Navigation – Plan du site
notes de lecture

Yvonne Knibiehler, La Virginité féminine : mythes, fantasmes, émancipation

Odile Jacob, 2012
Jacqueline Fontaine
Référence(s) :

Knibiehler, Yvonne, La Virginité féminine : mythes, fantasmes, émancipation, Paris, Odile Jacob, 2012

Texte intégral

1Yvonne Knibiehler est professeur émérite de l’université d’Aix-en-Provence. Historienne et féministe, elle est une des spécialistes de l’histoire des femmes et de leurs rapports avec leur corps : qu’il s’agisse de la sexualité ou de la fonction maternelle.

2Elle vient de publier un nouvel ouvrage intitulé La Virginité féminine : mythes, fantasmes, émancipation, aux éditions Odile Jacob.

3Dans son dernier ouvrage Yvonne Knibiehler aborde sans tabou un volet de l’intimité féminine, celui de la virginité. Elle interroge le paradoxe de la « virginité féminine », qui est quasi un pléonasme, alors que « virginité masculine » qui tient de l’oxymore, ne fait l’objet d’aucun problème sociétal. Outre le changement physiologique, lorsque la jeune fille vierge, la « parthénia », devient femme après la défloraison du premier rapport sexuel, c’est la problématique de l’identité sexuée féminine, dans un contexte social et religieux qui est interrogée. Les cycles de la vie féminine ne sont pas gravés dans le marbre, mais marqués par la perte du sang. De l’état d’enfant, elle passe à celui de pubère, puis de femme, et de mère. L’homme naît garçon et le reste, sans modifications anatomiques visibles. Pourtant c’est lui qui intervient dans les deux rites de passage de la fille : de fille à femme et de femme à mère. Est-ce à ses yeux ce qui peut justifier sa domination sur le corps de la femme ?

4En ce xxie siècle de sexualité triomphante, la virginité a-t-elle perdu toute valeur ? C’est la question à laquelle Yvonne Knibiehler tente de répondre.

5Aujourd’hui nous assistons à un phénomène qui prend de l’ampleur : l’hyménoplastie. Aux États-Unis, qu’est-ce qui pousse une riche étudiante américaine, Paris Hilton, après une jeunesse libertine, à prévoir de se faire réparer l’hymen, lorsqu’elle aura décidé de la date de son mariage ? En France, les médecins sont sollicités par les parents de jeunes filles musulmanes pour leur fournir un certificat de la virginité de leurs filles. Depuis quelques années, ce sont les filles elles-mêmes qui demandent une hyménoplastie et sont prêtes à payer très cher cette réfection de leur hymen dans une clinique privée.

6Existe-t-il encore aujourd’hui, une valeur symbolique de la virginité, qui au-delà des apparences continue à perdurer ? Cette virginité est-elle toujours une dimension de la relation entre les deux sexes, une composante forte du lien social et une instrumentalisation de la domination masculine ?

7L’auteur rappelle comment de nombreuses filles chrétiennes vont préserver volontairement leur virginité, promue au rang de vertu morale. C’était pour elles une forme de liberté, une transcendance, voire une source de pouvoir. Et de citer les exemples de Geneviève de Paris, Catherine de Sienne, Thérèse d’Avila.

8Les anthropologues ont mis en valeur la dimension sociale de la virginité. Un homme exigeait de se marier avec une vierge, pour assurer sa filiation, perpétuer sa lignée, lui transmettre son nom, ses biens, ses pouvoirs.

9Finalement la virginité est un exemple d’interaction permanente entre nature et culture. Son enjeu est social, moral et symbolique, elle continue à porter une charge émotionnelle intense.

10Yvonne Knibiehlher articule son livre en cinq parties selon un plan chronologique ; en remontant depuis la période gréco-romaine, elle fait courir sa plume allégrement au fil de l’histoire, et entraîne ses lecteurs à revisiter les fondements des civilisations. La problématique de la virginité est analysée à partir de récits, de références historiques qui nourrissent le lecteur et l’invitent à réfléchir à cette constante sublimation de la virginité. Celle-ci alimente les mythes, les fantasmes masculins et participe parfois de l’émancipation féminine.

11La première partie de l’ouvrage est intitulée : « La virginité mythique : L’Antiquité gréco-romaine ».

12Pour les Anciens, Grecs et Latins, la virginité est une entité divine qui est hissée au sommet de l’Olympe. Les trois déesses Athéna, Artémis et Hestia, dont le virginité est probablement liée à leur immortalité, représentent toutes les dimensions de la protection : l’intégrité de l’enfance, de la cité, du foyer. Les déesses vierges opèrent une transfiguration du féminin pour la gloire des communautés masculines. Les premiers mortels étaient tous de sexe masculin, c’était « l’âge d’or » qui a duré jusqu’à l’arrivée de la première vierge des mortelles Pandora, créée par les dieux pour les punir de leur trop grande prétention. Le vase que portait Pandora va s’ouvrir et tous les maux vont se répandre sur la Terre.

13Les Grecs ont inventé la science médicale en observant le corps humain et ils vont découvrir la présence de l’hymen dans le corps de la jeune fille. Les médecins grecs : Hippocrate reconnu comme le père de la médecine, Hérophile, inventeur de l’anatomie, Soranos, qui considérait les sages-femmes comme des soignantes à part entière, et Galien qui a multiplié les dissections, tous partent d’un postulat : le corps de la femme est inférieur à celui de l’homme, il est voué à l’enfantement au service des lignées masculines et de la cité. L’infériorité féminine est actée, fondée sur la philosophie d’Aristote. La médecine, qui avec Soranos parle de l’hymen, préconise un examen prénuptial dont l’objectif est de connaître de santé de la future mariée. Ce sont les Grecs qui ont inventé le fétichisme de la virginité. Les religions monothéistes ne changeront rien et chacune lui attribuera sa valeur symbolique.

14La seconde partie intitulée : « La Gloire de Dieu et la valeur des vierges » analyse comment les monothéismes qui ne vont pas démythifier la virginité, vont favoriser des interprétations nouvelles de celle-ci, à partir perspectives différentes.

15Avec l’avènement des trois religions monothéistes (judaïsme, christianisme, islam) la virginité est transfigurée et valorise plusieurs fonctions.

16Pour la religion juive, la virginité authentifie la filiation et la pureté de la descendance. Dans l’espace familial et social, la domination est affirmée avec force. La femme n’a été créée que pour l’homme, pour son bonheur, son service et pour lui assurer une progéniture.

17Pour le christianisme, la virginité est sublimée, elle a une valeur éminente, d’ordre moral et spirituel. Elle est aussi précieuse pour les hommes que pour les femmes.

18Yvonne Knibiehler, démontre qu’au cours des siècles, en observant les figures emblématiques d’Agnès, Geneviève, que la virginité consacrée peut donner un espace de liberté, de créativité et de puissance aux filles.

19Le christianisme propose aux femmes la continence, qui élèvera leur âme vers Dieu. Elles vont saisir cette opportunité pour refuser le mariage, la fonction de reproduction et disposer de leur corps. Les veuves sont les premières à en profiter et ne pas accepter de se soumettre à un second joug marital. En particulier pour celles qui se proclament « les épouses du Christ ».

20Pour l’islam, la virginité est une composante essentielle dans les relations entre les deux sexes, elle symbolise la domination masculine dans les rapports amoureux. La virginité a une valeur symbolique qui résiste à la désacralisation contemporaine. Les textes islamiques anciens justifient la primauté masculine. L’ordre religieux et l’ordre social établissent une hiérarchie entre les êtres humains et l’homme est au sommet. La virginité féminine est une composante essentielle de la différence entre l’homme et la femme. Elle confirme et assure sa domination.

21Dans la troisième partie : « L’Apogée de la virginité féminine », l’auteur propose à travers les siècles, l’histoire de la représentation dans l’imaginaire masculin de la virginité, pour justifier sa domination sur les femmes.

22À partir des récits hagiographiques, de contes populaires, l’auteur revisite cette littérature peuplée de « pucelles », de fées, qui met l’accent sur l’éveil de la sexualité. Dans les écrits théologiques, seules les filles pures sont élues. Quant aux traités médicaux, ils attestent que la restructuration de l’hymen ou « le raccoutrage des pucelages perdus » était déjà pratiqué au moins depuis le xiiie siècle en France.

23Yvonne Knibiehler analyse comment au cours du temps vont se gérer les difficultés des rapports entre les sexes : parce que l’Église a donné aux filles la liberté de rester vierges, elle a ouvert une brèche à la domination masculine. Et l’auteur distingue : du côté des hommes : la violence du corps (viol et défloraison) vis-à-vis de cette éternelle tentatrice, avec une lente reconnaissance des victimes, et, du côté des femmes, l’élévation mystique de l’âme, avec la spiritualité féminine.

24Sous l’Ancien Régime, l’âge du mariage recule de 16 à 25 ans. C’est une première forme de contraception, le couvent en est une autre. La fille devient adulte, avant de devenir une épouse et un débat sur son éducation s’engage, il va durer trois siècles. Avec sous-jacente l’interrogation : comment va-t-on protéger la pureté ? À travers les siècles, en accordant une valeur symbolique à cet état appelé par les grecs « parthénia », la question qui préoccupe toutes les familles peut se résumer à cette épée de Damoclès dont dépend leur honneur : comment garder les filles vierges jusqu’au mariage ?

25Les familles éduquent les filles de manière à ce qu’elles sauvegardent leur intégrité physiologique. Toute grossesse hors mariage est vécue comme l’opprobre porté sur la famille. Certaines filles, qui ne veulent ni se marier, ni entrer au couvent, vont inventer un nouveau statut, celui de célibat féminin, ce que fit Madeleine de Scudéry. Quant à Julie d’Angennes, elle fera attendre plus de dix ans le duc de Montausier, avant d’accepter de l’épouser.

26Dans la quatrième partie, Yvonne Knibiehler aborde l’ère de la désacralisation de la virginité. Depuis le Siècle des Lumières, les progrès de la médecine et des nouvelles sciences : l’anatomie, la physiologie, la psychologie, l’anthropologie, participent à l’établissement des règles de vie sur de nouvelles bases sociales et donnent une nouvelle place à la virginité des demoiselles, qui de la pudeur passent à l’innocence, mais le xixe siècle qualifiera « la blanche colombe d’oie blanche ». Avec le triomphe des idées républicaines, qui suscitent de fortes résistances, les filles vont finalement acquérir au cours des années, le droit de disposer de leur corps.

27Si les mœurs se libèrent après la seconde guerre mondiale avec des pratiques contraceptives, ce n’est que dans les années soixante-dix que la pilule permet aux femmes de disposer de leur corps, et dans ce nouveau contexte, de nouvelles normes de libération sexuelle se mettent en place. Mais les hommes vont-ils abandonner leur domination ? La virginité va-t-elle garder dans ce nouveau contexte une signification intemporelle ?

28C’est cette problématique qui est abordée dans la cinquième partie : « Le Nouveau contexte ».

29La désacralisation de la virginité ne signifie pas pour les filles une totale liberté. Celle-ci s’articule entre survivances et permanences culturelles qu’il leur faut gérer, parce que la peur de la sexualité commence à renaître.

30Par exemple, aux États-Unis le mouvement « No sex », qui préconise aux jeunes gens des deux sexes de rester vierges jusqu’au mariage, rassemble de plus en plus d’adeptes.

31La culture française s’adapte, bon gré mal gré, de la disparition de la valeur symbolique de la virginité, mais cela ne signifie pas que toutes les filles soient informées sur les risques de grossesse lors d’un rapport sexuel. Le nombre d’avortements d’adolescentes démontre leur ignorance. Par contre, les filles de confession musulmane se retrouvent face à des contradictions qu’elles doivent gérer. Elles sont sommées de choisir entre le respect de la tradition de la culture musulmane, qui veut qu’elles arrivent vierges au mariage, et leur désir de liberté personnelle.

32Certaines se révoltent contre leurs parents et leurs expériences amoureuses sont souvent décevantes, quant autres elles s’adaptent avec des aménagements. Elles doivent trouver un compromis entre leur liberté et les exigences familiales. Juste avant le mariage de ces jeunes filles, les médecins reçoivent de la part des parents des demandes de certificats de virginité. Ces demandes posent des problèmes de déontologie et d’éthique au niveau du secret professionnel. Ces dernières années ce sont des réfections de leurs hymens qui sont demandées, par les jeunes filles elles-mêmes, parce que l’honneur masculin est mis en cause et la virginité de la fille est la clé de voûte de l’édifice familial. Les hommes pour se sentir engagés ont besoin d’un marqueur fort, et dans ce cas, c’est celui du sang que la jeune fille est censée verser lors de la défloraison pendant la nuit de noces.

33L’évolution des identités sexuées est complexe. La première relation sexuelle conserve encore la valeur d’un rite de passage, d’une rencontre inaugurale comme l’écrit l’auteur. C’est le symbole de la fin de l’enfance, l’entrée dans l’âge adulte, la confirmation de l’identité féminine.

34Pourquoi les hommes fantasment-ils toujours sur la virginité féminine depuis l’Antiquité ? Est-ce la domination masculine qui s’exerce à travers cette valeur symbolique ? L’auteur nous invite à reconsidérer le sens de la notion « d’émancipation », car les liens sociaux et affectifs, qui nous rendent dépendants les uns des autres, peuvent la remettre en question.

  • 1 Héritier, F., Perrot, M., Agacinski, S. et Bacharan, N. (2011). La Plus belle histoire des femmes. (...)

35Déjà dans sa conclusion Michelle Perrot1 rappelait que « la différence des sexes a toujours été pensée comme une hiérarchie. Homme, c’est mieux ; femmes c’est moins bien ».

36C’est la construction identitaire sexuée, l’égalité entre les deux sexes, la place de la femme dans la société qui est interrogée par Yvonne Knibiehler dans ce livre, à partir du symbole de la virginité.

Haut de page

Notes

1 Héritier, F., Perrot, M., Agacinski, S. et Bacharan, N. (2011). La Plus belle histoire des femmes. Paris : Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacqueline Fontaine, « Yvonne Knibiehler, La Virginité féminine : mythes, fantasmes, émancipation », Éducation et socialisation [En ligne], 33 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://edso.revues.org/203

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org