Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Femme médecin en Algérie : Journal de Dorothée Chellier (1895-1899), présenté et annoté par Claire Fredj, préface Anne-Marie Moulin, Paris, éd. Belin, 2015, 316 p.

Jacqueline Fontaine
Référence(s) :

Paris : éd. Belin, 316 p.

Texte intégral

1Claire Fredj nous fait découvrir le Journal de Dorothée Chellier, première femme médecin en Algérie. Celui-ci a été rédigé après chacune des quatre missions qui lui sont confiées par le gouverneur général d’Algérie, Jules Cambon, entre 1895 à 1899.

2À travers cet ouvrage remarquable, c’est le problème de la colonisation qui est sous-jacent à deux niveaux. D’une part au niveau politique, car pour le gouvernement français, ces femmes médecins doivent être des médiatrices et participer à l’acculturation des indigènes. D’autre part au niveau médical, où les doctoresses ont beaucoup de difficultés à se faire accepter dans ce milieu très majoritairement masculin. Ces résistances ne sont pas spécifiques à l’Algérie, en métropole elles rencontrent l’hostilité des hommes, pendant et après leurs études. La « guerre des sexes » fut rude. Relisons les thèses des docteurs Caroline Schultze et Edmée Charrier par exemple. Dans ce contexte, la doctoresse doit composer avec les pratiques traditionnelles médicales féminines.

  • 1 Fontaine, Jacqueline, Les étudiantes en médecines à la faculté de Montpellier pendant la Troisième (...)

3La biographie de Dorothée mérite d’être soulignée puisqu’elle est la première femme médecin « algérienne » et qu’elle fait partie des rares françaises docteurs en médecine au début de la Troisième République1.

4D. Chellier est née le 18 février 1860 à Alger, elle se marie avec Auguste Fumat le 23 avril 1878 de vingt ans son aîné. Il est conducteur de travaux au chemin de fer de Paris. Leur fille Jeanne naît en 1879 et le couple divorcera en 1889. En 1898, Dorothée se remarie avec Émile Castelli, médecin-major de 2e classe, né le 8 octobre 1862 à Miliana en Algérie. En 1899, il occupe un poste d’agent principal du service sanitaire et il est chargé de la direction du service médical du bureau d’immigration de Menton.

5Dorothée a 17 ans lorsqu’elle est reçue officier de santé à l’École de médecine d’Alger en avril 1887. À cette époque la faculté d’Alger est rattachée la faculté de médecine de Montpellier et ne délivre aucune thèse de médecine. Les étudiants soutiennent celles-ci à Paris ou à Montpellier. Pour devenir officier de santé (grade créé en 1803 qui sera supprimé en 1892) le baccalauréat n’est pas nécessaire.

6D. Chellier obtient aussitôt un poste d’interne provisoire et elle est recrutée comme aide d’anatomie. Elle soutient sa thèse, à Paris, de docteur en médecine en 1894, qui a pour sujet : « Fièvre typhoïde et fièvre puerpérale ». En 1896, elle est enregistrée parmi les 53 médecins qui exercent à Alger. Puis elle ouvre un cabinet privé dans le VIIe arrondissement à Paris, ensuite elle exercera la médecine à Nice de 1900 à sa mort en 1930. Parallèlement elle dirige une clinique pour femmes à Maison Carrée près d’Alger.

  • 2 Chellier, Dorothée, Voyage dans l’Aurès, pub. Chez Charles Jean Chellier, Tiziouzou, 1895, 36 p.

7Cette pionnière en médecine a une carrière innovante à plus d’un titre. Elle appartient à la franc-maçonnerie, initiée en juillet 1894, au sein de la loge du Droit Humain, fondée en 1897 par Maria Deraisme. Cette obédience mixte accueille quelques femmes. Cette appartenance maçonnique va faciliter les démarches de D. Chellier auprès de Jules Cambon, qui lui confie une première mission de cinq semaines, de mai à juin, en 1895. Dorothée2 consigne dans son opuscule Voyage dans l’Aurès, ses observations durant sa mission. Elle écrit lucide « Je savais que M. Cambon cherchait à utiliser les médecins, non seulement pour apporter aux indigènes le secours de soins éclairés… mais encore pour hâter l’œuvre d’assimilation ». Elle est aidée par une jeune fille indigène de 17 ans, qui est son interprète, lors des consultations qui se déroulent sous la tente ou dans un « gourbi » (terme non péjoratif) dont l’inconfort et l’obscurité sont relevés par la jeune médecin. Lors de sa première mission D. Chellier doit étudier les pathologies des femmes et les pratiques obstétricales, les maladies utérines, dans un contexte de manque total d’hygiène. Cette tebiba se heurte à la résistance des femmes souvent l’influence des matrones indigènes, ignorantes, avec des pratiques d’obstétrique traditionnelles entraînant trop souvent la mort de la parturiente et de l’enfant. Dorothée note les différentes manières de provoquer les avortements qui sont une pratique courante dans l’Aurès : absorption de poudre à canon… et autres solutions entraînant les hémorragies et la mort des femmes. Les méthodes pour provoquer l’accouchement varient peu d’une région à l’autre : piment pilé donné sous forme de prise, corde de laine que l’on enfonce dans la gorge de la parturiente et qui déclenche les vomissements, absorption de tisane de laurier rose qui entraîne la mort de la parturiente. Dorothée doit composer avec les traditions locales.

Au cours de ses 4 missions :

Mission 1 : 4 mai – 16 juin 1895 (Aurès),

Mission 2 : 14 – 23 août 1896 (Kabylie),

Mission 3 : juin 1897 (Kabylie),

Mission 4 : 4 – 22 septembre-15 octobre 1899 (Kabylie).

8La médecin note ses observations cliniques et elle soigne journellement environ cinquante patients : hommes, femmes et enfants qu’elle vaccine après leur avoir donné un bain.

9Lors de sa mission 1, elle avait pour objectif l’étude de la population et n’avait pas apporté de remèdes. Elle les commande et les reçoit dix jours après. Lors des missions suivantes, D. Chellier transporte avec elle deux cantines médicales. Lors de ses consultations les médicaments sont distribués gratuitement aux malades indigènes.

10Les conditions de travail sont épuisantes sur le sol algérien, les journées commencent à 5 heures du matin, les voyages sont longs et épuisants d’une localité à l’autre : bateau, train (le chemin de fer est construit entre Batna et Biskra), route ou chemins de terre, à dos de cheval, à pied avec des mulets qui portent les bagages. Malgré la beauté des sites traversés, il faut affronter le soleil brûlant, les pluies torrentielles où les bêtes ont de l’eau jusqu’au poitrail.

11Cet ouvrage aborde principaux problèmes médicaux auxquels la jeune médecin doit faire face et D. Chellier adresse des propositions concrètes au gouverneur général.

12Elle décrit le manque d’hygiène permanente des mères, auxquelles elle apporte ses soins gynécologiques et pour les enfants qu’elle vaccine par plusieurs dizaines par jour, qui sont sales et vêtus de haillons.

13Elle soigne les pathologies les plus répandues en Algérie, souvent identiques, quelle que soit la région de la mission, citons en particulier :

  • 3 Murat, Laure, La Maison du docteur Blanche : histoire d’un asile et de ses pensionnaires de Nerval (...)

14*La syphilis acquise ou héréditaire. Dorothée nous décrit les abominables gommes syphilitiques. Une jeune fille de 18 ans vient se faire soigner. « Elle a la face rongée par un ulcère syphilitique qui a détruit le nez et la lèvre supérieure, elle laisse voir à nu les maxillaires ». Ces lésions syphilitiques sont liées au fait que les indigènes ne se soignent pas, ou pendant trop peu de temps. Dès qu’ils ressentent une amélioration ils arrêtent leur traitement. En France, pour la syphilis, ce sont des soins psychiatriques dont il est question à travers les malades célèbres, qui à Paris, sont soignés par le docteur Blanche3.

15*Le lathyrisme est répandu dans l’Aurès. Il est dû à l’ingestion d’une légumineuse, le djilben, cultivée pour les animaux, qui est mangée sous forme de galettes par indigènes affamés, qui meurent par empoisonnement.

16*Les maladies oculaires rendent de nombreux indigènes mal voyants. La conjonctivite , les ptérygions et les cataractes congénitales ou acquises. D. Chellier opère avec succès un homme d’une opacité de la cornée. Elle opère les patients sur un banc qui lui sert de table d’opération.

17*Les problèmes des avortements nombreux, les accouchements difficiles. D. Chellier fait une démonstration pratique d’un accouchement avec l’aide d’une matrone locale. Lorsqu’une mère ne peut pas allaiter son enfant, ce sont les femmes du village qui s’en chargent.

18*Elle lutte contre les mariages de jeunes filles trop jeunes, pas encore nubiles.

19*Elle identifie un nombre très élevé de trépanations et la jeune médecin constate une forte résistance physique à ces trépanations effectuées dans des conditions d’hygiène abominables. Seuls les plus résistants survivent.

20Dans ses rapports D. Chellier propose que l’on installe des sages-femmes françaises dans les villages, pour former les matrones indigènes. Elle souhaite, en plus de cette instruction, la création d’un dispensaire maternité dans un hôpital, en s’inspirant du modèle britannique. Dorothée rédige « un projet d’assistance médicale de la femme musulmane en Algérie » pour pallier la nécessité de la formation du personnel médical féminin local, car « Les indigènes ne permettent jamais aux médecins hommes de visiter les parties génitales de la femme ».

21Finalement les projets de D. Chellier voient un commencement d’exécution en 1906, avec la mise en place de dispensaires de consultations gratuites, sous la direction de femmes médecins. Elle se heurte à l’hostilité du docteur Jules Rouvier qui considère comme « exorbitante la prétention d’une doctoresse, sous prétexte qu’elle est femme et pourvue d’un diplôme de doctorat en médecine, à se transformer d’emblée en professeur d’obstétrique » Peut-on exprimer plus clairement sa misogynie ? Après plusieurs dizaines années de palabres, ce n’est qu’en 1934 qu’un corps d’infirmières-visiteuses indigènes sera créé. Mais finalement jusqu’en 1939, une dizaine de soignantes indigènes seront formées par le système.

22D. Chellier a toujours affirmé que la solution était : « apprenons-leur à se sauver de la maladie, sans exiger d’eux une conversion en échange de médicaments ».

23Cet ouvrage passionnant de Claire Fredj propose, par ses riches annotations à partir du Journal de Dorothée Chellier, un tableau historique, social et médical de la situation des femmes indigènes en Algérie les dernières années du XIXe siècle.

Haut de page

Notes

1 Fontaine, Jacqueline, Les étudiantes en médecines à la faculté de Montpellier pendant la Troisième République, préface Simone Gilgenkrantz, éd. L’Harmattan, à paraître en 2016.

2 Chellier, Dorothée, Voyage dans l’Aurès, pub. Chez Charles Jean Chellier, Tiziouzou, 1895, 36 p.

3 Murat, Laure, La Maison du docteur Blanche : histoire d’un asile et de ses pensionnaires de Nerval à Maupassant, éd. J.-Cl. Lattès, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacqueline Fontaine, « Femme médecin en Algérie : Journal de Dorothée Chellier (1895-1899), présenté et annoté par Claire Fredj, préface Anne-Marie Moulin, Paris, éd. Belin, 2015, 316 p. », Éducation et socialisation [En ligne], 41 | 2016, mis en ligne le , consulté le 23 mars 2017. URL : http://edso.revues.org/1801

Haut de page

Auteur

Jacqueline Fontaine

MCF honoraire, membre du LIRDEF, EA 3749 et du comité de rédaction d'Éducation & Socialisation, les Cahiers du CERFEE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org