Skip to navigation – Site map
Varia

Les espaces de discussion sur Internet comme dépassement des communautarismes ? Le cas de l’agora virtuelle libanaise.

Rawad Chaker

Abstracts

In our contemporary history, the debate about identities and communities has never been more important than it is today. This article looks at the issue of Internet discussion spaces and its effects on the nature of online interactions in a context marked by communitarianism. Could school teach citizenship through digital communication and information tools? In this paper, the light is shed on the effects of estrangement or community rapprochement that this kind of exchange allows us to observe. We wonder whether the virtual agora fits into a democratic public space’s paradigm, which would then position it in the wider public debate about the Internet, education and citizenship issues. We use the regime of the Civic City, taken from the Economies of Worth theory, as a methodological matrix in order to analyze online discussion material, taken from 6 Lebanese information websites, which typically belong to a context marked by political and community-based fragmentation.

Top of page

Full text

Je voudrais remercier Alain Jaillet, professeur à l’Université de Cergy-Pontoise, pour ses conseils à la rédaction de cet article.

Introduction

1L’idéologie du creuset républicain français, basé sur une école de la République qui intègre tous les élèves, donne l’apparence d’une situation universelle. Le rapport entre cet universalisme, la laïcité, l’Ecole, s’ancre progressivement mais profondément dans les valeurs des Lumières (Costa-Lascoux, 2006). Si, comme le souligne cette auteure, le débat des années 1990 entre « modèle communautariste » et « modèle républicain » n’a pas réellement permis l’éclairage de la complexité, l’éventuelle question communautaire est pensée comme une déviance par rapport aux principes républicains. Mais lorsqu’un pays est communautaire, c’est-à-dire que son histoire est étroitement liée au communautarisme, la question de l’identité commune ne peut plus se poser dans la même historicité et légitimité que les idéaux républicains français. Pourtant, quel que soit le modèle, il faut concevoir un « vivre ensemble ». Que le contexte soit communautaire ou intégratif, l’Ecole a-t-elle encore complètement ce rôle universel ? A contrario, le contexte de communication globalisée, généralisée et cosmopolite, est-il un liant identitaire ? Dans cette perspective, comment l’outil particulier qu’est Internet peut-il devenir un moteur de rapprochement des communautés et apporter des nouvelles modalités d’être-ensemble ? Cet article se propose de mettre en lumière les possibles liants numériques en prenant pour terrain un pays très fortement marqué par les différences, le Liban. Sa population est morcelée par sa mosaïque confessionnelle et politique. L’agora virtuelle permise par la connectivité croissante des individus permet-elle de repérer des prémisses de dépassement des communautarismes classiques ? Concrètement, dans quelle mesure un espace de discussion virtuel peut-il devenir délibératif et permettre un débat productif, lorsque les individus en présence forment une population fortement hétérogène politiquement ? Pour le dire autrement, à l’instar du rôle supposé de l’école, la pratique des réseaux pourrait-elle exercer un rôle éducatif du vivre-ensemble ? Plus précisément encore, la discussion critique en ligne pourrait-elle être utilisée dans un mode scolaire, par exemple comme complément de leçon ou dans un dispositif d’enseignement à distance ?

2Alors que les instances politiques reviennent sur la question d’un enseignement de la morale à l’école, il serait pertinent de chercher si les modalités du débat numérique pourraient être une perspective de la citoyenneté. Mais pour tenter de répondre à ces interrogations, il est nécessaire de pouvoir mettre en évidence ce que les échanges numériques révèlent. Dans cet article, nous proposons une méthodologie pour contribuer à explorer la dimension de recherche de l’identité numérique commune. L’ensemble de la proposition se base sur une méthode d’investigation à partir de la théorie des économies de la grandeur (Boltanski, Thévenot, 1991). Il s’agit dans cet article d’exposer comment les principes qu’ils ont développés permettent d’élaborer une grille d’analyse basée sur cette lecture de l’espace d’échange virtuel.

Approche de l’agora virtuelle à travers les économies de la grandeur

Virtuel et communautés

3Participer d’une culture commune, c’est se socialiser. Dubar (1991) montre que le processus est multidimensionnel et ne dépend pas uniquement d’apprentissages formels, au contraire. La communauté virtuelle peut être considérée comme un fait social, dans la mesure où il s’agit d’un groupe formé grâce aux interactions en réseaux, et où la participation à des groupes de discussion génère un espace social virtuel dans lequel se développent des manières d’agir, de penser par : « (...) l’intériorisation de valeurs, de règles, (...) par la présence d’une contrainte provenant de l’extériorité des règles à respecter. » (Fourati, 2003, p. 10). Internet, de par son mode de fonctionnement, met en situation d’égalité l’émetteur et le récepteur (Flichy, 2008), contrairement à la radio, ou à la télévision (Bourdieu, 1996). Pourtant, des études sur les interactions en ligne, comme celle conduite par Anderson et al. (2013), tendent à contrarier ce présupposé. En se basant sur un échantillon représentatif de la population américaine, le groupe de chercheur affirme que les incivilités en ligne exercent bel et bien un effet polarisant sur les attitudes lorsque l’on considère certaines prédispositions de religiosité. Invoquant la logique civique (en ce qui concerne la manière de s’exprimer publiquement en ligne), a été déduit que l’effet « troll » conduit à une radicalisation des échanges et des opinions sur Internet.

4Flichy (2008) s’est également interrogé sur le rôle d’Internet dans le débat public : conduit-il à la création d’un espace de débat démocratique ou d’une balkanisation des opinions ? L’échec des participants sur les forums en ligne à incarner une situation idéale de parole, se traduit en une « confrontation agonistique » (Chaput, 2008) ; autrement dit, elle se réifie dans l’espace publique comme un combat rhétorique et théâtral aux dépens d’un débat rationnel. Les échanges cristallisent l’identité culturelle des participants (Ciussi, 2009) : le processus de socialisation en ligne, s’il a lieu, doit donc être du même ordre culturel et social. Les espaces en lignes procèdent-ils alors de ce qui caractérise l’espace public ?

L’expression dans un espace public virtuel et les conventions théorisées

5Habermas (1997, p. 61) a défini l’espace public comme étant le « processus au cours duquel le public constitué d’individus faisant usage de leur raison s’approprie la sphère publique contrôlée par l’autorité et la transforme en une sphère où la critique s’exerce contre le pouvoir de l’État ». Cette notion fait référence à l’idée d’un idéal de discussion où les citoyens égaux peuvent s’exprimer sans contrainte religieuse ou politique. Pour se faire entendre et s’inscrire dans une dynamique communicationnelle et informationnelle efficace, les protagonistes doivent être dans la possibilité de suivre certaines règles pour l’expression et la « publicité ». La question est alors de comprendre dans quelle mesure une agora virtuelle correspond à l’espace public défini par Habermas, et s’il représente un moyen de communication capable de dynamiser le débat démocratique dans un pays multicommunautaire comme le Liban ? Wolton (2008, p. 168) insiste sur le fait qu’il y a confusion entre l’espace public comme lieu d’expression et de médiation, et comme lieu de « hiérarchisation normative ». La question que l’on peut se poser alors est de savoir si cet espace doit rester celui d’expression, et donc de conflits entre des « représentations et des symboles contradictoires » (idem), ou si la légitimité croissante du paradigme démocratique « renforce le thème de l’espace public comme lieu de normativité » (idem).

6Ce thème de l’expression dans l’espace public est repris dans les travaux de Boltanski et Thévenot (1991) qui analysent les organisations de l’homme en société en termes de conventions et d’accords : ils considèrent que la critique et la justification des personnes dans l’espace public trouvent leur légitimité et leur argumentation dans des processus conventionnés transcendant les situations particulières. Cette sociologie de la justification publique, autrement appelée « économies de la grandeur », s’est ensuite élargie à une approche plus générale des régimes d’action des individus dans une société comme la nôtre (Corcuff, 1995). Les auteurs modélisent dans cette perspective différents registres généraux de justifications que l’on retrouve dans la vie quotidienne. Ils réfèrent à des cités correspondant à une manière spécifique de mesurer les grandeurs, autrement dit, de hiérarchiser les valeurs relatives au mode discursif dans lequel les protagonistes se situent.

Des nouvelles conventions pour l’expression en ligne ?

7L’expression écrite en ligne, en tant que discours dans la sphère publique, s’inscrirait alors dans un régime d’action et de justification basé sur une conception relative du bien commun. Le principe supérieur de la cité civique est le bien-être collectif, de la conscience collective et de la volonté générale (Boltanski et Thévenot, 1991). Existe-il donc une volonté de vivre-ensemble qui peut être mesurée dans la publicité de ce dessein ? Nous pourrions considérer l’expression en ligne comme relevant partiellement de la « cité civique » « bolanskienne », où chacun s’efforce d’apposer à ses arguments un but universel, celui du bien commun, quitte à limiter les libertés individuelles pour permettre l’organisation du politique.

8L’expression en ligne a été l’objet de nombreuses recherches. Comme le rappellent Greffet et Wojcik (2008), les travaux académiques sur le sujet apparaissent fortement influencés par la notion de délibération et les controverses qui lui sont attachées. Cependant, à l’inverse, on constate notamment, à cause de la création de communautés virtuelles d’intérêts diversifiés, des tensions – discursives – contradictoires structurant les échanges en ligne, loin du modèle de délibération d’inspiration « habermassienne ». L’expression en ligne serait alors également le miroir des communautés d’intérêts existant déjà dans la sphère publique. Les échanges virtuels seraient là pour conforter des prises de position intellectuelles individuelles (au sein de sites, blogs et forums). Les recherches menées par Lazarsfeld (1944, 1955) – la plupart des gens s’exposent en priorité aux communications qui s’accordent avec leurs opinions préalables, l’effet direct de l’information consiste surtout à renforcer les opinions préexistantes – ont démontré le phénomène d’agrégation des opinions dans la sphère informationnelle. L’échec de la délibération et les conflits relèveraient alors d’un « effet pervers » (Boudon, 1977). De même, comme l’affirme Pledel (2007), « les internautes se dirigent davantage vers les groupes qui leur sont voisins intellectuellement donc (ou parce que) plus crédibles à leurs yeux ». En articulant ces postulats avec la théorie des économies des conventions, la question suivante se pose : peut-on mobiliser le registre justificatif de la cité civique pour l’expression en ligne ?

La discussion critique en ligne

9Le modèle décrit par Habermas peut être considéré en la matière comme un nouveau paradigme en ce qui concerne Internet et le débat public (Dahlgren 2005), ayant trait à des problématiques d’analyse structurelle des réseaux et de représentations dans les contenus informatifs et d’interactions médiatisées entre citoyens. Pourtant, « on déplore un écart considérable entre l’idéal normatif et sa traduction empirique » (ibid.). Les différentes recherches entreprises dans ce domaine ont observé différentes lacunes dans la discussion politique en ligne (Chaput, 2008) : l’absence fréquente de justifications à l’appui des opinions exprimées, le taux élevé de contenus susceptibles d’enflammer les débats, l’intolérance ou l’indifférence vis-à-vis des points de vue divergents se traduit par une forte homogénéité des contenus et un renforcement des positions. Il existerait alors des normes d’interaction, de critique, de justification, propres aux discussions en ligne. Comme en situation de classe réelle, comment alors ne pas craindre des incivilités et l’échec d’échanges constructifs dans le cadre d’un dispositif éducatif en ligne ? Cette problématique prend toute son importance avec la croissance rapide de la formation et de l’enseignement à distance (Galbraith et Jones, 2010), et le développement des communautés d’apprenants en ligne : question qui demeure encore sans réponse (Galbraith et Jones, 2009).

10Pourtant, l’absence de consensus ne traduit pas nécessairement l’échec de la discussion en termes de contributions démocratiques. Au contraire, l’instabilité et la forte divergence des opinions valorisent le débat public, et « le maintien des désaccords peut traduire une certaine ouverture à d’autres visions ou idéologies, le renoncement à certains préjugés, de même qu’un perfectionnement de ses propres argumentations » (Dahlberg 2001, cité dans Chaput, 2008). La confrontation des opinions forme l’un des principaux traits de la discussion, la politique s’exerçant davantage sur un mode rhétorique et théâtral que dialectique et ou dialogique (Charland, 2005).

Les participants à une discussion en ligne se réfèrent-il à des principes communs ?

11À la lumière de cette synthèse théorique, nous adaptons du paradigme des économies de la grandeur les mondes communs de la cité civique (inspiré du contrat social de Rousseau) par rapport à la discussion critique en ligne (où la dispute, la critique, la justification sont enclenchés), en empruntant à Habermas les principes qui définissent l’expression dans la sphère publique. En effet, nous faisons le choix de cette cité pour notre analyse, parmi celles exposées par Boltanski, Thévenot et Chiapello (Boltanski et Thévenot 1991, Boltanski et Chiapello 1999), car elle correspond à l’expression « civique » des idées et opinions. Elle tend vers l’idéal commun dont le principe supérieur est « constitué par la prééminence du collectif, de la conscience collective ou la volonté générale ». Elle correspond à la réification matérielle de la pensée, voire d’éléments conatifs, des participants à un forum virtuel, comme dispositif sociotechnique. Chaque cité comporte 13 mondes communs « où l’ordre naturel peut être décrit à l’aide de catégories définissant des sujets, des objets, des qualifications et des relations désignées par des verbes » (Boltanski et Thévenot 1991, p. 129). Nous étudions dans la partie suivante dans quelle mesure le communautarisme classique se reproduit dans une discussion virtuelle, à travers un exemple d’agora observée sur un site libanais, le Liban présentant un cas représentatif de morcellement communautaire.

Situation du champ d’étude sur un site libanais

Rapprochement ou éloignement communautaire : présentation du corpus

12Le paysage politique libanais est clanique et fonctionne sur le modèle tribal. Cette division communautaire est scellée par le communautarisme politique et institutionnel. Nous considérons pour notre étude 6 articles provenant de différents sites d’information présentant des sujets de politique intérieure libanaise fortement clivants. Les commentaires à chacun de ces articles en tant qu’agora virtuelle composent notre corpus d’étude : une conversation via des commentaires (Pledel, 2007). Nous retrouvons des réactions et des commentaires argumentés, sans agressivité mais employant un ton ferme et résolu. A l’inverse, nous observons d’inévitables discours violents, remplis de sophismes et d’insultes, et pourrait-on dire de haine. Cet e-lieu représente un terrain de choix pour tenter d’observer dans quelle mesure il peut favoriser la communication au-delà du sectarisme politique, autrement dit : favorise-t-il l’instauration d’un dialogue intra-communautaire allant au-devant du communautarisme politique ?

Tableau 1 — Présentation du corpus : les 6 articles.

Nom du site

Titre de l’article

Date

URL

Nombre de commentaires

1

naharnet.com

“Soldier Killed, 3 Wounded in Arsal Roadside Bombing”

25/03/16

http://www.naharnet.com/​stories/​en/​205422-soldier-killed-3-wounded-in-arsal-roadside-bombing

41

2

naharnet.com

"Geagea Slams Suleiman’s Critics: We Won’t Accept Any Cabinet Not Endorsing Baabda Declaration as Policy Statement"

01/09/13

http://www.naharnet.com/​stories/​en/​96441-geagea-slams-suleiman-s-critics-we-won-t-accept-any-cabinet-not-endorsing-baabda-declaration-as-policy-statement

56

3

naharnet.com

"Aoun: Only Corruptors Will Be Held Accountable"

21/06/11

http://www.naharnet.com/​stories/​en/​8805

52

4

naharnet.com

« Aoun Says Self-Made Men Are State-Builders, Slams Tuenis »

30/03/09

(plus disponible en ligne)

29

5

english.el-akhbar.com

"ISIS declares war on Lebanon"

27/06/14

http://english.al-akhbar.com/​node/​20346

35

6

dailystar.com.lb

« Syrian Army, Hezbollah seize two hilltops near border”

25/03/15

http://www.dailystar.com.lb/​News/​Lebanon-News/​2015/​Mar-25/​292133-syrian-army-hezbollah-seize-two-hilltops-near-border.ashx

271

Somme des commentaires

484

Nombre moyen de commentaires

81

13Pour répondre à la question précédemment posée, nous divisons notre corpus en deux catégories-cibles : la cité civique réalisée (R) – puisqu’il s’agit des principes supérieurs communs – et la déchéance de la cité civique (D). Puisque cette dernière apparaît à travers des mondes communs repérables positivement ou négativement, nous avons construit notre méthodologie à partir de l’analyse de la présence de ces mondes selon qu’ils participent, à travers des unités de langage, à la catégorie R ou D.

Méthodologie d’analyse du corpus

14Notre démarche correspond à celle de l’analyse textuelle : l’analyse de la fréquence des éléments (mots ou formes graphiques) présents dans le texte et considérés comme indicateurs des actes de langage (Austin, 1970 ; Searle, 1972). La catégorie de la déchéance de la cité civique correspond à l’expression d’une dissension non dissimulée, qui ne peut mener qu’à l’affrontement puisque des propos haineux ou fallacieux ne peuvent entraîner la paix ni permettre un débat rationnel et démocratique. Selon les conditions de positionnement idéologique, l’ancrage politique, les intentions et objectifs des protagonistes, le contenu des messages peut mener à la confrontation. La catégorie de la cité civique réalisée regroupe les unités de langage dont la présence est la manifestation d’un phénomène de sociabilité civique entre les intervenants.

15Nous partons d’une hypothèse non déterministe des technologies : un terrain d’échange en ligne offre une possibilité de promiscuité, de rencontre de l’autre. Un média rend possible quelque chose (Peeters et Charlier, 1999), il offre l’occasion de possibles. Cette étude de terrain pourrait révéler la flexibilité permise par les TIC, elle rend compte de leur souplesse : selon les prédispositions des protagonistes dans les conditions du débat démocratique, et grâce à la lecture asynchrone, l’écrit permettant un libre examen (Goody, 1979) au contraire des joutes orales, une agora virtuelle pourrait alors constituer en théorie un support idoine pour la discussion critique mais constructive.

16Nous nous servons des mondes communs de la cité civique pour définir une typologie d’identification des unités de langage mobilisés et opérer à une analyse structurale et sémantique de notre corpus. Afin que le corps de cet article gagne en clarté, nous avons rejeté en annexe notre méthodologie de critérisation et de classification de ces unités à partir des mondes communs « boltanskiens ». Le tableau 2 détaille les critères de repérage des unités de langage classés par catégorie. Les notes de 1 à 10 sont les niveaux de présence de chaque unité, repérables selon le critère qui correspond à son mode d’apparition.

17Les auteurs (Boltanski et Thévenot, 1991) ont défini les mondes de la cité civique comme suit :

  • Le principe supérieur commun est constitué par la prééminence du collectif, de la conscience collective ou la volonté générale.

  • L’état de grand qualifie ce qui est réglementaire et représentatif.

  • La dignité des personnes est liée à leur aspiration aux droits civiques, à la participation.

  • Le répertoire des sujets. Les sujets sont les personnes collectives et leurs représentants (partis, bureaux).

  • Le répertoire des objets et des dispositifs sont les formes légales ; lois, décrets, tribunaux.

  • La formule d’investissement est le renoncement au particulier.

  • Le rapport de grandeur est lié aux rapports de délégation (l’adhésion, la représentation).

  • Les relations naturelles entre les êtres peuvent être le rassemblement pour une action collective (mobiliser, prendre la parole).

  • La figure harmonieuse de l’ordre naturel est représentée par la république démocratique (l’Etat, les institutions représentatives).

  • L’épreuve modèle passe par des manifestations défendant une juste cause.

  • Le mode d’expression du jugement est lié au verdict du scrutin, le vote. L’expression de la sanction, ce mode d’expression caractérise la forme de manifestation du supérieur commun.

  • La forme de l’évidence est représentée par les textes de lois, des statuts, des règles juridiques.

  • La déchéance et l’état de petit seraient la division, l’isolement et l’individualisme.

18Nous avons adapté ces mondes communs à la discussion en ligne dans le tableau 2. Les 12 premiers sont constituent les modalités de réalisation (ou de réification) de la cité civique, autrement dit, de son apparition positive (au sens positiviste). La dernière, la déchéance, serait alors l’inverse : elle correspond aux modalités d’apparition de critères participant à la chute de la cité, les 12 mondes apparaissant de manière non réalisée ou en échec. Dans notre méthodologie, la déchéance de la cité civique est le miroir inversé des 12 mondes communs qui composent cette dernière.

Méthodologie de distribution et de critérisation des unités de langage

19Le tableau 2 détaille donc la cité civique, selon qu’elle est réalisée ou déchue, et les critères d’identification de chaque monde commun via des indicateurs sémiologiques. Nous précisons les échelles de notation des unités que l’on mesure selon la caractéristique propre de chacune d’entre elles, en référence à la définition donnée par les auteurs des économies de la grandeur.

Tableau 2 — Critères de repérage des unités de langage relevant de la cité civique, sa réalisation et sa déchéance.

Tableau 2 — Critères de repérage des unités de langage relevant de la cité civique, sa réalisation et sa déchéance.

Tableau 3 — Echelle de repérage des indicateurs (unités de langage) pour chaque monde de la cité civique.

Tableau 3 — Echelle de repérage des indicateurs (unités de langage) pour chaque monde de la cité civique.

20Il existe deux modalités de repérage des unités : le pourcentage de mots par message et le pourcentage de messages sur le corpus (l’article). Dans les deux cas, nous avons établi une échelle commune à 10 niveaux, afin de pouvoir comparer les indicateurs de différentes unités sémiologiques entre eux. Nous avons organisé ces derniers sous forme d’indicateurs précis et fiables (Bardin, 1977) à partir des économies de la grandeur et contextualisés dans la discussion critique en ligne : nous avons quantifié chacun de ces mondes selon des critères propres à leurs réifications. Nous avons utilisé ce tableau pour l’analyse des 6 articles. Le résultat final (tableau 4) donne la moyenne globale des indicateurs de chaque catégorie (R et D).

Exemple d’analyse

21Le message numéro 21, dans l’article n° 5, est réparti sur les 2 catégories R et D, car les unités de langage (mots, phrases, tonalité) qui le composent renvoient à ces deux modalités.

Figure 1 — Message n° 21, Article 5.

Figure 1 — Message n° 21, Article 5.

22Ici, l’auteur répond à l’auteur du message n° 19. Il défend une politicienne en usant de termes fortement marqués idéologiquement comme « it’s a disgrace to attack Martyrs. A real disgrace » : « c’est une honte de s’attaquer aux Martyrs. Vraiment une honte ». Il donne un jugement sur le propos d’un autre homme politique, ainsi que sur ceux de l’auteur du message 19. Cependant, le message n’est pas violent en lui-même, au contraire, l’auteur l’introduit par une formule de politesse (ironique, sans doute) : « Excuse me but... » (« excusez-moi mais... »). Il continue sa diatribe en l’incitant à s’éduquer (civiquement, cela sous-entend) : il réclame davantage de civisme. Il conclue son message par l’expression d’un réel engouement pour la personne citée.

23Le message n° 21 est une réponse à un autre message : cette propriété correspond au {jugement} et à la {relation naturelle entre les êtres}, qui correspondent justement au dialogue et à la citation d’un autre commentaire. Pourtant, l’auteur définit son identité selon des marqueurs idéologiques, en faisant référence à l’importance des personnages politiques. Il s’agit en fait du {répertoire du sujet} déchu, qui participe de la catégorie D, puisqu’il n’argumente pas politiquement ou rationnellement en faveur de la personne mais se contente d’exprimer son admiration pour son physique.

24En suivant la méthodologie d’analyse proportionnelle comme modalité de découpage systématique du discours, sur base d’unités sémantiques (Albarello, 2003), l’indicateur de repérage est constitué du nombre de mots liés au champ lexical et sémantique idéologique compris à l’intérieur du message. Celui-ci en contient 18 %, ce qui correspond donc à la note 2 (sur 10) pour le {répertoire du sujet} négatif, selon notre échelle d’analyse. Ainsi, un seul message n’est presque jamais exclusif à une seule catégorie, mais alimente souvent les 2. La note finale pour ce monde sera sa moyenne générale sur l’ensemble du corpus.

Résultats et interprétation

Tableau 4 — Présence des mondes communs, par catégorie.

Tableau 4 — Présence des mondes communs, par catégorie.

25Selon notre système de codification et notre analyse, notre corpus composé de 6 lieux d’échanges constitue un espace de discussion propice à la déchéance de la cité civique (6), plutôt qu’à la réalisation de celle-ci (2). Nous pouvons observer des signes forts du clivage politico-communautaire existant dans la société libanaise.

26Nous remarquons dans ce tableau une prééminence des mondes communs suivants dans la catégorie de la déchéance de la cité civique : le {répertoire des sujets} (8), puisque composé de personnalités politiques et de chefs de clans politiques, la {formule d’investissement} (6), qui met en lumière les insultes, les attaques ad hominem, attaques racistes et sophismes, le {rapport de grandeur} (8), indentification aux partis, structures et camps politiques, la {figure harmonieuse de l’ordre naturel} (8), vocabulaire lié à des doctrines et idéologies religieuses et politiques. L’appartenance idéologique et communautaire est donc prépondérante dans ce corpus, composé de propos haineux ou extrémistes, fallacieux ou déplacés, d’expression d’avis politiques divergents, d’antagonismes idéologiques ou confessionnels, et de différentes hiérarchies de valeurs et de principes communs, qui contribuent à l’affrontement public des individus. Cette agora virtuelle se voudrait alors être : le reflet d’une réalité complexe ; ainsi qu’une modalité d’expression dans la sphère publique.

27Pourtant, les résultats de cette étude montrent bien l’existence de facteurs permettant la sociabilité entre individus vivant dans une société multicommunautaire et qui interagissent sur une plateforme virtuelle, même minoritaire (2). Cette plateforme virtuelle peut incarner l’espace délibératif démocratique « habermassien » lorsque les principes démocratiques d’expression sont respectés : les individus favorisent l’emploi d’une forme rhétorique argumentée et rationnelle pour le débat politique, même pour exposer un avis contraire aux autres. Ceux-là, nécessitant une lecture patiente du message, favorisent des messages du même ordre.

28Comme nous l’avons postulé, l’absence d’entente ne traduit pas forcément l’échec de la discussion en ligne en termes de pratique démocratique. Cette divergence puissante des idéologies et des points de vue valorise le débat public, voire l’alimente, et ce malgré l’absence d’argumentation rationnelle dans l’espace public idéalisé par Habermas. Ce que l’on peut dire alors, c’est que cette agora virtuelle ne permet pas de mettre les différences à plat, mais l’importance de la catégorie « déchéance de la cité civique » démontre que des individus, en dépassant les barrières communautaires physiques, dépassent également de fait les barrières morales qui pourraient préexister en tant que clivage idéologique. L’espace public virtuel n’est donc pas seulement une reproduction de la réalité, mais fait se converger les opinions, les polarise, et en grossit la manifestation : un effet « loupe ».

Conclusion

29Les médias numériques sont le contenant qui permettent la création de possibles, comme le soulignent Peeters et Charlier (1999) : « un dispositif organise et rend possible quelque chose, il n’en garantit pas l’actualisation. (…) Il fait simplement exister un espace particulier préalable dans lequel « quelque chose » peut se produire. » Surtout si ces agoras virtuelles procèdent typologiquement de l’espace public, à potentiel démocratique. L’espace public politique constitue pour Habermas « le concept fondamental d’une théorie de la Démocratie » (Habermas, 1997). Les TIC pourraient alors s’inscrire dans ce potentiel. La teneur d’un message dépend en partie de la manière dont on le fait parvenir. Nous prenons le parti de considérer le paradigme « boltanskien » comme matrice explicative des rapports sociaux : les forces et les faiblesses des Economies de la Grandeur résident au sein des rapports de force sociaux structurant les choix individuels qui sont relativement réduits, en faveur d’une conduite rationnelle de l’acteur. Ce dernier baserait ses choix à partir d’une logique normative relative et d’une politique morale propre à des situations.

30Nous pouvons cependant affirmer, à l’issue de cette étude, que les nouveaux médias réunissent surtout des personnes aux idées et opinions pas forcément divergentes, mais ce sont les modalités de l’expression de celles-ci qui constituent « l’incivique ». C’est peut-être également un des aspects fondamentaux des nouveaux médias par rapport aux médias classiques, de par l’interactivité discursive qu’ils portent en eux : la potentialité de contradiction et d’opposition entre acteurs lors d’échanges en ligne. Puisque les TIC constituent un réseau sociotechnique d’acteurs (Latour, 1992), les différences d’approches et d’usages sont démultipliées, d’où la difficulté à établir un système normatif stabilisé propre aux échanges virtuels. De plus, les évolutions des médias rendent cette tâche d’autant plus difficile : puisque le medium évolue, le message aussi. Grâce à la pluralité des registres d’action qu’elles prennent en compte, les Economies de la Grandeur ont été adaptées à l’analyse des échanges en ligne : elles s’appliquent à un contexte de diversité d’acteurs et d’arguments, alors que l’idéal démocratique d’Habermas est limité par le subjectivisme moral des participants au débat public. Nous venons de voir qu’un espace de discussion peut devenir un espace d’affirmation identitaire dans une dynamique antagoniste, lorsque la thématique le permet (discussion politique). L’espace délibératif idéal existe dans ces différents paramètres, mais trouve ses limites lorsque les compétences argumentatives des protagonistes atteignent les leurs. Il est pertinent cependant de rappeler ici le phénomène possible de « clôture informationnelle » (Varela 1980, Bougnoux 1995) – spatiale et cognitive – présente dans les médias en ligne (Pledel 2007), et qui empêcherait la confrontation d’individus ayant des opinions diverses et adverses (ibid.) et favoriserait l’agrégation d’opinions semblables.

31L’affrontement des idées pourrait devenir possible grâce à la communication asynchrone sur Internet, chose qui n’est pas forcément aisée dans d’autres lieux. Casili (2010) suggère en outre que les TIC sont devenues un moyen de sociabilité « supplémentaire » qui s’ajoute, plutôt que de remplacer, à la sociabilité en face à face et à la participation sociale. Le rapprochement peut ainsi se réaliser sans convergence préalable des opinions, même si toutefois il s’agit des individus et non de la communauté à laquelle ils appartiennent. Cette relativisation est en effet nécessaire car des individus isolés se manifestant sur Internet ne sont pas forcément représentatifs de leur communauté d’origine, et quand bien-même, il serait impossible d’imaginer dans notre cadre empirique – composé de 6 articles en ligne – l’influence que ces individus exerceraient au sein de leur groupe social. On pourrait alors peut-être imaginer un tel terrain d’échange virtuel à des fins pratiques, comme des dispositifs éducatifs en ligne dépassant les communautarismes classiques, mais en gardant à l’esprit que « la confrontation de trop nombreuses opinions adverses diminue, semble-t-il, l’apprentissage » (Pledel, 2007). Pour reprendre notre questionnement d’introduction : faut-il enseigner la morale citoyenne à l’école ? Il serait urgent de mettre en place des dispositifs pédagogiques visant à appréhender les usages d’Internet, en petites communautés car plus le nombre de protagonistes est élevé, plus le risque d’antagonismes et de confrontations augmente : plus il y a de délibération contradictoire au point de briser les codes et normes en vigueur de la conversation dans chaque groupe, moins il y a d’apprentissage possible (ibid.). Autrement dit, se diriger vers des usages numériques citoyens et les intégrer aux champs où doivent s’accomplir les dimensions morales des normes et des valeurs. Pour aller plus loin, tout en calculant les « limites entre proximité et intimité dans cette nouvelle sociabilité numérique qui ne lui est pas forcément aussi familière qu’elle l’est pour les élèves » (Dioni, 2008), il s’agit également de repenser les pratiques de l’enseignant autour de sa capacité de sortir d’un rôle traditionnel et de « plonger » avec les élèves dans la réalité des agoras virtuelles, réseaux sociaux y compris. Un dispositif d’apprentissage en ligne a cela de différent des autres communautés virtuelles qu’il est le produit de la volonté d’enseignant(s) (Henri et Pudelko, 2006). Ce(s) dernier(s) doivent penser l’intégration d’« échanges réparateurs » (Goffman 1974, cité par Ciussi, 2009) (politesse, remerciements, soutien) qui permettent de résorber un conflit. L’occasion serait alors pour l’élève de finalement se « libérer » partiellement de déterminismes sociaux, au profit de valeurs éthiques et morales du vivre-ensemble, que pourrait enseigner l’Ecole.

Top of page

Bibliography

Anderson A, Brossard D. & al. (2013). “The “Nasty Effect:” Online Incivility and Risk Perceptions of Emerging Technologies”. Journal of Computer-Mediated Communication.

Boltanski L. et Thevenot L. (1991). Les économies de la grandeur. De la Justification. Paris : Gallimard.

Boltanski L. et Chiapello E. (1999). Le nouvel esprit du capitalisme. Paris : Gallimard.

Bougnoux D. (1995). La communication contre l’information. Paris : Hachette.

Boudon R. (1977). Effets pervers et ordre social (Vol. 1). Paris : PUF.

Bourdieu P. (1996). Sur la télévision. Paris : Liber.

Casili A. (2010). Les liaisons numériques : Vers une nouvelle sociabilité ? Paris : Seuil.

Chaput M. (2008). « Analyser la discussion politique en ligne, De l’idéal délibératif à la reconstruction des pratiques argumentatives ». Réseaux n° 150, juillet-août, 83-106.

Ciussi M. (2009). « Etude des processus de socialisation dans les communautés virtuelles d’apprenants. Du conflit à l’entraide ». Education et Formation - e-290, Mars.

Corcuff P. (1995). Les nouvelles sociologies. Paris : Nathan Université, Coll. 128.

Costa-Lascoux J. (2006). « L’intégration « à la française » : une philosophie à l’épreuve des réalités ». Revue européenne des migrations internationales, vol. 22 - n° 2. [En ligne]. Repéré à: http://remi.revues.org/2823

Dahlberg L. (2001). The Internet and democratic discourse: Exploring the prospects of online deliberative forums extending the public sphere. Information, Communication & Society4(4), 615-633.

Dahlgren P. (2005). « The Internet, Public Spheres, and Political Communication: Dispersion and Deliberation”. Political Communication, vol. 22, n° 2, 147-162.

Dioni C. (2008). « Métier d’élève, métier d’enseignant à l’ère numérique ». INRP [En ligne]. Repéré à : https://goo.gl/C9c96W

Dubar C. (1991). La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles. Paris : Armand Collin.

Flichy P. (2008). « Internet et le débat démocratique ». Réseaux, n° 150, 159-186.

Galbraith, M. W., & Jones, M. S. (2009, November). “Confronting incivility in online teaching and learning”. 58th National Adult and Continuing Education Conference, Cleveland, OH.

Galbraith, M. W., & Jones, M. S. (2010). “Understanding incivility in online teaching”. Journal of Adult Education, 39 (2), 1.

Goffman E. (1974). Les rites d’interaction. Paris : Les Editions de Minuit.

Greffet F., Wojcik S. (2008). “Parler politique en ligne, Une revue des travaux français et anglo-saxons », Réseaux n° 150.

Habermas J. (1997). L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise. Paris : Payot.

Henri, F. et Pudelko B. (2006). Le concept de communauté virtuelle dans une perspective d’apprentissage social. CHARLIER, B. & DAELE, A. Comprendre les communautés virtuelles d’enseignants, Ed. L’Harmattan, 105-126.

Latour B. (1992). Aramis ou L’amour des techniques. Paris : La Découverte.

Lazarsfeld P., Berelson B., Gaudet H. (1944). The people’s choice: How the voter makes up his mind in a presidential campaign, New York: Duell, Sloan and Pearce.

Lazarsfeld P., Katz E. (1955). Personal influence. The part played by people in the flow of mass communications. A report of the Bureau of Applied Social Research, Columbia University. Glencoe : The Free Press.

Peeters H. et Charlier P. (1999). « Contributions à une théorie du dispositif ». Hermès, 25, 15-23.

Pledel I. (2007). Le blog face à la clôture informationnelle : la délibération au service de l’apprentissage. Distances et savoirs, 5(2), 275-288.

Varela F. (1980). Autonomie et connaissance. Paris : Seuil.

Wolton D. (2008). Penser la communication. Paris : Flammarion.

Top of page

List of illustrations

Title Tableau 2 — Critères de repérage des unités de langage relevant de la cité civique, sa réalisation et sa déchéance.
URL http://edso.revues.org/docannexe/image/1996/img-1.png
File image/png, 72k
Title Tableau 3 — Echelle de repérage des indicateurs (unités de langage) pour chaque monde de la cité civique.
URL http://edso.revues.org/docannexe/image/1996/img-2.png
File image/png, 6.0k
Title Figure 1 — Message n° 21, Article 5.
URL http://edso.revues.org/docannexe/image/1996/img-3.png
File image/png, 28k
Title Tableau 4 — Présence des mondes communs, par catégorie.
URL http://edso.revues.org/docannexe/image/1996/img-4.png
File image/png, 47k
Top of page

References

Electronic reference

Rawad Chaker, « Les espaces de discussion sur Internet comme dépassement des communautarismes ? Le cas de l’agora virtuelle libanaise. », Éducation et socialisation [Online], 43 | 2017, Online since 01 February 2017, connection on 23 April 2017. URL : http://edso.revues.org/1996 ; DOI : 10.4000/edso.1996

Top of page

About the author

Rawad Chaker

Maître de Conférence, Université Lumière Lyon 2, Institut des Sciences et des Pratiques d’Enseignement et de Formation (ISPEF), Laboratoire Education, Cultures, Politiques (ECP) - EA 4571

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org