Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Eric Dubreucq (2015). Les révolutions de l’éducation en France. Paris : L’Harmattan, 258 p.

Xavier Riondet
Référence(s) :

Paris : L’Harmattan, 258 p.

Texte intégral

1La laïcité est en France une question éternellement d’actualité, régulièrement traversée de doutes, de quiproquos, de luttes passionnées et parfois dramatiques, et il n’est pas chose aisée que de penser les enjeux de ces débats en France en ce moment. C’est ce défi qu’Éric Dubreucq, philosophe de l’éducation, a décidé de relever. L’ouvrage est clairement guidé par une logique foucaldienne. Loin des positions sans profondeur, que l’on peut régulièrement lire sur ce type de sujet, le propos de ce livre exigeant se compose de leçons, on pourrait parler de strates, qui résultent des cours que l’auteur a longtemps prodigués dans son expérience d’enseignant-chercheur et de philosophe. Penser la laïcité dans l’actualité, c’est déjà déceler d’innombrables fils dynastiques entremêlés. Pour cela, Dubreucq déploie minutieusement une généalogie de la laïcité en se concentrant notamment sur un “moment“ 1900. Pour décrire l’émergence de la question de laïcité, il faut retrouver « un phénomène historique et discursif » dans une « expérience de l’éducation », à l’intersection d’une pluralité de discours (éducatifs, religieux, politiques et moraux) où se sont constitués progressivement de nouveaux ensembles de relations. Dans une série de mises en intrigue, en revenant sur Durkheim, Buisson, Jaurès, Ferry (mais également Locke, Condorcet, Rousseau, etc.), Dubreucq traite d’un contexte qu’il avait en partie abordé dans un ouvrage intitulé L’éducation républicaine (2004). Se croisent alors différentes révolutions : révolution religieuse de la tolérance, révolution politique de la liberté, révolution scolaire de la laïcité.

2Indépendamment de l’érudition de l’auteur, un enjeu de cet ouvrage est le déplacement progressif opéré vers les réflexions au sujet de l’actualité dans la partie « Versions de la laïcité » qui clôt l’ouvrage. Dubreucq évoque alors certains travaux (ceux de Taylor, Bouchard et Maclure) et aborde la question de l’ « accommodement raisonnable ». L’intention de l’auteur n’est pas de « choisir entre le modèle “républicain“ et le modèle du “libéralisme“ » (p. 239), mais d’instruire un débat complexe. Bien que ne partageant pas la position de ces auteurs selon lesquels l’État laïque français favoriserait athées et agnostiques, il reconnaît l’apport de certains éléments, notamment la description du « tournant expressiviste » de la modernité et l’émergence de l’ « individualisme expressiviste » par lequel on peut comprendre le port du voile sans nécessairement le relier, selon lui, à une forme de communautarisme. Cette volonté de saisir la question du port des signes religieux, sans la réduire nécessairement à une position « ennemie » de la laïcité ou un intégrisme, est l’originalité de cet ouvrage.

  • 1 Alors que dans le même temps on envisageait d’aborder dans l’École la question des faits religieux.
  • 2 Puisqu’un « signe ostentatoire » n’est pas un « signe discret » et que tous les signes ne sont pas (...)
  • 3 La « sorite » renvoie à ces paradoxes qui nous font douter de l’existence des chauves, des tas et d (...)
  • 4 On peut dès lors se demander si la ligne de démarcation au sujet des types possibles de laïcité n’e (...)

3Nourrissant les réflexions, mais ne participant pas aux dualismes possibles sur ces questions, l’auteur aborde donc la laïcité pour « dépasser [l’] oscillation entre apologie et critique » (p. 9). Il n’est pas étonnant de ne pas y trouver de conclusion qui nous dirait quoi retenir et penser sur ce sujet. Une remarque émerge néanmoins en refermant le livre. Entre les discours sur la “laïcité française“ et la réalité socio-historique française effective, un désaccord sous-estimé ne serait-il pas la question de la singularité de l’espace scolaire et sa légitimité à assurer sa propre possibilité ? Dans la loi de 2004 sur les signes religieux ostentatoires, naïvement interprétée par certains comme une laïcisation des élèves ou une loi contre les religions1, il n’est pas inutile d’appréhender le point de vue de l’institution. La logique de l’institution scolaire, par sa mission d’éducation et d’instruction à destination d’une pluralité d’enfants jouissant tous de mêmes droits, se confronte nécessairement à un principe de réalité et de régulation. Le fait que certaines lois récentes soient focalisées sur les signes ostentatoires2 n’est-il pas déjà une forme d’ « accommodement raisonnable » en soi ? Ce n’est pas l’appartenance ou l’expression de soi le problème, mais l’ostension. Fixer une limite, un seuil minimal d’étanchéité et de porosité entre l’École et son dehors (alors même que l’on peut observer des jeux de forces autour de l’École), n’est-ce pas la possibilité d’échapper à la « sorite » qui guetterait3 ? Par ailleurs, il faut reconnaître que dans les problématiques actuelles relatives aux sorties scolaires réside bien une double question juridico-philosophique : 1) est-ce que la sortie scolaire en dehors de l’espace physique de l’École est encore philosophiquement et juridiquement l’École ? 2) est-ce que les figures éducatives évoquées, bien que n’étant pas agents de l’institution, mais faisant fonction d’éducateurs, sont régies par les mêmes contraintes juridiques ? Or, ce problème générique ne se pose-t-il pas de la même manière pour la mère voilée, la « sœur » dont le neveu serait scolarisé, ou le père punk vêtu d’un t-shirt au slogan blasphématoire4 ? Dans les débats sur la laïcité à l’École, le préalable ne serait-il pas de penser l’École et sa singularité ?

Haut de page

Notes

1 Alors que dans le même temps on envisageait d’aborder dans l’École la question des faits religieux.

2 Puisqu’un « signe ostentatoire » n’est pas un « signe discret » et que tous les signes ne sont pas ostentatoires.

3 La « sorite » renvoie à ces paradoxes qui nous font douter de l’existence des chauves, des tas et des nains. Sans régulation liée à l’ostension, comment distinguer un signe religieux acceptable aux yeux de la spécificité de l’espace scolaire et du principe constitutionnel de la laïcité d’un signe problématique en vertu de ces contraintes ? Imaginons un signe religieux de 5cm plus grand qu’un premier signe religieux acceptable et qui serait ainsi toujours un signe religieux acceptable (puisqu’il n’y a que quelques cm d’écart), puis un troisième signe religieux encore de 5cm plus grand, puis ainsi de suite. Est-ce qu’une telle situation et l’impossibilité de gestion qu’elle induirait pour l’institution scolaire (d’être à la fois sa propre possibilité et de travailler à une vision déterminée du vivre-ensemble) ne légitiment pas la mise en place de limite raisonnable ? Dit autrement : d’un point de vue philosophique, le problème n’est-il pas de définir l’ostentation dans le respect des principes constitutionnels, de la spécificité de la forme scolaire et des libertés individuelles, davantage que la religion en elle-même ?

4 On peut dès lors se demander si la ligne de démarcation au sujet des types possibles de laïcité n’est pas régie par un débat entre thèses niant la spécificité de l’École (pensant implicitement à partir des notions comme « identité » et l’ « essence » et associant « religieux » et « religion ») et adversaires de cette thèse et de ces postulats philosophiques, plutôt que par des positions pro-religieuses s’opposant à des positions antireligieuses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Riondet, « Eric Dubreucq (2015). Les révolutions de l’éducation en France. Paris : L’Harmattan, 258 p. », Éducation et socialisation [En ligne], 42 | 2016, mis en ligne le 24 octobre 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://edso.revues.org/1890

Haut de page

Auteur

Xavier Riondet

Laboratoire Interuniversitaire des Sciences de l’Éducation et de l’Information (LISEC), Équipe Normes et Valeurs, Université de Lorraine

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org