Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Prairat, E. (dir) (2014). À l’école de Foucault. Nancy : Presses Universitaires de Lorraine, 154 p.

Bérengère Kolly
Référence(s) :

Nancy : Presses Universitaires de Lorraine, 154 p.

Texte intégral

1En 2014, Dubet soulignait l’absence des analyses foucaldiennes dans le regard contemporain sur l’école (in Usages de Foucault, sous la direction de H.Oulc’hen, PUF, 2014). Cet ouvrage constitue très certainement une réponse à cette affirmation. Mais si usage de Foucault pour penser l’école il doit y avoir, c’est sous la double condition d’une connaissance plus approfondie et complexe de l’œuvre du philosophe d’abord, en intégrant notamment les propositions du « dernier » Foucault ; d’un élargissement de la pensée sur l’école vers des champs encore peu explorés, ou inexplorés ensuite : en ce dernier sens, cet ouvrage est programmatique, esquissant un certain nombre de perspectives qui restent à développer et à approfondir. Publié à l’occasion du trentième anniversaire de la mort du philosophe – à laquelle Le Télémaque avait également contribué dans son premier numéro de 2015 (n° 47) – cet ouvrage entend éclaircir quelques points névralgiques de la pensée de Foucault sur l’école, autour des enjeux de pouvoirs et des rapports de force inhérents aux productions de savoir, comme le souligne Eirick Prairat dans l’introduction (p. 12-13). La construction de l’ouvrage s’effectue dans la mise en tension – qui n’est pas épuisée par la composition du livre en ouvrage collectif – entre points, focales ou articulations autour d’un concept foucaldien spécifique (parrêsia, hétérotopie, gouvernementalité), et lignes, réflexions plus larges à partir de démarches foucaldiennes (généalogie, archéologie) ou une mobilisation plus générale de notions traversant l’œuvre du philosophe.

2Deux contributions, tout d’abord, travaillent un concept foucaldien pour les appliquer à la compréhension de problématiques scolaires. La contribution d’Henri Louis Go, en correspondance à l’introduction d’Eirick Prairat, travaille le concept de parrêsia – pratique spécifique de dire-vrai, irruptif et assumé – comme une possible vertu enseignante. La posture particulière du professeur – représentant de normes, de règles, et du monde, selon la proposition d’Arendt – est articulée à la nécessité, dans un cadre démocratique, d’un dissensus, d’une parole vraie et singulière invitant l’élève à penser par lui-même. Être et se former comme professeur suppose alors une « éducation de soi en professionnel » (30) nécessitant à la fois une critique vis-à-vis de la parole commune et un « perfectionnement de soi » (21). L’auteur souligne la question démocratique en jeu, la parrêsia étant définie par Foucault comme la conséquence et la condition de la démocratie. La contribution de Jean-François Dupeyron, pour sa part, interroge l’école à partir du concept de biopouvoir, refusant par là de réduire l’école « au schéma disciplinaire » pour la comprendre davantage comme « un vaste ensemble biopolitique de dispositifs de gouvernementalité de la population juvénile » (98). En ce sens, les propositions de Foucault permettraient de penser les modifications contemporaines de l’institution scolaire – traversée de l’école par le modèle de l’entreprise, ou encore la « dématérialisation » et la disparition de la « vie scolaire ». La notion de sujet « auto-entrepreneur de lui-même », étudié par le dernier Foucault, est décrite comme une possibilité pour comprendre et rechercher les stratégies de résistances engagées par ces mêmes « sujets », au sein de l’institution qui les assujettit et les forme.

3Trois contributions constituent des parcours dans l’œuvre de Foucault ; entre analyse critique et perspective biographique, Pierre Billouet revient sur le statut de l’écriture chez Foucault, de la place centrale qu’elle possède dans la vie du philosophe à la recherche de « l’impersonnalité de l’écriture » qui caractérise la réflexion sur le statut de l’auteur à l’instar de quelques uns de ses contemporains (Blanchot, Bataille, Derrida) ; elle permet alors d’interroger le statut de l’écriture au sein de l’école, comme moyen de discipline mais aussi espace de subversion (65). Hubert Vincent, revenant sur les caractéristiques des moralistes, en particulier Montaigne, interroge l’espace et le jeu entre la morale prescrite et la morale effective ; il mobilise les notions foucaldiennes « d’esthétique de l’existence » et de « souci de soi » pour souligner la nécessité du pluralisme à l’école. Le texte de Karine Bocquet, enfin, constitue une réflexion davantage ancrée dans l’œuvre de Foucault elle-même ; elle s’attache en premier lieu à expliciter, par une analyse précise de la mécanique de Surveiller et punir, la raison pour laquelle il n’existe pas d’ « étude spécifique de l’école chez Foucault » (76), l’école participant d’une « dynamique » plus large de la discipline, dont elle n’est qu’un maillon. Le texte s’attache ensuite à décrire les rapports de Foucault avec l’enseignement, avec le statut d’intellectuel, les rapports au savoir et aux pouvoirs que ces deux figures supposent.

4La dernière contribution, enfin, proposée par Xavier Riondet, entend ouvrir le champ des recherches possibles pouvant être engagées en sciences de l’éducation à partir de la démarche et de la « boîte à outils » foucaldiennes : pertinence du travail généalogique, articulation et opposition entre normation et normalisation, « gouvernement des enfants » et stratégies de résistance – issues de parcours individuels ou issues de la mise en œuvre d’hétérotopies, dont l’école Freinet de Vence est présentée comme une mise en réel (142-143). La démarche foucaldienne est présentée comme d’autant plus cruciale qu’elle suppose, de la part du chercheur, un regard critique sur la production de son propre discours, dans une forme de dédoublement nécessaire.

5L’ensemble de ces contributions constitue un ensemble stimulant, dont un des intérêts est de prendre à rebours la conception généralement admise de l’école comme seule institution disciplinaire chez Foucault, pour interroger la pertinence de concepts comme ceux de la gouvernementalité, du biopouvoir ou des hétérotopies – comme présentés par Eirick Prairat dans l’introduction. Il ne faudrait alors pas se méprendre sur le titre, qui pourrait laisser croire à une mise à jour de conceptualisations nouvelles, dans l’œuvre de Foucault, sur l’école. Le titre À l’école de Foucault soulignerait alors davantage la ressource que constituerait la pensée foucaldienne pour penser les problématiques de l’école contemporaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bérengère Kolly, « Prairat, E. (dir) (2014). À l’école de Foucault. Nancy : Presses Universitaires de Lorraine, 154 p. », Éducation et socialisation [En ligne], 42 | 2016, mis en ligne le 24 octobre 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://edso.revues.org/1886

Haut de page

Auteur

Bérengère Kolly

Laboratoire Interuniversitaire des Sciences de l’Éducation et de l’Information (LISEC), Équipe Normes et Valeurs, Université de Lorraine

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org