Navigation – Plan du site

Neurosciences et éducation – Varia (49/Septembre 2018)

Numéro coordonné par Pascale Toscani et Sylvain Connac

Notes de la rédaction

Réception des propositions d'article jusqu'en septembre 2017

Réception des articles intégraux jusqu'en décembre 2017

Retour des expertises : avril 2018

Envoi de la version définitive des articles : juillet 2018

Argumentaire général

Les neurosciences et les sciences de l’éducation sont deux disciplines bien distinctes. Cependant, il est courant aujourd’hui de parler de « neuroscience éducative » ou de « neuroéducation ». Que recouvre ce néo concept ?

La discipline « neurosciences » est elle-même interdisciplinaire, elle regroupe les sciences biologiques, médicales, psychologiques, chimiques, informatiques dont le sujet d’étude commun est le système nerveux, allant de ses composantes moléculaire et cellulaire, jusqu’à celles des différents aspects de la conscience, des comportements et de la cognition, donc de l’apprentissage.

Le terme « neuroscience éducative » est un néologisme utilisé aujourd'hui par les communautés universitaires internationales qui associent les chercheurs en neurosciences et les chercheurs en éducation. Cependant, le travail de collaboration entre ces deux communautés semble encore embryonnaire.

Dans l’avenir, l'intégration des neurosciences éducatives pourrait contribuer significativement aux changements du système scolaire. Il s’agit donc de s'interroger sur les approches de réinvestissement possibles pour les enseignants, dans une démarche réajustée et accompagnée. En somme, les travaux en neuroéducation sont-ils employés pour de l’applicationnisme ou de l’enrichissement des pratiques et des réflexions ?

Quelques questions feront donc l’objet d’une attention particulière dans ce dossier :

  • comment accompagner l'arrivée des neurosciences dans le champ de l'éducation avec son effet de mode, voire magique, ne génère une peur irrationnelle ou un enthousiasme excessif ?

  • que signifie l’utilisation du préfixe « neuro » accolé à « éducation » : juxtapose-t-on les choses ou est-on dans une épistémologie de la complexité ?

  • comment les contenus neuroscientifiques, qui bousculent les compétences éducatives basées sur l’empirisme et l’observation, peuvent-ils être discutés et intégrés dans une approche de l’apprentissage tenant compte des deux champs ? Comment désimplifier cette rencontre, notamment en considérant la part de l’affectif dans les processus cognitifs ?

  • quels sont les contenus issus des neurosciences qui peuvent intéresser l’activité des enseignants, les formateurs et les professionnels des carrières éducatives ? Par exemple, quel est l’impact de la représentation du cerveau sur les résultats scolaires ?

  • enfin, comment envisager l'avenir de la formation initiale et continue avec les neurosciences éducatives dans une perspective collaborative université/école ? Quels sont les effets constatés d’une présentation des travaux autour de la plasticité cérébrale sur les enseignants ? (Dommett, E., et al., 2013)

Intégrer les neurosciences éducatives au sein d’une réflexion sur les apprentissages est une démarche intellectuelle qui demanderait un haut niveau d'analyse, d'éthique, et de visée éducative, de la part des universitaires, des enseignants, des parents, des partenaires éducatifs et politiques.

Tenir compte des neurosciences en éducation ne présuppose pas d’éradiquer les savoirs innombrables en pédagogie et en didactique dans les démarches d’apprentissage. Au contraire, ce sont tous les champs disciplinaires centrés sur l'éducation qui devraient interagir.

L'arrivée des neurosciences dans les domaines de l’apprentissage et de l’enseignement est en mesure de provoquer des ruptures épistémologiques. Elles pourraient avoir des effets heuristiques pour les deux champs disciplinaires. Tout d’abord, cette arrivée demande un éclaircissement sur ce que recouvrent les concepts communs utilisés tels que l’intelligence, la mémoire et l’attention.

Concernant la conception de l’intelligence (c’est-à-dire ce que nous savons aujourd’hui du traitement neurologique et cognitif de l’information, du développement de nos fonctions cognitives et exécutives) : il s'agit de réfléchir sur ce qui continue à être véhiculé à propos de la fixité de l’intelligence et de la capacité à la mesurer, en intégrant le concept de plasticité cérébrale avec ce qu'il suppose comme espoir dans les thérapies cognitives et dans l’épanouissement de l'intelligence humaine. (Simonneau, 2014) Cette conception peut se traduire par un changement de regard sur celui qui apprend et un changement de posture pour celui qui enseigne. Cela nous oblige à revoir notre interprétation de ce que l’on observe chez les élèves, et plus impérativement, de ce que nous évaluons en matière de capacités cognitives.

Concernant le rapport à soi-même et aux autres : se former à des contenus neuroscientifiques ne pourrait se concevoir sans une analyse réflexive approfondie sur sa propre vision de l'homme, que cette vision soit cognitive, psychique ou sociale. Toute personne qui a pour tâche de faire grandir les autres en connaissance et en humanité, devrait être en mesure de réfléchir à sa propre doxa pour ne pas enfermer ceux dont il a la charge dans ses représentations et ses interprétations du monde.

Concernant l’arrivée des neurosciences dans le champ des sciences humaines : les neurosciences n’échappent pas à l’enjeu de la complexité et si elles viennent bousculer la philosophie, la sociologie ou la psychanalyse, elles sont aussi interrogées par ces mêmes disciplines. Intégrer les neurosciences dans l’éducation, sans lien avec les autres disciplines, et sans positionnement épistémologique précis, peut conduire à une appréhension « magique » de cette discipline en lui attribuant un pouvoir qui nourrit des fantasmes de toute puissance éducative.

Est-il pertinent, voire urgent, de fonder une nouvelle inter-discipline, qui allierait les connaissances neuroscientifiques aux connaissances en sciences humaines, et qui aurait une légitimité académique, avec son champ épistémologique ? Cette inter-discipline aurait l'avantage d’une part de favoriser les approches complémentaires dans l'accompagnement de l'apprentissage tout au long de la vie et d’autre part, de générer des débats autour des écoles du futur.

Bibliographie

Caussidier, C. (2014). Le sujet neurocognitif et l’éducation : un paradoxe ? Éducation et socialisation, 36/2014, http://edso.revues.org/979  

Dehaene, S. (2014). Fondements cognitifs des apprentissages scolaires, Collège de France.

Della Chiesa, B. (2016). Neurosciences, attention danger ! Cahiers pédagogiques, 527, 26-28.

Dommett, E., Devonshire, I., Sewter, E., Greenfield, S. (2013). The impact of participation in a neuroscience course on motivational measures and academic performance. Trendsin Neuroscience and Education, 2/2013, 122-138.

Simonneau, L. (2014). Éléments pour une théorie biologique du sujet. Éducation et socialisation, 36/2014, http://edso.revues.org/1032

Tardif, E., Doudin, P.A. (2016). Neurosciences et cognition : perspectives pour les sciences de l’éducation, ruxelles : : De Boeck supérieur.

Toscani, P. [dir] (2016). Les neurosciences de l’éducation : de la théorie à la pratique dans la classe. Lyon : Chronique Sociale.

Nous attendons donc des propositions d'articles scientifiques sur la base de cet argumentaire et des questions soulevées. Nous vous invitons à prendre connaissance des notes aux auteurs :

- soumettre une contribution : https://edso.revues.org/395

- les recommandations aux auteurs : https://edso.revues.org/624

Il est donc nécessaire que vous nous communiquiez d'abord (Pascale Toscani : ptoscani@uco.fr, Sylvain Connac : sylvain.connac@univ-montp3.fr) votre projet de contribution afin que nous vous donnions un accord de principe. Une fois votre article final reçu, il passera par notre filtre de coordination puis par celui d'une double expertise à l'aveugle.

  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org