Skip to navigation – Site map
Dossier : activité, expérience, soin et éducation
Première partie : agir sur soi

Approcher le re-vécu d’une expérience méditative

Sylviane Martin

Abstracts

A number of activities of care aim at accompanying the sick to find their physical perceptions. Knowing one’s own perceptions constitutes a new learning. Among these specific activities, we focused on the meditation in full consciousness proposed to chronically ill patients. Considering the viewpoint of the subjects on their experience, we wondered what the live on the occasion of this activity of meditation. Thanks to interviews to the explicitation, we can describe a lived experience committing an acute perception of their body but also of their environment. We noticed that the presence of an expression in the third person marks a “re-lived” experience of previous events. With the meditative experience, these former perceptions are transformed by perceptions experimented during the meditative activity and the subject can act on their action and more particularly on their anticipation.

Top of page

Full text

L’expérience des malades : une approche du point de vue des sujets 

1L’annonce d’une maladie chronique ou d’un diagnostic impactant le processus de vie est un évènement qui induit une rupture dans le cours de vie. L’irruption du diagnostic est un évènement qui laisse le sujet dans l’incompréhension de ce qui lui arrive : de ce qui lui est "tombé dessus", littéralement. Il fait ressortir la fragilité du lien qui relie à la vie. En même temps, à travers cette incompréhension de ce qui arrive, la maladie peut constituer une recherche d’un sens nouveau à donner à son existence.

2Elle constitue au sens de Romano, une "ex-per-ience" (Romano, 1999 et 2003) : c’est-à-dire une aventure qui permet de "s’avoisiner", mais de s’avoisiner au pér-il de soi-même. La racine <per-> souligne le double sens de mise en danger (comme dans periculum en latin et pericoloso en italien) et de traversée (comme peiro traverser en grec). Nous pensons que cette expérience comme traversée de la maladie transforme radicalement les perceptions que les personnes ont d’elles-mêmes, de leur environnement, et aussi de leur existence. En cela, les malades eux-mêmes ont beaucoup à nous apprendre de cette ex-per-ience non-dite car en grande partie corporelle.

3Enfin, cette expérience propre à chaque malade ou "sujet en soin" (Tourette-Turgis, 2015) peut transformer les perceptions que les autres, en tant que sujets dits "sains", se font de la maladie, des malades, mais aussi d’eux-mêmes.

4En considérant plus particulièrement ce point de vue des sujets sur leur expérience, nous avons été amenés à nous intéresser à une activité de méditation proposée comme une activité de formation à des malades chroniques atteints d’insuffisante rénale. Cette formation s’inscrit dans un projet de soin. Nous nous sommes interrogés sur ce que vivent les malades à l’occasion de cette activité de méditation et la façon dont ce vécu entre en relation avec le cours de leurs activités au quotidien. Nous nous sommes demandé comment cette expérience vécue en situation de formation entre en relation avec leur expérience comme traversée de la maladie.

L’activité de méditation comme activité de formation dans le cadre d’un projet de soin

5Un certain nombre d’activités de soin visent à accompagner les malades à retrouver leurs perceptions corporelles : sensation de faim ou de satiété pour ceux atteints de surpoids (Adt, 2011), ou encore perceptions fines de la dégustation d’un aliment auprès de diabétiques (Guérin et Zeitler, 2017)

6Cheminer ou renouer avec ses perceptions propres constitue un apprentissage nouveau pour les malades. Parmi ces activités particulières, nous nous sommes intéressés à la méditation en pleine conscience, proposées aux malades dans un service de néphrologie dans le cadre d’un programme de formation.

7Cette formation commence par une réunion d’information. Le stage comporte ensuite huit séances hebdomadaires de 2h30 le jeudi soir et une séance d’une journée le samedi qui suit la sixième session. La formation est animée par le médecin, Professeure de Néphrologie à l’hôpital, spécialiste de l’accompagnement des maladies chroniques. Elle a été formée à Boston par les enseignants du Center for Mindfulness (CFM) de l’Université du Massachusetts Medical School à Worcester aux Etats-Unis.

8Suivant le Dr Lutz du Centre de Recherche Neurosciences de Lyon (CRNL), "cette méditation de la pleine conscience vise à entraîner l’attention à détecter et réguler les schémas cognitifs et affectifs produisant de la souffrance ou des émotions afflictives."(Lutz, SD) Depuis les années 80, la méditation a fait l’objet de recherches en neurosciences (Varela, Lutz,…), notamment par l’étude de l’activité électrique du cerveau (électro-encéphalographies) à l’occasion de pratique méditative. Cependant, l’activité de méditation en tant que telle est encore peu documentée dans le champ des sciences humaines et plus particulièrement dans celui des sciences de l’Éducation. S’emparer de ce terrain nouveau est aussi une façon de répondre aux enjeux de trois champs : un champ de recherche, un champ professionnel, et un champ social.

9Par ailleurs, l’activité de méditation par l’attention sur sa propre activité est souvent envisagée comme une focalisation exclusive sur soi-même. L’objet de cet article est de montrer comment cette activité peut être une expérience engageant une perception aiguë de son corps en interne comme une perception affinée de son environnement. Elle contribuerait alors à re-configurer la perception que les sujets ont d’eux-mêmes dans leur relation aux autres et au monde. Nous pensons que par cette reconfiguration l’activité de méditation peut constituer une façon de se ressaisir de ses expériences passées et d’agir sur le cours de sa propre action.

Une approche phénoménologique, pour com-prendre et accéder au (re)vécu de cette activité de méditation 

Le malade chronique en tant que "sujet percevant"

10La phénoménologie de la perception (Merleau-Ponty, 1945/2003) propose une conception du sujet à contrario d’une dichotomie corps/esprit, qui aborde sujet percevant et monde perçu en relation. Dans une approche phénoménologique de la schizophrénie, Kimura propose de même une conception du sujet, comme un être-avec-les-autres qui se constitue dans ses relations avec son environnement vital et avec lui-même. Dans la tradition japonaise, une conception du sujet comme individu n’a pas de consistance. L’être humain se conçoit comme un être avec les autres et les espaces relationnels sont des espaces différentiels, des espaces de l’entre-deux qui définissent différents aïda (Entre). En Japonais, aïda signifie entre dans le sens d’un intervalle spatial ou temporel entre deux ou plusieurs choses. Pour Kimura (2000), aida désigne l’"entre" des relations inter- et intra-personnelles.

11En ce sens, le malade, en tant que "sujet percevant"(Merleau-Ponty, 1945/2003), est envisagé comme "sujet-en–relation" avec lui-même, avec les autres et son environnement. Il se définit ou plutôt se redéfinit sans cesse dans ces interactions multiples (Merleau-Ponty, 1945/2003 ; Kimura, 2000). Cette redéfinition des contours de soi en relation avec le monde perçu peut être une manière de comprendre une réélaboration de soi-même à travers cette activité de méditation. Nous pouvons embrasser dans un même mouvement l’expérience vécue à l’occasion de l’activité de méditation et l’expérience élaborée à travers cette activité par les malades eux-mêmes.

12L’expérience, vécue du point de vue du sujet percevant est une expérience vécue en relation avec une situation spécifique. La description phénoménologique est une façon d’objectiver l’expérience vécue du point de vue des sujets percevant. Elle constitue une manière d’approcher l’expérience vécue par les "sujets en soin" comme sujets percevants à l’occasion de l’activité de méditation.

13Dans ce cadre phénoménologique, nous présenterons tout d’abord l’entretien d’aide à l’explicitation en tant que méthodologie d’accès au vécu de l’expérience des malades à l’occasion de l’activité de méditation. L’approche descriptive proposée par Vermersch vise plus particulièrement l’expression du point de vue du sujet en première personne. Elle s’attache à la description de l’action revécue par le sujet explicitant. Nous avons pu constater que le cours du processus d’explicitation de l’action re-vécue est perturbé par l’émergence de traces d’événements passés qui s’expriment en troisième personne. A partir de ce qui s’exprime plus implicitement, nous avons remonté le cours de l’expérience réélaborée par les sujets en soin à travers l’exercice méditatif. Nous présenterons donc ensuite notre méthode pour approcher ce qui est re-vécu par l’expérience méditative puis les résultats de cette recherche exploratoire.

L’accès au vécu de l’expérience

Un recueil d’informations sur l’action re-vécue

14Nous pensons que l’entretien d’aide à l’explicitation (Vermersch) peut être un moyen pour accéder au vécu de cette activité de méditation du point de vue du sujet. Durant l’entretien, l’interviewé re-vit la situation comme s’il y était à nouveau. L’accent est mis sur la description de l’action revécue qui se manifeste par une formulation au présent et en première personne. "L’entretien d’aide à l’explicitation vise [...] la verbalisation des éléments implicites de l’activité du sujet à travers la mise en mots des prises d’informations, de leurs modes de traitement, des prises de décision et des opérations d’effectuation qui sont en œuvre" dans le déroulement de l’action (Faingold, 2005, p. 4). L’interviewé est alors centré non plus sur une efficience de son action mais sur ce qui a présidé à l’efficience de cette action de référence et que Vermersch appelle le "pré-réfléchi" de l’action.

15Le moment spécifique de l’entretien où l’interviewé retrouve ses perceptions internes se définit comme une "re-présentification de la situation". Faingold précise que "ceci consiste à proposer de retrouver le lieu, les circonstances, l’environnement, la posture corporelle" (Faingold, 2005, p. 2) qui, pour l’interviewé, étaient les siennes dans la situation de référence. Cette « re-présentification » se prolonge par un processus "d’évocation". La personne interviewée est dans une position de parole spécifique que Vermersch nomme "parole incarnée". Elle se caractérise par la présence d’indicateurs corporels précis comme "le décrochage du regard" et "le ralentissement de la voix". L’attention de l’interviewé ne se porte plus sur le monde qui l’entoure. Il s’agit d’une phase de "conversion de l’attention" (Despraz Varela Vermersch 2011). La mise en mots en position de parole « incarnée » correspond "au moment où la situation passée et re-vécue" est plus présente pour le sujet que la situation actuelle d’interlocuteur. "Le sujet accorde plus d’attention à ce à quoi il accède en interne (...) qu’à la relation avec" l’accompagnant. (Vermersch, 2003, p. 57). En position de parole "incarnée", "le sujet parle de la situation passée en tant que situation singulière [...] et reste relié au caractère concret du vécu." (Vermersch, 2003, p. 57).

Une description de l’expérience vécue

16La recherche du point de vue en première personne est pour Vermersch en relation avec le contenu descriptif que formule le sujet explicitant. La "verbalisation descriptive" exprime une "expérience singulière d’un sujet déterminé" (Vermersch, 2001). Elle s’attache à une situation spécifique et spécifiée dans sa mise en mots. Les formulations comme "chaque fois que je fais", ou comme "la plupart du temps", font entendre que l’interviewé parle "en général" d’un ensemble de situations plutôt que d’une situation identifiée dans le temps et l’espace. Le discours généralisant sur l’action est élaboré à l’attention de l’interlocuteur. Il marque une distance par rapport à la situation passée. Ce discours tenu sur l’action inclut la "dimension déclarative" (savoirs, consignes, …), intentionnelle ou encore évaluative sur l’action (Vermersch, 2003). Il marque une sortie du processus d’explicitation.

Une reconstitution du re-vécu d’évènements associés au vécu de l’activité de méditation : les traces de l’inscription du sujet percevant dans ce qui est dit

17Au sortir du processus d’explicitation, nous proposons de nous intéresser maintenant au matériau recueilli en position de parole que Vermersch nomme "formelle" ou que Blandin désigne par "spontanée". Dans un discours tenu sur l’action, le sujet parlant peut moduler son degré de prise en charge de ce qu’il dit (Charaudeau & Maingueneau, 2002). La présence du pronom dit "impersonnel" souligne ainsi l’absence de prise en charge de ce qui est dit par le sujet parlant, comme "une forme vide qui n’a pas de signification en elle-même et ne renvoie à rien" (Hilty, 1959 in Wilmet, 2003, p. 292). Dans ce cadre, nous n’oublions pas que le sujet qui parle est aussi un sujet qui perçoit (Merleau-Ponty, 1945/2003), et, qui par ce qu’il dit rend compte de la façon dont il perçoit ce qui lui arrive. Le sujet parlant exprime en 3e personne la distance avec ce qu’il perçoit et l’absence de prise sur les événements (Martin, 2013). Il peut exprimer ce qui lui arrive ou plutôt ce qui lui advient, notamment par la présence d’"il y a" (Romano, 2003).

18Par ailleurs, si "on assimile communément l’énonciateur à celui qui dit je" (Charaudeau & Maingueneau, 2002, p. 226), nous pouvons remarquer que le sujet peut parler de lui-même en deuxième ou en troisième personne mais avec un autre "masque" (Ducrot 2008) que celui de l’expression en première personne. Ducrot utilise la notion de "mascarade" pour définir cette mise en scène du sujet dans et par ce qui est dit : "le locuteur fait de son énonciation une sorte de représentation, où la parole est donnée à différents personnages, les énonciateurs" (Ducrot, 1984/2008, p. 231). En convoquant ainsi plusieurs "personnages", le sujet se fait entendre à plusieurs voix.

19Le registre "polyphonique" peut être particulièrement varié lorsque le sujet parlant s’exprime en 3e personne, notamment par le recours à l’"omnipersonnel on", aux pronoms quantifiants-caractérisants déictiques"(ce/ça/c’) ou aux "topicalisations impersonnelles" (Wilmet, 2003). La présence de "on" fait entendre une voix collective, au sens où l’énonciateur est "assimilé à un certain "on", à une voix collective, à l’intérieur de laquelle le locuteur est lui-même rangé" (Ducrot, 1984/2008, p. 231).

20Entre voix collective et voix impersonnelle, la présence de pronoms traditionnellement appelés "démonstratifs"(ce/ça/cela/c’) ouvre un autre espace d’expression du sujet parlant à la 3e personne par lequel le sujet désigne ce qu’il perçoit sans le nommer (Martin, 2013). Leur présence peut s’accompagner d’une expression émotionnelle qui marque une reconnexion avec un évènement vécu auparavant.

21Nous avons donc remonté ces traces de l’inscription du sujet parlant au fil des énoncés pour reconstituer l’implication d’évènements anciens re-vécus à l’occasion de l’expérience méditative. Le re-vécu de ces évènements liés à l’expression émotionnelle n’est pas forcément directement formulable. A ce moment, le sujet exprime non plus explicitement ce qui lui advient, mais il a recours à une "mise en scène" implicite pour rendre compte ce qu’il lui est juste perceptible (qu’il désigne par ce/ça/c’) ou imperceptible (il/il y a).

22En distinguant ce qui est dit en position de parole "incarnée" et en position de parole "formelle", nous pouvons décrire l’action re-vécue dans sa dimension procédurale, d’un côté, et, d’un autre côté, remonter les traces des évènements re-vécus lors de l’activité de méditation. A travers une expression "polyphonique" (Ducrot, 2008), le sujet fait entendre la façon dont il se perçoit comme la façon dont il perçoit son environnement. Cette perception implique ce qui est vécu dans la situation de méditation mais aussi les traces d’évènements re-vécus à cette occasion. En ce sens, l’expression "polyphonique" peut permettre de rendre compte de différents espaces de perception, qui constituent des espaces ou des dimensions de l’expérience méditative.

L’activité de méditation : une expérience vécue comme une "aventure"

23Parmi les sept participants à la formation, trois ont répondu à notre proposition d’entretien : deux femmes et un homme d’âges différents. Deux personnes sont retraitées et une est en activité. Parmi elles, une était en attente de greffe. Chacun a accepté de participer à deux entretiens d’aide à l’explicitation, qui ont été enregistrés et filmés. Ces entretiens se sont déroulés dans les locaux du service de néphrologie. Ils ont duré entre 35mn et 52mn durant lesquels les participants sont revenus sur 2 ou 3 séances de leur choix. Nous avons fait l’hypothèse que ces situations ont laissé une trace importante dans leur mémoire en relation avec des transformations potentielles.

24Nous nous concentrerons pour cet article uniquement sur les entretiens menés auprès de J, codé J1 pour le premier et J2 pour le second. J est revenue plus particulièrement sur deux séances dans la formation. Ces séances se sont déroulées dans des contextes différents. Tout d’abord, les participants étaient dans une salle réservée à l’activité de formation. Les consignes données par la formatrice accompagnent le déroulement de l’activité de méditation. Puis, à des moments spécifiques de la formation, les participants ont été en situation de vie quotidienne pour une promenade digestive, par exemple. Dans ce cas, l’activité devait se dérouler en silence et en évitant toute communication avec autrui, y compris par le regard. Les consignes étaient alors données en amont de l’activité.

25Nous présentons les résultats de notre recherche en trois parties : l’investissement perceptif de son corps durant l’exercice méditatif, puis la perception particulière des autres participants dans cette même situation, et enfin l’investissement perceptif simultané de soi-même et de son environnement à l’occasion de la promenade digestive.

Une perception de tout son corps et de son corps comme un tout :

26Tour d’abord, J est revenue sur un exercice de méditation qu’elle nomme le "balayage corporel". Elle décrit tout d’abord ce qu’elle perçoit dans son corps et désigne le même phénomène respiratoire comme un "fluide", un "courant", ou une "onde" (J1 176,278) :

"je percevais l’intégralité de mon corps, du doigt de pied jusqu’à la racine des cheveux, par moi-même, par la respiration. Je sentais ce fluide qui passait partout "J1 38.

"c’est comme un courant, une onde, qui passe partout" (J1 176).

"Cette espèce de courant qui va vite vite vite ! Et hop !" (J1 278)

" Oui, « fluide », c’est l’impression qu’on a de la respiration. Enfin, je dis « on », heu… Que j’ai… De la respiration qui passe dans vos doigts, dans vos doigts de pieds, dans vos genoux, dans … dans vos hanches, dans la poitrine, partout." (J1 230 à 234).

27La respiration n’est pas uniquement perçue dans les poumons ou l’abdomen mais dans tout son corps. La perception de la respiration dans les moindres parties de son corps (doigts, dans vos doigts de pieds, dans vos genoux, dans vos hanches, dans la poitrine, jusqu’à la racine des cheveux) actualise la perception de l’intégralité du corps. Pour J, il s’agit précisément d’une perception corporelle nouvelle ("nouvelles", "première fois", "découverte") :

"c’est la première fois qu’on maîtrise l’ensemble (…), avant, on apprend à respirer dans une PARTIE de son corps". (J1 244)

"Mais là, c’est TOUT l’ensemble en même temps". (J1 246).

"C’est la découverte de sa bouche, de ses joues, de l’intérieur de son nez qui pique, qui pique pas. Il y a 10 millions de sensations de parfum, bien sûr… Parce qu’on apprend ça aussi euh… Les yeux ! C’est tout un monde les yeux : derrière les globes, sur les côtés, les cils, le battement de cils, les sourcils… J’ai appris tous ces petits détails qui font un tout quoi" (J1 320)

28Le corps de J n’est pas seulement perçu très finement dans ses moindres parties, mais ces différentes parties sont perçues simultanément (en même temps). Il n’est pas perçu de façon morcelée mais comme un tout impliquant sa dynamique propre ("un courant, une onde, qui passe partout"). Le corps est qualifié de "tout mou", "tout à fait au repos" et absent de toute raideur :

"(le)corps devient tout mou. (…)" (J1 162)).

"une perception nouvelle de son corps… Tout à fait au repos" (J1 162)

29J compare implicitement une situation passée (ne…plus) où le corps était perçu par son raidissement (il ne se raidit plus) avec une situation actuelle où le corps est perçu dans son organicité "fluide" et dynamique ("vite", "passe partout"). L’exercice méditatif engage pour J un investissement perceptif du corps, qui implique alors une mise en regard avec des situations antérieurement vécues.

30En ce sens, l’expression d’émotions énoncées comme "étonnement" et "surprise" expriment non plus ce qui est senti à l’occasion de l’émergence de ces perceptions nouvelles mais ce qui y est "re-senti", au sens de sentir à nouveau :

"L’étonnement aussi parce que c’est la première fois". (J1 180)

"Et c’était, euh… Soudain. J’avais pas …" (J1 64)

"Et c’est la première fois où je ressentais les bienfaits de la méditation et de la pleine conscience." (J1 66)

"brusquement, il y a un genre de bien être qui apparaît. Heu … Et qui, vraiment, est une source de bonheur… Et de surprise…" (J1 92)

"c’est tout d’un coup …" (J1 96) "brusquement, on se rend compte que, nous aussi, on y est" (J1 98),

"là, c’est une impression vraiment… je ne connaissais pas du tout quoi". (J1 222)

"C’est extraordinaire le bien être que ça (…) que ça procure" (J1 178)

"L’étonnement aussi parce que c’est la première fois". (J1 180)

"C’est extraordinaire le plaisir… Déjà, on se sent vivant" (J1 318)

"Et ça, c’est extraordinaire. Cette impression de… Cette espèce de courant qui va vite, vite, vite ! Et hop !" (J1 278)

31En insistant sur l’imprévisibilité de ce qui lui arrive ("brusquement", "soudain"), J rend compte de l’émotion re-sentie, en tant que rupture ou différentiel entre son corps perçu au moment de l’activité de méditation et auparavant. Entre corps re-senti et corps senti, elle mesure l’écart entre "corps raide/ corps détendu" et entre "parties du corps/ ensemble du corps".

32Par l’expression des sentiments à valeur positive (réussite, victoire, maîtrise de l’ensemble), J évalue cette transformation de la perception de son corps, que l’on peut comprendre en adéquation avec ce qu’elle souhaite (y être).

"L’impression d’avoir réussi quelque chose… (J1 38),

"Nous aussi, on y est" (J1 98).

" Prendre conscience, en respirant, de la totalité de mon corps. Ça, c’était quand même une espèce de victoire sur soi-même (J1 14).

33La présence du mot "victoire" laisse entendre à la fois l’étendue de territoire gagné et une posture conquérante (re)trouvée. Ce sentiment de maîtrise de son corps tout entier marque un changement de positionnement du sujet, qui a la possibilité d’agir sur son corps (je percevais l’intégralité de mon corps (…) par moi-même), et par là même sur le cours de son action. J devient auteur de ces actes, au sens strict de l’autonomie (par moi-même, sur soi-même). Elle n’est plus sous-mise aux raideurs du corps qui bloquent sa perception et la dynamique du mouvement.

34Enfin, le sentiment de "bien-être", associé à cette perception renouvelée de son corps, revêt une signification particulière vis-à-vis de la maladie décrite en creux en termes de raideur, de lenteur, ou encore d’entrave. La possibilité nouvelle de se percevoir et d’agir sur et avec l’ensemble de son corps est une rupture (c’est extraordinaire) dans l’expérience de la maladie et celle du sujet, qui s’exprime à travers la sensation d’être bien et surtout celle de se sentir vivant.

Une perception de son corps parmi les autres suivant le rythme d’une respiration unifiée

35Si J a une perception plus fine, plus étendue de son corps, elle évoque aussi une perception de son environnement : la vision d’autres participants et l’écoute à la voix de la formatrice qu’elle nomme "la voix de C" (J1 90) avec une attention soutenue à ses consignes. Elle parle alors d’elle-même en tant que membre du groupe en formation (on) :

"on suivait les propos de C qui était… On était suspendu à ses lèvres. (…) C’est pour ça que ce moment est important : on a ressenti ça en même temps. Enfin, moi, je l’ai senti. Je pense que les autres aussi." (J1 126)

36La présence des autres participants est vécue comme une "force dynamisante", un "soutien". Les autres, perçus comme un groupe, sont ressentis à l’intérieur de son propre corps : 

" même si le groupe est silencieux…… En fait, il (le groupe) participe intérieurement. On sent comme une force dynamisante. Que, toute seule, euh..." (J1 102 à 104)

" J’ai… Je me suis sentie portée par le groupe, soutenue par le groupe, aidée quoi". (J1 364)

37Cependant cette perception particulière des autres participe d’une expérience nouvelle qui est difficile à circonscrire par des mots (on a ressenti "ça"/ "il y a" une espèce de…). Aussi, J tente de circonscrire ce qu’elle perçoit en le reformulant comme un "ressenti " simultané, une "communion", un "partage", et enfin une "pulsation commune" :

"Il y a une espèce de communion. C’est le mot, voilà : une communion dans ce nouveau type de respiration" (J1 126,128),

" Plutôt au niveau de la poitrine… Dans la respiration, Je sentais au niveau de la respiration qu’il y avait une pulsation commune…" (J1 382-386).

"il y avait cette espèce de partage, d’intimité du souffle" (J1 406).

38En ce sens, l’identité du mouvement respiratoire perçu en soi et chez autrui est énoncée comme un "partage" du vécu ("partager l’intimité du souffle"), une expérience partagée.

39Par le dispositif commun de formation, la présence des autres entraîne J à s’accorder au corps des autres sur un même rythme, une même pulsation, une même respiration, jusqu’à ressentir l’écho de la respiration de l’autre dans sa propre respiration. Cet accordement au corps du groupe constitue une expérience partagée avec les autres, ou perçue comme telle. La relation aux autres est donc une relation de corps à corps à la fois "intime" et distante. Le flux respiratoire participe non seulement à forger une perception de son corps dans son ensemble, comme nous l’avons vu précédemment, mais simultanément il construit une perception de son propre corps en relation avec les autres. Les autres sont alors perçus en tant qu’individus assis à côté du sujet et simultanément ils sont perçus en interne à l’unisson de cette pulsation unifiée.

Une perception affinée de son corps en contact avec l’environnement

40J est revenue sur l’activité de méditation particulière qui est une promenade digestive dans les jardins de l’hôpital. Les participants avaient pour consigne de ne pas croiser d’autres méditants. Dans ce contexte spécifique, J perçoit son environnement avec davantage de précision. Elle décrit ainsi ses perceptions auditives, tactiles, visuelles … :

"(je revois)…les rangées d’arbres de chaque côté qui sont très… très bien rangées…"(J2 10)

" les allées…le bruit des gravillons contre euh…j’essaie d’affiner… contre les chaussures… les odeurs, le vent [/], l’air…" (J2 12)

"On perçoit le bruit des feuilles… (…) je reprends…le chant des oiseaux, les oiseaux… l’air…l’air qui vient se…se… frapper… frapper c’est un grand mot ...mais balayer le visage… l’air qui rentre dans nos poumons, (…) Je me souviens des petites…euh… des petites boules de platane… des petites boules qui tombent par terre. Il y avait par terre des … il me semble que c’était des fruits d’arbre… des petites boules, je me souviens… autrement… difficile…les nuages…" (J2 30)

"…le porche est très petit…et c’est juste une toute petite transition, donc je ne me souviens pas d’avoir perçu une différence de lumière…juste une différence globale, mais pas…disons que ça fait deux ou trois mètres même pas… j’ai juste perçu un changement de lumière" (J2 54)

41Simultanément, elle perçoit ce qui se passe dans son corps. Elle décrit ses perceptions internes, qui se focalisent sur trois aspects : tout d’abord le transit des aliments plus particulièrement au niveau de l’estomac et du foie, la perception de l’air qui entre dans les poumons, et enfin la perception du contact des pieds avec le sol et celle du corps avec la fraîcheur de l’air :

1/ "Je sentais le poids des aliments qui descendent par étages … J’avais deux impressions : l’impression extérieure et l’impression de mon corps qui digérait sereinement…" (J2 96)

"…tout à fait… je m’en souviens… particulièrement à l’estomac…dans le foie (…) Là, oui, je sentais bien passer, mais c’était agréable, (…) Là c’était justement en harmonie avec le milieu extérieur... et le milieu de mon… mon corps. C’était très agréable et très doux." (J2 98)

2/ "…j’avais un manteau : une doudoune. Oui... enveloppant……qui adhère de partout… au corps, sauf comme il est grand l’air passe. (…) je le sens dans mon manteau". (J2 106 à 114)

3/ "je revois bien le déroulé de poser son talon et de…dérouler son pied… et peut-être pour être plus en contact avec la terre… sous ce porche (…) ce sont des pavés pas très confortables aux pieds (…) un contact important mais juste une perception de différence de niveau par rapport aux gravillons dont j’aime bien le bruit." (J2 60)," (sentir le pied) qui se déroule dessus les pavés sans rien… sans déséquilibre aucun" (J2 74)

42Elle entrecoupe ces descriptions d’explications. J parle alors de façon générale de plusieurs autres situations, y compris lorsqu’elle s’exprime en première personne. Elle fait référence à une suite de situations similaires qui renvoient à ses habitudes de vie (souvent/ normal) :

1/"…je …j’avais… un passage digestif normal… " (J2 96), " (dans le foie) où j’ai des soucis."," alors que souvent j’ai des soucis pour digérer."(J2 98)

2/ "On sent aussi le circuit de l’air qui passe au travers du manteau. Ça c’est agréable aussi. (J2 112) "…un circuit qui peut passer comme le fameux fluide …que nous avions dans le balayage corporel" (J2 114)

3/ "ce qui est intéressant à se souvenir on passe des gravillons à des pavés." (J2 60)

"c’est peut-être chose que je n’ai pas… jamais dit…que, en fait, avant d’arriver à ce stage… j’avais des soucis d’équilibre… et que je ne tenais pas…j’ai... j’ai une carte station debout pénible et donc je ne marchais pas très bien. Et justement, je me souviens peut-être alors en cherchant très profondément que j’étais tellement contente de découvrir que maintenant MÊME sur des pavés inégaux je posais mes pieds comme tout un chacun sans aucun problème. " (J2 68)

43L’évocation de "soucis" digestifs au niveau du foie fait appel à des situations antérieurement vécues. A contrario, le vécu de la situation de méditation est qualifié de "normal","serein"et "agréable". Le poids des aliments en digestion n’est plus perçu négativement, comme un "souci" ou une difficulté. Il est vécu de façon positive, comme un passage fluide et agréable. Cette transformation se manifeste dans ce qui est dit par une relation inhabituelle entre "lourd" et "agréable" : "je percevais parfaitement bien tout ce qui était (…) autour de moi ET le poids des aliments…ça je m’en rappelle parce que ç’était un peu lourd ET c’était agréable." (J2 104). J mesure ainsi l’écart entre le vécu de la promenade digestive (une lourdeur agréable) et des vécus plus anciens de sa digestion habituelle (j’ai des soucis pour digérer). Ces vécus anciens, associés en creux à une sensation de pesanteur qui freine la digestion, sont ainsi re-sentis et re-vécus à cette occasion.

44L’émergence de situations antérieurement vécues est présente pour évoquer non seulement les difficultés de digestion, mais aussi les problèmes d’équilibre dans la marche. Notamment, la présence de "sans" dans ce qui est dit ("sans déséquilibre aucun", J2 74) présuppose qu’il existe d’autres situations dans lesquelles l’inégalité des surfaces a entraîné un déséquilibre. J avait décrit le contact de ses pieds avec le sol, son déroulé et sa maîtrise de la marche malgré l’inégalité des surfaces pavées. Par comparaison entre vécu et re-vécus dans le cours de l’activité de méditation, marcher "sans déséquilibre" est possible comme "digérer normalement".

45Nous constatons que les situations passées convoquées dans la description du vécu de l’activité de méditation, propose une mise en intelligence nouvelle entre ce qui est perçu dans son corps, ce qui est perçu au contact de son environnement, ce qui est perçu dans l’environnement et ce qui est re-vécu à cette occasion. La construction de nouvelles relations entre ces différents espaces de perceptions réélabore un sens nouveau donné aux actes de la vie quotidienne, comme marcher ou digérer, mais aussi elle contribue à inscrire l’expérience vécue durant l’exercice méditatif dans son expérience de vie. La comparaison entre vécu et re-vécus permet de reconsidérer ses possibilités propres à l’aulne de ce qui a été vécu dans l’activité de méditation. Ce vécu devient par là même un appui pour agir sur son corps, un corps perçu en mouvement et un corps vécu en relation avec ce qui l’entoure.

Une manière de se re-saisir des expériences passées et d’agir sur l’anticipation de son action

46Dans les différentes situations de méditation revécues en situation d’entretien, les participants comme J ont décrit l’actualisation des perceptions à la fois visuelles, auditives, olfactives, tactiles et kinesthésiques. La multitude des détails perçus rend compte d’une perception plus affinée et étendue de son propre corps mais aussi de son environnement. Nous avons remarqué que ces détails ne définissent plus un monde parcellaire mais unifié. En cela, le corps de J est appréhendé dans son ensemble, comme un tout. Dans le cours de l’entretien, ces relations "nouvelles" se construisent tout d’abord entre les différentes parties de son corps, puis entre son corps et le corps des autres participants (comme une "pulsation commune"), et enfin entre son corps et son environnement. Le mot "harmonie" est alors présent et associé à d’autres mots comme le "bien-être", le "bonheur" ou la "communion". Harmonie signifie précisément cette mise en relation, au sens étymologique d’"adapter, ajuster" (Rey, 1993). L’expérience perceptive peut se comprendre comme l’exploration de territoires corporels nouveaux. Mais, cette "aventure", comme J l’énonce elle-même, se comprend aussi, et peut-être surtout comme un "ajustement" de ces espaces perceptifs entre eux. Ce n’est donc pas uniquement son corps qui est exploré à l’occasion de l’activité de méditation, mais son corps en relation avec les autres et avec le monde environnant.

47L’expression émotionnelle (l’étonnement, la surprise) liée à cette "harmonisation" actualise des perceptions liées à des évènements vécus antérieurement. Elle ouvre un espace de comparaison entre évènements passés re-sentis et vécu actuel de l’activité méditative. Ce re-vécu de l’évènement passé dans le vécu de l’activité méditative constitue une manière de se re-saisir de ses expériences passées, comme celle de l’équilibre dans la marche, de la digestion. Il offre la possibilité de les reconsidérer, de mettre en regard les perceptions du corps vécues lors de la marche digestive et celles inscrites dans la mémoire du corps. L’exercice méditatif ouvre ainsi un espace de ré-ajustement et une mise en relation nouvelle avec son propre corps. Il permet la "fluidité" des passages entre différents espaces de perceptions et une autre com-préhension (au sens strict de prendre avec) de son corps.

48Ces perceptions liées à la marche ou à la digestion ne sont plus perçues "comme d’habitude" dans la répétition du même qui fait anticiper et craindre un déséquilibre ou des maux de ventre. Au contraire, elles sont ré-envisagées à partir des perceptions expérimentées durant l’activité méditative. En prenant appui sur ces perceptions nouvelles, le sujet peut agir sur l’anticipation de la marche ou le déroulement de la digestion. Il n’appréhende plus autant les situations à venir, mais se laisse "préhender" (Jonckheere, 2001) par elles. L’ab-sence de stress, au sens strict d’être à distance, concrétise la rupture (brusquement, tout d’un coup) avec les habitudes anciennes ("C’est tellement différent, cette façon, sans stress d’aborder les examens, les choses…les retombées… " (J2 170)). En agissant sur l’anticipation de leur action, les sujets ne se perçoivent plus en "pilote automatique", comme ils le disent eux-mêmes, et trouvent ou retrouvent les moyens de leur inscription dans l’existant. Ils se sentent exister.

49En guise de conclusion, nous pouvons dire que l’expérience vécue à l’occasion de l’activité de méditation est une manière de se re-saisir de ses expériences passées et de les ré-expérimenter à l’aulne de cette situation nouvelle. L’exercice méditatif ouvre un espace de perception de son propre corps en relation avec son environnement. Ce faisant, les sujets, comme J, réinitialisent un pouvoir d’agir sur l’anticipation de leur action. Ce ré-ajustement perceptif s’exprime à la fois par une modification de l’émotion qui accompagne l’action vécue dorénavant « sans stress » et par une manifestation du sentiment d’ex-ister.

Top of page

Bibliography

Adt V. (2011), Le rapport des français à l’alimentation. Un rôle protecteur envisageable contre le surpoids et l’obésité, In Recherche en Soins Infirmiers n° 106, Paris : ARSI.

Bardin L. (1977), L’analyse de contenu, Paris : P.U.F.

Despraz N., Varela F., Vermersch P. (2011), A l’épreuve de l’expérience, Pour une pratique phénomènologique, Bucarest : Zeta Books.

Ducrot O. (2008, 1ère ed. 1984), Le dire et le dit, Paris : Ed. de Minuit.

Faingold N. (2005). Explicitation, décryptage du sens, enjeux identitaires. Quelles méthodologies d’analyse de pratiques pour quelles prises de conscience. In Expliciter, Journal du GREX n° 58.

Guérin J. & Zeiter A. (2017), Cours de vie, apprentissage et transformation d’habitudes de vie d’une malade diabétique. In Les Cahiers du CERFEE n° 44, Montpelier : PULM

Jonckheere De, C. (2001). Agir envers autrui, Modèles d’action dans les professions de l’aide psycho-sociale. Paris : Delachaux et Niestlé

Kimura B. (2000), L’Entre, Une approche phénoménologique de la schizophrénie, Grenoble : Million, Coll. Krisis.

Lutz A. (SD), Impact de l’Entraînement Mental de l’Attention et de la Régulation des Emotions sur le Cerveau et le Comportement : Implications pour la Neuroplasticité, le Bien-être et la Recherche sur les Psychothérapies basées sur la Méditation, European Research Council (ERC) Consolidator Grant (2014-2019),Lyon : Centre de Recherche en Neurosciences (http://crnl.univ-lyon1.fr/index.php/fr/Accueil/ERC-Brain-Mindfulness-A.-Lutz) dernière consultation le 12/3/16

Martin S. (2013). Approcher re-vécu et reconstitution d’une expérience calligraphique. In Barbier J.-M. & Thiévenaz J. (coord.). Le travail de l’expérience. Paris : L’Harmattan (Coll. Action & Savoirs, Série Recherche).

Merleau-Ponty M. (2003, 1ère ed. 1945), Phénoménologie de la perception, Paris : Gallimard, (Coll. tel.)

Romano C. (1998 1ère éd., 1999). L’évènement et le monde. Paris: P.U.F. (Coll. Epiméthée).

Romano C. (2003). Il y a. Paris : P.U.F. (Coll. Epiméthée)

Rey, A. (1993). Dictionnaire historique. Paris : Le Robert

Tourette-Turgis C. (2015), L’éducation thérapeutique du patient : la maladie comme occasion d’apprentissage, Paris : De Boeck.

Vermersch P. (2001). Conscience directe et conscience réfléchie. In Expliciter, Journal du GREX n° 39, pp 10-31.

Vermersch P. (2003), L’entretien d’explicitation, Paris : ESF.

Wilmet M. (2003), Grammaire critique du français, Bruxelles : Duculot.

Top of page

References

Electronic reference

Sylviane Martin, « Approcher le re-vécu d’une expérience méditative », Éducation et socialisation [Online], 44 | 2017, Online since 01 June 2017, connection on 28 July 2017. URL : http://edso.revues.org/2076 ; DOI : 10.4000/edso.2076

Top of page

About the author

Sylviane Martin

Docteure en sciences de l’éducation, Centre de recherche sur la formation/Cnam

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org