Navigation – Plan du site
Dossier

Archiscola : un concours international d’idées pour penser l’école de demain

Tom-Edouard Mabilon

Texte intégral

1Le projet Archiscola organisé par le laboratoire EMA (école, mutations, apprentissages), de l’université de Cergy-Pontoise a eu pour projet de faire émerger des innovations articulant architecture, design et sciences sociales, pour promouvoir une nouvelle manière de penser l’architecture scolaire qui tienne compte des acquis des sciences sociales. Il s’agit de rendre visible des projets d’architectes pouvant se déployer en France et à l’étranger.

2En effet, la forme scolaire est aujourd’hui questionnée comme jamais auparavant, par la pluralisation des socialisations juvéniles, par le tournant global et par l’explosion des technologies. Pourtant, les fondamentaux de la culture et de la grammaire scolaires résistent. Dans ce contexte, l’architecture scolaire est partie prenante de ce qui se joue dans le lieu scolaire. De manière générale, l’architecture scolaire est aujourd’hui proche de celle du début du siècle (une magistralité de la transmission véhiculée par une organisation spatiale, une absence de fluidité due à la disposition des tables, une luminosité ou une acoustique sans prise en compte a priori des contraintes des artefacts numériques,…), les cahiers des charges des commandes publiques étant très contraints. Le projet a pris en considération plusieurs types de contraintes que les sociétés modernes traitent de manière éclatée alors qu’elles ont un impact structurant sur les performances et la qualité scolaire. Le premier type de contraintes relève des questions d’architecture scolaire et d’aménagement, la seconde relève des équipements numériques pour les écoles, le troisième des questions de mixité sociale et d’implantation.

3Si l’espace scolaire est une thématique travaillée et en tension sur les questions de gestion basse consommation, d’optimisation énergétique, de design des espaces circulants et lumineux, les aménagements scolaires de la salle de classe restent encore le plus souvent sur un mode classique de l’école mutuelle industrielle du début du XIXe siècle. Ils induisent l’espace scolaire au service d’un enseignant qui élabore une pédagogie de la magistralité. Dans le même temps, les technologies numériques déferlent sur les salles de classes dans une diversité d’usage, support à la magistralité, au travail de groupe, et au travail individuel. Elles doivent se mettre en œuvre dans des espaces qui ne sont pas pensés encore aujourd’hui en fonction des usages potentiels du numérique. Les tentatives de réflexion sur l’architecture scolaire et le numérique, le plus souvent du fait des constructeurs et éditeurs de matériels, pensent l’espace comme un instrument de la gestion des individus avec des traçages de parcours, des accès, etc. Or, le lieu participe de la construction des sujets et des modalités de la relation pédagogique. Les lieux parlent : ils sont performatifs bien au-delà de leurs fonctions matérielles. L’espace scolaire incarne certaines valeurs scolaires mais il est aussi prescripteur : il doit également devenir un véritable lieu à vivre. Certes, l’architecture de l’école n’assure pas en elle-même une fonction pédagogique, mais elle y contribue. À l’instar de la dévolution des Environnements Numériques de Travail qui se sont transformés et sont restés figés à des environnements numériques de gestion de la scolarité, on n’envisage pas l’architecture et les technologies selon leur potentiel de rénovation des pratiques éducatives. L’architecture scolaire est un domaine d’études qui a permis de mettre en évidence, comment dans le temps, celle-ci a reflété à la fois l’histoire des idéologies de l’école et la pédagogie dominante. À la fois lieu de circulation et de surveillance, elle est soumise au regard panoptique tout en étant investie physiquement et affectivement par les élèves. Les pédagogies modernes ont un peu influé sur l’architecture et son génie civil. Il s’est agi de prendre en compte à la fois les contraintes liées aux bâtiments et les contraintes liées à de nouvelles formes d’enseignement, et notamment à l’usage des technologies numériques. Il s’agit aussi de penser l’ouverture de l’école sur l’extérieur : le quartier, les parents …. Il s’agit aussi de penser aux contraintes écologiques : Bâtiment écoresponsable / écoconstruction / développement durable.

4Un appel à idées a été donc lancé en mars 2016. La spécificité de ce concours tenait à

  • Un appel d’offre en architecture tenant compte spécifiquement des questions de pédagogie et des sciences sociales ;

  • Un jury pluridisciplinaire avec de grands architectes mais aussi des professeurs d’université en sciences de l’éducation et d’autres en génie civil ;

  • Un jury où les usagers ont une place (élèves, étudiants, professeurs...).

5Dans le jury de 160 membres, des architectes français et étrangers ( Guillaume Koffi, Amélie Essesse, Lionel Formentelli, Vincent Parreira, Boubacar Seck) , des universitaires (en sciences de l’éducation, anthropologie, génie civil, arts et design, histoire, géographie) des inspecteurs généraux, des étudiants, et notamment les doctorants de la chaire Chaire Unesco « Francophonie et révolutions des savoirs : éducation et connaissances à l’ère du numérique et des réseaux internationaux, les stagiaires et étudiants du master CPE de l’université de Cergy pontoise, des élèves du lycée Saint-Exupéry de Mantes-la-Jolie et du collège Henri Wallon de Garges les Gonesses, des professeurs, des formateurs en espe, des cpe, des aters et ingénieurs d’étude.

6Le concours était ouvert à tous les étudiants en école d’architecture et aux architectes. Les inscriptions pouvaient être individuelles, ou collectives (cabinet, école, etc.) Il s’agissait d’inventer une école pour demain dont le principe, la structure et l’agencement interne tiennent compte à la fois du développement des technologies numériques, de la pluralisation des socialisations juvéniles, de la nécessaire ouverture des établissements sur l’extérieur et des acquis des pédagogies « nouvelles ». Il s’agissait de proposer tout ou partie d’un bâtiment innovant, d’une surface totale de plancher de l’ordre de 500 m², dans sa conception d’ensemble autant que dans les lieux d’enseignement et de vie proposés.

7Le 23 novembre 2016 vingt lauréats sélectionnés venaient proposer leurs projets : exposer leurs maquettes réelles et/ou virtuelles et discuter avec les membres du jury pour défendre leurs points de vue architecturaux, proposer des justifications pédagogiques/sociales à leurs choix architecturaux ; expliciter leur réflexion sur l’environnement physique (ambiances sonore, visuelle, lumineuse) et sur la place et traitement du numérique dans les projets.

8Les membres du jury disposaient de grilles de critères à observer (adaptés pour les élèves et travaillées avec leurs enseignants)

9Puis les lauréats venaient présenter leur projet l’après-midi au jury et de invités dans un amphi sous forme de stand up, avant une discussion collective.

10Le film de la journée est en libre accès https://videotheque.u-cergy.fr/​video.php ?id =1589&key =1735030935&largeur =640&hauteur =360

11Trois lauréats furent récompense et trois coups de cœur du jury ont été définis.

12Le premier prix a été attribué au projet Boîte à merveilles d’Ali Doublali, Saimane Bouchra et Yassine Norddine. Ils résument ainsi leur projet :

Face à l’école institutionnalisée, cloisonnée et inaccessible à un grand nombre d’enfants et de jeunes dans les bidonvilles au Maroc, le projet « Boîte à merveilles » intervient et réagit afin de rendre le milieu d’apprentissage scolaire facilement accessible aux habitants.

L’idée est de créer une boîte d’apprentissage faite par et pour les habitants du bidonville « Douar Gueraa » à Rabat. Le projet s’installera comme un repère au centre du quartier-là où les habitants se rassemblent quotidiennement pour collecter de l’eau. Il attirera les citoyens des zones environnantes et tentera de désenclaver l’entité et de la réintégrer dans son environnement.

Le projet reprend l’esprit constructif de recyclage dans les bidonvilles et exprime une matérialité plastique propre à son lieu d’intégration. Sa construction intégrera le savoir-faire des habitants lors de la collecte des matériaux et de leur montage, chose qui rend le projet facilement appropriable par ses futurs usagers.

Contrairement à la matérialité exprimée à l’extérieur de la boîte, l’intérieur présente un espace technologique animé et envahi par les écrans réactifs. L’usager est choqué, il retrouve la technologie là où il n’y s’attend pas. Le mur aveugle et sourd de l’école traditionnelle est devenu un mur qui lui parle, qui interagit avec le toucher de l’élève. Le sol rigide et froid est transformé en une scène où se projette des images en mouvement, un sol qui oblige l’élève à le toucher par ses mains, et non pas que par ses pieds. Les élèves sont enveloppés par la technologie qui crée de nouvelles postures. Les rangs bien ordonnés en face du tableau se transforment en des petits groupements spontanément transformables par les élèves. Ils ne s’assoient pas nécessairement sur la table, ils bougent, ils s’assoient des fois par terre pour apprendre, ils s’allongent, se rassemblent en groupes autour de l’écran ou s’isolent dans les niches ceux dans les containers. L’ennui de l’école traditionnel ne trouve pas place dans cette boîte ludique. Enfin, les habitants de Douar Gueraane sont plus marginalisés et exclus, ils communiquent avec le monde, ils apprennent des cours de la part d’un professeur en Espagne, en Égypte, en France. « Boîte à merveilles » est un monde surréel, un espace qui bouge, un espace en mouvement.

Au lieu d’investir dans des murs figés et sourds, le projet préfère investir dans des meubles modulables et des écrans technologiques rythmant l’utilisation et l’aménagement adaptable de l’espace. La boîte présente donc un continuum non cloisonné. Plusieurs évènements peuvent s’y dérouler, et c’est à l’usager de faire sa propre architecture de l’espace selon ses besoins.

« Caissons de rêves » est aussi un espace de jeux et de détente urbaine, sur les façades extérieurs de celles-ci, plusieurs postures sont possibles, ces façades ne servent pas de séparation, d’interdiction, mais ce sont des façades que l’on peut traverser, utiliser pour s’assoir, s’allonger et jouer.

13Ali Doublali, Saimane Bouchra et Yassine Norddine mettent en place ici une école innovante tenant compte des contraintes économiques avec des matériaux recyclables, des enjeux du développement durable tout en intégrant le numérique. Le projet est généreux. Une école sociale dans un lieu de pénuries scolaires, une architecture participative où les parents sont parties prenantes. Ce retour au « fait par et pour nous » apporterait une appropriation du lieu encore plus fort.

14Le second prix a été attribué à « Un village, une ville dans la ville :bienvenue dans la maison des enfants » d’Audrey Beccaria Marie Brinon Alexandra Charpentier Marie Miquel et Olivier Sam « Un espace public devant l’école est aménagé de sorte que les parents puissent attendre confortablement leurs enfants …un espace tampon, pause-café, permettra d’observer les suppositions temporaires Un temps hebdomadaire sera dédiée aux échanges parents /enseignants dans ce l’espace. L’école est pensée en termes d’accessibilité pour tous. Des signaux lumineux, sonores et olfactifs sont combinés afin de pouvoir accompagner tous les élèves. (…) Le projet est modulaire de A à Z de la structurée ‘l’ensemble peut par différentes combinaisons et associations de trames s’adapter au contexte.

15L’intérieur est modulable par des modules préfabriqués et tramés permettant de s’insérer dans la trame structurelle. Le plancher se décompose également à souhait et on out obtenu des espèces et distributifs différentes. Enfin la modularité se retrouve au niveau du mobilier qui pour de rasions pédagogiques se règle en hauteur (…) »

16Ce sont les principes de modularité et de ville dans la ville qui sont intéressants dans ce projet. Ils utilisent le principe de boite dans la boite en créant une mini-ville et en faisant également rentrer la ville dans celle-ci (accueil des parents). Une première grande boite accueille d’autres plus petites créant des espaces modulaires du plus commun au plus intime. Le mobilier a également été pensé pour être modulaire et recevoir les nouvelles technologies.

17Le troisième prix est attribué à « Scola-Halle. Autonomie, liberté et respect » d’Elodie Bielhmann, Marlène Boisson, Elie Bouche et Julie Vuillermet. « L’école est le lieu où l’enfant vient prendre de l’information (…) et chercher ce dont il a besoin. C’est pourquoi l’idée de la halle s’est imposée (…). Elle garderait les fondamentaux comme la cour et le préau mais il n’y aurait plus ni classe, ni classement, mais un enseignement structuré en ateliers à thèmes permettant de travailler en autonomie n de conserver l’apprentissage par l’échange et de favoriser l’entraide et la transmissions entre élèves tout en gardant la présence du professeur. »

18Cette réappropriation de la halle est aussi une réappropriation de principes pédagogiques. Le lieu est un espace d’accueil regroupant de nombreux espaces différents permettant à l’enfant de se développer en autonomie ou sous le contrôle d’un professeur, le suivi se faisant par outils numériques. Cette somme de pièces reliées par un point central donne l’envie d’explorer et de découvrir. Les architectes ont bien saisi la notion de concours d’idées comme vecteur de principe et non pas comme réalisation finale. Ils rendent ici une nouvelle manière de penser l’école.

19Archiscola, ce sont trois projets récompensés, mais vingt projets différents présentés, une chaire « architecture scolaire » créée à l’université de Cergy-pontoise dont la vocation est de devenir un lieu-ressource pour mettre en lien architectes, donneurs d’ordre, maitre d’œuvres, usagers et universitaires de discipline différentes er un projet d’organisation du concours en Côte d’Ivoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tom-Edouard Mabilon, « Archiscola : un concours international d’idées pour penser l’école de demain  », Éducation et socialisation [En ligne], 43 | 2017, mis en ligne le 01 février 2017, consulté le 24 juin 2017. URL : http://edso.revues.org/1994

Haut de page

Auteur

Tom-Edouard Mabilon

Étudiant ENSA Marseille

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org