Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Bart, D., Daunay, B. (2016). Les blagues à PISA, le discours sur l’école d’une institution internationale. Vulaines sur Seine : éditions du Croquant. 131 pages.

Richard Étienne
Référence(s) :

Vulaines sur Seine : éditions du Croquant. 131 pages.

Texte intégral

1Voilà un ouvrage difficilement classable ; il ne revendique pas de statut scientifique et, si l’on voulait le rapprocher d’un genre, il faudrait reprendre la catégorie « interface » qui est utilisée pour les revues qui font le lien entre les chercheurs et les praticiens. Les auteurs ne citent pas moins de cinq références pour leurs travaux portant sur le PISA. Pour justifier leur utilisation de l’article défini avant l’acronyme, ils font remarquer qu’il s’agit du Programme international de suivi des acquis des élèves et que, de plus, la conservation du sigle s’est faite au prix d’un contre-sens pour qui possède un peu d’anglais : Programme for International Student Assessment. L’adoucissement provoqué par le mot « suivi » témoigne d’une difficulté culturelle de compréhension entre une culture pragmatique et anglo-saxonne et une vision latine moins centrée sur les élèves que sur leurs acquis. Mais là n’est pas leur projet. Leurs travaux les conduisent à interroger le PISA sur ses « blagues » d’abord puis à publier les plus savoureuses en faisant une sélection « drastique » (p. 11). Ils entendent éviter l’inflation (on en compte tout de même 273 !) et proposer un classement thématique aussi complexe que plein d’humour. Mais pourquoi parler de « blagues » ? Cette « ironie polémique » (ibid.) est doublement justifiée : les spécialistes de l’analyse du discours seront confondus par le nombre de truismes énoncés par le PISA avec la plus parfaite insolence et une arrogance jamais vue dans ses nombreuses publications. Il y a en outre le sens second de ce qu’est une blague : une façon un peu grossière d’embarquer quelqu’un dans une galère s’il accrédite la galéjade : « c’est une blague ! ». Autrement dit, tout cela n’est pas sérieux ni crédible bien que ces propos prétendent dire la vérité sur l’éducation dans le monde afin de la régenter.

2L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) est coutumière du fait. Sa page d’accueil sur l’éducation a longtemps incité les personnes et les organisations à faire rendre des comptes aux structures éducatives. Autrement dit, l’école serait plus une affaire de comptes que de contes. Or, c’est là que Daniel Bart et Bertrand Daunay visent au cœur du PISA. S’il est fait pour aider les États à faire progresser leurs sytèmes éducatifs en dépensant moins et en s’inspirant des réussites (ah, la Finlande !), quel discours tient-il pour justifier son lourd appareillage et quelles leçons tire-t-il des analyses statistiques auxquelles il procède ?

3Tout ça pour ça ! L’expression populaire est ici parfaitement justifiée. La montagne statistique accouche d’une souris prescriptive. Encore fallait-il démontrer ce gâchis et démonter cette machine à produire des évidences si peu intéressantes que tout le monde se précipite sur les classements entre divers pays, dont le sien, sans se demander si on est dans la marge d’erreur ou si un palmarès de cette nature a une quelconque utilité. Nous ne disons pas qu’elle n’en a pas mais que les justifications énoncées par le PISA auraient plutôt tendance à prouver le contraire, comme les auteurs l’ont établi. De plus, la répétition trisannuelle des évaluations permet de déterminer des évolutions dans le temps dont certaines manquent de crédibilité (un système ne peut pas progresser de 30 % en 3 ans, comme c’est le cas d’un pays, la Pologne, qui a compris le principe du « pisotage » et pratiqué une préparation intense de ses élèves aux épreuves, ce qui lui vaut les félicitations du jury) et d’autres viennent confirmer ce que l’on savait déjà, comme le record d’inégalités détenu par le système français, excellent pour sa première moitié d’une cohorte et désastreux pour la seconde. N’oublions pas non plus que le PISA ne s’intéresse qu’aux élèves ou aux students. Dès lors, un système qui compte moins de décrochage parce qu’il est arc-bouté sur l’obligation d’instruction jusqu’à seize ans se pénalise par rapport à une (belle) province où les jeunes déscolarisés sont bien plus nombreux en pourcentage.

4Dans la première partie de l’ouvrage, les auteurs expliquent le fonctionnement de PISA puis les critiques qui lui ont été adressées par des chercheurs : entre autres, le choix de l’âge qui impose de faire passer le même type de tests à des élèves de 4ème, de 3ème et de 2nde dans le système français hérité des frères des écoles chrétiennes et de Napoléon, ce qui ne manque d’interroger le bon sens car cette hétérogénéité est constitutive d’un système « à redoublement », alors que d’autres pays ont renoncé depuis longtemps à cette pratique en finançant avec les économies réalisées des dispositifs plus ciblés ; il y a également le secret qui est observé en ce qui concerne les exercices, secret que l’on peut comprendre pour éviter de fausser les résultats futurs mais qui ne permet pas aux chercheurs de faire leur travail alors que les États, eux, ont les moyens de contourner cette barrière. Enfin, les questions posées par l’ignorance volontaire des différences entre cultures au profit d’une globalisation pensées à partir de difficultés triviales (demander son chemin dans un pays dont on ne connaît pas la langue, par exemple) sont systématiquement négligées par le PISA.

5Mais c’est dans le rapprochement entre des affirmations contradictoires que l’analyse du discours du PISA est la plus cruelle : les jeunes doivent-ils devenir des « citoyens actifs, réfléchis et intelligents » (p. 25, nous mettons en italiques les propose du PISA) ou, plus prosaïquement « une main d’œuvre très compétente à l’avenir » (p. 27) ? Le programme multiplie les références à la « vraie vie », mais comme tout manuel moyen, il privilégie la représentation schématique sur la mise en action dans une situation réelle (p. 29-38). D’où la certitude que le PISA n’échappe pas au reproche qu’il fait aux programmes de recourir à une « construction artificielle de contextes » (p. 38). Parfois, le degré de généralité des assertions du PISA prêterait à sourire si l’aura de cette évaluation ne dissimulait son manque d’inspiration : « les systèmes d’éducation doivent pouvoir compter sur du personnel compétent et talentueux, des moyens pédagogiques et des infrastructures adéquats, et des élèves motivés et prêts à apprendre » (p. 41). On l’aura compris, c’est la vieille requête du point d’appui qui permet de soulever le monde ! Sauf qu’il est introuvable. C’est la quadrature du cercle : les personnels, les élèves et les moyens sont ce qu’ils sont ; leur idéalisation ne fait guère progresser le changement, au contraire. Bien sûr, tous les pays et tous les enseignants mais aussi tous les parents et tous les élèves aimeraient que cette utopie se réalise. Mais, comme écrivait Rabelais, « je bâtis pierres vives, et ce sont hommes ». La vie ne s’inscrit pas spontanément dans les desseins de l’OCDE !

6Les pages 53 à 60 sont consacrées à un autre défaut du PISA qui non seulement blague mais aussi radote : les tableaux où la même question et la même réponse sont répétées, évaluation après évaluation, dans les mêmes termes à quelques exceptions près, établissent une forme d’autoplagiat (plagiat de ce que l’on a écrit précédemment dans une publication ultérieure) que tout logiciel spécialisé digne de ce nom permettrait de débusquer. Il en va de même pour le concept d’intelligence qui est souvent utilisé et jamais défini. On songe alors à la célèbre formule de Binet : « l’intelligence, c’est ce que mesurent mes tests ». Enfin, on dirait que le PISA a repris le slogan de la Française des jeux (« 100 % des gagnants ont tenté leur chance »… et les perdants, quel est le pourcentage de ceux qui ont tenté leur chance et qui ont perdu ?) quand il affirme « Sans participer, il n’y a aucune chance de gagner ; sans essayer, il n’y a aucune chance de réussir » (p. 63). On ne peut dès lors que partager la conclusion des auteurs qui sont saisis par « l’absence de contrôle des discours observée dans le PISA, facilement enclin à dérouler sur le "réel" les évidences spontanées qui sont la matière de la discussion ordinaire » (p. 65).

7Enfin, il est difficile de recenser les 273 extraits du discours du PISA classés dans 23 entrées thématiques et ce d’autant plus qu’un extrait peut être lié à plusieurs entrées comme le 246 qui se rattache à la première et à la deuxième : « La qualité d’un établissement ne peut surpasser la qualité de ses enseignants et de son chef d’établissement. Les pouvoirs publics, à l’image des entreprises, devraient connaître leurs besoins afin de se doter d’une main d’œuvre efficace : un vivier de personnes talentueuses au sein duquel recruter les nouveaux salariés, des procédures de sélection justes et efficaces, une aide pour ceux qui ont besoin de s’améliorer, et les moyens de pousser vers le départ ceux qui ne peuvent pas ou ne veulent pas s’améliorer » (p. 120). On remarquera la négation de l’établissement apprenant pourtant mise en évidence par de nombreux chercheurs (Bouvier, Perrenoud, etc.), la référence aux entreprises qui ne se trompent pas et sont des modèles (et Manufrance ? et Kléber-Colombes ? etc.). La politique de « mort professionnelle douce » pour les récalcitrants est manifestement contradictoire avec les bonnes pratiques énoncées dans le début de la phrase qui ne peuvent qu’aboutir à un monde parfait. Comment un système aussi parfait peut-il produire des scories ?

8Mi-sérieux, mi-ironique, cet ouvrage est agréable à lire car il pose avec impertinence des questions pertinentes sur l’entreprise de mondialisation économique de l’éducation menée par l’OCDE et remet en cause son succès médiatique. C’est une bonne idée que de commencer par l’analyse de la production du discours et de son contenu (aussi pauvre qu’il est péremptoire) et de terminer par un bétisier de 52 pages. Ce livre incite le lecteur à dépasser le stade de la stupéfaction et de la colère pour aller s’abreuver aux deux sources répertoriées en fin d’ouvrage : les 28 publications de l’OCDE forment le corpus sur lequel s’est appuyé le travail scientifique avant de fournir une base à l’analyse du discours du PISA et les 18 références théoriques permettent de hausser le niveau d’exigence jusqu’à une controverse bienvenue sur l’utilité du PISA. Au lieu d’en faciliter un changement positif dans les 70 pays intéressés, ce programme pourrait bien y nuire à l’éducation. Telle est la position que soutient une pétition de scientifiques publiée par le Guardian et citée dans dans le livre (p. 23) alors que le PISA prétend en favoriser le développement. Citoyens et chercheurs sauront gré à Daniel Bart et Bertrand Daunay d’avoir engagé la controverse en choisissant le ton de la polémique pour mieux faire partager leur remise en cause.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Richard Étienne, « Bart, D., Daunay, B. (2016). Les blagues à PISA, le discours sur l’école d’une institution internationale. Vulaines sur Seine : éditions du Croquant. 131 pages. », Éducation et socialisation [En ligne], 42 | 2016, mis en ligne le 24 octobre 2016, consulté le 26 mai 2017. URL : http://edso.revues.org/1893

Haut de page

Auteur

Richard Étienne

Professeur émérite en sciences de l’éducation à l’université Paul Valéry Montpellier(France).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org