Navigation – Plan du site
Dossier

Au-delà de la vocation artistique : un recrutement sexuellement différencié des candidat-e-s à une carrière de plasticien-ne ?

Mathilde Provansal

Résumés

Les artistes plasticiennes disparaissent du sommet des palmarès artistiques et continuent d’occuper une position dominée dans le monde de l’art contemporain. Pourtant, elles représentent près de la moitié de la population des artistes plasticien-ne-s (Gouyon & Patureau, 2014) et surtout elles sont majoritaires dans les écoles d’art depuis une trentaine d’années (Segré, 1993 ; Sotto, 2012). Nous analysons ici la mise en place de différenciations sexuées dans les parcours professionnels en privilégiant l’analyse d’un moment particulier qui précède l’entrée dans la carrière artistique, à savoir le recrutement au sein d’une école d’art. L’observation des oraux d’admission en première année de l’École des Arts Plastiques a permis de faire ressortir les critères des membres du jury pour départager les « ayant droit » à une carrière artistique et les outsiders. Nous montrons que les femmes font face à des représentations sexuées qui vont jouer très tôt sur leur passage en école d’art en vue d’une carrière artistique.

Haut de page

Texte intégral

Nous remercions Marie Buscatto, Delphine Corteel et Elsa Favier pour leur relecture attentive des précédentes versions de ce texte

  • 1 Artistes ayant une ou plusieurs pratiques dans le domaine des arts plastiques (peinture, sculpture, (...)

1Les femmes sont sous-représentées dans les expositions d’art contemporain, au sein des collections publiques et privées, dans les galeries d’art contemporain ou encore parmi les artistes les plus cher-e-s sur le marché de l’art (Lévy & Quemin, 2011 ; Quemin, 2013). Les plasticiennes1 disparaissent du sommet des palmarès artistiques et continuent d’occuper une position dominée dans le monde de l’art contemporain (Pasquier, 1983 ; Quemin, 2013). Pourtant, elles représentent près de la moitié de la population des artistes plasticien-ne-s (Gouyon & Patureau, 2014) et surtout elles sont majoritaires dans les écoles d’art depuis une trentaine d’années (Segré, 1993 ; Sotto, 2012) après en avoir été longtemps exclues (Heinich, 1993). Le fait d’être une femme aurait-il un effet sur les conditions d’accès au monde de l’art contemporain ?

  • 2 Afin de protéger élèves et enseignant-e-s, nous avons anonymisé l’École, ses professeur-e-s et les (...)

2Pour répondre à cette question, nous nous sommes intéressée à l’entrée dans les écoles d’art en étudiant le recrutement des élèves de l’École des Arts Plastiques2, une école des beaux-arts française. Il s’agit ainsi de « saisir la dynamique de construction des inégalités sexuées aux différents moments des carrières professionnelles » (Buscatto & Marry, 2009, p. 171), en l’occurrence ici au début de la carrière, en mettant au jour « les mécanismes informels et peu visibles qui se cumulent plutôt aux différents moments des « carrières » féminines pour handicaper les femmes, en comparaison aux hommes, dans leur progression professionnelle » (p. 177). En effet, pour comprendre comment certain-e-s artistes atteignent le haut des palmarès artistiques et comment cela s’accompagne de « la moindre présence des plasticiennes aux plus hauts niveaux de la hiérarchie artistique, professionnelle et économique » (Buscatto, 2016) il importe de comprendre comment on a trié, différencié et hiérarchisé les candidat-e-s potentiel-le-s à la carrière artistique. Toutefois, l’entrée dans la carrière artistique n’est pas subordonnée à la formation dans une école d’art. Le marché du travail artistique est en effet plutôt ouvert et il n’existe pas a priori de droit d’entrée, n’importe qui pouvant se déclarer artiste plasticien-ne. Malgré cela, le passage ou non dans une école d’art constitue l’un des moments de cette construction sexuée des carrières. Cela amène à interroger leur rôle dans la formation et la production des inégalités sexuées. Il s’agit ainsi d’analyser la mise en place de différenciations sexuées dans les parcours professionnels en privilégiant l’analyse d’un moment particulier qui précède l’entrée dans la carrière artistique, à savoir le recrutement au sein d’une école d’art.

  • 3 D’après les données que nous avons recueillies, auprès de l’École et de sources secondaires, elles (...)

3Nous avons choisi de nous intéresser au concours d’entrée en première année de l’EAP car celle-ci admet plus d’une centaine d’étudiant-e-s. Cette école jouit d’un certain prestige et vise à former l’élite artistique. Elle propose une formation en cinq ans entièrement tournée vers la création artistique. On peut donc faire l’hypothèse que les étudiant-e-s qui postulent pour entrer dans cette école souhaitent devenir artistes. L’entrée à l’EAP constitue ainsi une première étape de la carrière artistique qui permet de distinguer les professionnel-le-s des profanes. Les femmes sont par ailleurs majoritaires au sein de la population étudiante de l’École depuis le milieu des années 19703. Cela signifie-t-il pour autant qu’elles sont sélectionnées, évaluées ou encore valorisées de la même manière que les hommes ?

4Dans une première partie, nous revenons sur les modalités de recrutement d’une élite artistique au sein de l’EAP. A l’aune de nos observations nous montrons que les catégories de classement des recruteurs dessinent un « idéal artistique ». Nous montrons dans une deuxième partie que les critères d’évaluation mis en œuvre à ce stade de la carrière sont plutôt défavorables pour les femmes et que le genre des créateur-trice-s influe sur celles et ceux qui sélectionnent les prétendant-e-s à une carrière artistique.

Démarche d’enquête et matériaux

Afin de saisir les schèmes d’appréciation des membres du jury, et la manière dont ces dernier-e-s les mobilisent, nous avons retenu la méthode de l’observation non participante. La direction de l’École nous a permis d’être assise à la table du jury mais nous n’avons pas été autorisée à enregistrer. Afin de ne pas biaiser le déroulement des entretiens et des délibérations nous n’avons pas mentionné que notre intérêt portait sur les questions liées au genre. Précisons également que nous n’avons pas les compétences permettant d’évaluer le travail des candidat-e-s. Nous avons ainsi observé les entretiens avec le jury de 87 candidat-e-s, 33 hommes et 54 femmes (Figure1) et les délibérations. Le caractère anti-scolaire de cet entretien rendait difficile son observation. En effet, il n’est pas rare que le jury interrompe le/la candidat-e, que plusieurs professeur-e-s posent des questions en même temps, parlent entre eux à voix basse, entrent ou sortent, partent fumer une cigarette à la fenêtre, boire un café ou téléphoner dans un coin de la salle. Nous avons donc choisi de privilégier les questions et remarques des membres du jury dans notre prise de notes afin de saisir au mieux leurs représentations et leurs critères de sélection. Nous avons aussi saisi les remarques inscrites par le jury sur les fiches d’évaluation des candidat-e-s admissibles non admis-es. La consultation de la partie administrative des dossiers de candidature nous a permis de construire les tableaux situés en Annexes. Il n’a pas été possible de réaliser des entretiens avec les membres du jury.

Recruter des candidat-e-s à une carrière de plasticien-ne

Entre évaluation scolaire et/ou artistique : comment recruter l’élite artistique ?

  • 4 L’origine sociale n’est cependant pas renseignée.

5L’examen d’entrée en première année à l’EAP est constitué d’une épreuve d’admissibilité et de plusieurs épreuves d’admission. L’admissibilité se fait sur dossier. Celui-ci comporte une partie administrative indiquant certaines propriétés sociales des candidat-e-s4, leur parcours scolaire et professionnel, et permet à ces dernier-e-s de présenter leurs intérêts artistiques, leurs motivations et leurs attentes vis-à-vis de l’École. Un deuxième volet du dossier est constitué d’une vingtaine de travaux personnels, originaux et/ou photographies, évalués par le jury.

6L’admission se déroule ensuite en trois épreuves : une épreuve de dessin et une épreuve de culture générale et d’analyse durant chacune trois heures, un entretien de dix minutes avec le jury. Au cours de cet entretien, le/la candidat-e présente un dossier de travaux personnels : vidéos, photographies, toiles de peinture, photographies d’installation et/ou de sculpture, céramiques, carnets de dessin, etc. L’entretien est peu normé : certain-e-s candidat-e-s se contentent de sortir leurs travaux et attendent que le jury pose des questions, d’autres commencent à parler de leur travail voire engagent une discussion avec certain-e-s membres du jury, enfin c’est parfois un-e membre du jury qui prend la parole en premier-e pour poser une question ou rappeler au/à la candidat-e qu’il/elle a dix minutes pour présenter son travail et se présenter.

  • 5 Tous les extraits en italiques sont extraits du carnet d’observation. Cela n’est plus mentionné par (...)

7L’examen d’entrée est donc organisé de manière à sélectionner les candidat-e-s démontrant des aptitudes techniques, une maîtrise du dessin, quelques connaissances en histoire de l’art et des enjeux de l’art contemporain, capables de tenir un discours autour de leurs œuvres et de leur pratique artistique (Liot, 1999), et présentant les prémices d’une démarche artistique singulière. Cependant, au cours de nos observations, les professeur-e-s n’avaient en général pas accès aux notes obtenues lors des deux autres épreuves, celles-ci n’ayant pas été corrigées. L’entretien avec le jury était donc l’épreuve déterminante et c’est par celui-ci que la plupart des candidat-e-s observé-e-s ont été admis-e-s, ou non, au sein de l’École. Or l’entretien est l’épreuve qui met le plus l’accent sur la subjectivité et la personnalité de l’artiste. Cette épreuve est peu codifiée et il n’existe pas de présentation claire de celle-ci. Les candidat-e-s disposent d’une dizaine de minutes pour, selon le président du jury, « nous dire qui vous êtes, ce que vous faites, ce que vous attendez de l’École » (Extrait du carnet d’observation5). Le directeur de l’École présent à certains entretiens a également demandé au jury : « quel est le critère premier, le travail ou la personnalité ? ». Les membres du jury n’ont pas donné de réponse claire mais cela nous a permis de noter que c’est bien le travail et « la personnalité » des candidat-e-s qui les intéressent. Le jury évalue ainsi les productions plastiques des candidat-e-s (dessins, photographies, peintures, etc.), ce qu’elles-ils « font » donc, l’expression de leur positionnement artistique, leurs motivations et leurs attentes vis-à-vis de l’École, et enfin ce que le jury nomme « personnalité » et qui relève de l’expérience singulière, des traits de caractère ou encore de la corporéité des candidat-e-s, en somme qui elles/ils « sont ». Mais les critères d’évaluation ne sont pas fixés par des normes nationales et ne renvoient pas aux modalités traditionnelles d’évaluation du système universitaire. Les membres du jury sont réticent-e-s à expliciter les critères mobilisés pour effectuer une sélection parmi les candidat-e-s. Il n’existe pas de rapport du jury permettant de saisir ces critères comme cela a pu être fait, par exemple, pour le concours d’entrée à la magistrature (Boigeol, 1996).

8À la fin de chaque entretien, les membres du jury disposent de quelques minutes pour délibérer et décider d’admettre ou non la/le candidat-e. Les modalités du vote ne sont pas clairement définies, la voix du président du jury comptait parfois double, parfois non, et l’assesseure était parfois autorisée à donner son avis et à voter. Le vote se fait à main levée et il n’est pas rare de revoter pour un-e candidat-e. Le jury évalue ainsi vingt-huit candidat-e-s par jour. Au cours de ces délibérations, il opère « un travail de sélection » qui consiste à prendre les candidat-e-s qui présentent les travaux considérés comme les « meilleurs », et un « travail de prédiction » (Darmon, 2012). Il s’agit alors d’identifier parmi les candidat-e-s les artistes de demain en recherchant les signes de qualités ultérieures. Le jury évalue alors « un potentiel » ou les prémices d’une proposition artistique singulière.

  • 6 La moyenne d’âge des membres du jury était, sans compter les deux étudiant-e-s présent-e-s dans le (...)

9Enfin, il y a une répartition sexuée inégalitaire du pouvoir de sélection puisque le jury comprend quatre femmes et vingt hommes, professeur-e-s de l’École présent-e-s en alternance, et que ce sont deux hommes qui occupent à tour de rôle la position de président du jury. C’est donc un jury essentiellement masculin et âgé6 qui sélectionne les postulant-e-s à une carrière artistique dont une majorité sont des femmes. Or, cela n’est pas sans conséquence sur la sélection. Par exemple, Jeanne Siwek-Pouydesseau (2013) souligne l’importance de la féminisation des jurys, et en particulier du poste de président-e du jury, sur le recrutement des femmes dans les concours externes de catégorie A dans la fonction publique de l’Etat. Enfin, les membres du jury sont des artistes reconnu-e-s dans le monde de l’art, des professeur-e-s d’enseignement théorique occupant, ou ayant occupé, des positions importantes de critiques d’art ou de commissaires d’exposition, et des professeur-e-s d’enseignement technique. Elles/ils sont donc porteur-se-s des normes professionnelles et des conventions du monde de l’art contemporain.

10L’analyse des épreuves de recrutement d’une élite artistique au sein de l’EAP souligne que les modalités traditionnelles d’évaluation du système universitaire importent moins que l’évaluation artistique. L’absence de codification des modalités d’évaluation rappelle par ailleurs que l’excellence recherchée résiste à l’objectivation (Thibault, 2016). Quelle élite artistique est alors sélectionnée ? Le recrutement est-il différencié sur le plan sexué ?

L’évaporation des candidates aux différentes étapes du concours

11Au cours de l’année observée, 740 candidat-e-s se sont inscrit-e-s au concours d’entrée en première année de l’EAP, dont 63 % de femmes (Figure 2). 24,5 % des candidates et 29,5 % des candidats ont été admissibles. Finalement, 10,3 % des candidates et 14 % des candidats souhaitant entrer dans l’école ont effectivement été admis-e-s en première année. Etant donnés nos effectifs, ces écarts de pourcentage sont trop faibles pour nous permettre de tirer une conclusion solide sur un processus de sélection qui semblerait plutôt favoriser les candidats au détriment des candidates. On peut tout de même noter une diminution des femmes entre les différentes étapes du concours (Figure 2). Il semble donc en ce qui concerne cette promotion que l’élimination des femmes s’opère dès l’entrée dans une école d’art conduisant potentiellement à une carrière artistique.

Des candidat-e-s répondant à un « idéal artistique » ?

12Les candidat-e-s sont évalués à l’aune d’un « idéal artistique » (Buscatto, 2004). Le jury valorise les candidat-e-s faisant preuve d’un véritable engagement vis-à-vis de leur pratique artistique, n’hésitant pas parfois à parler de « vocation ». On demande, par exemple, aux candidat-e-s si elles/ils lisent des autobiographies d’artistes ou des écrits d’artistes, textes qui nourrissent la mythologie des artistes constituée de « l’évidence du don et la précocité de la vocation » (Moulin, 1992, p. 300). Cet engagement se manifeste également, selon le jury, par la précocité et/ou la régularité de la pratique artistique. Le jury est ainsi attentif à la présence de carnets, signes d’un attachement régulier à la pratique artistique. Poser des questions sur les conditions de réalisation de certains travaux permet de savoir si la/le candidat-e a un « goût pour le travail », si elle/il est prêt-e à consacrer une grande partie de son temps à sa pratique. L’usage du temps libre permet alors de distinguer les candidat-e-s faisant preuve d’un fort engagement, ayant une pratique régulière nourrie par l’accumulation d’un capital culturel non institutionnalisé (visites d’exposition, lectures, films visionnés, voyages, etc.) et celles et ceux qui s’adonneraient, selon le jury, à la pratique artistique « en dilettante ».

13Le jury privilégie aussi les candidat-e-s faisant preuve d’originalité et d’une capacité d’innovation. Faire preuve d’ouverture, avoir une pratique variée ou encore présenter ses travaux comme une recherche artistique sont les signes du potentiel d’innovation d’un-e candidat-e. Mais pour être valorisée cette ouverture doit s’accompagner d’un discours du/de la candidat-e explicitant la cohérence de sa démarche (Liot, 1999). Il s’agit d’être capable de situer son travail par rapport à l’histoire de l’art et d’inscrire sa démarche dans le cadre de l’art contemporain.

  • 7 L’Atelier de Sèvres et Prép’art sont deux établissements privés préparant aux écoles d’art. Il exis (...)

14Au critère d’originalité est associé celui de l’authenticité. Celle-ci prévaut sur la formation antérieure ou les titres scolaires des candidat-e-s. Les élèves passé-e-s par une classe préparatoire forment ainsi une figure repoussoir. Ces candidat-e-s sont considéré-e-s comme « formaté-e-s », « trop scolaires », présentant un dossier « convenu », « fabriqué », fait « d’exercices », ayant « un discours » contenant « tous les poncifs », « une manière de présenter les choses un peu trop mécanique ». Les classes préparatoires sont qualifiées par le jury « d’élevage » ou encore « d’industrie ». Pourtant, presque la moitié des admissibles a suivi au moins une année de préparation à l’Atelier de Sèvres ou à Prép’art7, et 44 des 87 candidat-e-s admis-e-s ont fait une préparation à l’Atelier de Sèvres (34) ou à Prép’art (10). La valorisation du talent individuel au détriment de l’apprentissage masque les inégalités sociales qui jouent en amont dans la préparation au concours (possibilité de financer une préparation privée, socialisation à l’art contemporain dans l’espace familial, accès et goût pour la culture légitime, etc.), et qui conduisent à un recrutement scolaire et social élitiste de l’EAP (Galodé & Michaut, 2003).

15Les candidat-e-s sont donc évalué-e-s à l’aune d’un « idéal artistique », ce qui nous rappelle que l’activité artistique s’inscrit dans un « régime vocationnel » (Heinich, 2005) où le statut d’artiste repose sur son originalité et sa singularité.

16Les critères mobilisés pour estimer si la ou le candidat-e répond à cet « idéal artistique » sont-ils pour autant indifférenciés sur le plan sexué ? Nous avons vu que la personnalité de l’artiste importait tout autant que son travail. Or cela conduit à une forte personnalisation voire à une psychologisation de l’entretien. C’est sur ce terreau-là que s’opère un recrutement sexuellement différencié des candidat-e-s.

Un recrutement sexuellement différencié des candidat-e-s à la carrière artistique

17Dans cette partie nous analysons les schèmes d’appréciation des membres du jury pour évaluer la personnalité et le travail des candidat-e-s. Nous nous intéressons également aux opérations mises en œuvre par le jury pour retenir ou non un-e candidat-e. Enfin, nous précisons les effets d’une répartition sexuée inégalitaire du pouvoir de sélection sur le recrutement des candidat-e-s à la carrière artistique.

Personnalité et travail : une évaluation sexuellement différenciée

  • 8 Tous les prénoms ont été anonymisés.

18D’après nos observations, environ un tiers des candidates admises ont été retenues pour leur personnalité plus que pour leur travail, contre un candidat sur les 19 admis. Le jury n’a pas manqué de souligner dans certains cas que c’est bien « le personnage » qui retenait son attention et non le travail des candidates comme le souligne la délibération après l’entretien de Fanny8 :

Alain : ça c’est un personnage.

Michel : t’as vu ça ?

Patrice : ça c’est des martiens.

Amandine : elle vient d’une autre planète.

Anémone : les ateliers de Sèvres ne l’ont pas gâchée.

Michel : qui est pour ?

Alain : (en riant) Oh non.

Tout le monde est pour.

Anémone : tout le monde va vouloir la prendre (dans son atelier). Elle fait une remarque sur ses « yeux incroyables », de couleur bleu très clair comme sur ses peintures.

Michel : elle était terrorisée.

Ingrid : elle est siphonnée.

Michel : elle peut tomber comme ça.

Anémone : elle était tellement stressée qu’elle avait un accent du Nord.

Michel : russe.

Patrice : tu lui donnes n’importe quel sujet elle a quelque chose à te dire.

Anémone : je sais pas ce qu’elle a comme famille mais elle a dû s’accrocher pour sortir. Elle était quand même bien siphonnée.

Pierre trouve le travail un peu morne. Il discute avec Michel.

Michel : oui mais le personnage. Si j’étais artiste, c’est ce que je ferais.

Thierry : ce sont des paysages beaucoup plus nordiques que méditerranéens.

Elle est prise.

19Les critères à l’aune desquels la personnalité des candidat-e-s est jugée ouvrent la voie à une assignation sexuée. En effet, le jury apprécie les candidats « drôles » et « sympathiques » ou présentant des traits de caractère qui signalent une capacité de travail : « c’est un bosseur », « c’est est hyperactif », « c’est un tueur ». A l’inverse, il valorise les candidates ayant « une sensibilité », « une émotion », « une délicatesse », présentant donc des traits socialement construits comme « féminins ». Ces critères sexués sont aussi hiérarchisés. Les qualités d’une personnalité considérées comme positives renvoient plutôt à des caractéristiques socialement construites comme « masculines » ou à ce qui n’est pas « féminin ». On retrouve la « valence différentielle des sexes » soulignée par Françoise Héritier (1996) dans ses travaux sur les sociétés traditionnelles. Pour une femme, avoir une personnalité allant à l’encontre de ce qui est socialement construit comme « féminin » peut être valorisé. Par exemple, alors qu’une candidate venant des ateliers de Sèvres s’apprête à entrer, Anémone nous dit : « bon allez un truc un peu rock’n roll, un peu couillu ». On remarque dans l’extrait ci-dessous que certaines candidates ne répondant pas aux critères attendus de la « féminité » (gentillesse, douceur, sensibilité, etc) peuvent être valorisées même si cela peut prêter sujet à controverse :

Svetlana a des cheveux courts très noirs. Elle porte beaucoup de maquillage noir autour des yeux, elle a les yeux cernés de noir. Elle a les sourcils marqués de crayon noir. Elle a la peau très claire. Elle a un look gothique. (…)

Roger fait remarquer que Svetlana parlait sans article. « C’est mignon ».

Ingrid : elle parlait simplement.

Anémone : qu’est-ce que vous lui trouvez ?

Thierry : c’est pour le personnage.

Elle passe.

Albert, Thierry, Denis, Patrice, Marc, Charlotte sont pour.

C’est la deuxième fois qu’elle se présente.

  • 9 La nationalité a été modifiée afin de préserver l’anonymat de la candidate.

Anémone est contre : une petite azérie9 qu’il faut aider. Je suis désolée on n’est pas la SPA.

Christine : tu as vu le dessin ? C’était très bien.

Anémone : mais y’a que des dessins dans cette école. Bien fait mais académique (à propos du dessin).

Denis dit que ce n’est pas académique.

Christine : c’est bien de prendre quelqu’un qui diffère, ça change un peu. C’est pas une gentille petite… Il en faut deux ou trois.

20Le look de Svetlana détonne par rapport à celui des autres candidates. Thierry propose ainsi de la prendre « pour le personnage ». Anémone n’approuve pas ce choix et ce critère de sélection. Elle dévalorise la personnalité de cette candidate en lui accolant l’adjectif « petite » (azérie) et le travail de celle-ci en le qualifiant « d’académique ». Christine tente alors de la convaincre et l’argument qu’elle mobilise souligne que la gentillesse et la délicatesse ne font pas partie des critères les plus valorisés : pour une fois ce n’est pas une gentille petite.

21On peut aussi souligner que si art et personnalité doivent en quelque sorte se confondre, il ne s’agit pas pour autant d’exprimer toutes les facettes de sa personnalité, notamment lorsque l’on est une femme. Certains éléments de la personnalité mis en avant par les femmes au cours de l’entretien sont dévalorisés alors que les mêmes éléments mis en avant par des hommes vont être valorisés. Ainsi en est-il, par exemple, de la pratique sportive. Plusieurs candidats ont présenté un dossier mêlant arts plastiques et sport, ou bien ont évoqué leur pratique sportive à haut niveau. Or, dans le cas des candidats observés la pratique sportive (boxe thaïlandaise, arts martiaux, danse hip hop) a suscité la curiosité des membres du jury et a plutôt été bien accueillie. Au cours de la délibération, une professeure a ainsi justifié le fait de retenir l’un d’entre eux en précisant « et puis on n’a pas de combattant ici ». Elle souligne ainsi que le candidat pourra par la suite affronter un environnement professionnel extrêmement concurrentiel. Ces trois candidats ont été admis et leur pratique sportive n’a pas été utilisée comme argument contre leur admission. A l’inverse, une candidate pratiquait la natation à haut niveau et une seconde la plongée et l’apnée. La pratique sportive, que ces candidates ont présentée comme un élément constitutif de leur personnalité et de leur travail, a suscité un fort rejet de la part du jury qui a considéré qu’elle ne s’inscrivait pas dans « l’idéal artistique » : la première présentait « un travail manquant trop d’ouverture », la seconde « un travail trop exclusivement thématique », donc manquant d’originalité, de diversité. Le président du jury a par ailleurs ouvert les délibérations en demandant : « bon qui veut une sirène à l’école ? ». Il sexualise ainsi la candidate et la réduit à son apparence physique, être une sirène serait son seul atout, son travail n’est pas pertinent. La sirène est par ailleurs une figure mythologique ambiguë : elle est à la fois jolie mais synonyme de perdition pour les hommes pris par ses charmes.

22Enfin, concernant le travail des candidates, le jury a exprimé à plusieurs reprises des doutes sur l’authenticité des travaux réalisés par les candidates se demandant si c’était bien la même personne qui avait réalisé tous les travaux présentés, si elles n’avaient pas été aidées dans la préparation de leur dossier, voire pour l’une d’entre elles indiquant que celle-ci avait triché dans la réalisation de sculptures. Ils ont également fait remarquer que le travail de certaines candidates ressemblait très fortement à celui d’autres candidat-e-s. On peut proposer ici deux hypothèses. Les filles seraient plus scolaires, elles appliqueraient ce qu’elles apprennent en classe préparatoire et ne sortiraient pas de ce cadre pour préparer leur dossier. Or, lorsque le jury exprime des doutes sur l’originalité du travail de la candidate il compare ses travaux avec ceux d’un ou d’une candidat-e, soulignant donc que les hommes aussi seraient prompts à être scolaires. Mais ces doutes ne sont pas exprimés à propos des travaux d’un candidat. D’où une deuxième hypothèse : les membres du jury doutent des compétences de certaines candidates à concevoir et réaliser de tels travaux.

23Le jury prête également attention aux attributs physiques et corporels des candidates, ce qui le conduit parfois à ne pas évaluer le travail de ces dernières.

Des candidates évaluées à l’aune de leurs atouts physiques et corporels

24Au cours des délibérations les membres du jury ont fait référence à l’apparence physique des candidates pour plus d’un quart d’entre elles, alors que ce fut le cas de trois candidats. Il s’agissait de commenter la voix ou le T-shirt de ces derniers alors que ce sont les atouts physiques, corporels et esthétiques des candidates qui retenaient l’attention des membres du jury. Pourtant, le corps et l’apparence physique ne sont pas des ressources sur le marché de l’art comme cela peut-être le cas sur le marché du travail d’autres professions artistiques comme la danse (Sorignet, 2004) et le théâtre (Katz, 2006), sauf peut-être pour la performance. Or, pour certaines candidates, le physique et l’apparence sont les seuls éléments discutés au cours de la délibération. De plus, pour quatre autres candidates admises, la valorisation de l’apparence physique a été le premier critère mobilisé par les membres du jury, hommes et femmes. Une professeure a également proposé de prendre Juliette, une candidate refusée pour son physique :

Tout le monde rit.

Marc : à l’année prochaine.

Thierry : j’ai l’impression que c’est pas la même personne. (Il a l’impression que deux personnes différentes ont fait les peintures et les carnets de dessin).

Christine : au secours.

Ingrid à Christine : tu voulais pas que je te donne le dessin « Sex, Money and Power » ?

Marc à Thierry : tu devrais écrire à bientôt mais pas tout de suite.

Anémone : elle était mignonne

Anémone et Christine : elle avait un très joli sourire.

Anémone : elle est mignonne, on peut la prendre pour ça. On a pris celui qui fait des salles de bain.

Elle n’est pas prise.

25Le jury dispose d’un temps de délibération limité. Evoquer l’apparence physique d’une candidate, ou le personnage comme nous l’avons vu plus haut, empêche donc d’évaluer les qualités de son travail ou les connaissances de cette dernière. C’est une manière de ne pas s’intéresser au travail des candidates, ce qui ne veut pas dire que celui-ci serait sans intérêt. On peut donc se demander maintenant ce qu’il en est des modalités d’évaluation du travail des candidates.

Une dévalorisation du « féminin », du féminisme et de la sexualité « féminine »

26Les travaux des candidates interrogeant leur rapport au corps et à la féminité, ou ayant une orientation féministe, ont fait l’objet d’une évaluation défavorable de la part du jury. En effet, la question du rapport au corps des femmes n’a pas été considérée comme le signe d’une pratique artistique singulière. Ces travaux ont été qualifiés de « convenus », « manquant d’ouverture », « ennuyeux à mourir », « maladroits », « légers », « peu mâtures » ou encore « le truc de la féminité tout ça, c’est pas fin ». Alors qu’Anaïs présentait des photos d’un utérus réalisé sous forme d’installation, un membre du jury a pointé des essais de cadres en carton ciselés posés sur la table en l’encourageant : « c’est ça qu’il faut continuer. Il faut continuer quelque chose de personnel ». De même, Amaya est une des seules candidates observées à évoquer des artistes femmes voire féministes mais son projet, présenté comme féministe, n’a pas été considéré par le jury comme relevant d’une démarche singulière et originale :

  • 10 Nous citons ici la fin de l’entretien avec le jury, le début portait sur d’autres travaux non fémin (...)

Amaya explique10 qu’elle a un projet féministe. Elle se recouvre de latex et le déchire, elle déchire sa propre peau. C’est une façon de se débarrasser de sa propre image, de sa peau, des représentations de la société. Elle a aussi travaillé à partir de photos de Claude Cahun, une féministe qui a travaillé sur l’androgynie, les questions du féminin et du masculin.

Patrice : vous lisez beaucoup ?

Amaya : je lis.

Elle lit Goliarda Sapienza qui a un parcours féministe. Elle précise qu’elle a vu Le sel de la terre sur le photographe Sebastião Salgado.

Patrice lui dit de voir un autre film qui est « au Champo ».

Thierry : vous avez quelque chose à ajouter ?

Amaya : j’ai oublié de vous parler de l’écriture car c’est un medium que j’utilise beaucoup.

L’entretien est terminé, Amaya sort de la salle, les délibérations commencent.

Marc : elle passe quatre ou cinq concours en Bretagne, elle va forcément être prise. Elle sera prise à Nantes.

Anémone : on va pas la prendre. C’est ennuyeux à mourir. Elle a quel âge ?

Laure : c’est un peu convenu.

Thierry : c’est une belle personne.

Romain : y’a quelqu’un.

Anémone : elle sera prise en cours d’étude

Patrice : pourquoi en Bretagne ? Y’a rien en Bretagne.

Les professeurs débattent sur le terme à utiliser pour le commentaire sur sa fiche : abouti, conséquent ?

Anémone : le champ d’investigation est un peu réduit.

Thierry : elle fait trop concours.

Thierry à Laure : elle revient sur la politique. Ce n’est pas satisfaisant

Georges : 19 ans, elle n’est pas vieille.

Pas de vote, elle n’est pas prise.

27On remarque que les professeurs n’ont posé aucune question sur son travail et ont manifesté peu d’intérêt pour ce dernier et les références d’Amaya, Claude Cahun et Goliarda Sapienza. Comme ce fut le cas pour d’autres candidates, le jury souligne qu’Amaya trouvera une place ailleurs, en l’occurrence dans une école moins prestigieuse, car elle passe plusieurs concours. Sur sa fiche, le président du jury a noté : « Le jury vous encourage à vous représenter avec un travail plus abouti.» L’utilisation du terme « abouti » souligne que ce travail ne présente par les critères correspondant à « l’idéal artistique » et qu’il n’est pas à la hauteur de ce dernier. Deux professeurs proposent alors de la retenir pour ce qu’elle est (« une belle personne », « y’a quelqu’un »).

28A l’inverse, lorsque des candidats ont présenté un dossier faisant référence à la sexualité et/ou à leur rapport au corps, ceux-ci ont été jugés positivement, et si le candidat n’a pas été retenu ce n’est pas en raison du sujet traité. Un candidat a, par exemple, expliqué aux membres du jury « peindre avec ses pulsions, ses désirs, ce qu’il vit ». Il a montré une peinture représentant un homme et une femme nus en expliquant « c’est le désir de l’homme qui submerge celui de la femme avec ces traces rouges » (au niveau du sexe de la femme). Voici la délibération après son entretien :

Chloé : oui je le trouve marrant.

Timothé : et il a une libido qui est rare.

Marc : moi j’adore ce genre de phrase « je suis stressé de base ».

Ingrid : et il vaut mieux commencer par Basquiat que finir par Basquiat.

Chloé revient sur la peinture homme/femme.

Alexandre : l’homme qui submerge la femme. Il faut qu’il réfléchisse.

Marc : il était pas stratège.

Ingrid : il est spontané.

Julian : il est chiant aussi.

Michel : il est bravache.

Il veut aller chez X. Il faut lui dire d’aller dans un atelier calme.

Michel : bon, est-ce qu’on parie sur ce jeune homme ?

Chloé : moi je l’aime bien.

Michel : qui parie sur la libido débordante de ce jeune homme ?

Il est pris.

  • 11 Sapienza, G. (1998/2005). L’art de la joie. Traduit de l’italien par Nathalie Castagné. Éditions Vi (...)

29On constate ici qu’une libido masculine dominatrice, « le désir de l’homme qui submerge celui de la femme », est valorisée par le jury, « il a une libido qui est rare » alors que celui-ci dénigre, ou ignore, Goliarda Sapienza, auteure d’un roman féministe11, qui invente une figure féminine libre et heureuse, dénonce la domination masculine en se revendiquant du féminisme et se place donc sur un plan plus politique que personnel. On constate également que des sexualités, socialement construites comme « féminines » et « masculines », ne sont pas évaluées de la même manière. Or, ce ne sont pas les mêmes normes qui pèsent sur les sexualités adolescentes et adultes féminines et masculines.

« Sauver » une candidate, « parier » sur un candidat

  • 12 La nationalité a été modifiée.

30A plusieurs reprises, le président du jury a ouvert la délibération en demandant « qui veut sauver cette jeune femme ? » ou « quelqu’un en veut », et les membres du jury ont parfois justifié l’élimination d’une candidate en indiquant « on a déjà sauvé la précédente ». Le sauvetage des candidates a deux significations. L’admission au sein de l’école peut permettre de sortir la candidate de sa condition, ou plutôt de la représentation que s’en fait le jury car cette dernière n’est pas mentionnée par les candidates au cours de l’entretien. Les candidat-e-s ne renseignent à aucun moment la profession de leurs parents. Les membres du jury, hommes comme femmes, ont ainsi considéré que certaines candidates avaient souffert sans que l’entretien n’indique quoi que ce soit à ce propos. On a pu voir, par exemple, au cours de la délibération de Fanny, citée précédemment, qu’Anémone soulignait « je sais pas ce qu’elle a comme famille mais elle a dû s’accrocher pour sortir.» Encore une fois, c’est une manière de mettre l’accent sur la personnalité des candidates en indiquant « une fragilité », « une souffrance » de ces dernières, et en les sélectionnant sur un élément qui ne renvoie pas à leur travail. On peut proposer une deuxième interprétation de ce « travail de sauvetage » (Darmon, 2012). Il consiste à repêcher des candidates écartées d’avance en raison de leur sexe. En effet, ce travail de sauvetage ne concerne jamais les candidats. Le fait que le président du jury demande en ouverture des délibérations « qui veut sauver cette jeune femme » souligne que c’est bien le sexe de la candidate qui pêche ici. Les membres du jury à l’inverse « parient » sur un candidat en insistant sur ses potentialités ce qui est une manière de l’inscrire dans une éventuelle carrière artistique. Enfin, lorsque le jury opère un « travail de sauvetage » d’un candidat, celui-ci est invisibilisé. Michel précise, par exemple, à propos d’Andrey, un candidat russe12 qu’il est « assez pour un réfugié politique qui aime Otto Dix ». L’expression contraste avec les propos d’Anémone à propos de Svetlana : « une petite Azéri qu’il faut aider. Je suis désolée on n’est pas la SPA. » Encore une fois, rien ne nous dit qu’Andrey est un réfugié. Mais à l’inverse d’Anémone, qui sur le ton de l’humour dénie le statut d’être humain à Svetlana, Michel inscrit Andrey dans la lignée prestigieuse des intellectuel-le-s et des artistes ayant trouvé refuge en France, et par là nie une opération qui s’apparente bien à un « travail de sauvetage ».

Une répartition sexuée inégalitaire du pouvoir de sélection

  • 13 Nous avons également changé la nationalité.
  • 14 C’est ainsi qu’il faut entendre la remarque d’Anémone à propos de la candidature de Juliette présen (...)

31L’inégale répartition sexuée du pouvoir de sélection n’est pas sans effet sur les critères d’évaluation mis en œuvre et sur les possibilités des membres du jury de les mobiliser. Les modalités d’évaluation performent en quelque sorte les relations de pouvoir entre les membres du jury. En effet, le registre de l’émotion qui peut être utilisé pour sauver une candidate ne peut être mobilisé avec succès par les femmes pour soutenir un candidat. Un professeur a ainsi rappelé à l’ordre la plus jeune femme du jury qui souhaitait retenir un malaisien13 en précisant « qu’il était trop touchant » : « c’est un examen d’admission, pas une commission d’adoption ». Cela permet également de délégitimer la position des femmes du jury en les ramenant à leur statut potentiel de mère, ce dernier étant dévalorisé dans le milieu de l’art contemporain. Par ailleurs, au cours de nos observations nous avons noté que les femmes évaluent autant que les hommes l’apparence physique des candidates, et qu’elles sont parfois très dures envers ces dernières au cours des délibérations. Elles ont souligné à plusieurs reprises qu’il fallait faire attention à ne pas prendre trop de filles afin de « sauver le prestige de l’école » et que celle-ci ne devienne pas « une école de nanas ». Cela sous-entend donc que c’est par les hommes que l’EAP attend la reconnaissance de sa formation, que ces derniers ne sont pas sélectionnés selon les mêmes critères que les candidates et que ces critères l’emportent sur ceux mobilisés pour les sélectionner. Faire référence au physique de la candidate peut aussi être un argument des femmes du jury pour convaincre les membres masculins majoritaires au sein du jury de retenir une candidate lorsqu’on pressent que la défense du travail de la candidate ne sera pas considérée avec sérieux par les membres masculins du jury14. Être une femme, c’est en effet donner plus de « prises » au jury pour être éliminée. Évoquer les atouts physiques et esthétiques d’une candidate pourrait être une manière de mobiliser un argument qui aura moins de chance d’être rejeté.

Conclusion 

32Les femmes sont sous-représentées au sein des positions les plus prestigieuses de l’art contemporain alors qu’elles sont majoritaires dans les écoles d’art. Si on note une attrition des femmes entre les différentes étapes du recrutement d’une école d’art prestigieuse comme l’EAP, elles représentent toutefois plus de la moitié de la population étudiante de celle-ci. Cependant, la suprématie numérique des femmes ne semble pas avoir « remis en cause la hiérarchie et les inégalités sexuelles » (Fortino, 1999, p. 370) dans le milieu de l’art contemporain alors que ce dernier, comme d’autres milieux artistiques, se veut plutôt avant-gardiste et émancipateur, un « espace de transgression des normes sociales » (Buscatto, 2016). Les candidat-e-s sont évalué-e-s à l’aune d’un « idéal artistique ». Mais l’analyse des schèmes d’appréciation des membres du jury souligne comment s’opère le recrutement sexuellement différencié des candidat-e-s à la carrière artistique. Le caractère oral de l’épreuve d’admission observée ouvre la voie aux assignations genrées et au caractère sexué des critères mobilisés. On distingue ainsi parmi ces schèmes d’appréciation des valeurs issues d’une culture masculine portées et réaffirmées par des femmes, pourtant minoritaires au sein du jury. L’évaluation de la personnalité et des attributs physiques et corporels des candidates conduit à reléguer leurs qualités artistiques au second plan voire à ne pas les prendre en compte. Cela peut peser par la suite sur le parcours des artistes femmes, en particulier au moment de leur entrée sur le marché du travail. En effet, les femmes connaissent des difficultés d’insertion sur le marché de l’art plus importantes que les hommes et renoncent plus souvent à la carrière d’artiste plasticien-ne pour privilégier des emplois salariés (Danner & Galodé, 2008). Certaines représentations sexuées mobilisées pour évaluer les candidatures féminines au concours d’entrée de l’EAP sont alors avancées par les individus pour expliquer cela. En effet, plusieurs ancien-ne-s élèves de l’EAP interviewé-e-s dans le cadre de notre doctorat ont souligné que s’il y a autant de femmes dans les écoles d’art et si elles disparaissent par la suite, c’est qu’elles sont là parce qu’elles sont jolies, la preuve étant qu’elles disparaissent ensuite. C’est ici faire l’hypothèse que l’école ne corrige en rien les inégalités de départ. Cela permet aussi de dévaloriser et nier les qualités artistiques des femmes et de les cantonner dans des positions moins légitimes. Enfin, cela n’aide pas à les considérer par la suite comme des collègues potentielles en les invitant, par exemple, dans des expositions. Cela limite ainsi leur insertion dans des réseaux professionnels et contribue à leur invisibilité.

Haut de page

Bibliographie

Boigeol, A. (1996). Les femmes et les Cours. La difficile mise en œuvre de l’égalité des sexes dans l’accès à la magistrature. Genèses, 22(1), 107-129.

Buscatto, M. (2004). De la vocation artistique au travail musical : tensions, compromis et ambivalences chez les musiciens de jazz. Sociologie de l’Art, 3(5), 35-56.

Buscatto, M. (2016). L’art sous l’angle du genre. Ou révéler la normativité des mondes de l’art. In A. Quemin, G. Villas Bôas (dir.), Art et société. Recherches récentes et regards croisés, Brésil/France. Marseille : OpenÉdition Press. [en ligne].

Buscatto, M., Marry, C. (2009). Le plafond de verre dans tous ses éclats. La féminisation des professions supérieures au XXe siècle. Sociologie du travail, 51(2), 170-182.

Danner, M., Galodé, G. (2008). L’insertion des femmes artistes : entre obstacles culturels et choix rationnels. Formation emploi, 104, 37-52.

Darmon, M. (2012). Sélectionner, élire, prédire : le recrutement des classes préparatoires. Sociétés contemporaines, 2(86), 5-29.

Fortino, S. (1999). De la ségrégation sexuelle des postes à la mixité au travail : étude d’un processus. Sociologie du travail, 41(4), 363-384.

Galodé, G., Michaut, C. (2003). Le cheminement des étudiants dans les écoles supérieures d’art. Revue française de pédagogie, 143(1), 79-89.

Gouyon, M., Patureau, F. (2014). Vingt ans d’évolution de l’emploi dans les professions culturelles. 1991-2011. Paris : Ministère de la Culture et de la Communication, Département des études, de la prospective et des statistiques, coll. Culture Chiffres.

Heinich, N. (1993). Du peintre à l’artiste, artisans et académiciens à l’âge classique. Paris : Éditions de Minuit.

Heinich, N. (2005). L’élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique. Paris : Gallimard. 

Héritier, F. (1996). Masculin/féminin. La pensée de la différence. Paris : Odile Jacob.

Katz, S. (2006). Quand savoir faire c’est savoir être. L’élève comédien à l’épreuve de la perception professionnelle de son corps. In G. Mauger (dir.), L’accès à la vie d’artiste. Sélection et consécration artistiques (pp. 49-70). Bellecombe-en-Bauges : Éditions du Croquant.

Lévy, C., Quemin, A. (2011). Stéréotypes genrés dans l’œuvre, reconnaissance esthétique et succès marchand d’une artiste plasticienne : le cas de Marina Abramović. Sociologie de l’Art, 3(18), 53-71.

Liot, F. (1999). L’École des beaux-arts face aux politiques de soutien à la création. Sociologie du travail, 41(4), 411-429.

Moulin, R. (1992). L’artiste, l’institution et le marché. Paris : Flammarion.

Pasquier, D. (1983). Carrières de femmes : l’art et la manière. Sociologie du travail, 25(4), 418-431.

Quemin, A. (2013). Les stars de l’art contemporain. Notoriété et consécration artistiques dans les arts visuels. Paris : CNRS Éditions.

Segré, M. (1993). L’Art comme institution. L’École des Beaux-Arts 19ème – 20ème siècle. Cachan : Éditions de l’ENS-Cachan.

Siwek-Pouydesseau, J. (2013). Le recrutement des femmes dans les concours de catégorie A : la source des viviers. Revue française d’administration publique, 1(145), 65-88.

Sorignet, P.-E. (2004). Un processus de recrutement sur un marché du travail artistique : le cas de l’audition en danse contemporaine. Genèses, 4(57), 64-88.

Sotto, M.-F. (2012). Les établissements de l’enseignement supérieur Culture. Année universitaire 2010-2011. Culture chiffres, Ministère de la culture et de la communication, DEPS, (1), 1–4.

Thibault, A. (2016). Les trois corps de l’acteur. Ethnographie des auditions d’une école de théâtre britannique d’élite. Genèses, 2(103), 72-95.

Haut de page

Annexe

Figure 1 : Répartition par sexe des candidat-e-s admissibles en 1ère année à l’EAP observé-e-s 

Total

Hommes

Femmes

Admissibles observé-e-s

87

33

54

Non-admis-es

44

14

30

Admis-es

43

19

24

Champ : candidat-e-s dont les entretiens d’entrée en 1ère année à l’EAP ont été observés, ayant passé le concours la même année au cours de ces cinq dernières années.

Figure 2 : Répartition par sexe des candidat-e-s au concours d’entrée en 1ère année de l’EAP

Total

Femmes

Hommes

Femmes ( %)

Hommes ( %)

Inscrit-e-s

740

465

275

63

37

Admissibles

195

114

81

58,5

41,5

Admis-es

87

48

39

55

45

Champ : candidat-e-s inscrit-e-s au concours d’entrée en 1ère année de l’EAP, pour une année donnée au cours de ces cinq dernières années.

Haut de page

Notes

1 Artistes ayant une ou plusieurs pratiques dans le domaine des arts plastiques (peinture, sculpture, céramique, photographie, vidéo, installation, etc.).

2 Afin de protéger élèves et enseignant-e-s, nous avons anonymisé l’École, ses professeur-e-s et les candidat-e-s au concours d’entrée. Nous ne préciserons donc pas la spécialité de chaque professeur-e.

3 D’après les données que nous avons recueillies, auprès de l’École et de sources secondaires, elles représentent entre 50 % et 60 % des élèves.

4 L’origine sociale n’est cependant pas renseignée.

5 Tous les extraits en italiques sont extraits du carnet d’observation. Cela n’est plus mentionné par la suite.

6 La moyenne d’âge des membres du jury était, sans compter les deux étudiant-e-s présent-e-s dans le jury, de 56 ans.

7 L’Atelier de Sèvres et Prép’art sont deux établissements privés préparant aux écoles d’art. Il existe d’autres formations préparatoires aux écoles d’art dont certaines sont publiques. Nous avons décidé de ne retenir ici que les principales afin de souligner les contradictions du jury qui lors des délibérations dénigraient fortement les candidat-e-s issu-e-s de ces prépas alors que le recrutement apparaît finalement peu ouvert aux autres formations préparatoires aux écoles d’art.

8 Tous les prénoms ont été anonymisés.

9 La nationalité a été modifiée afin de préserver l’anonymat de la candidate.

10 Nous citons ici la fin de l’entretien avec le jury, le début portait sur d’autres travaux non féministes.

11 Sapienza, G. (1998/2005). L’art de la joie. Traduit de l’italien par Nathalie Castagné. Éditions Viviane Hamy.

12 La nationalité a été modifiée.

13 Nous avons également changé la nationalité.

14 C’est ainsi qu’il faut entendre la remarque d’Anémone à propos de la candidature de Juliette présentée plus haut.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Provansal, « Au-delà de la vocation artistique : un recrutement sexuellement différencié des candidat-e-s à une carrière de plasticien-ne ? », Éducation et socialisation [En ligne], 42 | 2016, mis en ligne le 22 octobre 2016, consulté le 23 avril 2017. URL : http://edso.revues.org/1821 ; DOI : 10.4000/edso.1821

Haut de page

Auteur

Mathilde Provansal

Université Paris1 Panthéon-Sorbonne, Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société (IDHES)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org