ou encore elles parlent de sa situation personnelle, ce qui peut contribuer à l’apprentissage relativement à d’autres domaines de vie que le domaine scolaire.

36Les débuts, les fins de cours et les pauses sont aussi les moments où les pratiques de l’écrit faisant appel au cellulaire s’intensifient, notamment pour la réalisation du travail domestique. Ces moments servent de transitions où les pratiques de l’écrit du domaine de la vie domestique et celles du domaine scolaire cohabitent plus ouvertement que pendant les cours où les pratiques scolaires de l’écrit prennent le dessus.

37Les manières suivant lesquelles les activités soutenues par l’écrit s’organisent pendant les cours ou les pauses montrent comment les jeunes mères articulent leurs pratiques de l’écrit des à la temporalité du moment présent et, autre phénomène important, comment ces pratiques se chevauchent dans cette temporalité. On observe en effet de nombreux chevauchements de pratiques de l’écrit, notamment des pratiques scolaires et de celles pour l’entretien. Une partie du phénomène de chevauchement des pratiques de l’écrit dans le moment présent peut s’expliquer par les formules pédagogiques individualisées. Celles-ci créent un espace de relations sociales d’apprentissage souple et adaptée au rythme de travail individuel qui semble légitimer l’activation de plusieurs pratiques de l’écrit alternativement. L’affordance des supports de l’écrit explique aussi une partie de ce phénomène, notamment celle du téléphone cellulaire, support inégalé de plusieurs pratiques de l’écrit différentes. De plus, ce phénomène s’explique par des habitudes d’usage de l’écrit que les jeunes mères introduisent pendant les cours ou les pauses : usages de l’écrit sur le cellulaire, écriture de listes, lecture d’un roman, d’un site lié à la préoccupation du moment, par exemple.

Temporalité du moment futur

38Cette temporalité situe les activités des jeunes mères dans un temps plus ou moins long. On trouve dans les données des traces de cette temporalité que les jeunes mères expérimentent au moment de leur grossesse, de l’accouchement et au début de la parentalité ou lors d’autres événements survenant dans le ménage, comme une rupture de couple. On distingue deux registres de cette temporalité : le registre des événements planifiés et celui de l’avenir anticipé.

Registre des événements planifiés

39Le registre des événements planifiés, c’est celui des activités qui sont organisées, préparées ou différées suivant un plan. Les pratiques de l’écrit pour l’entretien sont caractéristiques de ce registre. Lorsqu’elles écrivent ou lisent les dates des rendez-vous ou des événements importants, les notes ou les listes de choses à faire ou d’épicerie qui soutiennent la mémoire des tâches de soins ou d’entretien et qui objectivent ces tâches, leur planification et leur organisation, de même que lorsqu’elles font leur budget, ces femmes articulent ces pratiques au registre des activités organisées suivant un plan. L’apprentissage du recours aux listes ou à l’agenda dans le domaine de la vie domestique peut être occasionnellement soutenu par des interventions dans MPAS. La conseillère d’orientation responsable de MPAS parle du soutien qu’elle a donné à une jeune mère qui souhaitait être mieux organisée le matin et ne plus arriver en retard en cours. Elles ont écrit ensemble une liste de choses à faire le soir en vue du lendemain matin.

40On repère dans le propos des jeunes mères que, pendant leur grossesse, elles articulent plusieurs pratiques de l’écrit au registre des événements planifiés. Certaines parlent du suivi médical serré qu’elles ont eu à cause de complications et des nombreux rendez-vous qu’elles avaient avec la personne gynécologue ou avec d’autres personnes intervenantes. L’intensité de ces rendez-vous demande de recourir à l’écrit pour les coordonner et s’en souvenir. Une liste d’aliments autorisés ou proscrits, une grille de calcul des portions quotidiennes, les recettes à suivre selon leur apport en glucose sont aussi d’outils de planification du travail domestique expérimentés pendant la grossesse ou un épisode de diabète de grossesse.

Registre de l’avenir anticipé

41Le registre de l’avenir anticipé, c’est celui de la pensée qui se projette, qui imagine ou vit d’avance l’avenir et sur lequel les jeunes mères organisent une partie de leur existence. Ces femmes articulent les pratiques de l’écrit pour les soins à ce registre pendant leur grossesse et au début de la parentalité ainsi qu’au moment de l’enquête de terrain. Des jeunes mères disent avoir cherché des informations dans l’internet pour en savoir plus concernant la potentielle d’aggravation d’une maladie. Dans le propos de certaines, la lecture du livre intitulé Mieux vivre relève du même registre, soit anticiper si le fœtus se développe bien ou comment il se développe : « je lisais [ce livre] pendant que j’étais enceinte là. J’aimais bien ça là, ça m’apprenait comment mon bébé évoluait dans mon ventre ». Pour une autre jeune mère, ce sont ses préoccupations par rapport à la garde partagée qui l’ont amenée à faire appel à l’écrit pour anticiper l’avenir : « il y a eu l’avocat, j’ai déjà pris des renseignements sur internet comment ça fonctionnait la garde partagée [...] pour savoir à quoi m’attendre ».

42De plus, les données montrent que les jeunes mères conservent à la maison des textes touchant les tâches de soins ou d’entretien ou se souviennent de ces textes. On pense notamment à ceux donnés dans le cadre des ateliers thématiques du cours d’ISP, ainsi qu’aux dépliants remis par des personnes intervenantes pendant la grossesse ou dans d’autres contextes d’intervention sociale. Le registre de l’avenir anticipé semble s’exprimer dans le fait de conserver ces textes ou de s’en souvenir. Les jeunes mères les conservent parce qu’ils contiennent des informations jugées utiles dans des situations de la vie domestique qu’elles peuvent rencontrer dans un avenir plus ou moins proche, comme une éventuelle grossesse, la maladie d’un enfant, un déménagement.

Discussion

43Les jeunes mères que nous avons rencontrées déploient un ensemble de pratiques de l’écrit pour réaliser le travail domestique. Bien que ce travail ne se résume pas aux pratiques de l’écrit documentées, leur analyse permet d’apporter des nuances à la recherche réalisée par Eichler et Albanese.

44Certes, on peut être d’accord avec ces auteures quand elles écrivent que les tâches de soins et les tâches d’entretien sont « les deux côtés d’une même pièce de monnaie » (2007, p. 243). Pour elles, ce qui distingue ces tâches, c’est que les tâches d’entretien mettent l’accent sur l’activité, alors que les tâches de soins mettent l’accent sur l’aspect relationnel dans le travail domestique. On peut ajouter que les tâches d’entretien sont aussi une manière de s’occuper d’une personne ou d’une chose et de lui consacrer son activité et son temps. En ce sens, les tâches d’entretien peuvent être vues comme incluses dans les tâches de soins.

45Cependant, nos résultats ajoutent des précisions permettant de distinguer des tâches d’entretien au sein des tâches de soins. Les résultats montrent en effet que, chez les jeunes mères rencontrées, le recours à l’écrit pour planifier, organiser, coordonner ou calculer les tâches de la vie domestique est spécifique aux pratiques de l’écrit pour les tâches d’entretien. De plus, nos résultats permettent de distinguer les pratiques de l’écrit pour les soins de celles pour l’entretien en comparant les temporalités différentes auxquelles les jeunes mères articulent ces pratiques. Dans les premières, l’écrit peut devenir un outil qui aide à anticiper l’avenir. Dans les secondes, il est un outil aidant spécifiquement à gérer les tâches du travail domestique. Ces précisions sur les temporalités révélées par l’analyse des pratiques de l’écrit contribuent à la compréhension des réalités que des jeunes mères vivent dans le travail domestique. Elles contribuent aussi, à l’échelle des pratiques sociales d’un groupe spécifique, à la compréhension de la « temporalité longue » (Garrau & Le Goff, 2010, p. 84) des pratiques du care qui demandent souvent de l’anticipation et de la prévision.

46Les phénomènes de chevauchements des temporalités et des pratiques de l’écrit aident aussi à comprendre comment les jeunes mères concilient le travail scolaire et le travail domestique dans le contexte enquêté. Les pratiques de l’écrit pour la réalisation du travail domestique demandent du temps et de la proximité à l’instar des pratiques du care (Tronto, 2013). Un espace de temps et de proximité doit être possible pour que ces pratiques soient effectives. D’une part, le chevauchement des temporalités devient un cadre temporel d’organisation de la vie scolaire et de la vie domestique qui amène les jeunes mères à libérer du temps pour faire le travail scolaire et le travail domestique. D’autre part, le chevauchement des pratiques de l’écrit rend possible la proximité nécessaire à la réalisation du travail domestique quand l’écrit devient un outil approprié pour « surmonter l’absence de “don d’ubiquité” propre à la condition humaine » (Lahire, 1998, p. 230), pour « être tout le temps en contact », comme le dit l’une des jeunes mères.

Conclusion

47Les pratiques de l’écrit pour la réalisation du travail domestique et les temporalités auxquelles ces jeunes mères les articulent demeurent relativement peu visibles et peu légitimées dans le contexte enquêté, bien qu’elles soient au cœur des rôles sociaux que ces femmes exercent et que le programme de formation vise la prise en compte de ces rôles (Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, 2007). Dans les milieux de formation, ces pratiques et temporalités gagneraient à être reconnues, par exemple à travers un dispositif de reconnaissance des acquis extrascolaires comme celui des univers de compétences génériques (Rioux et Bélisle, 2012).

48Enfin, la connaissance des phénomènes de chevauchements de temporalités et de pratiques de l’écrit peut aussi être utile pour les milieux de formation. Si ces chevauchements peuvent a priori être jugés nuisibles à l’apprentissage scolaire, cette connaissance est néanmoins susceptible de faire avancer les réflexions et les pratiques sur la conciliation études-travail-famille et son apprentissage.

Haut de page

Bibliographie

Barton, D., Ivanic, R., Appleby, Y., Hodge, R. & Tusting, K. (2007). Literacy, Lives and Learning. Londres: Routledge.

Barton, D. & Papen, U. (2010). What is the anthropology of writing? In D. Barton & U. Papen (Ed.), The anthropology of writing: understanding textually-mediated worlds (pp. 3-32). Londres : Continuum.

Bélisle, R. (2012). L’écrit pour tracer et retracer l’apprentissage extrascolaire des adultes. In R. Bélisle (Ed.), Écrire, lire et apprendre à l’âge adulte (pp. 1-20). Québec : Presses de l’Université Laval.

Bélisle, R. & Bourdon, S. (2006). Variété, diversité et pluralité des pratiques et de l’apprentissage de l’écrit. In R. Bélisle & S. Bourdon (Ed.), Pratiques et apprentissage de l’écrit dans les sociétés éducatives (pp. 1-27). Québec: Presses de l’Université Laval.

Bourdon, S. (2002). The integration of qualitative data analysis software in research strategies: Resistances and possibilities. Forum Qualitative Sozialforschung/Forum: Qualitative Social Research, 3(2). Document téléaccessible à l’adressse <http://ojs-test.cedis.fu-berlin.de/fqs-test/index.php/fqs/article/view/850/1846>.

Bourdon, S. & Bélisle, R. (2005). Temps de rencontre et rencontre de temporalités. L’intervention auprès de jeunes adultes marginalisés comme médiation des temporalités institutionnelles et individuelles. Lien social et politique, 54, 173-184.

Boutinet, J.-P. (2004). Vers une société des agendas. Une mutation des temporalités. Paris : Presses Universitaires de France.

Cardinal-Picard, M. & Bélisle, R. (2009). Traces de cheminement soumises à des tiers : des défis de l’écriture professionnelle en relation d’aide. In F. Cros, L. Lafortune & M. Morisse (Ed.), Les écritures professionnelles (pp. 98-123). Québec : Presses de l’Université du Québec.

Conseil du statut de la femme (2004). Avis. Étudiante et mère : un double défi – Les conditions de vie et les besoins des mères étudiantes. Québec : Gouvernement du Québec. Document téléaccessible à l’adresse <https://www.csf.gouv.qc.ca/wp-content/uploads/etudiante-et-mere-un-double-defi-les-conditions-de-vie-et-les-besoins-des-meres-etudiantes.pdf>.

Doré, N. & Le Hénaff, D. (2014). Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans, guide pratique pour les mères et les pères. Québec : Institut national de santé publique du Québec.

Eichler, M. (2010). Odd project out. Studing lifelong learning through unpaid houshold work. In D.W. Livingston (Ed.), Lifelong learning in paid and unpaid work: Survey and case study finding (pp. 59-78). New York, NY: Routledge.

Eichler, M. & Albanese, P. (2007). What is household work? A critique of assumptions underlying empirical studies of housework and an alternative approach. Canadian Journal of Sociology/Cahiers canadiens de sociologie, 32(2), 227-258.

Garrau, M. & Le Goff, A. (2010). Care, justice et dépendance. Paris : Presses Universitaires de France.

Gouvernement du Québec (2002). Politique gouvernementale d’éducation des adultes et de formation continue. Québec : Ministère de l’Éducation du Québec.

Japel, C., Tremblay, R.E. & McDuff, P. (2000). Conduites parentales et relations familiales, section II – Le milieu familial. Étude longitudinale du développement des enfants du Québec (ÉLDEQ 1998-2002) (pp. 39-53). Québec : Institut de la statistique du Québec. Document téléaccessible à l’adresse <http://www.jesuisjeserai.stat.gouv.qc.ca/bebe/bebe_n10_pdf.htm>.

Lahire, B. (1993). La raison des plus faibles. Rapport au travail, écriture domestique et lectures en milieux populaires. Paris : Presses Universitaires de Lille.

Lahire, B. (1998). L’homme pluriel. Les ressorts de l’action. Paris : Nathan.

Lavoie, N., Levesque, J.-Y. & Aubin-Horth, S. (2008). Le retour en formation chez les adultes peu scolarisés : un faisceau d’obstacles. Éducation et sociétés, 22(2), 161-178.

Lycke, K.L. (2010). Reading and writing teenage motherhood. Changing literacy practices and developing identities. In L. MacGillivray (Ed.), Literacy in Times of Crisis. Practices and Perspectives (pp. 66-82). New York, NY et Londres : Routledge.

Mercier. J.-P. (2015). Pratiques de l’écrit de jeunes mères de retour en formation dans Ma place au soleil. Thèse de doctorat en éducation, Université de Sherbrooke, Québec. Document téléaccessible à l’adresse <http://hdl.handle.net/11143/6846>.

Mercier, J.-P. & Bélisle (2015). Lecture et écriture chez les jeunes adultes non diplômés participant à la formation structurée. Revue canadienne pour l’étude de l’éducation des adultes, 27(3), 17-26. Document téléaccessible à l’adresse <http://www.casae-aceea.ca/?q=fr/node/50>.

Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (2007). Programme de la formation de base commune. Document de présentation. Québec : Gouvernement du Québec. Document téléaccessible à l’adresse <http://www.education.gouv.qc.ca/references/publications/resultats-de-la-recherche/detail/article/formation-de-base-commune-document-de-presentation/>.

Rioux, I. & Bélisle, R. (2012). Présence des autres dans l’écriture de soi d’adultes non diplômés en contexte de reconnaissance des acquis. In R. Bélisle (Ed.), Écrire, lire et apprendre à l’âge adulte (pp. 151-167). Québec : Presses de l’Université Laval.

Savoie-Zajc, L. (2004). La recherche qualitative/interprétative en éducation. In T. Karsenti & L. Savoie-Zajc (Ed.), La recherche en éducation : étapes et approches (pp. 123-150) (3e éd.). Sherbrooke : Éditions du CRP (1re éd. 2000).

Thériault, V. & Bélisle, R. (2012). Écrit et apprentissage dans la vie de jeunes adultes en situation de précarité. In R. Bélisle (Ed.), Écrire, lire et apprendre à l’âge adulte (pp. 111-128). Québec : Presses de l’Université Laval.

Tronto, J.C. (1993). Moral boundaries. A political argument for an ethic of care. New York (NY)/Londres: Routledge.

Tronto, J.C. (2013). Caring democracy: markets, equality and justice. New York (NY): New York University Press.

Van der Maren, J.-M. (2003). La recherche appliquée en pédagogie. Des modèles pour l’enseignement (2e éd.). Bruxelles : De Boeck et Larcier (1re éd. 1999).

Vygotski, L. (1997). Pensée et langage (Trad. F. Sève). Paris : La Dispute/SNÉDIT (première publication en langue russe en 1934).

Haut de page

Notes

1 Je remercie la professeure Rachel Bélisle qui m’a suggéré la piste du travail domestique soutenu par l’écrit, ainsi que le Centre d’études et de recherches sur les transitions et l’apprentissage (CÉRTA) pour la bourse qui a contribué à la réalisation de cette étude.

2 Ce sont les auteures qui soulignent.

3 En ligne : http://wall.oise.utoronto.ca/resources/SurveyPage.htm.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Reproduction 1 – Liste de choses à faire
URL http://edso.revues.org/docannexe/image/1540/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Reproduction 2 – Notes de renseignements
URL http://edso.revues.org/docannexe/image/1540/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 655k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Mercier, « Pratiques de l’écrit et temporalités dans le travail domestique de jeunes mères », Éducation et socialisation [En ligne], 40 | 2016, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://edso.revues.org/1540 ; DOI : 10.4000/edso.1540

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Mercier

Ph. D., membre professionnel associé au Centre d’études et de recherches sur les transitions et l’apprentissage (CÉRTA)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org