Navigation – Plan du site
notes de lecture

Muriel Briançon, L’Altérité enseignante

Éditions Publibook Université, 2012
Roger Monjo
Référence(s) :

Briançon, Muriel, L’Altérité enseignante, Préface de Michel Fabre, Paris, Editions Publibook Université, 2012

Texte intégral

1Après un premier ouvrage publié sous le titre Ces élèves en difficulté scolaire qui se disent d’abord curieux du maître (L’Harmattan, 2011) et dont nous avons rendu compte dans un précédent numéro, Muriel Briançon s’engage, avec cette nouvelle publication, dans une réflexion philosophique originale qui prend pour objet la relation éducative — pédagogique plus précisément dans la mesure où il est question de savoir, de transmission et d’apprentissage — une relation envisagée d’abord dans sa dimension anthropologique, c’est-à-dire comme une composante essentielle de ce mouvement de subjectivation qui fait advenir le proprement humain.

2En reprenant à son compte une thèse du philosophe Emmanuel Levinas et en l’élargissant, thèse selon laquelle « seule l’altérité enseigne », l’auteure soutient, comme en retour, que cette capacité à enseigner constitue l’essence même de l’Altérité, tout en précisant que cette « Altérité » ne désigne pas seulement l’altérité extérieure, celle dont nous faisons l’expérience quotidiennement dans la rencontre avec autrui, mais aussi l’altérité intérieure (celle par laquelle « je est un autre » ou l’altérité comme altération) et enfin l’altérité épistémologique, celle qui nous confronte aux limites de la connaissance. Il ne faut donc pas se méprendre sur la signification du titre de l’ouvrage : il ne s’agit pas d’un livre (de plus ?) sur l’altérité, c’est-à-dire la différence, l’extériorité, la position dénivelée, de l’enseignant comme corps (voire comme corporation) ou comme fonction. C’est bien l’Altérité elle-même dans sa capacité à enseigner et telle qu’elle se décline selon ses trois figures qui est objet d’investigation.

3Relativement à la première forme d’altérité, Muriel Briançon n’occulte pas ses ambiguïtés. Dès lors que, comme l’enseigne Lévinas, l’autre ne se manifeste pas dans une relation intersubjective symétrique, où les positions du « je » et du « tu » sont réciproques, mais dans le cadre d’une interpellation du moi par l’autre perçu comme un véritable « mystère », cette position surplombante d’autrui peut conduire au rabaissement du sujet interpellé. Certes, la rencontre avec cette altérité radicale ouvre-t-elle immédiatement sur le champs de l’éthique en faisant surgir ma responsabilité première et totale à l’égard de l’autre, mais cet autre prend en même temps la figure du Maître, une figure qui peut se révéler persécutrice.

4Mais l’Altérité est aussi intérieure. La référence à Paul Ricœur (mais aussi à Hegel et Lacan) vient ici compléter l’approche lévinassienne. Reprenant l’interrogation de l’auteur de Soi-même comme un autre, relative au maintien de l’identité dans le temps d’un sujet au prise avec un mouvement d’altération permanente (grandir, vieillir, changer, etc.) ainsi que la distinction introduite par le philosophe entre la mêmeté et l’ipséité, pour répondre à cette interrogation, vécue sur le mode de l’inquiétude, Muriel Briançon s’attache à explorer les conséquences de l’approche narrative de l’identité défendue par Ricœur. Au-delà de ses dimensions corporelles et charnelles, l’altérité est alors successivement associée à la conscience (Hegel) et à l’inconscient (Lacan). Le sujet apparaît, pour finir, comme « exilé en lui-même », voué à cette « aventure intérieure » d’une exploration de soi, tant du point de vue des limites de sa conscience que du point de vue de l’abîme (la béance) de ses désirs inconscients. C’est ici que l’altérité intérieure se fait enseignante en aidant le sujet à prendre conscience de l’infinité de son désir mais aussi de ses manques et à réaliser l’impossibilité de la satisfaction.

5Parvenue à ce point, la réflexion bascule dans le registre épistémologique : de l’inaccessible à l’inconnaissable. L’auteure renoue alors avec les problématiques fondatrices de l’entreprise philosophique, en particulier la question du non-être telle qu’elle a été élaborée par Platon dans Le Sophiste ou Le Parménide. Malgré son « absurdité » apparente, le concept d’altérité épistémologique va se révéler fécond non seulement pour comprendre certaines des formes qu’a pu prendre l’aventure philosophique (Hegel et Lévinas, toujours) mais aussi pour apprendre, dans la mesure où le mouvement de l’apprendre, produire de nouvelles connaissances, trouve son moteur dans les limites de la connaissance toujours repoussées. Mais une fécondité qui s’exprime aussi en termes vitaux : l’altérité épistémologique, un « concept pour vivre ». Penser l’Autre enseigne à vivre dans la mesure où la pensée autre qui est en réalité visée est plus proche d’une expérience de vie que d’une forme intellectuelle.

6Cet ordre adopté dans la présentation successive de ces trois formes de l’Altérité ne signifie aucune hiérarchie, ni un quelconque parcours initiatique qui nous conduirait de la forme la plus triviale à la forme la plus profonde. C’est à une libre circulation entre elles que nous invite Muriel Briançon. Ce passage continu d’une forme à l’autre est lui-même rendu possible par ces deux traits qu’elles ont en commun, malgré leurs orientations différentes : elles semblent, d’une part, conduire chacune à une impasse (l’échec de la rencontre, la béance intérieure, la vanité de la recherche) et, d’autre part, être porteuse, chacune, d’un risque pour le sujet (la persécution par autrui, l’exil de soi, la rationalité obsessionnelle ou, au contraire, la résignation). Mais c’est aussi à cette double condition que l’Altérité peut être enseignante, dès lors qu’on consent à cette déstabilisation. L’Altérité enseigne d’abord à « faire corps avec l’incertitude ».

7Dans un ultime chapitre qui est aussi la conclusion de l’ouvrage, l’auteure s’interroge sur les perspectives ainsi ouvertes pour une éducation à l’altérité. Si sous sa première forme (l’altérité extérieure) et, dans une moindre mesure, sous sa deuxième forme (l’altérité intérieure), l’enseignement de/à l’Autre est déjà présent dans le système éducatif (éducation interculturelle, dispositifs d’intégration, prise en compte de la dimension inconsciente de la relation pédagogique…), l’altérité épistémologique reste absente de l’espace scolaire. De là la nécessité d’une approche globale et d’un cadre théorique, tel celui proposé par Muriel Briançon. Reste cependant en suspens (annonce de nouvelles recherches ?) la question de la possibilité véritable d’une telle éducation (formelle et programmatique) à l’altérité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roger Monjo, « Muriel Briançon, L’Altérité enseignante », Éducation et socialisation [En ligne], 33 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://edso.revues.org/200

Haut de page

Auteur

Roger Monjo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org