Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Les 9 et 10 décembre 2011, un colloque intitulé « l’éducation de la petite enfance : enjeux sociaux et éducatifs de l’accueil dans les différentes formes institutionnelles » et organisé par le Laboratoire interdisciplinaire de recherche en didactique, éducation et formation (LIRDEF) et le Centre de recherches sur la formation, l’éducation et l’enseignement (CERFEE) s’est tenu à Montpellier.

2La problématique générale de cette manifestation scientifique était formulée ainsi :

L’éducation de la petite enfance constitue un axe premier et prioritaire dans une politique éducative. Chaque pays répond de manière différente au problème de la préscolarisation des jeunes enfants en fonction de son histoire, ses traditions religieuses, ses valeurs (concernant le rôle de la Femme et l’avenir des enfants).

En France l’école est obligatoire à 6 ans, mais 98 % des enfants sont scolarisés dès 3 ans à l’école maternelle publique. Ce choix massif des parents confirme bien la valeur de cette institution qui a pu être un modèle ou un idéal pour bien des pays. Sans doute parce que ce service public était assuré par des femmes fonctionnaires recrutées à un haut niveau (équivalent à celui des autres enseignants) mais aussi formées d’une manière spécifique car, depuis Pauline Kergomard (1881), elles défendaient une pédagogie adaptée à l’âge des enfants, distincte de la pédagogie de l’école primaire.

Pourtant des polémiques récentes, et sans doute une évolution plus profonde mettent en cause cette institution séculaire : La suppression du corps d’inspectrices ou la diminution de la formation spécifique depuis 1990 avec la création des I.U.F.M. ont fait reculer la particularité des maternelles ; on s’est éloigné d’une pédagogie du jeu pour se rapprocher des méthodes de l’école primaire et le souci des parents de donner très tôt leurs chances aux enfants dans une compétition sociale forte a constitué une pression toujours plus grande.

D’où un mouvement évident vers les « apprentissages fondamentaux » pour les 5/6 ans : lire et écrire (favorisé par le découpage en cycles). D’où, aussi, un doute croissant pour les 2/3 ans, accentué par l’entrée dans l’Europe : est-il vraiment judicieux de scolariser des enfants aussi jeunes ?

On peut y répondre de manières diverses : par une politique familiale qui favoriserait beaucoup plus le congé parental ? des « jardins d’éveil » qui offriraient un accueil plus adapté aux plus jeunes enfants ? le développement de structures émergentes (classes-passerelles, lieux d’accueil parents-enfant...), innovations qui constituent une transition plus souple vers l’école maternelle ? Selon le choix il faut voir que les conséquences ne sont pas exactement les mêmes :

- quant au rôle et au travail des femmes ;

- quant au risque d’échec scolaire (l’accueil des 2/3 ans — qui pourtant a reculé dans les ZEP depuis 10 ans, de 35 % à 21 % — semblait favoriser une meilleure réussite scolaire, selon une enquête de l’I.N.R.P.) ;

- quant à la cohésion nationale, à la socialisation démocratique, aux enjeux de prévention de la violence (poids actuel de la monoparentalité précaire).

Il n’est pas indifférent que l’accueil des enfants soit totalement gratuit dans un service public qui accueillerait sans discrimination d’origine, de race, de religion, ou de handicap, tous les enfants, en leur apprenant à vivre ensemble, à devenir élève, en les guidant vers les premiers apprentissages scolaires.

3On pourra lire dans cette nouvelle livraison de la revue :

  • les deux conférences inaugurales prononcées par les deux chercheurs invités (Rachel Gasparini et Gérard Neyrand) dans une version actualisée ;

  • une série d’articles faisant état de la réflexion après-coup de participants aux différents symposiums qui se sont déroulés dans le cadre de ce colloque et qui prolongent le travail d’analyse collective engagé dans ces symposiums ;

  • trois contributions de chercheurs spécialistes de la question abordée lors du colloque, qui n’y ont pas participé mais qui ont été sollicités pour les éclairages complémentaires et précieux qu’ils pouvaient apporter.

4Un article hors thème consacré à la question, toujours d’actualité, de l’évaluation des enseignements par les étudiants vient compléter cette livraison, ainsi que deux notes de lecture, dont celle, en particulier, de Philippe Foray, qui a bien voulu reprendre les éléments de discussion qu’il avait développés lors d’une rencontre organisée à l’occasion de la publication du numéro de la revue Tréma consacré à la question de la laïcité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roger Monjo, « Éditorial », Éducation et socialisation [En ligne], 32 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 24 août 2017. URL : http://edso.revues.org/248 ; DOI : 10.4000/edso.248

Haut de page

Auteur

Roger Monjo

Université Montpellier 2, EA 3749 – Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche en Didactique, Éducation et Formation

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org