Skip to navigation – Site map
Dossier

Rénovation de deux structures scolaires, au Danemark : Quelles évolutions, quelles perspectives pédagogiques ?

France Roy

Abstracts

This article discusses the case of two schools, that are “famous”, each in her own way in Denmark, which recently received ambitious expansion and renovation programs : Rødding Højskole (Rødding Folkhighschool) and Munkegaardsskolen (Munkegaard’s school). These projects are part of the history of these schools, of the country, and are based on a child’s or man’s conception specifically developed in the Nordic countries. They show a need to adapt buildings to technical developments and constraints, and a wish to improve education and teaching methods. Our article reports, for part, of the architectural evolution of these two schools, each understood in historical, social and educational context ; then we make a comparison of the two projects and of their foundations, and we open research perspectives on the pedagogical contribution that these architectural evolutions could induce.

Top of page

Full text

  • 1 Nous avons eu l’occasion de nous rendre dans ces deux écoles en août 2015.

1Cet article évoque le cas de deux écoles danoises « célèbres », chacune à sa manière, et qui ont bénéficié récemment de programmes ambitieux d’extension et de rénovation : il s’agit de Rødding Højskole (la Haute École Populaire de Rødding) et de Munkegaardsskolen (l’école de Munkegaard)1. Ces projets s’inscrivent bien entendu dans l’histoire de ces écoles, mais aussi dans celle du pays ; ils témoignent d’une nécessaire adaptation des bâtiments aux évolutions et contraintes techniques, comme d’une amélioration, effective ou souhaitée, de l’éducation et des méthodes d’enseignement. Ils se fondent également sur une conception de l’enfant ou de l’homme développée de manière spécifique dans les pays nordiques.

2Nous rendrons compte, tout d’abord, de l’évolution architecturale de ces deux écoles, comprise chacune dans son contexte, des éléments de continuité et des éventuelles ruptures induites par leurs projets de rénovation. Nous ferons ensuite une étude comparative des deux réalisations : quelles différences et quels points communs fait-elle apparaître, tant dans leur forme que du point de vue des intentions pédagogiques, et quels en sont les fondements ?

  • 2 Nicolaï Frederik Severin Grundtvig (1783-1872), pasteur danois, théologien, philologue, penseur de (...)
  • 3 Roy, F. (2013) L.N. Tolstoï et N.F.S Grundtvig : connaissance et sagesse en éducation. Villeneuve d (...)

3Ce travail s’appuie d’une part sur l’observation des deux ouvrages scolaires, de leur utilisation, et sur des entretiens menés auprès de membres des communautés éducatives (responsables, enseignants, parents et élèves), et d’autre part sur l’étude de l’œuvre de N.F.S. Grundtvig2 et de l’histoire de l’éducation au Danemark, qui fut nécessaire à l’élaboration de notre thèse3. Ce travail comparatif ouvrira enfin des perspectives de recherches relatives à l’apport pédagogique que ces évolutions architecturales pourraient induire.

Rødding Højskole, d’un corps de ferme à une école du futur

4L’une des écoles est donc celle de Rødding, la première et la plus ancienne des Hautes Écoles Populaires danoises (Folkehøjskoler). Située dans le sud du Jütland, à une soixantaine de kilomètres de la frontière allemande, elle fut fondée en 1844 par le professeur Christian Flor dans un corps de ferme, sous l’impulsion des idées éducatives de Grundtvig.

  • 4 Les sessions actuelles couvrent 18 semaines à l’automne et 24 semaines au printemps.

5Le but de cette école étant, à l’origine, d’éveiller les paysans danois à la valeur de leur langue et de leur culture, à une période de forte tension entre l’Allemagne et le Danemark, elle accueille depuis des groupes de jeunes adultes - de 18 à 25 ans - pour des sessions de quelques semaines ou de plusieurs mois4. Actuellement, de même que la plupart des autres Folkehøjskoler, elle organise également des stages d’une ou deux semaines pour les adultes, les familles ou les seniors.

  • 5 Ce rassemblement eut lieu le 4 juillet 1844, à Skamlingsbanken, dans le sud-est du Jütland, à l’ini (...)
  • 6 Usage de la parole portée par l’enthousiasme, vecteur de force vitale et d’une pensée « vivante » e (...)

6C’est donc Grundtvig qui, s’étant déplacé pour participer à un grand rassemblement de soutien aux populations du Schleswig5, donna à de jeunes intellectuels convaincus de se consacrer à la cause de l’éducation populaire, l’élan nécessaire pour passer à l’action. Ils furent impressionnés par son appel à la résurgence de la culture nordique, vivifiée par sa conception et sa pratique de ce qu’il nommait le « verbe vivant »6, fondée sur une étude approfondie des anciens textes mythologiques, de l’histoire et de la religion, et dédiée au peuple danois envers lequel il éprouvait un respect et une admiration sincères. Depuis l’introduction du christianisme au Danemark, son monde éducatif était, en effet, dominé par la culture latine, au mépris de la langue et du patrimoine du pays.

  • 7 Christian Flor (1792-1875), lecteur à l’université de Kiel et spécialiste en mythologie. Disciple d (...)

7Christian Flor7 collecta des fonds auprès des associations scandinavistes et de défense du Schleswig, tandis que Johan Wegener (1811-1883) prit la direction de l’école qui, à partir du 7 novembre 1844, rassembla tout d’abord dix-huit jeunes paysans pour un cours d’hiver. Les Hautes Écoles Populaires sont donc, et toujours aujourd’hui, des écoles d’initiative privée, même si elles bénéficient maintenant, de même que les étudiants, de subventions importantes de l’État.

8D’autres pionniers poursuivirent l’expérience, dont Christen Kold (1816-1870), qui, en 1851, ouvrit une école sur l’île de Fyn, à Ryslinge, et influença de manière déterminante la postérité pédagogique du mouvement des Hautes Écoles. Mais c’est à la suite, et en réaction à la défaite danoise contre l’Allemagne, en 1864, entraînant la perte du Schleswig-Holstein, que le mouvement des Hautes Écoles Populaires prit un essor réel – en particulier dans la région frontalière de la Prusse - pour atteindre son apogée à la fin du dix-neuvième siècle.

  • 8 Etudiant en théologie et disciple de Grundtvig, Ludvig Schrøder (1836-1908) assuma la direction de (...)

9Dans ce contexte, l’école de Rødding connut un destin particulier qui, ajouté au fait qu’elle soit la plus ancienne, fit d’elle un symbole et un point de référence reconnu de nos jours encore. Deux ans après en avoir pris la direction, Ludvig Schrøder8, accompagné des deux enseignants qui l’assistaient, dut, en 1865, et en raison des évènements politiques, transférer l’école à Askov, vingt kilomètres plus au nord, à trois kilomètres seulement de la nouvelle frontière.

10Les Hautes Écoles Populaires du dix-neuvième siècle proposaient des cours d’hiver longs pour les garçons, d’une durée de cinq mois, de novembre à mars, et des séjours d’été plus courts, d’une durée de trois mois pour les filles, de mai à juillet. Chacun devait venir volontairement, assumer les frais liés à son séjour et n’être soumis à aucun examen, pratique qui, pour Grundtvig, constitue davantage un obstacle au développement de la personne qu’un facteur stimulant.

11S’il existait des différences entre elles, un consensus régnait parmi les écoles d’inspiration grundtvigienne quant au fait d’élargir la vision du monde des étudiants et de les rendre conscients de leur appartenance au peuple danois. On y transmettait la culture nordique, on cherchait à y approfondir le sens de la vie, mais aussi à se perfectionner concrètement dans différents domaines de manière à ce que chacun puisse, là où il se trouvait, prendre part à la vie du pays avec confiance, courage, sérieux et sur la base d’un esprit libre. L’un des points d’origine de la pensée éducative de Grundtvig est, en effet, également, la recherche d’un moyen pour le peuple de participer de manière active aux assemblées consultatives, créées en 1834, et initiant une vie démocratique pour le pays.

  • 9 Folk désigne le peuple et øplysning se construit autour de lys, la lumière. Folkeøplysning signifie (...)

12Si le contexte a changé, si les orientations prises par les Hautes Écoles ont pu évoluer, l’action de l’école de Rødding reste fondée sur quatre piliers : un entraînement à la vie démocratique, un approfondissement de l’histoire du Danemark, le développement des connaissances, et le Folkeøplysning9, concept cher à Grundtvig, intraduisible en français, mais relatif à l’éveil du peuple, aussi bien sur les plans intellectuel, spirituel que dans l’action.

Ferme, bâtiment d’origine de la Haute École de Rødding

Ferme, bâtiment d’origine de la Haute École de Rødding

13Le bâtiment d’origine de l’école, qui est la maison de Christian Flor lui-même, existe toujours et date de 1832. Il correspond à la réalité de la plupart des Hautes Écoles du dix-neuvième siècle, soit un environnement modeste reflétant la condition et les moyens des paysans qui les créèrent. Ces corps de ferme offraient néanmoins la possibilité d’un hébergement, l’enseignement y étant conçu en internat, sur des sessions de plusieurs mois ; cette proximité relationnelle et la participation des élèves à la vie de l’école (cuisine, ménage) constituent en eux-mêmes une éducation, un entraînement à la vie collective qui eut des conséquences importantes sur la vie culturelle, associative et politique, au Danemark.

14On est étonné de l’implication et de l’enthousiasme des étudiants pour ces tâches auxquelles ils donnent sens ; eux, qui ont souvent dû travailler pour trouver les 45.000 couronnes nécessaires à leur séjour (6.400 euros environ), savent quel enrichissement ils peuvent puiser de toutes les activités qui leur sont proposées et sont déterminés à en tirer le meilleur parti. C’est ce qui explique sans doute l’attention et la qualité d’écoute dont ils font preuve durant les cours ou conférences. Leur séjour en Folkehøjskole a pour ambition de constituer un tremplin, de donner un élan à leur vie, ce qui doit être vraisemblablement le cas puisque environ 10 % des jeunes Danois y séjournent chaque année depuis plus d’un siècle.

Jardins et coursives aménagés entre les bâtiments d’hébergement

Jardins et coursives aménagés entre les bâtiments d’hébergement

15D’autres bâtiments se sont ajoutés au fil du temps, respectant à la fois la taille, le style et la structure rectangulaire des anciennes fermes danoises. Deux bâtiments sont maintenant destinés à l’hébergement, un au réfectoire, un autre à la bibliothèque, trois aux conférences ou aux spectacles, trois aux cours ou aux activités, deux autres enfin, les plus anciens, au logement du directeur et de quelques enseignants.

16La structure primitive des Folkehøjskoler était, en effet, destinée à recréer l’ambiance bienveillante d’une cellule familiale élargie, le directeur et sa femme jouant un rôle de « patriarches » auprès du groupe de jeunes qu’ils accueillaient ; ceci est encore vrai dans de nombreuses Hautes Écoles, dont celle de Rødding. Les enseignants vivent eux aussi sur place ou à proximité, et au-delà de leurs cours, participent à la vie de l’école, partagent repas et activités d’entretien avec les étudiants, prennent le temps de dialoguer avec eux et leur ouvrent, au besoin, leurs foyers.

  • 10 Le groupe A.P. Moller-Maersk est la compagnie maritime la plus importante du Danemark.

17L’école, qui a récemment bénéficié d’une dotation conséquente de la part de l’armateur A.P. Møller10, a pu ainsi envisager un projet de rénovation important d’une partie de ses bâtiments, il y a deux ans.

18Les foyers d’hébergement ont été rendus conformes aux normes récentes et réaménagés de manière plus confortable par chambres de deux. Deux autres structures ont été construites et adaptées à des activités spécifiques, telles la menuiserie, la céramique ou le travail du textile (impression, tissage).

19Enfin, une ancienne grange a été rénovée et renouvelée de manière étonnante, mais également chaleureuse, voire touchante. Les revêtements de sol ont été choisis d’un coloris jaune paille, avec des motifs représentant le chaume ou les céréales : c’est un rappel de l’origine des bâtiments, de leur fonction primitive, un rappel des racines paysannes du peuple danois et de celles de l’école, conçue pour les jeunes fermiers du dix-neuvième siècle. Les anciens silos, internes à cette grange, ont été conservés mais détournés de leur usage : selon leur taille, on en a fait des salons ronds de travail par petits groupes, un amphithéâtre, une cuisine, une cheminée. Partout autour de ces espaces, on a aménagé de multiples lieux de travail individuel, par « classe », ou par groupes de différentes tailles. Ce sont les possibilités d’échange qui sont valorisées, favorisant l’interrelation, la communication, le partage de cette « parole vivante » initiée par Grundtvig. Les lieux sont ouverts, ou séparés par des baies vitrées ; ils sont donc visibles, transparents, et ont voulu l’être car cela correspond à la vision de l’homme qui fonde le travail de l’école, et au type d’hommes qu’elle espère développer.

Une salle de cours issue de la rénovation

Une salle de cours issue de la rénovation

20En s’inscrivant à Rødding, les étudiants choisissent l’un des six sujets d’étude proposés – journalisme, céramique, musique, théâtre, textile ou littérature – mais on leur offre aussi l’occasion de se rencontrer de manière formelle, lors de modules communs, ou informelle (internat, café) pour éviter l’écueil d’une focalisation trop étroite sur leur propre centre d’intérêt, et les ouvrir au contraire à d’autres univers.

21Les cours de littérature ont lieu dans la bibliothèque qui, elle, n’a pas été rénovée et qui n’est plus utilisée en tant que telle, une structure toute nouvelle ayant été créée en ville ; elle a trouvé dans ce nouvel usage, une nouvelle utilité, l’environnement livresque aidant à donner du sens au contenu des cours qui y sont dispensés.

22Le choix du thème pour la session de journalisme est effectué en relation avec les préoccupations concrètes du pays, à savoir en ce moment, l’afflux de réfugiés ; on s’intéresse donc au Moyen-Orient et à l’Islam, avec une volonté de neutralité politique. En cohérence, les fauteuils et le décor de la classe de journalisme ont été choisis dans un style moyen-oriental et pour chaque session, un voyage est organisé en Israël ou en Palestine. L’école de Rødding accueille aussi quelques-uns de ces réfugiés qu’elle aide à s’intégrer et auxquels elle enseigne la langue danoise.

Portrait de Grundtvig âgé, sur le mur de l’ancienne grange

Portrait de Grundtvig âgé, sur le mur de l’ancienne grange

23Un pan du mur du hall d’accueil de la grange présente un portrait stylisé, modernisé, de Grundtvig, rendant bien compte de l’ancrage que constitue sa pensée pour ce lieu mais également de l’évolution et de la liberté, voulue par lui également, avec laquelle elle s’adapte au temps.

  • 11 Les Hautes Écoles Populaires éditent un recueil de chants, le Folkehøjskolens Sangbog. Sa dix-huiti (...)

24Cette « présence » de Grundtvig se manifeste aussi lors des réunions plénières qui, chaque matin, de 8h30 à 9h, introduisent les activités du jour. Elles débutent et sont conclues par un chant, dont un grand nombre a été composé par lui11, ce qui constitue l’héritage le plus tangible de son œuvre dans la société danoise. À cette occasion, la parole est également donnée à tout membre de l’école (professeur, étudiant, membre du personnel administratif, cuisinier, etc.) qui souhaite intervenir sur un sujet particulier, l’idée étant que chacun, quelle que soit sa fonction, a « quelque chose d’intéressant à apporter aux autres ».

25Dans ce même état d’esprit, l’école s’ouvre à la communauté, à savoir la ville de Rødding et ses environs, pour laquelle elle a vocation à être un lieu de culture. D’où le nombre et la taille des infrastructures de l’école relativement au nombre d’étudiants de chaque session (une quarantaine ou un peu plus, en général) : trois salles modulables et de différentes tailles, offrent de nombreuses possibilités d’accueil pour des conférences, des expositions, des spectacles, etc.

Munkegaardsskolen, une œuvre d’art scolaire

26Contrairement à Rødding, Munkegaardsskolen est une école municipale située dans la banlieue Nord de Copenhague, dans la ville de Dyssegaard. Gérée par la commune de Gentofte, elle accueille des enfants et des jeunes de 7 à 15 ans, ce qui inclurait les cursus du primaire et du collège, en France.

27Cette école est, par ailleurs, l’une des œuvres majeures de l’architecte et designer Arne Jacobsen (1902-1971). Sa construction débuta en 1949 et demanda sept années de travaux avant de pouvoir accueillir ses 850 élèves.

28Le bâtiment est constitué de quatre rangées parallèles de salles de classe, soit au total vingt-quatre, toutes situées au rez-de-chaussée et reliées en réseau. Les salles sont groupées par deux, et donnent sur un jardin intérieur créant une atmosphère paisible et intime. L’idée générale est, en effet, au sein d’une grande structure scolaire, voulue par la concentration citadine, de recréer l’environnement agréable et sécurisant d’une école de village.

29Arne Jacobsen, également connu comme architecte paysagiste, a conçu chacun des dix-sept jardins selon une structure souhaitant évoquer l’ensemble de la connaissance : le sol est recouvert de dalles de formes géométriques différentes suggérant le monde des mathématiques et de la technique ; autour d’elles courent des plantes adaptées, d’autres se développent sur des pelouses ou le long des murs, l’ensemble évoquant la nature et les sciences naturelles. Chaque jardin accueille enfin une œuvre d’art, sculpture ou bas-relief de différentes périodes et parties du monde, également choisie par Jacobsen, pour évoquer les arts et la littérature et pour inviter à la poésie et l’imagination.

L’un des jardins de l’école de Munkegaard

L’un des jardins de l’école de Munkegaard

30Lors d’une rénovation entreprise en 2012, la disposition des objets voulue par Jacobsen a été respectée ; certaines plantes ont simplement été remplacées par d’autres, mieux adaptées au climat, ou au développement mural. Mais des éléments invitant à la détente ont également été ajoutés sur des surfaces non occupées - un banc rond autour d’un séquoia géant, des trampolines creux au ras du sol, des volumes en bois sur lesquels grimper, des instruments de musique extérieurs, des salons de jardin. Des ouvertures ont aussi été pratiquées sur les côtés des jardins, y permettant un accès beaucoup plus libre qu’à l’origine, par la façade Nord des salles de classe.

31La façade sud de ces classes étant constituée de baies vitrées et d’une rangée de vasistas, elles sont emplies de lumière. On retrouve cette même préoccupation de luminosité dans le préau en verre, et dans les coursives recouvertes de plaques transparentes, permettant de se déplacer d’un bâtiment à un autre en étant protégé. Ce souci d’accueillir la lumière est très compréhensible dans un pays où elle manque une grande partie de l’année, mais il reflète également l’époque d’après-guerre où l’air et la lumière étaient utilisés dans un but sanitaire ou thérapeutique.

32La cour de récréation est, elle aussi, située au sud des bâtiments, sur toute leur longueur, pour profiter d’une bonne exposition. Elle est entourée de pergolas, de garages à vélos, de fontaines, de bancs et d’une zone ombragée, grâce à vingt-cinq platanes insérés à l’ensemble architectural. Le bâtiment central de l’école comporte deux étages ; il est multifonctionnel, accueillant une bibliothèque, une scène de théâtre et des locaux administratifs. Enfin, à l’ouest de tout cet ensemble se situent les bâtiments réservés aux élèves du secondaire ainsi qu’un gymnase, à l’est, un terrain de sport et des aires de jeux.

33Munkegaardsskolen est une œuvre complète de l’artiste Jacobsen qui, selon sa pratique habituelle, a veillé non seulement à la conception des bâtiments, mais aussi à leur réalisation, jusque dans les détails relatifs au mobilier et à la décoration - luminaires, fond de scène, motifs des rideaux, ou plan des jardins.

Mobilier scolaire conçu par Arne Jacobsen

Mobilier scolaire conçu par Arne Jacobsen

34Pour cette raison, le bâtiment a été classé en 1995, et un projet de rénovation conçu par la commune de Gentofte s’est vu tout d’abord rejeté en 2001, jugé trop éloigné de la conception d’origine. Après négociation avec le ministère de la culture, une stratégie de préservation du patrimoine architectural et de réorganisation a pu être établie en 2004, dont la réalisation s’est poursuivie, par étapes, jusqu’en 2013.

35Les classes de première génération, déjà remarquables dans les années 50 pour leurs qualités lumineuses et acoustiques, ont été rénovées sans que ne soit altéré l’aspect architectural originel. Des travaux ont été entrepris sur les infrastructures, la réfection des toitures, sur l’isolation avec remplacement des baies vitrées et création d’un système de ventilation hybride, et les sols ont été refaits dans le respect des matériaux d’origine.

36La structure extérieure du bâtiment réservé aux élèves plus âgés a été préservée elle-aussi, mais l’intérieur complètement restructuré. Un atelier multimédia a été créé au rez-de-chaussée, la disposition des classes a été revue à l’étage mais les armoires murales qui ont été ajoutées rappellent le mobilier d’origine.

  • 12 Les grandes réunions se tiennent maintenant dans les deux salles de sport dont la séparation est am (...)

37La salle des fêtes, qui n’était plus utilisée qu’occasionnellement comme salle de réunion du matin a été transformée en médiathèque12, ce qui a donné une nouvelle vie au centre de l’établissement. Elle est équipée d’une mezzanine et de matériel informatique, tout en conservant le mobilier et le rideau de scène conçus par Jacobsen. Les meubles de rangement des livres sont rotatifs de manière à permettre la création d’espaces différents selon l’usage fait de la salle. Des coins « salon » ont été aménagés pour que les enfants s’y sentent comme chez eux.

La cour de récréation et l’un des puits de lumière, alimentant le sous-sol

La cour de récréation et l’un des puits de lumière, alimentant le sous-sol
  • 13 En effet, le terrain, lui, n’était pas classé !

38Mais l’aspect le plus spectaculaire de ce projet de rénovation est la création d’une extension souterraine de 1600 m2 sous la cour de l’école13, ce qui a imposé de la creuser entièrement, puis de la reconstituer à l’identique. Cette extension a été conçue comme une suite d’espaces flexibles qui permettent aussi de mener des activités spécifiques (sciences naturelles, physique, cuisine, gymnastique). Chacun de ces espaces peut être ouvert sur un hall central dans lequel plongent quatre structures en forme de prisme permettant à la lumière du jour, provenant de la cour de récréation, de pénétrer. Elles animent la forme rectangulaire des salles et créent un espace dynamique, propice aux travaux de classe ou de petits groupes. Ce hall, dans lequel les escaliers peuvent aussi être utilisés comme amphithéâtres, accueille des activités interdisciplinaires, entre classes ou groupes d’âges, mais aussi des adultes, venus assister à des cours ou conférences en dehors des heures scolaires.

39Le sous-sol permet également à des lieux qui originellement étaient isolés, tels le bâtiment des enfants jeunes et le gymnase, de se rejoindre. Il crée ainsi une cohésion dans l’école, permet une interaction entre ses parties anciennes et nouvelles.

40En revanche, il y a contraste entre les matériaux et coloris utilisés dans les différents espaces, reflétant leur époque. Les couleurs du sous-sol sont très vives, contrairement à l’ambiance apaisante de l’ancien bâtiment, mais elles intègrent des motifs créés, eux aussi, par Jacobsen.

L’une des salles du sous-sol, aménagée pour les activités scientifiques

L’une des salles du sous-sol, aménagée pour les activités scientifiques

41Globalement, ce projet de rénovation, orienté vers une possible utilisation contemporaine des bâtiments d’origine, s’est appuyé sur trois principes :

  • la restauration des structures anciennes selon les techniques artisanales de l’époque,

  • une amélioration de certaines parties du bâtiment, en fonction des critères actuels de construction et d’isolation, qui n’altère pas l’architecture,

  • l’addition de mobilier et d’éléments indispensables aux techniques d’enseignement contemporaines qui, de fait, témoignent de leur époque et ont un impact sur l’environnement scolaire : on peut donner pour exemple l’installation de tableaux interactifs dans toutes les classes, ce qui impose, bien sûr, de les obscurcir, elles qui avaient été conçues pour laisser entrer un maximum de lumière.

42Mais dès son origine, l’école témoignait d’une attitude nouvelle envers l’environnement et l’enseignement, en avance sur son temps et tournée vers le futur : en effet, l’école de Munkegaard était en rupture complète avec celles construites dans les années 40 et 50, où les enfants étaient « empilés » sur plusieurs étages, de chaque côté d’un long couloir. Cette « œuvre scolaire », unique au Danemark, se veut à échelle humaine et centrée sur l’enfant. Elle a pour ambition de stimuler l’esprit et l’enthousiasme, tout en favorisant l’apprentissage et le sentiment esthétique par une interaction entre architecture et paysage. Jacobsen savait, en effet, s’entourer de spécialistes de toutes les disciplines nécessaires à l’élaboration de ses projets, ici en l’occurrence, du domaine éducatif.

Vestiaire aménagé, permettant des travaux individuels ou par petits groupes

Vestiaire aménagé, permettant des travaux individuels ou par petits groupes

43Pour exemple, le vestiaire situé à l’extérieur de chaque classe et équipé de mobilier, permettait également des travaux de groupes ou des projets autonomes, ce qui pour l’époque était tout à fait novateur. Et l’organisation de l’école selon une structure permettant des « croisements éducatifs », a favorisé le développement de relations moins hiérarchiques entre enseignants, et avec les élèves.

44Cette orientation vers la souplesse des projets et des échanges s’est vue renforcée par les aménagements récents : une ouverture a été opérée entre les deux classes contiguës de chaque ilot, séparées seulement par une porte coulissante, pour permettre une continuité de l’enseignement. Et les aires spacieuses et modulables du sous-sol créent une infrastructure favorable à de nouveaux modes d’enseignement, avec l’espoir, pour la direction de l’école, qu’elle devienne une sorte de laboratoire pédagogique expérimental.

Éléments de réflexion, et de comparaison

45Comme on l’a vu, les points d’origine des deux écoles que nous avons présentées sont très différents, sur le plan architectural bien sûr, mais aussi dans leur mode de gestion, leurs visées pédagogiques et relativement au public qu’elles accueillent.

46Munkegaardsskolen est sans conteste fortement imprégnée de la personnalité de Arne Jacobsen lui-même : artiste perfectionniste, mais aussi amoureux de la nature (aquarelles) et homme de famille jovial. On y retrouve son souci de lumière déjà présent dans ce projet de « maison de l’avenir » pivotant sur un axe pour suivre la marche du soleil qui le rendit célèbre ; une alliance entre modernisme et architecture traditionnelle danoise, une alternance entre processus artisanaux et industriels, l’association du fonctionnel, de l’esthétique et du confort.

47Ces options sont aussi le reflet d’une époque, de courants artistiques caractéristiques du vingtième siècle (mouvement moderne, design) et, concernant le projet de Munkegaard, d’une conception de l’enfance initiée dans les pays nordiques par Elen Key. Mais elles s’inscrivent aussi contre les tendances de l’époque, par les changements environnementaux qu’elles amorcent ou par le fait de dénoncer certaines pratiques (la construction d’édifices « inhumains » destinés aux enfants).

48A Rødding, ce sont moins les bâtiments qui reflètent la personnalité de Grundtvig, que la conception de certaines activités, encore pratiquées, le respect de certaines idées pédagogiques telles l’usage du « verbe vivant » ou la référence à l’histoire, l’affirmation de certaines valeurs – celle inhérente à vie humaine et l’interrelation, avant tout. Même si la pensée complexe de Grundtvig n’a pu qu’être effleurée ici, elle imprègne toute la vie de l’école, de même qu’elle a influencé l’ensemble du système éducatif et de la société danoise.

49Pour chacune de ces écoles, ce point d’origine est marquant, et les projets récents de rénovation ne les ont pas faits disparaître ; au contraire même, on peut considérer que l’œuvre originelle de ces deux hommes s’est finalement vue mise en valeur, dans des aspects concrets (réutilisation de certains procédés artistiques de Jacobsen, représentation moderne du portrait de Grundtvig) ou dans les possibilités que la rénovation a ouvertes d’une expansion des idées éducatives fondatrices.

50On peut cependant noter que le respect strict de l’œuvre de Jacobsen est dû au fait que l’école de Munkegaard ait été classée, c’est-à-dire à une intervention institutionnelle, extérieure à l’école elle-même. Si, pour chacun des deux projets, une collaboration entre concepteurs et équipe enseignante a été effective, il semble cependant qu’elle ait été plus étroite à Rødding, ce qui peut certainement s’expliquer par la taille plus modeste de la structure et par son mode de gestion autonome.

51Les deux écoles témoignent d’un attachement à la tradition danoise, à la nature. Même l’école de Munkegaard, située en ville, en plus de vouloir recréer une ambiance campagnarde, est bâtie en briques jaunes, ce qui correspond à un mode de construction traditionnel au Danemark. À Rødding, cet attachement se manifeste par la conservation, sur tous les bâtiments, de l’aspect extérieur des fermes d’origine. On constate également que le potentiel de cette école a évolué progressivement, relativement aux besoins des époques qu’elle a déjà traversées. Concernant les rénovations récentes, il y a eu volonté et recherche, dans les deux cas, d’une harmonie entre les nouveautés apportées et les structures déjà existantes ; cela a pu produire certaines confrontations – comme dans le cas des tableaux interactifs – mais a abouti le plus souvent à une mise en valeur de l’ancien.

52Chaque école a acquis, cependant, au cours de ce processus, un caractère radicalement contemporain que l’on peut dire spécifique au modernisme danois, et qui ouvre de nouvelles et multiples perspectives au plan pédagogique. Car, au-delà de la qualité des infrastructures et du mobilier qui, de fait, offrent aux jeunes un cadre agréable et propice à la conception de projets, chacune affiche cette volonté d’allier passé, présent et futur, et d’offrir à ses élèves des possibilités novatrices tournées vers l’avenir. Si l’ancrage dans une histoire et une tradition est d’évidence plus fort à Rødding, il n’exclut pas, loin de là, une projection vers cet avenir ; une projection concrète, liée au futur de la vie des étudiants présents, comprise sur un plan individuel mais aussi relationnel, donc social.

  • 14 Gentofte kommune. (2013) Munkegaardsskolen,1949 – 2013, Municipal school restored and revitalized. (...)

53Mais le projet de Munkegaardsskolen, qui met l’accent sur l’aspect futuriste des réalisations récentes, affirme aussi l’importance du lien avec le passé : « Le processus de revitalisation des bâtiments offre aux nouvelles générations un cadre actualisé dans lequel ils côtoient un patrimoine et font l’expérience de la continuité historique, ce qui fait pleinement partie de leur développement et de leur apprentissage. Prendre conscience du lien entre le passé et le présent construit ainsi leur conscience sociale (…) »14

  • 15 Renan, E. (1883) Souvenirs d’enfance et de jeunesse. (préface, p.XXII) Paris : Calmann-Lévy.

54Cette prise en compte de l’histoire par les deux écoles concernées peut simplement sembler logique, ou naturelle, mais il est vraisemblable qu’elle soit également le reflet de l’importance accordée au temps dans la pensée danoise, point sur lequel l’œuvre de Grundtvig exerça encore une influence. Critiquant le refus du présent lié à la religion, ou un attachement excessif au présent lié au développement des Lumières, il affirme en effet que l’individu ne peut vivre en dehors de cette “expérience de la vie à grande échelle” qu’est l’histoire, d’où l’importance accordée à cette matière dans les Hautes Écoles Populaires. Peut-être est-il possible d’établir aussi une parenté entre cette conception et celle d’Ernest Renan (1823-1892) pour qui : « les vrais hommes de progrès sont ceux qui ont pour point de départ un respect profond du passé. »15

  • 16 Ville de la banlieue Nord de Copenhague, proche de Dyssegaard.

55D’un point de vue concret, les choix faits pour les deux projets de rénovation offrent de nombreux points de convergence. On a voulu créer des espaces ouverts ; ouverts sur l’extérieur, avec une utilisation des locaux comparable à celle de centres culturels ; ouverts et modulables, de tailles diverses, tendance que l’on retrouve dans la toute nouvelle école d’Hellerup16 qui accueille 600 élèves dans une structure conçue sans aucune « classe », au sens matériel du terme. Ces choix induisent donc, de fait, une remise en cause importante de la forme scolaire. L’école de Munkegaard parle même de vouloir créer une ambiance « universitaire » dans les nouveaux espaces de son sous-sol, ce qui doit modifier les repères des élèves, ou du moins y contribuer, car les enseignants travaillent à la mise en place d’un projet pédagogique relatif à leur comportement et aux relations entre enfants et adultes.

  • 17 Derouet-Besson, M.C. (1996). Architecture et éducation : convergences et divergences des conjecture (...)

56On peut également se demander si cette similitude dans les choix architecturaux correspond à une similitude des intentions qui les sous-tendent, et si l’on peut s’attendre à une similitude de résultats. Se pose ainsi la question de l’interaction entre architecture et pédagogie et de la posture de l’apprenant dans son nouvel environnement scolaire - y compris technologique -, à l’égard de ses apprentissages et de ses pairs. C’est un questionnement auquel il n’est pas possible d’apporter réponse dans le cadre de cet article, et en fonction des éléments recueillis sur place, mais il ouvre à l’évidence une multitude de possibilités de recherches, dont Derouet-Besson17 souligne la richesse et la complexité. Les études menées en France, et relatives aux liens entre architecture et éducation nouvelle pourraient, à ce titre, servir de point de référence.

57Nous nous en tiendrons ici à indiquer quelle place l’architecture occupe au sein de chacun des deux projets scolaires. À Munkegaardsskolen, c’est elle qui est première ; correspondant à une certaine idée de l’enfance et de l’éducation, elle a induit, à l’origine, par sa structure même, un mode relationnel et un mode d’action particuliers et novateurs. L’intention est la même concernant l’extension souterraine récente, mais la flexibilité de ces espaces supplémentaires aux classes fait que leur utilisation dépend pour beaucoup de l’initiative et de l’implication des enseignants dans la recherche de nouvelles utilisations et de nouvelles expériences. Il semble donc que la solidité du projet pédagogique importe beaucoup plus dans cette situation où l’environnement laisse plus de latitude et de souplesse.

58L’histoire des Folkehøjskoler leur a rendu, au contraire, l’aspect architectural plus secondaire : la philosophie et l’engagement social de ces écoles prévalaient nettement sur les conditions extérieures, dans une situation vécue comme une urgence pour la survie du pays. Elles ont commencé par fonctionner avec peu de moyens, mais se sont néanmoins remarquablement développées ; la préoccupation architecturale ne s’est introduite qu’ultérieurement, et est venue renforcer ce projet pédagogique initial. C’est le cas pour l’école de Rødding dont les intentions pédagogiques sont explicites, et n’ont pas varié avec la récente rénovation. Son directeur explique d’ailleurs que ce ne sont pas les structures remarquables de son école qui importent le plus, mais le fait de rendre les jeunes gens qu’il accueille forts intérieurement.

59La description et l’analyse de l’évolution des deux écoles considérées dans cet article montrent des différences concernant l’organisation matérielle et institutionnelle, les ancrages historiques et idéologiques, et plus simplement l’âge des élèves concernés. Les projets de rénovation récents font cependant apparaître des points communs importants, tant sur le plan des idées que sur celui des réalisations architecturales : le renforcement voulu du lien avec la nature, la création de structures ouvertes et modulables, l’enracinement des projets dans l’œuvre passée du fondateur de l’école et leur ouverture vers l’avenir.

60Il est indéniable que cette visite de lieux spacieux, neufs, magnifiquement agencés et décorés, et offrant de multiples possibilités éducatives est enthousiasmante. Si l’environnement architectural peut ainsi favoriser l’initiative et l’innovation pédagogique, il pose la question de la réalité de ce lien entre architecture et pédagogie. La comparaison de ces deux expériences induit l’idée que la prétention à utiliser l’architecture comme moyen pédagogique direct puisse n’être qu’un leurre, et que ce soient plutôt l’interaction entre architecture et projet éducatif, entre environnement physique et qualité du projet humain qui importent. Mais la vérification de cette hypothèse s’impose et pourrait donner lieu à un travail de recherche ultérieur.

Top of page

Bibliography

Éducation au Danemark

Boyer, R. (1981). L’éducation dans le monde scandinave. In Histoire mondiale de l’éducation. (tome III , pp. 135-142) Paris : P.U.F.

de Conink-Smith, N. (2014) Dansk skole historie (hverdag, vilkår og visionner gennem 500 år). Aarhus : Universitetsforlag. (Histoire de l’école danoise sur 500 ans ; contient de nombreuses illustrations)

Gentofte kommune. (2013). Munkegaardsskolen,1949 – 2013, Municipal school restored and revitalized.

McBorish, S. (1991). The land of the living, The danish folk high schools and Denmark’s non-violent path to modernization. Minesotta : Éd. Blue Dolphin.

Renan, E. (1883). Souvenirs d’enfance et de jeunesse. Paris : Calmann-Lévy.

Roy, F. (2013). L.N. Tolstoï et N.F.S Grundtvig : connaissance et sagesse en éducation. Villeneuve d’Ascq : Atelier National de Reproduction des Thèses.

Thodberg, C., Pontopiddan Thyssen, A. (1983). N.F.S Grundtvig, Tradition et Renouveau. La conception de l’homme et du peuple, de l’éducation et de l’Église chez Grundtvig, à la lumière des préoccupations du monde d’aujourd’hui. Copenhague : Det Danske Selskab.

Architecture et pédagogie

Architecture scolaire et pédagogie nouvelle. (1976). La documentation française, 285.

Châtelet, A.M. (2004) L’architecture des écoles au XXème siècle. Histoire de l’éducation, 696, 7-37

Derouet-Besson, M.C. (1996). Architecture et éducation : convergences et divergences des conjectures politiques et scientifiques. Revue française de pédagogie, 115 (1), 99-119.

Institut français d’architecture. (2002). Architecture et pédagogie. Paris : Direction de la programmation et du développement.

Raab, R. (1983). Bâtir pour la pédagogie Rudolf Steiner. Genève : Editions anthroposophiques romandes.

http://www.arne-jacobsen.com/en/arne-jacobsen, consulté le 04-04-16

http://www.arkitema.com/da/architecture/learning/hellerup-skole, consulté le 15-11-16

http://munkegaardsskolen.skoleporten.dk, consulté le 04-04-16

http://www.roedding-hoejskole.dk, consulté le 04-04-16

http://www.roedding-hoejskole.dk/lange-kurser/international-students/, consulté le 04-04-16

Top of page

Notes

1 Nous avons eu l’occasion de nous rendre dans ces deux écoles en août 2015.

2 Nicolaï Frederik Severin Grundtvig (1783-1872), pasteur danois, théologien, philologue, penseur de l’éducation et inspirateur des Hautes Écoles Populaires danoises. Depuis 2000, son nom est associé au volet "Éducation des adultes" du programme européen Socrates.

3 Roy, F. (2013) L.N. Tolstoï et N.F.S Grundtvig : connaissance et sagesse en éducation. Villeneuve d’Ascq : Atelier National de Reproduction des Thèses.

4 Les sessions actuelles couvrent 18 semaines à l’automne et 24 semaines au printemps.

5 Ce rassemblement eut lieu le 4 juillet 1844, à Skamlingsbanken, dans le sud-est du Jütland, à l’initiative de la Société Scandinave.

6 Usage de la parole portée par l’enthousiasme, vecteur de force vitale et d’une pensée « vivante » elle aussi, que Grundtvig oppose au savoir livresque, ce qu’il nomme « l’école de la mort ».

7 Christian Flor (1792-1875), lecteur à l’université de Kiel et spécialiste en mythologie. Disciple de Grundtvig, il décida d’abandonner sa position universitaire pour prendre lui-même la direction de l’école de Rødding, après le départ de J. Wegener.

8 Etudiant en théologie et disciple de Grundtvig, Ludvig Schrøder (1836-1908) assuma la direction de l’école de Rødding pendant près d’un demi-siècle et rassembla autour de lui un groupe de jeunes théologiens citadins, très influencés par Grundtvig et décidés à se consacrer à l’éducation des paysans, qui constituera le noyau du développement des Hautes Écoles durant cette période.

9 Folk désigne le peuple et øplysning se construit autour de lys, la lumière. Folkeøplysning signifie donc littéralement “éclairer le peuple”.

10 Le groupe A.P. Moller-Maersk est la compagnie maritime la plus importante du Danemark.

11 Les Hautes Écoles Populaires éditent un recueil de chants, le Folkehøjskolens Sangbog. Sa dix-huitième et dernière édition date de 2006 et regroupe 572 chants destinés à rythmer la vie quotidienne, dont 87 composés par Grundtvig.

12 Les grandes réunions se tiennent maintenant dans les deux salles de sport dont la séparation est amovible.

13 En effet, le terrain, lui, n’était pas classé !

14 Gentofte kommune. (2013) Munkegaardsskolen,1949 – 2013, Municipal school restored and revitalized. (Livret de présentation de l’histoire de l’école et de sa rénovation récente, édité par la commune de Gentofte. Traduit par nos soins.)

15 Renan, E. (1883) Souvenirs d’enfance et de jeunesse. (préface, p.XXII) Paris : Calmann-Lévy.

16 Ville de la banlieue Nord de Copenhague, proche de Dyssegaard.

Voir http://www.arkitema.com/da/architecture/learning/hellerup-skole

17 Derouet-Besson, M.C. (1996). Architecture et éducation : convergences et divergences des conjectures politiques et scientifiques. Revue française de pédagogie, 115 (1), 99-119

Top of page

List of illustrations

Title Ferme, bâtiment d’origine de la Haute École de Rødding
URL http://edso.revues.org/docannexe/image/1977/img-1.jpg
File image/jpeg, 148k
Title Jardins et coursives aménagés entre les bâtiments d’hébergement
URL http://edso.revues.org/docannexe/image/1977/img-2.jpg
File image/jpeg, 148k
Title Une salle de cours issue de la rénovation
URL http://edso.revues.org/docannexe/image/1977/img-3.jpg
File image/jpeg, 144k
Title Portrait de Grundtvig âgé, sur le mur de l’ancienne grange
URL http://edso.revues.org/docannexe/image/1977/img-4.jpg
File image/jpeg, 280k
Title L’un des jardins de l’école de Munkegaard
URL http://edso.revues.org/docannexe/image/1977/img-5.jpg
File image/jpeg, 148k
Title Mobilier scolaire conçu par Arne Jacobsen
URL http://edso.revues.org/docannexe/image/1977/img-6.jpg
File image/jpeg, 304k
Title La cour de récréation et l’un des puits de lumière, alimentant le sous-sol
URL http://edso.revues.org/docannexe/image/1977/img-7.jpg
File image/jpeg, 144k
Title L’une des salles du sous-sol, aménagée pour les activités scientifiques
URL http://edso.revues.org/docannexe/image/1977/img-8.jpg
File image/jpeg, 144k
Title Vestiaire aménagé, permettant des travaux individuels ou par petits groupes
URL http://edso.revues.org/docannexe/image/1977/img-9.jpg
File image/jpeg, 141k
Top of page

References

Electronic reference

France Roy, « Rénovation de deux structures scolaires, au Danemark : Quelles évolutions, quelles perspectives pédagogiques ?  », Éducation et socialisation [Online], 43 | 2017, Online since 01 February 2017, connection on 26 May 2017. URL : http://edso.revues.org/1977 ; DOI : 10.4000/edso.1977

Top of page

About the author

France Roy

Professeure des écoles, Docteure en sciences de l’éducation, Laboratoire CIVIIC, Université de Rouen

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org