Navigation – Plan du site
Varia

De l’argumentaire anticapitaliste à l’interprétation humaniste : l’évolution de l’enseignement de La Parure de Guy de Maupassant dans l’enseignement du secondaire Chinois et Littérature

Guo Tang

Résumés

Étant la première œuvre française choisie dans le manuel Chinois et Littérature, La Parure de Guy de Maupassant est l’une des clés pour comprendre la manière dont l’État chinois tente d’imposer l’image de la littérature française, voire de la société française aux jeunes générations. Autrefois, les enseignants du secondaire mettaient un point d’honneur à fournir à leurs élèves une image de la société capitaliste corrompue à travers le sort de Mathilde, alors qu’aujourd’hui, les enseignants ne se contentent plus de ces vieilles explications anticapitalistes en développant une vision à la fois plurielle, variée et humaniste. Cet article proposera une étude approfondie de la progression pédagogique de cette œuvre française dans sa complexité et dans sa variation depuis 1956 jusqu’à nos jours. L’enjeu majeur de cette recherche sera donc de réfléchir aux causes de ces changements en vue de définir et d’expliciter les stratégies didactiques de l’État.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Personne ne doute de l’importance de la matière Chinois et Littérature dans l’enseignement secondaire en Chine : « Le cours Chinois et Littérature figure parmi les cours jugés prioritaires » (Zhang, 1984, p. 13). Le manuel du secondaire Chinois et Littérature sélectionnant des œuvres littéraires françaises depuis la fondation de la Chine populaire en 1949 jusqu’à nos jours, montre la construction et l’évolution du système éducatif chinois. Ces œuvres françaises sont donc emblématiques de l’usage spécifique de la littérature française dans l’enseignement secondaire en Chine. Bien que les enseignants chinois soient contraints de respecter l’esprit des instructions officielles d’État, ils manifestent en outre une tendance de plus en plus nette à "coller" à l’actualité, indépendamment de l’évolution des programmes ou des savoirs scientifiques. Retour sur des enjeux autant pédagogiques que sociaux, cet article tentera d’étudier un aspect bien particulier : la place de La Parure de Guy de Maupassant dans l’histoire de l’enseignement du Chinois et Littérature. La réputation littéraire de Maupassant ne se limite pas à la France, il est aussi reconnu en Chine. La Parure, un des textes publiés dans Boule de suif, choisi en 1956 dans le manuel du 3e collège (semestre 2) Chinois et Littérature est toujours présent dans ce manuel. Du côté critique, l’évolution de l’enseignement de La Parure dans l’école secondaire en Chine constitue encore un domaine peu étudié en Chine et à l’étranger. Mais il a fait l’objet de réflexions didactiques des enseignants chinois. À titre d’exemple, citons l’article de Bi Feiyu (2015) intitulé « Deux parures, l’équilibre et le déséquilibre dans le roman de Maupassant » ; l’article de Hu Chunmei (2012) concernant « Le repositionnement du chef-d’œuvre dans la didactique : études des thèmes de La Parure » ; l’article de Jin Fengzi (1979) portant sur « La destruction des valeurs de la vie : de La Parure de Maupassant » ; l’article de Li Huiping (2013) intitulé « Témoin et signe : vérité et incertitude de l’humanité - de la signification profonde du personnage dans La Parure de Maupassant» ; l’article de Li Weiqing (2014) sur « La vertu l’emporte sur la vanité : la réinterprétation de l’image de Mathilde dans La Parure ». Ces articles visent plutôt à exposer la façon d’enseigner cette œuvre et d’organiser la séance, sans réfléchir à la fonction de La Parure dans l’enseignement chinois ni sur le sens de son évolution pédagogique dans le système éducatif. Pourtant, l’enseignement de cette œuvre française revêt des caractères qui restent largement originaux et évolutifs depuis 1956 jusqu’à nos jours. Il est donc pertinent d’observer la posture épistémologique des enseignants actuels par rapport à celle de leurs prédécesseurs, afin de saisir le changement de la portée sociocognitive du savoir enseigné à propos de cette œuvre française. S’intéresser à l’évolution didactique de cette œuvre au sein du cours Chinois et Littérature conduira finalement à s’interroger sur les objectifs éducatifs et instrumentaux qui lui sont conférés dans différentes époques.

2Mes analyses s’effectuent en deux phases : la première phase se situe avant 1986, période au cours de laquelle la situation de la littérature française dans le manuel Chinois et Littérature est rarement envisagée dans une perspective internationale, toutes les tentatives d’évolution restaient prises dans un cadre politique et communiste. La deuxième phase commence par la modernisation de l’éducation en 1986. Avec l’établissement de nouveaux programmes pédagogiques par l’État pour rectifier les anciennes valeurs didactiques, dans le cours portant sur La Parure se développe ainsi un mouvement de contestation qui demande davantage de liberté.

La propagande anticapitaliste

3Comment est organisé le système éducatif en Chine ? Le système d’éducation en Chine est géré par le Gouvernement communiste par le biais du Ministère de l’Éducation.

  • 1 Chen Wei, Li Qin La littérature à l'école en Chine, Enseignement et littérature dans le monde, revu (...)

4Avant de poursuivre des études de l’enseignement supérieur, les étudiants chinois fréquentent l’école primaire (6 ans) et secondaire (6 ans) durant 12 années au total. Les écoles secondaires sont divisées en deux parties, le niveau junior et le niveau senior. Le niveau junior débute vers l’âge de 12 ans pour un cursus de trois ans ; quant au niveau senior, il compte également 3 ans et débute vers l’âge de 15 ans. Le programme comprend des cours de chinois et littérature, de mathématiques, de physique, de chimie, d’anglais, d’histoire, de géographie, de politique, de musique, d’arts, d’éducation physique et d’éducation civique et sociale. En Chine, pays où la littérature occupe une place centrale, le cours de chinois et littérature est considéré comme obligatoires pour tous les élèves et compte pour 32 % du temps du cursus. L’enseignement de la littérature au niveau secondaire général permet la constitution de points de repère et d’un système de valeurs pour les jeunes générations. Il « assure l’enseignement de la langue chinoise, de la littérature et des cultures chinoises et de différents pays1 ». Il montre son importance dans le dispositif général de formation et son inscription dans un projet au service des valeurs nationales. C’est là un des effets les plus importants de l’enseignement de la littérature à l’école chinoise. L’enseignement de la littérature française ne constitue pas un phénomène nouveau dans le cours de chinois et littérature, mais, depuis longtemps, elle est assez sensible à son importance et à ses contenus. L’histoire remonte à l’année 1956, au cours de laquelle les programmes pédagogiques formulent, pour la première fois, la nécessité d’introduire la littérature étrangère. Voici un passage cité dans le Plan des programmes pédagogiques du secondaire du cours « Chinois et Littérature » publié en 1956 (il s’agit du premier plan des programmes pédagogiques en Chine populaire) :

Le programme a également intégré quelques œuvres littéraires étrangères qui sont traduites en chinois moderne, dont la principale est la littérature soviétique. La littérature étrangère fait appel souvent au réalisme socialiste, ou au réalisme critique. La littérature russe est la plus avancée du monde. Il s’agit ainsi d’un très bon exemple du réalisme socialiste et elle procure un excellent matériel pédagogique pour apprendre aux jeunes Chinois l’idéologie communiste. Certaines œuvres réalistes d’autres pays européens sont contre la hiérarchie de classes, certaines contre l’oppression ethnique. Elles permettent aux élèves du secondaire d’élargir leur champ de vision, d’avoir une meilleure compréhension de la société dans laquelle ils vivent. Les élèves doivent donc les étudier. Les œuvres réalistes sélectionnées dans les programmes pédagogiques comprennent les auteurs russes Pouchkine, Krylov, Tchekov, l’auteur danois Andersen et les auteurs français Daudet et Maupassant. (Comité des programmes pédagogiques nationaux, 1956)

5L’année 1956 est donc caractérisée par l’apparition d’une législation scolaire portant sur la littérature étrangère. Les programmes pédagogiques choisissent la littérature du réalisme socialiste représentée par celle du courant soviétique (Jin, 2004), en voulant montrer aux élèves chinois la « réalité sociale » en lien avec l’idéologie communiste. A la suite de ces instructions nationales, le manuel Chinois et Littérature introduit cette œuvre française : La Parure de Guy de Maupassant. D’après Qu Weiqi, c’est par sa force réaliste que cette œuvre retient l’attention des concepteurs du manuel de l’époque : « La Parure de Maupassant est un roman court qui dénonce le déclin de la société capitaliste, l’altération de son système et la corruption des mœurs » (Qu, 1981, p. 92). Forte de son excellente organisation de l’histoire, La Parure joue un rôle prédominant pour l’éducation politique « qui dénonce le déclin de la société capitaliste », conformément à l’instruction des Programmes pédagogiques de l’année 1956 :

Le programme mentionne que les cours du secondaire Chinois et Littérature doivent enseigner ces connaissances théoriques de la littérature : la littérature est un moyen de connaître la réalité par l’image, elle constitue des armes servant à la lutte des classes. (Comité des programmes pédagogiques nationaux, 1956)

6L’implantation du régime communiste dans tout le pays et plus particulièrement vis-à-vis des nouvelles générations, passe par l’éducation qui doit servir à l’édification du socialisme chinois dont le principe est la lutte des classes. L’histoire de La Parure relate une situation frivole vers son retournement cruel, dévoile la vie des classes populaires et est dépeinte dans toute sa misère. Wang An, enseignant des années 60, expliquait dans sa notice du cours que : « Maupassant ridiculise par la Parure l’avidité, l’avarice, l’envie, la jalousie, l’amour-propre et la vanité du bourgeois » (Wang, 1963, p. 23.). Ce qui est le cas de Mathilde, souffrante de ne pas appartenir à la classe de la noblesse ou de la haute bourgeoisie. Elle regrette que son mariage ne lui fasse pas gravir l’échelle sociale, ne lui accorde pas une vie plus luxueuse. Elle ruine son foyer pour une parure empruntée à son amie Jeanne pour faire sensation dans une soirée au cours de laquelle elle va perdre ce bijou extrêmement cher. Le couple est condamné à travailler comme des forcenés pour rembourser la somme équivalente à cette parure, il se retrouve après dix ans dans une ruine totale.

7Maupassant, en quelques lignes, décrit le destin de la malheureuse et nous emporte inexorablement vers un dénouement inattendu qui ne fait qu’empirer cette histoire pitoyable. Luo Dawang, enseignant chinois a écrit en 1960 un article concernant l’organisation du cours de la Parure dans lequel il mettait l’accent sur l’importance de la fin de cette nouvelle : « la fin de cette nouvelle retient surtout l’attention des jeunes lecteurs par sa force réaliste » (Luo, 1960, p. 31). Voici la fin de cette nouvelle qui est le passage le plus analysé dans le cours Chinois et Littérature :

Son amie poussa un cri. « Oh !... ma pauvre Mathilde, comme tu es changée !... - Oui, j’ai eu des jours bien durs, depuis que je ne t’ai vue ; et bien des misères... et cela à cause de toi !... - De moi... Comment ça ? - Tu te rappelles bien cette rivière de diamants que tu m’as prêtée pour aller à la fête du ministère. - Oui. Eh bien ? - Eh bien, je l’ai perdue. - Comment ! puisque tu me l’as rapportée. - Tu dis que tu as acheté une rivière de diamants pour remplacer la mienne ? - Oui. Tu ne t’en étais pas aperçue, hein ? Elles étaient bien pareilles. » Et elle souriait d’une joie orgueilleuse et naïve. Mme Forestier, fort émue, lui prit les deux mains. « Oh ! ma pauvre Mathilde ! Mais la mienne était fausse. Elle valait au plus cinq cents francs !... » (Maupassant, 1984, p. 464)

8Atterrés et attristés à la première lecture, les élèves ressentent la morale de l’histoire, présentée d’une manière brutale et incisive. En effet, cette célèbre fin attire également l’attention du comité français de rédaction « Lire au collège ». Le comité propose ce conte de Maupassant pour les classes de cinquième et de quatrième, mais il laisse aux lecteurs français le soin d’une libre interprétation de l’œuvre : « Nous ne ferons pas à nos lecteurs l’injure d’un commentaire de ce récit dont la pirouette amère qui termine le conte constitue la force » ( Comité de rédaction Lire au collège, 2000, p. 93 ). Contrairement au comité français qui insiste sur le fait que sa voix est indicative et non-imposante, les éditeurs chinois s’attèlent à la tâche de définir le sort inévitable de Mathilde à cause de ses caractéristiques capitalistes : « la poursuite de la vanité est la mode de la société, comme cette vanité reste inchangée chez le personnage, son destin devient fatal.» (Jin, 1979, p. 98)

9Rappelons que les idées communistes de l’époque sont en lutte contre toutes les idées bourgeoises. Aux yeux des concepteurs du manuel, La Parure de Maupassant est exactement présentée sous l’angle d’une belle critique sociale aux concepts du bovarysme dont la frivole Mathilde subit les conséquences, exemple type d’un monde bourgeois sous le règne des apparences. Une œuvre littéraire est ainsi transformée en propagande. Lai Daren analyse le discours didactique de propagande dans la littérature de cette période donnée et il souligne « une esthétique officielle mise en place pour opposer les valeurs socialistes aux valeurs capitalistes : le réalisme socialiste » ( Lai,2005, p. 71.). Il faut connaître qu’avant l’ouverture de la Chine en 1986, le réalisme socialiste est la doctrine officielle dans le domaine de la littérature en vigueur. Des enseignants chinois profitent de ce réalisme socialiste dans la nouvelle de Maupassant, qui constitue les principes du démenti de vérité de la société matérialiste française » (Peng, 1975 , p. 8), afin d’ancrer les enjeux didactiques dans l’Histoire et le présent. Ce réalisme littéraire fournit finalement aux élèves chinois, qui connaissent peu la société occidentale, une image préconçue de sa corruption.

10En ce sens, les enseignements de La Parure entre les années cinquante et soixante-dix se mêlaient ouvertement de politique communiste tout en négligeant la nature de la littérature. Pendant la période du Grand Bond en Avant et de la Révolution culturelle (1958-1977) notamment, l’enseignant de la littérature en Chine se mettait totalement au service de la lutte des classes. La situation s’améliore depuis l’ouverture du marché chinois et la nouvelle réforme économique mise en œuvre en 1978. Les normes des programmes du cours évoluent conformément aux demandes de la nouvelle ère. Il va donc de soi que dans un tel contexte vacillant fait de progrès et de régressions, l’enseignement ne peut plus être ce qu’il était.

Pluralisme et humanisme

11Après la mort de Mao Zedong en 1976, la Chine s’ouvre davantage et le Parti communiste adopte plusieurs mesures, comme la suppression de la collectivisation des terres pour laisser entrer le pays dans le marché capitaliste. Avec la montée de la Chine sur l’échelle internationale, il est en effet capital pour le Parti communiste chinois de mener une stratégie avisée dans le domaine de l’éducation, de savoir harmoniser les multiples classes de sa société, de moderniser son enseignement « inspiré du modèle soviétique et relativement obsolète aujourd’hui » (Xing & Gauthier, 1997, p. 61). La matière du cours Chinois et Littérature annonce ainsi une tendance de plus en plus pluraliste. On présente sous différentes facettes des œuvres françaises réalistes aux élèves chinois. Maupassant peint certes l’hypocrisie d’une société bourgeoise datée, celle des années 1880, mais aussi l’existence humaine. L’ouverture économique de l’année 1986 a permis à la Chine de réaliser des progrès en termes de développement humain. Si avant cette date le Parti communiste condamnait le système capitaliste comme système reconnaissant le matérialisme et la souveraineté du consommateur, il commence à répondre aux aspirations de la personne humaine. Cette aspiration porte un double sens : la vertu individuelle et la recherche des besoins humains.

12Déjà la doctrine confucianiste considère que l’être est une somme morale et humaniste. L’idéal moral prôné par Confucius est celui de l’homme de bien. La découverte de vertu dans la Parure alimente de nouveaux dynamismes chez les enseignants chinois, qu’il s’agisse pour eux de travailler plus sur l’aspect humain des œuvres plutôt que de faire de la propagande. Rappelons que La Parure est un conte moral dans lequel le rituel de la mondanité a paru vain, comme le souligne Pierre Danger dans son livre Pulsion et désir dans les romans et nouvelles de Guy de Maupassant :

En se laissant prendre une seule fois au piège du paraître, en se souciant de l’image qu’elle donnerait d’elle-même au cours de cette soirée, l’héroïne de La Parure s’est condamnée à payer toute sa vie le tort d’avoir cru un moment à ce qui n’était que de la fausse monnaie. Car tout est faux dans cette histoire, et pas seulement la parure, toute cette société qu’elle représente. Personne n’est moins dupe que Maupassant, le mondain, le Bel-Ami, du caractère totalement vain et illusoire de cette mondanité (Danger, 1993, p. 27.). 

13L’analyse de Pierre Grand éclaire sans doute le thème courant de La Parure, mais il est à noter qu’il existe encore d’autres thèmes importants dans cette nouvelle, comme le remarque Michel Viegnes : « Il est difficile d’y voir un sens moral unique et évident» (Viegnes, 2006, pp. 76-77). En explorant les thèmes soulevés dans La Parure, Hu Chunmei en dresse la liste dans son article sur « Le repositionnement du chef-d’œuvre dans la didactique : études des thèmes de La Parure » :

Avant, l’histoire de la critique de la littérature étrangère en Chine commentait ainsi La Parure : Maupassant expose dans cette œuvre la vanité des petits bourgeois. Aujourd’hui, on pense qu’il s’agit d’une analyse de classes, il faut la jeter dans la poubelle de l’histoire. Je recueille ici quelques thèmes nouveaux proposés par les enseignants chinois sur La Parure, bien que je ne sois pas tout à fait d’accord. A titre d’exemples : 1) la transformation de l’héroïne Mathilde, de la beauté extérieure à la beauté intérieure, 2) la fatalité, 3) la recherche par le petit peuple d’une vie meilleure (Hu, 2012, p. 38-39).

14L’évolution pédagogique de La Parure est donc une réponse à différentes interprétations du texte. Au lieu d’élaborer le cours à partir de l’avidité des personnages, l’enseignant explore la possibilité de partager des idées humaines. Dans son article nommé « La relecture du thème et de l’héroïne de La Parure », Yu Tianyou confirme « l’aspiration de Mathilde à une meilleure vie» (Yu, 1992, p. 55). Li Weiqing écrit un article traitant spécifiquement de ce sujet, publié en 2014 dans « La vertu l’emporte sur la vanité : la réinterprétation de l’image de Mathilde dans La Parure » (Li, 1994, p. 35). Les enseignants chinois prennent de plus en plus l’habitude d’exploiter l’œuvre française pour créer des points de vue, souvent, contraire aux idées reçues.

15Pour démontrer comment l’enseignement de La Parure s’engage dans sa diversité, nous soumettons une scène de cours emblématique présentée par Wang Haiyang, enseignant à l’école secondaire de Chongqing I, qui a accepté de prendre en note ses réflexions au moment de préparer une séquence de La Parure. Le document ci-dessous reproduit sa réflexion, avec les références au programme du cours.

16Les deux objectifs pédagogiques montrent que l’enseignant propose de rejeter, ou du moins de nuancer la vision déformée de l’ancienne critique lourde du capitalisme. Il souhaite amener les élèves à la découverte de la richesse des idées de l’œuvre, de la technique d’écriture de Maupassant ainsi que de sa réflexion humaniste. Pour aboutir à ses objectifs, l’enseignant conduit d’abord les élèves à appréhender la structure du texte comme un saut en parachute. Certes, La Parure est une nouvelle réaliste prise dans toutes ses dimensions, mais « s’il s’agit de faire vrai, il convient aussi de faire beau» (Bury, 1994, p. 3). Les enseignants chinois s’accordent à confirmer que la fin de la nouvelle produit une surprise de taille. 《 Le texte gagne en intensité du fait de la situation inattendue》(Li,2014,p.36).Les élèves chinois sont amenés par l’enseignant à étudier l’élaboration de la chute de l’histoire qui parvient à surprendre les lecteurs. Par l’accent mis sur cette révélation finale : « Oh ! ma pauvre Mathilde ! Mais la mienne était fausse. Elle valait au plus cinq cents francs !...» (Maupassant, 1984, p. 464), l’enseignant insiste sur un effet de surprise remarquable qui donne à l’histoire une puissance qui remue l’âme. Cette technique d’écriture de Maupassant, trop souvent négligée dans le passé et loin d’être l’objet d’analyses ou encore de commentaires littéraires, est enfin mise en valeur dans la classe Chinois et Littérature. En incitant les élèves à amorcer une réflexion autour de la chute de l’intrigue, Wang Haiyang propose donc une démarche pédagogique remplie d’innovations apportant aux élèves quelques pistes sur l’écriture créative de l’oeuvre, qui est considérée par Gérard Delaisement comme centre même de sa modernité : « La modernité de Maupassant consiste dès lors à briser les moules, plonge le lecteur dans l’incertitude et l’équivoque » (Delaisement, 1995, p. 222). En ce sens, au lieu d’imposer le stéréotype que l’on colle depuis longtemps à La Parure de Maupassant, Wang Haiyan forge un esprit d’innovation auprès de ses élèves pour qu’ils posent un regard sur la liberté de l’auteur qui expérimente la forme et les situations.

17Le deuxième objectif concerne la réflexion à propos du sens du bonheur de la vie. Wang Haiyang ne se contente pas de présenter le regard sombre, féroce, réaliste de Maupassant sur les mœurs de son temps. En faisant des élèves les acteurs centraux de ses instructions, l’enseignant leur fournit d’abord les moyens de construire leur propre savoir et d’exprimer leur sentiment :

18Nous voyons que l’enseignant organise une discussion ouverte sur les thèmes de La Parure tout en assurant la liberté de conscience des élèves. Dans leur livre Enseigner en collège et en lycée aujourd’hui, Béatrice Jouin, Reine Lépineux et Serge Montagnat signalent l’importance du « désengagement légitime nécessaire à un sain investissement » dans l’enseignement au secondaire : « pour susciter une réelle adhésion des élèves au processus d’apprentissage, il est nécessaire d’autoriser un minimum de retrait, de distance, d’esprit critique passif, de désengagement de la part des élèves » (Jouin, Lépineux & Montagnat, 2005, p. 59). Des discussions ponctuelles assumées par Wang Haiyang suscitent des réflexions parmi les élèves. Après la discussion, l’enseignant aide à organiser les thèmes proposés, pour que les élèves ne restent pas enfermés dans une idée dominée par la critique des classes. Enfin, l’enseignant Wang Haiyang construit une réflexion problématisée sur le sens du bonheur, en prenant appui sur le changement de Mathilde :

  • Comme beaucoup de gens de son temps, Mathilde manifeste un désir de possession illimitée pour le matériel, elle poursuit sans cesse la vanité, cela montre le côté laid de l’intérieur humain et affecte de manière grave la qualité de vie d’une personne.

    • 2 Wang Haiyang, enseignant à l’école du secondaire de Chongqing, « Rapport d’une séquence du cours de (...)

    La patience et la persévérance de Mathilde, son honnêteté et son courage pour lutter contre le sort, montrent aussi le côté brillant de la nature humaine, nous avons raison de croire que la vie future de Mathilde pourrait être heureuse.2

  • 3 Wang Haiyang, enseignant à l’école du secondaire de Chongqing, « Rapport d’une séquence du cours de (...)

19Au début de l’histoire de La Parure, Mathilde n’est pas dans l’indigence mais sa classe sociale ne lui permet pas de « plaire, d’être enviée, d’être séduisante et recherchée » (Maupassant, 1984, p. 456). Elle souffre en réalité de vanité. Pourtant, l’objectif de l’enseignant n’est pas seulement de décrire une femme vaniteuse. Il mobilise les élèves pour nourrir des débats argumentés sur le sens du bonheur et il respecte leur sensibilité lorsque ces derniers sont émus par la pauvre Mathilde qui se donne corps et âme pour rembourser la parure de son amie. La Parure peut également devenir une belle leçon de morale sur l’honnêteté, comme l’explique Wang Haiyang dans son cours : « L’intrigue est cruelle, mais la vie future de Mathilde ne sera pas forcément un désastre si elle comprenait qu’elle n’est pas privée des choses vraiment nécessaires au bonheur.3 »

Conclusion

20Les constats sont comparables entre l’enseignement ancien et l’enseignement moderne de La Parure. Si des idées pluralistes émergent dans le domaine de l’éducation d’aujourd’hui, la matière du cours Chinois et Littérature cherche, elle aussi, à innover par rapport aux anciennes pratiques pédagogiques. Autrefois, nous ne pouvions qu’approuver la dénonciation du vice capitaliste par cette œuvre française au cœur de l’idéologie communiste. Mais à partir des années 1990, le gouvernement encourage l’individualisme, la consommation et l’esprit du travail pour développer l’économie. Le lien de la propagande communiste avec la littérature française se transforme dans l’enseignement au secondaire. Avec une éducation de plus en plus vers la libéralisation, le cours de littérature a tendance à construire des personnages fictifs travailleurs, honnêtes, déterminés et à accorder la primauté à l’aspiration personnelle. De fait, l’évolution pédagogique oblige les enseignants d’aujourd’hui à repenser les valeurs de ce texte de Maupassant, en particulier sa technique d’écriture, d’une part, et de son discours humain, d’autre part.

Haut de page

Bibliographie

« Les programmes pédagogiques du secondaire du Cours du Chinois et Littérature du 1956 » 1956年高级中学文学教学大纲 (2002). Recueil des Programmes pédagogiques, Séries du Chinois et Littérature 教学大纲汇编 语文卷. Pékin : Édition, PEP. Source électronique : http://www.pep.com.cn/xiaoyu/yuwenbook/xy_dsyz/xy20sjzg/201008/t20100820_683610.htm

Bi, Feiyu 毕飞宇(2015). « Deux parures, l’équilibre et le déséquilibre dans le Roman de Maupassant » 两条项链:小说内部的制约与反制约. Revue de Zhongshan钟山, 5, 51-78.

Bury, M (1994). La poétique de Maupassant. Paris : SEDES.

Comité de rédaction LIRE AU COLLEGE, (2000). Littérature jeunesse au collège : les 750 titres proposés dans les livres d’accompagnement des programmes. Grenoble : CRDP de l’académie de Grenoble et Delagrave.

Danger, P (1993). Pulsion et désir dans les romans et nouvelles de Guy de Maupassant. Paris : Nizet.

Delaisement, G (1995). La modernité de Maupassant. Paris : Rive Droite.

Haezewindt, P. R (1993). Guy de Maupassant : de l’anecdote au conte littéraire. Amsterdam : Rodopi.

Hohler, H (2002). « Le récit exemplaire dans le discours d’agit-prop de la pièce O homem e o cacalo d’Oswald de Andrade », L’exemplum narratif dans le discours argumentatif (XVIe-XXe siècles) : actes du colloque international et interdisciplinaire / organisé par le Laboratoire littérature et histoire des pays de langues européennes à Besançon, les 10, 11, 12 mai 2001 ; textes réunis et présentés par Manuel Borrego-Pérez (pp. 43-56). Besançon : Presses universitaires Franc-Comtoises.

Hu, C 胡春梅 (2012). « La repositionnement du chef d’œuvre dans la didactique : études des thèmes de La Parure » 经典作品在教学中的定位——从《项链》的主题谈起 . Chinois et Littérature au Secondaire《中学语文》, 28, 38-40.

Peng, Qihua 彭启华(1978) « Le brillant réalisme dans la nouvelle de Maupassant : notice du cours de la Parure »现实主义短篇艺术的光辉——学习莫泊桑《项链》札记 Foreign Literature Studies外国文学研究 , 02,p.47-49.

Jin, F金凤子 (1979). « La destruction des valeurs de la vie : de La Parure de Maupassant » 将人生的有价值的东西毁灭给人看”——莫泊桑短篇名著《项链》评析. Front des pensées思想战线, 1, 98-102.

Jin, S (2015). « L’écriture subjective dans la littérature chinoise contemporaine », dans Perspectives chinoises, [En ligne], 83 | Mai-juin 2004, mis en ligne le 01 mai 2007, consulté le 24 juillet 2015. URL : http://perspectiveschinoises.revues.org/1442

Jouin, B & Lépineux, R & Montagnat, S (2005). Enseigner en collège et en lyçées aujourd’hui. Paris : Hachette Éducation.

Lai, D 赖大仁(2005)《Une réflexion réaliste du rapport entre le Chinois et Littérature et le texte littéraire choisi》关于语文与文学关系的现实思考 Journal of Shanxi Teachers University(Social Science Edition)山西师大学报(社会科学版) , 02,p.71-73. 

Li, H 李惠萍 (2013). « Témoin et signe : vérité et incertitude de l’humanité - de la signification profonde du personnage dans La Parure de Maupassant» 见证与暗示 :人性真相和不定命运——从莫泊桑《项链》的人物性格探析其深层寓. Journal académique de l’Institut de Long Dong 陇东学院学报, 4, 54-56.

Li, W李卫清 (2014), « La vertu l’emporte sur la vanité : la réinterprétation de l’image de Mathilde dans La Parure » 美德胜于虚荣——对《项链》中玛蒂尔德形象的再认识, 新课程(中旬). Les Nouveaux Cours 新课程, 3, p. 35-36.

Luo, D罗大岡 (1960), « De la Parure »谈《项练》, Éducation du Chinois et Littérature, 语文学习,3, p. 31-35.

Maupassant (1984). La parure et autres contes parisiens. Paris : Éditions Garnier.

Maupassant (1984). La parure et autres contes parisiens. Paris : Éditions Garnier.

Maupassant (1995). La Parure suivi de La légende du Mont Saint-Michel Sur l’eau, présentation et notes de Gilles Ernst. Paris : Librairie Générale Française.

Qu, W翟维琦 (1981). « Sarcasme amer et critique sans pitié : analyse de La Parure de Maupassant »辛辣的讽刺 无情的鞭挞——莫泊桑《项链》简析. Journal académique de l’Université Normale de Sandong (Édition Sciences Humaines)《山西师大学报:社会科学版》, 3, 92-94.

Viegnes, M (2006), Maupassant, Boule de Suif. La parure. Paris : Hatier.

Wang, A 王安(1964),《莫泊桑“项链”教书笔记》, Notice du cours de la Parure de Maupassant, 语文期刊Journal du Chinois et littérature, 7, p. 21-24.

Xing, K & Gauthier, P-L (1997). « Regards croisés sur l’éducation en Chine », Revue internationale d’éducation de Sèvres, 15, 61-69.

Yu, T 胥天佑 (1992). « La relecture du thème et de l’héroïne de La Parure »对《项链》主题和主人公形象的再认识. Journal académique de l’École Normale Professionnelle de Kunming昆明师专学报, 3, 1992, 52-57.

Zhang, C张传宗 (1984). Études de la didactique du secondaire du « Chinois et Littérature » 中学语文教育学研究. Zhejiang : Presse de l’Éducation de Zhejiang.

Haut de page

Notes

1 Chen Wei, Li Qin La littérature à l'école en Chine, Enseignement et littérature dans le monde, revue international d’éducation, n° 61, décembre 2012, p. 37.

2 Wang Haiyang, enseignant à l’école du secondaire de Chongqing, « Rapport d’une séquence du cours de La Parure », collection de l’auteur.

3 Wang Haiyang, enseignant à l’école du secondaire de Chongqing, « Rapport d’une séquence du cours de La Parure », collection de l’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guo Tang, « De l’argumentaire anticapitaliste à l’interprétation humaniste : l’évolution de l’enseignement de La Parure de Guy de Maupassant dans l’enseignement du secondaire Chinois et Littérature », Éducation et socialisation [En ligne], 43 | 2017, mis en ligne le 01 février 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://edso.revues.org/2004 ; DOI : 10.4000/edso.2004

Haut de page

Auteur

Guo Tang

Professeure de langue et littérature françaises à l’université des études internationales du Sichuan (Chine). Docteure en langue et littérature françaises de l'université de Lyon III. Postdoc en études françaises à l'Université Laval (Québec).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org