Skip to navigation – Site map
Dossier

« L’école, le collège ou le lycée sont des villes en miniature » : entretien avec 6 architectes qui imaginent l’école du futur

Propos recueillis/retranscrits par François Durpaire et Béatrice Mabilon-Bonfils

Full text

Si vous avez déjà réalisé ou participé à la réalisation d’une école, d’un collège, d’un lycée ou d’une université, que pouvez-vous en dire ?

1Vincent Parreira : au-delà du jugement sur l’architecture, je trouve que c’est gratifiant, en tous cas pour nous, maître d’œuvre, de réfléchir sur un bâtiment qui en fait est un équipement public de petite enfance, dans un quartier qui a besoin juste de retrouver, juste d’être réenchanté en fait, d’être juste « on existe, on est bien, on a envie que nos enfants soient bien, on veut leur donner un nouveau lieu ». Et puis comme la culture de notre pays passe aussi par l’éducation de nos enfants même si je suis un peu critique sur l’éducation tout court en France et de la manière dont on éduque nos enfants mais ça je vais pas le remettre en cause c’est le système qui est comme ça. On répond à un programme de l’académie, du ministère de l’éducation et ce programme il s’applique à toutes les écoles en France, on parle bien des écoles publiques. Après c’est un peu l’architecture qui déroge à des situations, je trouve que l’architecture peut commencer à déroger au système scolaire mis en place en fait. Je pense que ça c’est la spatialité qui peut apporter des surprises et des plaisirs, ça j’en suis convaincu.

2Dominique Seni & Danièle Niccoletti (architectes DPLG FREJUS) : la conception de bâtiments scolaires a toujours été le fil rouge de notre travail d’agence : à des degrés divers (parfois simplement le concours, sans être désigné lauréat), nous avons travaillé sur quelques dizaines d’écoles et de collèges, sur plusieurs départements. Souvent sur des projets neufs, parfois sur des rénovations. Suivant les collectivités, le cahier des charges sur lequel nous nous appuyons pour concevoir est plus ou moins précis, mais varie assez peu. En effet, les programmes des constructions sont élaborés à la base par l’Education Nationale, et restent sur des schémas fonctionnels classiques. Si les espaces de travail proprement dits (en gros, les salles de classe) laissent assez peu de place à la créativité, le principal espace de création se concentre sur les circulations du bâtiment, c’est-à-dire ce qui crée le lien entre les fonctions. La qualité d’un bâtiment scolaire tient souvent au soin apporté à ces lieux de circulation et d’échanges, surtout s’ils sont bien dimensionnés et éclairés « à la lumière du jour ».

3La plupart du temps, il est regrettable que l’équipe de conception ait peu de rapports avec l’équipe pédagogique de l’établissement. Les collectivités préfèrent travailler en amont avec les utilisateurs, mais évitent de les consulter une fois que le projet est lancé, de manière à ne pas faire déraper les délais contractuels par des modifications a posteriori. Toutefois, chaque fois que nous avons pu avoir des contacts avec les futurs utilisateurs, ce fut un plus pour le projet.

4Lionel Formentelli (FCL Architecture) : participer à la réalisation d’une école ou un lieu d’enseignement signifie, que l’on « rentre » dans un processus général de construction d’un bâtiment et donc par définition pas forcément au « départ » contrairement à ce que l’on pourrait croire.

5En effet, la « maitrise d’œuvre » d’une école, c’est-à-dire la conception d’un lieu d’enseignement par une équipe d’architectes et de bureaux d’études rentre dans le processus d’un concours de maitrise d’œuvre : les équipes de maitrise d’œuvre répondent à une consultation formalisée par un cahier des charges et donc un programme établi en amont.

6Bien entendu, pour répondre favorablement à cette consultation, les équipes de maitrise d’œuvre doivent fournir une réponse strictement conforme au programme qui constitue une pièce essentielle de la consultation.

7En d’autres termes, la créativité, la plus value « architecturale » et la part d’inventivité reste toute relative sur le « fond » et, souvent, les réponses concernent plus la « forme ».

8Or, cela pose la problématique de l’évolution même des bâtiments d’enseignement : un programme de concours est toujours basé sur une liste de pièces, de surfaces de pièces, de dimensions minimales en largeur ou longueur de liaison vers telle ou telle autre salle et ainsi de suite.

9Charge aux équipes de maitrise d’œuvre d’instrumenter cela dans des espaces à créer ou à réhabiliter, mais la part d’invention du « lieu » d’enseignement, de « salle » spécifique ou tout simplement la remise en cause d’une partie de programme n’a pas lieu d’être si les architectes veulent répondre conformément au programme et se donner le maximum de chance de réussir au concours auquel ils répondent.

10Le « PROGRAMME » est un outil nécessaire en terme d’égalité (un concours ne peut être lancé que si tous les candidats potentiels disposent des mêmes règles du jeu c’est-à-dire du même programme, et ne peuvent être jugés que des bases égalitaires, au sens du code des marchés publics). Le programme est aussi un outil qui « limite » de fait la créativité et la remise en cause d’un « mode » d’enseignement.

11(...) Au mieux, les équipes d’architectes pourront proposer quelques espaces atypiques comme les halls d’entrées, quelques couloirs et parties communes mais qui ne remettront pas en question l’essence du programme établi en amont.

12La question de la « carte blanche » donnée aux équipes de concepteurs et d’architectes ne pourrait alors être réaliste que dans le cas d’une réalisation privée d’un équipement d’enseignement hors des logiques de concours publics et de code des marchés publics.
Ivry Serres (Maitre-assistant – ENSAM, Architecte cofondateur de l’Atelier Fernandez & Serres) : dans les participations aux équipements scolaires de l’atelier, l’élément qui ressort le plus est la mutualisation et les poly fonctionnalités de certains espaces. Souvent le hall d’entrée est associé (ou ouvre) à différentes activités pluridisciplinaires (accès école, accès bibliothèque, salle d’exposition, salle d’activité mise en commun, espace sportif mutualisé).

13L’équipement scolaire répond à certains codes préétablis. Ce sont ces codes, ces formes, ces typologies (parvis, cours, pièces administrative, déambulation, galerie, salles de classes, réfectoire) en quelques sortes ces modèles spatiaux architecturaux qui vont persister dans le temps.

14Il y a dans ces modèles architecturaux une forte idée d’ordre et de rigueur associé au savoir et à l’apprentissage que l’on retrouve souvent dans les équipements militaires ou religieux tel les casernes ou les monastères. Cet ordre et cette rigueur permettent d’une certaine façon d’ouvrir le corps et l’esprit.

15Roland Castro : j’ai réalisé deux collèges : un lycée collège expérimental à Herouville-St-Clair et un collège Victor Hugo dans la zup d’Aulnay au milieu du quartier Aulnay 3000. C’était l’époque où l’on pouvait encore parler dans les concours, ce que les directives européennes empêchent aujourd’hui au nom de règles de concurrence. J’ai eu donc la chance de pouvoir m’expliquer. Sinon je n’aurais jamais gagné ces concours.

Quels grands principes devraient guider un architecte qui bâtirait l’école, le collège ou le lycée de 2030 ?

16Vincent Parreira : mon travail concrètement dans l’école, quel que soit l’emplacement de l’école parce que mon premier propos c’était qu’avant de faire l’école il y a un lieu et pour moi ce lieu il est très important et de là je réfléchis à une école ou à un lieu et après pour moi le grand intérêt c’est de savoir comment je réfléchis autour de l’école et pour moi - en tous cas c’est mon domaine de recherche- c’est dire, l’enfant il fait un parcours de chez lui jusqu’à l’école, à pied, je le vois avec mes enfants, j’ai des tout petits enfants de 4 ans et demi, je les amène tous les jours. C’est un parcours à pied qui est courant, on rencontre des gens, on rigole, on sait où on peut aller vite, moins vite...etc. Moi je suis un urbain, j’habite à Paris donc c’est les grandes rues, c’est pollué, je pense qu’ils prennent 3 kilos de pollution tous les matins et après ils arrivent dans cette école qui est l’école de Jules Ferry, ils pratiquent dans une école de Jules Ferry leur éducation scolaire mais pour les enfants qui vont pratiquer dans une autre école, ils ont ce parcours que je ne connais pas parce que ça peut être dans une ZAC nouvelle, dans un petit village, dans une petite commune, grande commune, une commune qui est en plein développement…etc. De ce parcours-là je me dis qu’ils ont déjà eu un certain nombre d’émotions, le stress d’aller vite, marche pas dans l’eau...etc. Ils arrivent à la porte de l’école et tout le deal pour moi - le deal c’est la négociation, la marge de manœuvre-, c’est dire que de la porte d’entrée jusqu’à la classe (où après ils ont un autre mode de fonctionnement, c’est strict, il faut faire attention, on crie pas, tu peux jouer à la cuisine, tu peux jouer au puzzle, tu peux lire, tu peux dessiner et donc la classe est divisée pour les maternelles en l’occurrence comme un gros gâteau quoi) et mon sujet c’est le parcours depuis la porte d’entrée jusqu’à la classe, c’est là où moi je veux qu’ils aient une nouvelle émotion. Un nouveau domaine spatial à appréhender, c’est-à-dire que je fais tout pour que ça ne ressemble en rien à une pauvre ANPE de quartier quoi, minable, ou alors un petit garage, ou une petite maison qui n’est pas minable, qui est leur maison à eux mais il y a des lieux qui peuvent être horribles, des lieux qui peuvent être classiques et c’est dans cet espace -temps qui est assez court que j’essaye moi de trouver une émotion. Après il y a la classe, c’est comment j’oriente la classe à l’extérieur, ça c’est une autre émotion mais elle est vécue différemment parce que l’enfant passe quand même beaucoup de temps dans sa classe plus que dehors et ça c’est une éducation, le système scolaire français qui fait ça. Ce parcours là pour moi il est primordial.

17Dominique Seni & Danièle Niccoletti : le problème est que les programmes fournis aux concepteurs que nous sommes ont souvent un temps de retard sur leur époque, ne serait-ce que pour l’équipement technique. Le temps qui s’écoule entre l’établissement du cahier des charges et la livraison finale peut atteindre quelques années, ce qui explique en partie cette inadéquation que l’on rencontre parfois entre les besoins présents et les équipements fournis. A l’inverse, il arrive aussi que la technologie imposée dépasse les compétences de ceux qui la font fonctionner : combien d’enseignants n’ont-ils pas pesté contre une connexion internet récalcitrante pendant un cours avec projection vidéo, un fichier qui ne s’ouvre pas, sous l’œil goguenard des élèves ? On regrette alors le bon vieux tableau à craie… Alors pour réfléchir à 2030, il faut encore et toujours se poser les mêmes questions (qualité fonctionnelle, lumière naturelle, matériaux durables, …), en recentrant sur l’humain : comment faire pour que le collégien vienne volontiers dans son établissement ? Comment lui donner du plaisir à apprendre ? Comment l’ouvrir aux autres ?

18L’école, le collège ou le lycée sont des villes en miniature, avec des lieux fermés (les classes), des places (les halls), des rues (les couloirs) et la qualité des articulations entre tous ces espaces est primordiale.

19La place de la technologie est la plus difficile à établir, puisqu’elle est en évolution constante.

20Lionel Formentelli : quelques pistes de réflexions pourraient alimenter les lieux d’enseignement des années 2030 : disposer d’un programme demandant aux équipes de maitrise d’œuvre de formaliser et de dimensionner certains espaces du programmes non plus à partir d’une liste de pièces (surface, largeur/longueur mini, liaison) mais à partir de quelques lignes sur l’enseignement à dispenser : charge aux architectes de proposer un espace plus ou moins fermé, plus ou moins perméable ou mutualisé avec un autre espace : entreprise, pépinière d’entreprise, université, école des technologies de la communication, autre centre de formation (etc..). Disposer d’un programme permettant aux équipes d’architectes de proposer des espaces hybrides entre enseignement et formation : c’est-à-dire pouvoir disposer d’espaces dédiés à l’enseignement par des « enseignants » ou par des « professionnels » ou des tiers extérieurs : cela permettrait, toutes proportions gardées d’éviter que l’école soit un vase clos vis-à-vis du monde du travail par exemple.

21Les lieux d’enseignement pourraient à l’horizon 2030 prendre en compte de plus en plus la « dématérialisation » de l’enseignement : on le voit déjà aujourd’hui avec les Moocs, avec la préparation des cours (cours inversés) qui se fait en dehors d’espaces formalisés par des salles closes et/ou organisées comme l’étaient les salles de cours magistraux. Cette dématérialisation doit pousser les équipes d’architectes (et en amont les personnes en charge des programmes).

22Ivry Serres : les grands principes seraient à peu près les mêmes qu’aujourd’hui avec quelques variantes dans l’organisation des fonctions d’un programme d’enseignement. Les salles de classes changeraient peut-être d’aspect pour recevoir les nouveaux supports d’apprentissage. Il y aurait d’autres rapports aux élèves par des classes avec des groupes au nombre modulable pour cibler et adapter l’enseignement à chaque élève suivant leur capacité d’apprentissages. Les temps d’enseignement seront peut-être différents afin d’obtenir le meilleur des élèves. Il pourrait y avoir un partage des enseignants par les nouveaux moyens de communication et une ouverture intelligente au monde de la connaissance. Mais tout cela pourrait marcher que s’il y a dans une base commune le respect de l’autre, de l’écoute et du partage.

23Roland Castro : quand je fais une école, la question centrale est celle de l’instruction. Il faut que mon bâtiment ait du sens. C’est une question que beaucoup d’architectes ne se posent pas. Le plus intéressant des projets que j’ai faits de mon point de vue du sens est le projet d’Aulnay réalisé avec Sophie Denissof. J’ai fait un bâtiment volontairement assez austère, en briques pleines sur le modèle du cloître cistercien ou le modèle de la cour napoléonienne : avec un « dedans » très puissant dans des quartiers où le « dehors » est pathétique (des barres, des tours posés sur des lacs de parquets sans espace public). J’ai fait un vrai espace intérieur pour développer le sentiment qu’on n’entre pas n’importe où. Il y a un contraste avec le laisser-aller de l’espace public. Comme une abbaye romane qui vous calme quand on y entre. C’est un lieu symbolique des valeurs républicaines et humanistes de l’enseignement public pour tous, un lieu protégé destiné à l’étude et à l’instruction une construction à l’identité très forte.

Comment l’architecture peut-elle influencer le travail des professeurs et des élèves ?

24Vincent Parreira : dans les classes que l’on fait, on a des fenêtres qui sont au ras du sol ou à 30 cm du sol et là c’est sûr que quand le maître ou la maîtresse parle s’il y a quelque chose qui se passe dehors, il y a le bruit, l’avion, on est dans la poésie là, on regarde dehors. Alors, est-ce que ça amène moins ou plus de concentration et bien c’est là où le travail de l’enseignant, il doit aussi s’adapter à ça. S’adapter à comment est l’espace dans lequel il vit, comment il oriente les enfants, comment il les dispose dans sa classe. (...) Nous la classe, on la laisse volontairement complètement neutre, blanche soit grise et ils font ce qu’ils veulent de ça. Et quand on revient dans les classes, il y a un truc incroyable, c’est des tableaux en fait, les supports blanc ou gris sont des supports de tableaux donc ils affichent, il y a des trucs qui pendent au plafond. Donc pour moi je trouve ça assez génial, c’est presque arachnéen, ils sont là, là où il y a un git donc ils vont bien se placer, donc c’est ça qui est génial, c’est-à-dire qu’ils s’approprient complètement cet espace.

25Dominique Seni & Danièle Niccoletti : quand un espace est bien conçu, on s’y sent naturellement bien, même sans avoir de notions architecturales. On se sent bien par exemple dans une salle de classe quand on est bien placé par rapport au tableau, quand la lumière n’est pas éblouissante, quand la salle est naturellement tempérée, qu’il n’est pas nécessaire d’allumer la lumière, que la hauteur sous plafond est suffisante pour ne pas être oppressé, quand la réverbération acoustique est bonne, quand on n’entend pas tous les sons de la pièce voisine… De la même manière, on se sent bien dans des circulations quand elles sont suffisamment dimensionnées, bien éclairées, qu’on peut voir la cour, ou un jardin, ou la rue, bref qu’on peut s’y repérer facilement. Tous ces éléments font partie intégrante de l’architecture et du travail de l’architecte, et influent très clairement sur l’état d’esprit des personnes qui y travaillent.

26Quand l’esprit est apaisé, il est sans doute plus ouvert à l’apprentissage, et à la transmission de cet apprentissage.

27Lionel Formentelli : les équipes de concepteurs et en particulier les architectes doivent initier des espaces, des lieux, qui suscitent des enseignements différents de ceux institués jusqu’à la fin du XIXème siècle : globalement on doit passer d’un système de « modèle » issu d’un programme à un système de « lieu ».

28Bien-sur les propositions doivent pouvoir s’adapter aux types d’enseignements en fonction des destinations des établissements, mais les équipes d’architectes doivent « personnaliser » leurs bâtiments et pas seulement au niveau des façades ou de certaines parties communes.

29Autrement dit, pousser la réflexion sur des propositions alternatives, proposer des espaces atypiques, c’est sortir du modèle mais proposer des espaces pouvant apporter de nouveaux volumes en termes d’ergonomie, de déplacement dans l’espace, de « mise en scène » du cours.

30Si l’architecte n’a pas d’influence directe bien sur les programmes, il peut indirectement susciter des pratiques, des spécificités sur les manières d’enseigner.

31Ces propositions « alternatives » peuvent êtres intégrées dans les directives (ou programme) des concours d’architectes sous forme d’indications laissant une grande marge de manœuvre aux équipes : plutôt que de réaliser des tableaux avec des noms de pièces et des surfaces, les « programmes » pourraient indiquer des « objectifs » en terme de méthode d’enseignement, de nombre d’élèves envisagés par cours. Le nombre de pièces, leur ergonomie générale, les liaisons avec les autres « pièces » ou les couloirs seraient laissés à l’appréciation des équipes de conception.

32D’un point de vue pratique, un simple organigramme pourrait être laissé aux équipes afin de comprendre l’organisation type d’un établissement d’enseignement par famille (école, collège, lycée, faculté, etc…) avec quelques fourchettes de surfaces types (bureau simple, bureau double, salle de classe 20 élèves, 30 élèves, cours en travaux dirigés etc…) mais cela serait assez souple pour que les équipes de concepteurs puissent apporter une réelle intervention sur l’organisation de l’établissement et donc pouvoir espérer influencer réellement le « mode d’enseignement ».

33Lors des jugements de concours, une audition des candidats « architectes » serait alors nécessaire pour prendre en compte les partis pris de gestion des espaces, leur organisation et prendre l’entière mesure de la pertinence ou non de tel ou tel projet.

34Au fil de ces procédures de concours, les lieux d’enseignements pourraient « évoluer » dans la logique d’un « darwinisme architectural ».

35Concrètement, les équipes d’architectes ne réinventerai pas l’intégralité des lieux d’enseignement, car les notions de bureaux, espaces techniques, salles pour se réunir ou enseigner de manière magistrale seraient peu ou prou à l’image de celles réalisés actuellement, mais une partie non négligeable pourrait évoluer significativement au fil des années et des concours.

36Ivry Serres : il faudrait peut-être croire au bien fait que l’architecture peut procurer aux usagers, aux professeurs et aux élèves. L’architecture ouvre l’homme à son monde par des sensations simples et fortes. Elle est son premier outil pour comprendre son monde, elle le protège et lui ouvre son esprit. L’architecture n’est juste qu’une histoire qui se répète, une histoire de sens, de proportions, de matériaux. Elle est un réconfort permettant de comprendre et de mettre à notre échelle l’espace et le temps qui nous entourent. L’architecture n’est que stabilité et résistance, stabilité pour ouvrir notre esprit à la connaissance et résistance pour nous rappeler notre fragilité, notre vieillissement. L’architecture va au-delà de notre vie, elle nous accompagne, nous raconte nos origines et nous parle du futur par sa présence qui passe de vie en vie. Elle se modifié et s’adapte dans son existence face aux nouveaux utilisateurs, aux nouveaux programmes, mais son esprit d’origine reste, perdure. Pour tout cela il faudrait que les professeurs et les élèves ressentent et participent inconsciemment au bien être que l’architecture peut leur apporter.

37Roland Castro : les profs doivent jouer aux profs sans duperie, sans se prendre pour des profs. Mes bâtiments incitent à jouer aux profs.

Comment l’espace scolaire pourrait-il incarner visuellement de nouvelles valeurs ?

38Vincent Parreira : pour moi, le bâtiment doit incarner la valeur de l’équipement public en fait, l’équipement d’une commune, il évoque un respect, il évoque une envie, il évoque une nécessité. Pour moi, l’école est une nécessité. Après est-ce que c’est l’école comme on la pratique aujourd’hui, difficile à dire mais en tous cas c’est la seule qui va me permettre de dire à mes enfants si après ils veulent aller dans une école publique et non privée ou qui déroge à un système scolaire mis en place ben c’est celui-ci. Moi je ne fais pas des écoles privées en tous cas je n’en réalise pas, je fais surtout des écoles publiques donc qu’est-ce que je peux donner de plus au-delà de son fonctionnement moi je fais rien c’est déjà une école en soit, moi je ne fais pas grand chose, je pense que quelque soit l’architecte et quoi qu’il va mettre en place, elle va être particulièrement j’espère généreuse, magnifique parce que les gens méritent que ce soit magnifique, les gens je ne sais pas où ils vivent mais suivant les catégories sociales, tous le monde doit se retrouver à l’école, c’est encore une école gratuite, une école laïque et pour moi ça c’est important, c’est que là sur le coup on va dans un milieu où tous le monde a cette capacité, c’est comme aller à la bibliothèque, à la médiathèque, c’est-à-dire qu’on y va par plaisir mais là on y va presque un peu par obligation pour tous les enfants, ça soutient les parents à pouvoir travailler, donc c’est un système qui est mis en place. Pour nous l’approche de l’école elle doit être à l’image d’un véritable équipement public, comme un musée en fait, pour moi c’est la même valeur. Ça a exactement la même valeur comme la Philharmonie de Paris doit avoir l’équivalent d’une école, c’est là où on va apprendre, on va visiter un lieu extraordinaire, en plus je vais apprendre, en plus je vais me faire des copains et je vais avoir mes premiers amours, je vais avoir mes premiers émois avec la lecture, la couleur, les mots, l’alphabet, c’est génial ! Mais c’est incroyable ! C’est un lieu extraordinaire et pour beaucoup on le banalise, enfin je vois les constructions des écoles c’est à pleurer, ça fait chier, on dirait des usines à gaz…

39Dominique Seni & Danièle Niccoletti : l’architecture a toujours évolué avec son temps, et l’espace scolaire a évolué au même titre que les autres types de bâtiments. Si les nouvelles valeurs sont par exemple l’ouverture aux autres, la mondialisation des connaissances, l’architecture peut les incarner, ou les suggérer, en s’ouvrant sur la ville, en éclatant son modèle classique « hall / couloir / classes en enfilade » au profit d’espaces communs à différentes échelles (petits groupes, classes entières, forums communs à plusieurs classes…) Un projet d’architecture récent pourrait illustrer ces intentions : le centre universitaire Rolex, à Lausanne, conçu par l’agence japonaise Sanaa. Les façades sont un immense pan de verre continu se déroulant entre deux plaques ondulantes de béton, percées de larges trous ovales. L’espace intérieur est complètement atypique puisque sans aucun couloir, mais avec d’immenses espaces de liaison vallonnés ayant aussi un rôle pédagogique ou fonctionnel (forums, restaurant, déambulation…), alimentant diverses fonctions contenues dans des « bulles » ovoïdes. Par sa transparence assumée, il montre la ville depuis l’intérieur, mais il se montre aussi. Il n’est pas une « forteresse du savoir ».

40Lionel Formentelli : globalement les espaces scolaires sont de nos jours des espaces répondant à un cahier des charges précisant pour chaque pièce : les surfaces, les largeurs ou longueurs minimales, les hauteurs, les portes de liaison vers telle ou telle autre pièce, le nombre de places assises pour les salles de classes.

41Pour les parties communes (couloirs, halls, espaces extérieurs, cour) le procédé est le même avec des indications précises en surfaces des « relations » vers tel ou tel autre espace.

42De plus, une série d’organigrammes précise en « plan » les dispositions local par local ou par familles de locaux au sein de l’établissement et porte sur ce « plan » toutes les liaisons directes ou indirectes avec tel ou tel autre espace.

43Ces éléments sont réalisés en amont des consultations d’architectes et en définitive cet organigramme établi à la manière d’un plan l’emplacement des espaces et leurs voisinage.

44L’inconvénient majeur est que les marges de manœuvres des équipes d’architectes sont limitées et ne consistent en caricaturant qu’à établir de belles enveloppes à ces « plans » déjà très directifs.

45Or déroger à cette notion de programme est la clé pour incarner visuellement de nouvelles valeurs et pas seulement en termes d’esthétique de façade ou de « design » de mobilier ou de « tendance de couleur ».

46Ivry Serres : l’espace doit incarner la rigueur, la fluidité, le partage, la communication et l’ouverture sur soi, sur les autres et sur le monde. Le monde proche par son intégration intelligente au site, au paysage, à la mémoire et une ouverture sur le monde lointain pour échanger notre savoir.

47On pourrait incarner cet espace comme un lieu de passage mêlant l’écoute, le plaisir, l’émerveillement et les sentiments. Et comme pourrait nous rappeler Leonard de Vinci « toute connaissance commence par les sentiments »

48Roland Castro : je voulais sur mon lycée V Hugo faire graver la phrase de Rabelais « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Il faudrait graver la devise républicaine et y ajouter le mot laïcité.

Comment l’espace intérieur de ce nouvel établissement peut-il être aménagé ?

49Vincent Parreira : l’espace de classe c’est un lieu où l’enfant normalement il doit se retrouver, il doit avoir plaisir à apprendre, à échanger. Enfin, le rôle de l’école, c’est vrai aujourd’hui endosse un rôle beaucoup trop important à ce que l’on pouvait imaginer il y a quelques années. Le problème de cet endossement fait qu’on a des enfants de plus en plus analphabètes, qui ne s’intéressent à rien alors évidemment c’est lié fortement aux parents et à ce que nous on se dit que l’école peut tout faire et c’est pour ça que des écoles alternatives existent et que heureusement qu’elles existent parce que sinon quel calvaire quoi. Mais ça c’est la France, en Espagne ou par exemple au Portugal on travaille différemment les écoles, on ne travaille pas avec des grandes cours où tous le monde se retrouvent, on travaillerait avec des petites cours, en Espagne on ne travaille pas avec une grande cour qui fait 2000m2, 600m2, on travaille la cour face à la classe, c’est une autre démarche. Après on retravaille d’autres cours un peu plus grandes, il y a un espace tampon, un espace entre deux.

50(...) Je suis pas enseignant, j’ai pas une charte d’enseignement moi j’ai ma volonté de créer de la spatialité pour apporter un plaisir complémentaire, un lieu où on s’y sent bien alors c’est un peu notre rôle en tant qu’architecte. Créer un lieu où on sent un peu la base mais moi j’aime bien créer des lieux où on se sent bien, on se sent pas oppressé, c’est tout l’ensemble qui m’intéresse ce n’est pas… je ne suis pas dans un monde ouistiti, j’en ai rien à foutre moi ce qui m’intéresse c’est d’avoir des émotions, dures, douces, légères, odorantes, le regard, les sources d’ombres, de lumières, c’est ce qui fait la composition, en tous cas, des bâtiments et dans lesquels il faut explorer des choses pour les enfants parce que il y a des adultes qui comprennent qu’à moitié ces choses là.

51Dominique Seni & Danièle Niccoletti : sans doute que l’exemple de Lausanne cité précédemment est une bonne piste, dans sa manière d’exploser le modèle commun, en dissimulant au maximum la technologie, même si elle est partout présente. Donner l’impression que les choses sont simples et conçues avec facilité demande un effort immense…

52Lionel Formentelli : il faudrait que des marges de manœuvre soient données aux équipes de concepteurs : donner des « objectifs » plutôt que des tableaux de surfaces à respecter au m2 près serait une piste pour ouvrir la direction vers de nouveaux types d’aménagement.

53Concrètement des objectifs sur le type d’enseignent pourraient être dictés dans les « cahiers des charges » et les équipes de concepteurs pourraient proposer des solutions en plan avec des surfaces libres ou encadrées par de larges « fourchettes ».

54Cette liberté permettrait sur au moins les 2 deux tiers des locaux de pouvoir avoir des marges de manœuvres importantes et donc des réponses variées permettant de faire « évoluer » le type d’établissement.

55Ivry Serres : la qualité d’un espace dépend de ses fonctionnalités (usages, parcours, lumières) et de la lente évolution des modèles spatiaux dans l’histoire. L’histoire et la mémoire des espaces est le point de départ de toute réflexion. Confronter les typologies d’espace avec les nouveaux usages permettra de les adapter et de les faire évoluer face aux nouveaux usages, aux nouvelles techniques constructives.

56Le site et le paysage (naturel, historique, sociologique..) amènera une grande qualité à l’intérieur des constructions. On ne peut pas penser un espace fermé sans son rapport et son dialogue avec son environnement proche et lointain. Ce dialogue est riche de qualité et de confort d’usage, il peut être légèrement anticipé en amont sur des bases théorique de lumière et de cadrage. Mais il prendra sa force face à la réalité d’un site, d’une vue et face à son interprétation par rapport au regard et à l’analyse du concepteur dans un projet concret et pensé dans son ensemble.

57Roland Castro : j’ai fait à Sevenans un évènement poétique avec cette université de sciences dans un campus isolé, une création artificielle en mettant l’accent sur la poésie de la science. Les scientifiques sont aussi des poètes. Je ne les réduis pas aux fantasmes de rationalité qu’on se fait des techniciens et des scientifiques. J’ai commencé par une tour penchée, exactement comme la tour de Pise, une sorte de grand pont d’Avignon interrompue sur une rivière et la réhabilitation d’un château. Il y a des pavillons tous différents dont une bibliothèque tour de Babel. J’ai donc fait un projet très romanesque. (...) C’est un endroit qui a une âme. Mon université est interpellante, incitatrice.

Selon vous, le développement numérique en pédagogie va-t-il transformer concrètement l’espace scolaire ?

58Vincent Parreira : ça l’affecte beaucoup parce que en fait on se retrouve nous à travailler sur des projets, où on a plus le tableau à craie ou on l’a moins. Voilà ce qu’on appelle les grands triptyques tableaux numériques, soit c’est avec projection, soit c’est avec tablettes. Alors tablettes on l’a pas encore fait car c’est un véritable investissement et ça dépend encore une fois de la volonté de la ville et puis de se dire à quelle époque j’inscris mes enfants. Spatialement ça ne change pas beaucoup sauf si tous les enfants ont des tablettes numériques à leur place et donc le dispositif d’éclairage de la classe, naturel peut avoir une importance parce que ça veut dire qu’il faut absolument travailler avec des stores, ça veut dire qu’on ne peut pas… on n’oriente pas de la même façon la classe même si aujourd’hui on peut orienter les classes dans toutes…au moins au Sud et à l’Ouest où à un moment donné on a pas forcément le choix parce qu’on doit faire un nombre de places importantes donc on les oriente dans tous les sens et on donne plus ou moins d’ouvertures ou de fermetures ou de protections solaires. Je pense que ça c’est un véritable… il y a un impact en tous cas si l’objectif de passer au numérique n’aura pas eu une incidence directe, on pourra protéger toujours avec un storage les fenêtres mais dans le dispositif facial, je pense que c’est différent. Parce qu’à un moment quand on est comme ça (tête vers un écran vers le bas), on écoute plus en fait, on voit plus la personne, on est dans un autre relationnel donc ça veut dire est-ce que ça… indubitablement est-ce que ça doit induire une spatialité qui n’est plus une salle qui doit faire 60m2 comme le veut la réglementation, c’est 55 – 65m2 pour une salle de classe. C’est plutôt un volume en parallélépipède, plutôt des proportions rectangulaires mais demain s’il y avait ce système-là, est-ce qu’on ne doit pas faire des cacahuètes ? Est-ce qu’on ne doit pas faire deux cocons avec deux groupes de gens ? Un groupe qui est plutôt sans tablettes, un groupe avec tablettes ?

59Dominique Seni & Danièle Niccoletti : le développement du numérique transforme déjà l’espace scolaire. L’organisation des classes, même dans les petites sections, prévoit des espaces dédiés à l’informatique. Certainement, à terme, chaque élève aura son poste. C’est déjà le cas dans certains établissements.

60De ce fait il n’y aura peut-être plus une organisation de la classe sur le modèle classique, mais une individualisation des postes. Peut-être qu’une approche sur le modèle du tertiaire avec une individualisation et une appropriation de son espace de travail, tout en étant dans des espaces ouverts, pourrait servir de base de réflexion.

61Le support des cours en ligne, si cela devenait un outil pour l’enseignant pour organiser ses cours, peut permettre également une modification de la pédagogie (en identifiant plusieurs groupes) et de l’organisation spatiale de la classe.

62Le développement de l’enseignement des langues par exemple, ne pourrait-il pas se faire par une mise en réseau des connaissances à l’échelle mondiale, sous forme collaborative ? Je connais le français et l’espagnol, et j’aide à apprendre le second à partir du premier. On ne dépendrait plus seulement d’un seul enseignant, mais peut-être d’un réseau bien plus large. Et le modèle classique de la salle de classe carrée de 60 m² pourrait devenir obsolète, si chacun dispose d’une tablette, ou si des cours en ligne peuvent être plus largement partagés. Le « e-learning » existe déjà, il préfigure peut-être l’enseignement de demain1.

63Lionel Formentelli : le numérique implique désormais une dématérialisation de l’information, du contenu tant physique que temporel. Appliqué au monde de l’enseignement, on le constate déjà, avec les cours inversés, les moocs, les cours à distance, les cours du soir etc…

64Globalement le temps est l’espace doivent être remis en cause lorsque l’on conçoit des espaces : « l’enseignement » ne se dispense plus de 8h à 18h et dans l’enceinte d’un bâtiment mais il est également réalisé en dehors des espaces habituels et dans un temps dilaté tout au long de la journée.

65En partant de ce principe, les aménagements de lieux d’enseignement sont bouleversés, car d’une part, le timing des cours n’a qu’un sens « contractuel » mais les espaces dédiés à l’enseignement peuvent se faire dans plusieurs espaces : on n’a plus les contraintes de la table pour pouvoir prendre des notes et de la chaise pour s’asseoir devant : avec les tablettes et les connections sans fil, la posture des élèves et des professeurs peut être revue : il est possible dans ces conditions d’enseigner dans un hall, un couloir, dans un atelier, dans un site dédié en ville, dans une institution : la tablette numérique décuplant les fonctions d’un tableau noir en étant à la fois un support multimédia et à la fois interactif s’il est bien utilisé.

66Ivry Serres : l’architecture générique est difficilement applicable. Comment penser à l’avance une forme et un usage pédagogique généré par le développement numérique. Est-ce que le numérique en pédagogie va modifier la conception d’un espace scolaire ? Je ne le crois pas. Le numérique est un média utilisant des supports simples (écran, tablette, projecteur). Dans son support il ressemble à ce qui existe déjà dans les espaces d’enseignement (tableaux, ardoises, feuilles, cahiers, livres, télévisions, projecteurs) en y ajoutant les côtés multifonctions, multi échanges, multi actions. La question que l’on pourrait se poser serait : est-ce que la construction doit intégrer ces interfaces, ces supports numériques ? Mais est-ce qu’un bâtiment qui sera construit dans un lieu, un programme, un client, un instant et une économie donnée pourra t’il anticiper un futur évolutif non encore connu ? Le numérique et l’informatique évoluent trop vite, ils sont liés à une industrie de pointe et à des effets de commercialisation et de modes, qui ne sont pas du tout ceux de la construction et de l’architecture en général. Le numérique répond à une consommation rapide alors d’un bâtiment se réalise avec une réalité figée qui marque son temps. Une construction répond à des contraintes et surtout elle a un fort rapport à l’histoire et à notre histoire.

67L’architecture dans son fondement ne serait-elle pas faite pour durer ?

68Cette continuité est importante et surtout dans l’enseignement pour conserver les valeurs et les fondements de notre apprentissage. La transformation de l’espace scolaire pourra peut-être se faire en passant par la connaissance et l’analyse des anciens modèles architecturaux, en les adoptant et les adaptant aux nouveaux usages.

69Roland Castro : Malraux s’est trompé en disant qu’avec les nouvelles technologies, Hegel entrait dans votre intimité. Je pense que le développement du numérique fonctionne si on a une mémoire, si on est déjà structuré. S’il donne la toute-puissance de « tout » savoir de gamins qui ne savent pas grand-chose, c’est une erreur. Au collège, c’est trop tôt. Je suis heideggérien, angoissé par l’arraisonnement par la technique. Il y a un vrai danger de pseudo-universalisme. Rien ne remplace le rapport à un prof, à celui qui pense en direct.

Top of page

References

Electronic reference

« « L’école, le collège ou le lycée sont des villes en miniature » : entretien avec 6 architectes qui imaginent l’école du futur », Éducation et socialisation [Online], 43 | 2017, Online since 01 February 2017, connection on 23 October 2017. URL : http://edso.revues.org/1993

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org