Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Eco, U. (2016 pour la version française traduite de l’italien par Laurent Cantagrel, 1978 pour la première édition). Comment écrire sa thèse. Paris : Flammarion, 338 p.

Richard Étienne
Référence(s) :

Paris : Flammarion, 338 p.

Texte intégral

1En 2016, faut-il encore écrire des ouvrages donnant des conseils aux doctorantes et doctorants pour écrire ce qu’elles et ils considèrent comme leur grand œuvre ? Le sujet est devenu polémique et il a même fait l’objet d’une bande dessinée (Rivière, 2015) dénonçant avec une ironie cinglante tous les obstacles qui les attendent. Groux (2013), quant à elle, a coordonné sur ce thème un ouvrage qui pourra être directement utile aux aventuriers des temps modernes qui entreprennent un périple dont les règles viennent d’être redéfinies par l’arrêté du 25 mai 2016 (MENS, 2016). Flammarion a jugé opportun de traduire et de faire paraître un ouvrage déjà ancien (première édition en 1978) d’Umberto Eco intitulé en français Comment écrire sa thèse. L’auteur du Pendule de Foucault aurait-il mitonné la recette-miracle pour que chacun écrive la sienne ? Selon nous, le titre est un peu trop général (traduirait-il un désir de l’éditeur d’augmenter les ventes ?) par rapport au projet initial de l’universitaire bolognais. Devenu professeur en 1975, après s’être penché sur l’œuvre esthétique de Saint-Thomas d’Aquin, il constate, comme bien d’autres, que l’accompagnement de la thèse di laurea, couronnement alors obligatoire des études universitaires italiennes, lui fait perdre en redites beaucoup d’un temps qui pourrait être consacré au fond, au contenu même du travail. Il publie donc en 1978 une première version de son livre et il le cantonne aux disciplines que l’on appelait alors humanistes. Aujourd’hui, elles sont désignées en France sous le nom de sciences humaines et sociales. Le succès venant et les éditions se succédant, il rédige en 1985 une nouvelle introduction qui est celle choisie par Flammarion pour situer le propos et ses limites, précaution que néglige doublement le titre français qui assimile, comme nous le verrons, une thèse de fin d’études à une recherche qui a pris au moins trois ans mais plus généralement quatre ou cinq. Enfin, comme leur appellation le signale, les sciences humaines et sociales ne sont pas à l’image de toute la science.

2Traduit dans une vingtaine de langues, ce livre arrive un peu tardivement dans le paysage universitaire français dont nous venons de signaler les bouleversements récents qui sont liés à la volonté de poursuivre un cheminement vers une unification du système européen (le 3-5-8 ou LMD de Bologne). Alors, quel intérêt pour un ouvrage aussi décalé dans le temps, dans la pertinence et la cohérence par rapport aux problématiques actuelles ? Nous proposons d’en faire une lecture distanciée d’enjeux immédiats ou à moyen terme. Il ne s’agit donc pas d’un manuel pratique à l’intention des thésardes et thésards car ses conseils ou recommandations sont souvent obsolètes et manquent de pertinence par rapport aux exigences contemporaines. En revanche, ce livre procurera à la lectrice et au lecteur tout ce qu’il faut pour réfléchir avant de se lancer dans ce projet dangereux pour sa vie personnelle et affective. Ils y trouveront des informations, globales certes mais bien utiles ainsi qu’un évident plaisir tant l’écriture de son auteur est inventive, malicieuse, pertinente et prête à sourire.

3Qu’est-ce que la rédaction d’une thèse dans une université de masse ? La question est posée par un témoin de ce bouleversement. Le mouvement n’en était qu’à ses prémices dans l’Italie des « années de plomb » (de 1970 à 1980). L’auteur de Comment voyager avec un saumon marque son intérêt professoral pour la direction d’étudiants qui ne sont pas nés avec un thesaurus dans leur couche. Il sait que, dans les universités italiennes, les étudiants sont obligés de faire une thèse (que l’excellent traducteur situe entre le mémoire de master 2 et la thèse nouveau régime française) et il leur propose ironiquement deux moyens illégaux pour faire face : le recrutement d’un mercenaire, qui fera le travail de recherche et de rédaction ne laissant à l’impétrant que la soutenance, et la copie intégrale d’une thèse déjà soutenue dans une autre université. Bien évidemment, ces deux délits aboutissent de nos jours de plus en plus au bannissement de toute personne qui y recourrait en raison des moyens modernes qui permettent de traquer les délinquants. Il nous est personnellement arrivé de nous rendre dans une université française et de découvrir que la thèse avait déjà été validée au profit d’une personne différente de celle qui entendait nous la présenter ! Tous les centres de recherche s’équipent en logiciels anti-plagiat dont la consultation devient d’autant plus indispensable qu’elle s’effectue avec un grande facilité. Cette provocation permet à notre auteur de poser la bonne question : ai-je vraiment l’intention de devenir docteur ? Si la réponse est positive, alors commence un parcours initiatique dont les règles essentielles sont édictées (p. 31) : choisir un sujet qui corresponde au projet personnel de l’étudiante ou de l’étudiant ainsi qu’aux possibilités qui lui sont offertes car Umberto Eco met au premier rang de ses préoccupations les moyens requis et leur adéquation à la situation sociale de l’étudiante ou de l’étudiant. Il faut aussi que les sources requises soient accessibles et utilisables, que le cadre méthodologique soit à la portée de l’aventurier de la thèse émergente. Bizarrement, ce n’est qu’en note qu’est délivrée la règle essentielle : « on n’est jamais assez circonspect sur le choix de sa directrice ou de son directeur » (la formulation provocatrice est de nous) ! Il revient d’ailleurs dans les pages 83 à 86 sur l’importance de ce choix dans une sous-partie au titre provocateur « Comment éviter de se faire exploiter par son directeur de thèse », même si la technique proposée manque singulièrement de précision : « Il peut lire certains de ses livres et voir s’il cite souvent ses collaborateurs. Le reste est une question de sentiments plus intuitifs, d’estime et de confiance » (p. 86). Pour reprendre une métaphore halieutique, il vaudrait mieux ne pas lancer l’appât au hasard car nombre de personnes pratiquent de la sorte et la rédaction d’un mémoire de master, la présence dans un cours du directeur envisagé ainsi que la présentation d’un projet étayé par un début de bibliographie sont l’occasion de ferrer en prenant moins de risques. Malgré ces précautions, il peut arriver que la rencontre ne se fasse pas et la tradition veut que le choix d’un nouveau directeur se fasse avec l’assentiment de l’ancien.

4Une fois un accord de principe négocié, l’itinéraire est des plus classiques : viennent d’abord le choix du sujet et la nécessité de sa délimitation stricte (d’autant plus que le projet original énoncé par Umberto Eco dans le contexte italien est d’accompagner une thèse de fins d’études rédigée en six mois). Ensuite se pose l’alternative entre le théorique, autrement dit une thèse qui ne nécessite pas d’aller sur un terrain autre que des bibliothèques, et l’expérimental qui, en sciences humaines et sociales, impose de ne pas s’en tenir à des spéculations car il faut alors « se frotter » à la « vraie » vie et aux « vrais » gens. Bien sûr, une gradation peut être observée entre les deux, gradation que l’on retrouve souvent dans les thèses inaugurées par une partie théorique qui précède le recueil des données et leur analyse suivie de leur interprétation. Rarement posée de manière aussi insistante, la question de la principale langue concernée (première, étrangère et/ou ancienne ?) est traitée avec bon sens et une grande rigueur dans les interdits énoncés (p. 56-60). Plus liés au contexte italien du temps, les risques entraînés par un militantisme qui éloigne de la scientificité et confine à la politique occupent une place sans doute discutable aujourd’hui. Le fait que l’auteur tente de montrer commet un sujet d’actualité peut être transformé en objet scientifique traduit sa préoccupation d’alors, sans doute partagée par nombre de ses collègues. C’est pour lui l’occasion d’écrire un passage savoureux dans lequel il envisage l’étude – datée – de radios libres pour lesquelles un tableau récapitulatif (p. 76) prête à sourire dans la mesure où il témoigne du souci de confirmer la nécessité d’une approche scientifique pour éviter toute prise de position idéologique.

5Plus intéressant, le travail sur les sources primaires et secondaires illustré par les interprétations hasardeuses d’une citation de Jacques Maritain faussement attribuée à Saint-Thomas d’Aquin (p. 131) est l’occasion d’un rappel salutaire sur le travail des premières et d’une manipulation circonspecte des secondes. Toute directrice ou directeur insistera sur le soin mis aux références bibliographiques, sur l’établissement d’un plan de travail et d’une table des matières, même provisoire. De même, le problème à traiter sera l’objet d’une véritable obsession, seule garante d’un travail scientifique en cours, bien que n’apparaisse jamais le terme aujourd’hui consacré de problématique.

6Enfin, les fiches de travail sont non seulement évoquées et énoncées mais elles sont nombreuses et Umberto Eco repris par son traducteur en fournit des exemples précis et concrets : fiches bibliographiques incomplètes puis complétées, fiches de lecture, fiches thématiques, fiches d’auteurs, fiches de citations, fiches de travail (p. 196) dont des exemples commentés occupent les pages 200 à 202 et 211 à 223). Si, de nos jours, les précisions de taille et de matière ainsi que les conseils de dactylographie peuvent apparaître dépassés, il sera aisé de les transférer dans le domaine de la documentation personnelle assistée par le numérique. Il ne faut pas oublier qu’il s’agit de produire de l’écrit la plupart du temps à partir d’écrits !

7Dernière composante, et production la plus visible, la rédaction en elle-même n’est pas oubliée, à commencer par le lectorat, par ces trois à six personnes qui sont les premiers destinataires de la thèse, même si ce ne sont pas les seuls, d’où la nécessité de se soucier d’être compris par des personnes qui ne sont pas spécialistes du sujet traité. « Vous n’êtes pas Marcel Proust » (p. 232) souligne les risques encourus par la multiplication de phrases trop alambiquées et peu claires. Longueur et consistance des paragraphes, pertinence des notes de bas de page, précision et définition des termes employés, choix et références des citations font l’objet de développements qui sont encore d’actualité quarante ans après la première édition. Il ne faut jamais oublier que cet écrit, comme tout écrit, s’adresse à un ou plusieurs destinataires et que le travail sur l’écriture commence par une sorte de dédoublement qui consiste à se méfier de fausses élégances qui se soldent par du flou dans le propos, voire de l’incompréhension d’un lecteur-examinateur qui ne manquera pas de relever toute expression ambiguë ou fautive dans son rapport. Le style de l’auteur dépend du genre dans lequel s’inscrit le travail et « [l]e pseudo poète qui fait une thèse en langage poétique est un pauvre diable (et probablement un mauvais poète) » (p. 236). Ces conseils de rédaction sont constamment illustrés par des paragraphes présentés puis réécrits pour corriger les erreurs ou disparités qui n’entrent pas dans le genre de la thèse universitaire.

8En revanche, tout ce qui est un peu technique, écrit et présenté sous la forme d’un dernier chapitre (faussement) dactylographié pourra être consulté d’un œil distrait, voire avec une curiosité amusée, car il nous parle d’un temps antérieur à la bureautique et au traitement de texte qui a apporté un grand confort aux auteurs. Il permet de ne plus craindre une renumérotation des notes en cas de suppression de l’une d’elles et la généralisation des références informatiques pour des ouvrages et articles (notamment leur référencement sous forme d’objets numériques appelés DOT selon l’acronyme anglo-saxon) rend obsolètes bien des recommandations de l’auteur. Reste d’actualité celle qui porte sur les relectures car il semble bien que la nécessité imposée aux chercheurs et enseignants-chercheurs de mettre en page leur production détermine chez eux de plus grandes exigences sur la qualité formelle des travaux universitaires, notamment sur les thèses où les défauts de ponctuation (guillemets ouverts et non fermés, par exemple) et l’orthographe fantaisiste des noms propres indisposent les membres du jury. Une attention particulière sera accordée aux « appendices » que nous dénommons plus généralement « annexes » car seule une pagination continue rend leur consultation aisée. Il en va de même pour la table des matières qui doit être exhaustive et dont la place est plus pertinente en fin d’ouvrage alors qu’un sommaire est forcément plus bref et donne une idée assez globale de l’ouvrage. Mais Umberto Eco inverse les deux termes (p. 319) et nous partageons son souci de présenter avant le texte un parcours de lecture et de situer après ce dernier un outil de travail qui permet de retrouver le moindre passage une fois une première lecture effectuée.

9Comment écrire sa thèse est un livre plaisant à lire et il peut être utile à toute personne qui s’interroge sur la pertinence d’une « entrée en thèse » ; il n’intéressera pas que les doctorantes et doctorants en sciences humaines et sociales car, bien qu’il soit signé par un universitaire aguerri et reconnu qui se double d’un grand écrivain, il témoigne aussi du souci de mettre à la portée de toutes et tous les étudiants une démarche que l’université avait réservée jusqu’à la fin du vingtième siècle à une élite qui prenait garde de se reproduire sans se massifier. Ce n’est pas là son moindre mérite, même si les anachronismes liés à sa date de rédaction et aux progrès rapides des outils numériques rendent indispensables la fréquentation d’autres ouvrages sur l’écriture des thèses (Plot, 1986 ; Beaud, 1988 ; Rouveyran, 1992 ; Herzlich, 2005 ; Lani-Bayle, 2006 ; Groux, 2013).

Haut de page

Bibliographie

Beaud, M. (1988). L’art de la thèse. Paris : La Découverte.

Groux, D. (2013, dir.). Fabrique de la recherche en éducation à l’usage des étudiants de master et de doctorat. Paris : L’Harmattan, collection Éducation comparée.

Herzlich, Cl. (2005). Réussir sa thèse en sciences sociales. Paris : A. Colin.

Lani-Bayle, M. (2006). Écrire une recherche : mémoire ou thèse. Lyon : Chronique Sociale.

MENS (2016). Arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat. Journal Officiel de la République Française du 27 mai 2016. Texte n° 10. Consulté le 31 octobre2016 : https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2016/5/25/MENS1611139A/jo/texte.

Plot, B. (1986). Ecrire une thèse ou un mémoire en sciences humaines. Paris : Champion.

Rivière, T. (2015). Carnet de thèse. Paris : Éditions du Seuil.

Rouveyran, J.-Cl. (1992). Mémoires et thèses ; l’art et les méthodes. Paris : Maisonneuve et Larose.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Richard Étienne, « Eco, U. (2016 pour la version française traduite de l’italien par Laurent Cantagrel, 1978 pour la première édition). Comment écrire sa thèse. Paris : Flammarion, 338 p. », Éducation et socialisation [En ligne], 43 | 2017, mis en ligne le 01 février 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://edso.revues.org/2026

Haut de page

Auteur

Richard Étienne

Professeur émérite en sciences de l’éducation à l’université Paul Valéry Montpellier, LIRDEF (EA 3749)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org