Navigation – Plan du site
Les conférences

Entre sacralisation et insécurité : l’ambivalence du regard contemporain sur l’enfant

Gérard Neyrand

Résumés

La petite enfance n’a jamais eu l’importance que nous lui accordons aujourd’hui. Ce que l’on pourrait appeler sa promotion sociale participe d’un triple mouvement : la transformation des modes de vie en couple et en famille, la reconnaissance de l’importance primordiale de cet âge dans le devenir humain, et la diversification des acteurs de sa socialisation.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La petite enfance n’a jamais eu l’importance que nous lui accordons aujourd’hui. Ce que l’on pourrait appeler sa promotion sociale participe d’un triple mouvement : la transformation des modes de vie en couple et en famille, la reconnaissance de l’importance primordiale de cet âge dans le devenir humain, et la diversification des acteurs de sa socialisation. Le tout orchestré par la médiatisation des discours la concernant avec pour conséquence l’amplification des contradictions entre ces discours ; contradictions que les médias exhibent sans pouvoir les rendre intelligibles au commun des consommateurs.

2En quelques décennies, l’enfant-sujet promu par la psychanalyse et sa représentante médiatique, Françoise Dolto, s’est trouvé confronté aux scandales des affaires de pédophilie, qui ont revivifié l’image de l’enfant angelot, innocent et asexué, jusqu’à ce que la catastrophe juridique d’Outreau, mette à mal une telle représentation de l’enfance innocente, et par là détentrice d’une parole intangible de vérité...

3L’opinion publique consternée n’en sut plus à quelle image de l’enfant se vouer, alors que, comme pour enfoncer le clou, la rhétorique de lutte contre l’insécurité a amené en 2005 le discours politique, avec le projet de loi sur la prévention de la délinquance, à valider l’image d’une éducation par conditionnement, permettant de déceler dès le plus jeune âge les germes d’une délinquance future.

4Ainsi, le consensus sur la petite enfance, qui s’était progressivement constitué dans les années 1970-80 a éclaté en même temps que l’on entrait dans une nouvelle exacerbation des tensions entre théorisations divergentes, et que se complexifiaient les trajectoires enfantines au sein d’une constellation de modes d’accueil offerts à ces familles devenues incertaines, où l’attachement à l’enfant se retrouve souvent en concurrence avec l’investissement professionnel, voire avec le lien de couple.

5Ce n’est pas le moindre des paradoxes que le processus d’autonomisation des individus caractéristique des sociétés occidentales s’accompagne d’une accentuation d’une relation parentale quasi-fusionnelle à l’enfant, qui touche maintenant de plus en plus aussi les pères. Combien de parents manifestent avec la plus grande émotion qu’ils ne peuvent envisager que leur jeune enfant les quitte pour plus d’un ou deux jours, que ce soit pour une classe découverte ou une colonie de vacances ?

6Le jeune enfant aujourd’hui semble pris dans un faisceau de représentations et d’attentes divergentes, qui traduisent aussi bien une certaine ambivalence parentale qu’une difficulté des institutions à se positionner face à la complexité des attitudes de parents frappés d’incertitude.

7Mon intervention va essayer de démêler les fils enchevêtrés de cette complexité des représentations du jeune enfant, en abordant tour à tour les processus qui ont présidé à cette complexification, au niveau des cadres de la vie familiale d’abord, des savoirs constitués ensuite, de la configuration des acteurs y intervenant enfin.

L’impact des mutations familiales sur la place de l’enfant

8Sans refaire ici l’histoire complexe des bouleversements de la vie privée depuis une cinquantaine d’années, il importe de pointer quelles sont les évolutions majeures qui ont eu un impact sur la place de l’enfant dans la famille et les relations développées avec chacun de ses parents et les autres acteurs de sa socialisation. Si l’on a tendance aujourd’hui à insister sur le fait que c’est d’abord la venue de l’enfant qui fait famille et non plus le mariage comme autrefois, c’est bien que notre époque récente a organisé la sortie d’un certain modèle structurel de la famille développé à partir de l’institution du mariage. Car le phénomène central de la réorganisation de la sphère privée et familiale est sans doute la désinstitution de la conjugalité.

9L’autonomisation croissante des individus au cours du xxe siècle, et en premier lieu les femmes, qui vont tour à tour s’émanciper sur le plan scolaire, politique, professionnel et familial, va s’appuyer sur l’affirmation de la liberté individuelle et la revendication d’épanouissement personnel. Ce qui se traduit tout autant par la croissance brutale des remises en cause des unions jugées insatisfaisantes par au moins un des partenaires — exemplairement depuis la loi de 1975 instituant le divorce par consentement mutuel — que par la montée tout aussi impressionnante des unions libres. Le mariage n’en disparaît pas pour autant mais change progressivement de sens, se réduisant à un contrat formel entre deux personnes souhaitant signifier symboliquement la force de leur union, alors que la situation juridique et sociale des enfants ne va plus être affectée par le type d’union de leurs parents. En se désinstituant la conjugalité s’est dissociée de la parentalité, tout au moins sur le plan de la structuration socio-juridique de la famille, avec pour conséquence la croissance des situations où l’enfant n’est plus élevé par un couple parental cohabitant.

10En d’autres termes, si le couple demeure toujours la condition et le lieu de la procréation (sauf cas particuliers et exceptionnels), la famille n’est plus basée sur son institution par le mariage, et les enfants issus de l’union sont de plus en plus souvent susceptibles de connaître des situations de socialisation familiale différentes : avec leurs parents, dans un foyer monoparental, une résidence alternée, avec un ou deux beaux-parents après recomposition familiale, sans compter le développement de situations atypiques comme l’homoparentalité avec les procédures d’assistance médicale à la procréation...

11Cette situation n’est pas sans conséquences, à la fois sur le plan pratique, avec une complexification des modalités d’accueil et de socialisation de l’enfant, et sur le plan relationnel, avec une mise en tension possible des relations conjugales et parentales et entre les différents acteurs de la socialisation. Ce d’autant plus qu’aujourd’hui, où la réalisation de soi et l’épanouissement personnel sont devenus les normes d’accomplissement des individus des sociétés démocratiques et marchandes, deux autrui apparaissent particulièrement significatifs pour servir de support à cet objectif d’expressivité personnelle partagé par tous : le conjoint et l’enfant.

12Si le petit enfant est toujours pour la majorité de nos contemporains le premier objet sur lequel porte la mission sociale de socialisation des jeunes confiée en premier lieu aux parents, il est devenu aussi un support majeur de l’affirmation identitaire des dits parents. L’affectivité relationnelle parent-enfant n’a sans doute jamais été aussi développée et généralisée qu’aujourd’hui, et cela ne va pas sans de multiples conséquences, notamment la difficulté rencontrée chez beaucoup de parents à concilier leur attachement affectif, prenant fréquemment un tour quasi-fusionnel, avec une position d’autorité éducative, qu’ils ont alors beaucoup de mal à assumer. Cette difficulté se révèle particulièrement fréquente en milieu populaire, où la dimension fusionnelle des relations familiales se retrouve fortement représentée comme l’a bien montré Olivier Schwartz dans son analyse du monde privé des ouvriers (Schwartz, 1990).

13Mais l’on ne peut rendre compte de cette complexification de la place de l’enfant dans la famille seulement par l’étude des transformations du cadre relationnel de la sphère privée, car celle-ci reste en interaction permanente avec les autres espaces sociaux. Un autre élément a, en effet, fortement contribué à modifier cette place, c’est l’évolution des savoirs sur la petite enfance et la diffusion des nouvelles connaissances dans le grand public par les médias.

La promotion de la petite enfance par les discours savants

14Le bilan critique de l’évolution des savoirs sur la petite enfance réalisé il y a 10 ans pour la Cnaf (Neyrand, 2000) m’a permis d’appréhender à quel point l’image de la petite enfance s’est transformée après la Seconde guerre mondiale, non seulement dans le monde médical mais aussi dans le grand public. Se réalise dans les années 1950 la conjonction de deux évolutions de niveaux fort différents : la diffusion dans le monde médical des connaissances cliniques d’inspiration psychanalytique sur le bébé et le jeune enfant, et l’essor des moyens de communication de masse. Ces deux évolution sont liées d’une certaine façon à la guerre, qui, d’une part, en multipliant les situations de bébés placés en institution, a mis en évidence l’importance du relationnel précoce dans le développement affectif ; d’autre part, en impulsant un effort de reconstruction économique majeur, a inauguré l’entrée dans ce qui deviendra rapidement une société de consommation, et exemplairement de consommation médiatique (presse, radio, télévision...). Les travaux de René Spitz sur l’hospitalisme, puis ceux de John Bowlby sur l’attachement, enfin ceux de Françoise Dolto sur la psyché enfantine, vont avoir un impact majeur tant dans le milieu pédiatrique que dans le grand public. On sort ainsi d’une période où, comme l’a rappelé Catherine Rollet : « Les savants pensent que les bébés sont sourds, presque aveugles, insensibles au monde qui les entoure. Selon leurs analyses [...], ce n’est que très lentement que le petit enfant sort de cette nébuleuse inintelligible, que ses perceptions se forment et s’affirment. » (Rollet, 1995) Progressivement, l’image du bébé comme simple tube digestif va s’estomper pour être remplacée par celle d’un bébé où l’affectif s’avère primordial et le relationnel central dans son développement.

Une médiatisation ambiguë

15Les connaissances produites par la psychanalyse des enfants sont désormais largement diffusées, et rapidement complétées par celles sur l’essor précoce de l’intelligence que mettent en évidence les psychologues du développement. Le succès d’une émission de télévision sur l’œuvre de Dolto va permettre de symboliser cette nouvelle façon de concevoir la petite enfance, dans une formule hautement médiatisée : « Le bébé est une personne » (Martino, 1985). Mais les termes mêmes utilisés indiquent bien les risques dont est porteuse la médiatisation : simplification et caricature, pouvant faciliter les mauvaises interprétations. Interrogée Dolto disait, par exemple, qu’elle utiliserait plutôt le terme de « sujet en devenir » pour caractériser le bébé...

16Tant et si bien que l’image du nouveau rapport au jeune enfant qui se diffuse dans le grand public, à partir des travaux sur l’importance du relationnel et de l’affectif dans la constitution de la psyché conjugués au mouvement de libéralisation des mœurs initié à la fin des années 1960, va être celle, quelque peu erronée, de la permissivité dans l’éducation, bien loin des mérites de la sanction éducative reconnus par les psychanalystes et théorisés par la principale intéressée sous le nom de « castrations symboligènes » (Schauder, 2004).

17Les représentations de l’enfance évoluent ainsi de façon hétérogène, manifestant des divergences plus ou moins importantes selon le niveau de proximité des personnes avec les connaissances produites... sans compter, bien sûr, les divergences internes au champ des connaissances lui-même, à cet épistémè décrit par Michel Foucault (Foucault, 1966), comme espace de confrontation des savoirs. Or, il semblerait que ces divergences entre options théoriques se soient exacerbées depuis une vingtaine d’années.

L’exacerbation des conflits d’orientations théoriques

18D’un côté, les discours de type interprétatif comme la psychanalyse se sont hyper sophistiqués, dans la droite ligne de leur représentant le plus abouti, Jacques Lacan ; de l’autre côté, les discours de type positiviste ont toujours plus affirmé leur ancrage pratique, jusqu’à en arriver à dénier aux autres discours toute prétention au savoir. Certains en sont ainsi arrivés à soutenir le mythe d’une possibilité de scientificité absolue dans la production des connaissances sur l’homme, dédaignant la mise en garde de Foucault, qui concluait au terme de son analyse des modèles sur lesquels se sont construites les sciences humaines : « Inutile donc de dire que les « sciences humaines » sont des fausses sciences ; ce ne sont pas des sciences du tout ; la configuration qui définit leur positivité et les enracine dans l’épistémè moderne les met en même temps hors d’état d’être des sciences ; et si on demande alors pourquoi elle ont pris ce titre, il suffira de rappeler qu’il appartient à la définition archéologique de leur enracinement qu’elles appellent et accueillent le transfert de modèles empruntés à des sciences [...]. La culture occidentale a constitué sous le nom d’homme, un être qui, par un seul et même jeu de raisons, doit être domaine positif du savoir et ne peut pas être objet de science. » (ibid., p. 378)

19Sans développer jusqu’à quelles aberrations peut mener l’oubli de cette spécificité des savoirs produits sur l’humain, il peut être utile de pointer de quelle façon la querelle s’est inscrite dans le champ de la petite enfance, et plus particulièrement des théorisations sur la vie psychique précoce.

20Cette querelle, qui divise aujourd’hui les spécialistes de l’enfance, trouve particulièrement à s’exprimer au niveau des conceptions de la santé mentale. Elle a trouvé à se manifester en pleine lumière avec la parution de deux rapports d’expertise collective parrainés par l’Inserm, en 2002 et 2005. L’audience du premier, s’intitulant « Troubles mentaux. Dépistage et prévention chez l’enfant et adolescent » n’a guère dépassée le cercle des spécialistes, mais c’est plus avec le second, intitulé pour sa part « Troubles des conduites chez l’enfant et l’adolescent », que la querelle est devenue publique. Le principal acteur de cette publicisation ne fut rien moins que le Ministre de l’intérieur de l’époque, devenu par la suite président de la République, qui voulut se saisir des conclusions pour le moins controversées de ce rapport unidimensionnel pour introduire au sein du projet de loi sur la prévention de la délinquance l’idée d’une prédictivité possible de celle-ci chez les jeunes enfants agressifs, c’est-à-dire manifestant selon la nouvelle nomenclature un « trouble oppositionnel avec provocation ». Il s’agissait de promouvoir par là l’idée qu’était possible un traitement préventif de la délinquance dès le plus jeune âge, à base de reconditionnement comportemental et d’une phamarcologie adaptée. Le vacarme occasionné par de telles propositions dut beaucoup au mouvement « Pas de zéro de conduite pour les enfants de 3 ans » qui se constitua alors, et au succès de la pétition internet qui s’en suivit, qui dénonçait de telles conceptions, et qui recueillit 200 000 signatures.

21Se retrouvaient ainsi exhibés en public les conflits d’écoles en matière de soins psychiques, qui atteignaient alors un sommet. De fait, l’ère du psychanalysme triomphant dénoncé par Robert Castel (Castel, 1973) était bien finie, lui succédait la volonté hégémonique de la nouvelle psychiatrie, comportementaliste et pharmacologique, venue des États-Unis. Cette évolution fut attestée par les révisions successives du D.S.M., le fameux manuel statistique des troubles mentaux.

22L’impact de ces oppositions de conceptions sur les représentations de la petite enfance apparaissait ainsi au grand jour, opposant de façon caricaturale un référentiel biomédical à un autre, psychorelationnel. En même temps était mise à mal une conception trop structurelle de l’épistémè, car si les paradigmes dominants en matière de soin psychique avaient changé si rapidement et si profondément c’est bien parce que la logique économique y avait fait irruption, portée par une industrie pharmacologique conquérante, et que la sphère de production des savoirs n’était pas imperméable à des influences extra-scientifiques. La bataille de la chlorpromazine, le premier antidépresseur apparu en 1951 (Ehrenberg, 1998) était bien gagnée, et quelque temps plus tard on put constater qu’on en était arrivé à ce que ce soit les médicaments qui caractérisent les maladies. Bel exemple, c’est grâce au médicament censé soigner chez le jeune enfant un comportement agité, la Ritaline, que ce comportement put être institué en trouble mental sous le nom d’hyperactivité (Pignarre, 2006)...

23Aujourd’hui semble ainsi se réaliser quant au regard porté sur l’enfant une sorte de connivence entre l’ordre économico-politique, à la recherche de solutions permettant une adaptation de l’enfant à son environnement social, et une approche bio-comportementale du psychisme enfantin, que les immenses progrès des sciences rendant compte de l’aspect biologique du psychisme (génétique, neurologie...) ont revivifiée. La sociologie et les branches les plus relationnelles et interprétatives de la psychologie s’en trouvent écartées, soit du fait de leur prétention à renvoyer les comportements aux rapports sociaux qui les fondent, soit parce que la prise en compte de la dimension relationnelle de la socialisation désamorce la volonté politique d’intervention. Un fossé aujourd’hui clive les professions de la petite enfance, à l’image d’une psychiatrie gagnée par la tentation bio-pharmacologique et voyant s’opposer au « tout moléculaire » quelques irréductibles pédopsychiatres plus ou moins gaulois, conscients qu’en matière de petite enfance la dynamique relationnelle demeure la meilleure clé interprétative du fonctionnement psychique...

24S’il n’y a plus harmonie des interprétations savantes sur l’enfance, comment s’étonner que les parents se trouvent désorientés, eux pour lesquels l’enfant est de plus en plus souvent le premier et qui sont à la fois plus âgés et plus isolés qu’autrefois quand celui-ci arrive. En témoigne le succès des magazines parentaux, depuis la parution du premier numéro de celui qui fait figure d’ancêtre, la revue Parents, en 1969. On y trouve une multitude de conseils et de recettes à destination des jeunes parents, renouvelant cet art de bien « accommoder les bébés » qu’avaient épinglé Geneviève Delaisi et Suzanne Lallemand en 1980.

25Prise dans toutes ces influences, l’image du petit enfant ne peut qu’être éclatée, contradictoire, incertaine... oscillant entre l’enfant innocent, toujours susceptible d’être en danger, et l’enfant incontrôlé, et donc dangereux, en passant par l’enfant sujet et acteur ; et ce n’est pas la diversification des acteurs amenés à participer à sa socialisation qui va permettre d’unifier cette image. Car ceux-ci occupent des places bien différentes selon les situations des parents, leurs milieux de vie, leur organisation familiale, leur insertion professionnelle, leur rapport aux institutions...

Une multitude d’acteurs pour une socialisation plurielle

26Non seulement les acteurs se diversifient, mais ceux qui étaient déjà là ont vu leurs rôles et leurs statuts se modifier, à commencer par les parents.

Survalorisation parentale de l’enfant et exacerbation médiatique

27Rare, tardif, et quasi-assuré d’une survie de longue durée, l’enfant est devenu l’objet d’un investissement parental qui n’a jamais connu une telle intensité, ni été aussi généralisé. Plus grand chose ne s’oppose à ce qu’il constitue le support majeur des projections et des attentes parentales, à une époque où il apparaît de plus en plus manifeste que l’idéal conjugal représente une sorte d’illusion dont l’avenir s’obscurcit (Neyrand, 2009). La remise en cause de l’éducation autoritaire portée par la contestation des années 1970, et relayée par les stratégies hédonistes de la consommation, a promu une proximité affective à l’enfant, qui s’est diffusée jusqu’aux pères, débarrassés de la mission frustrante de devoir représenter l’autorité.

28L’enjeu paradoxal de cette proximité, à l’heure de la renégociation d’un « contrat de genre » en pleine évolution, réside dans le désir bi-parental d’assumer avec l’enfant une relation privilégiée, alors que l’investissement professionnel des femmes tend à poser les parents en concurrence l’un par rapport à l’autre, concurrence qui éclate au grand jour dans certaines séparations conjugales...

29La « psychologisation » de la société, c’est-à-dire la tendance portée par le système médiatique et marchand à parler les rapports sociaux en termes de relations interindividuelles, participe à cette sorte de sacralisation du jeune enfant, élaboré en surface privilégiée de projection des idéaux sociaux et de leur expression parentale. Cette implication de l’enfant dans l’individualisme expressif des parents, qui le constitue en premier support de la réalisation de soi, peut rendre d’autant plus délicat le rapport parental aux autres instances de socialisation que cette attitude est étayée sur la vulgarisation des savoirs psychologiques sur l’enfant. Cela sur un fond de mise en avant, légitime, de leurs droits, tout autant que de dénonciation de leurs carences éducatives présumées.

Ambivalence du rapport aux modes d’accueil

30Les parents sont ainsi, à la fois, surinvestis dans le rapport affectif à leurs enfants, surresponsabilisés par un discours social sur la parentalité qui les magnifie, et moins présents dans leur quotidienneté. La nécessité de faire appel dès le plus jeune âge à d’autres acteurs de la socialisation n’est alors pas envisagée avec la plus grande sérénité par beaucoup d’entre eux. Qu’il s’agisse d’un accueil collectif ou d’un accueil individuel, les craintes ne manquent pas, alors même que les crèches comme les assistantes maternelles restent très valorisées dans le discours parental (Neyrand, Fraïoli, 2008).

31On connaît les angoisses de certaines mères face à la « concurrence » dans le cœur de l’enfant que pourrait représenter pour elles une « nounou », c’est-à-dire bien plus qu’une assistante maternelle. De même, on connaît les préventions d’autres parents à l’égard d’un accueil collectif où la personnalité de leur chérubin ne serait pas suffisamment prise en compte... C’est contre ces représentations sociales fortement ancrées, car inscrites dans un inconscient collectif idéalisant l’enfance et la relation parentale, que s’est mis en place un processus de professionnalisation des accueillants de la petite enfance, bénéficiant de la diffusion des savoirs sur les fonctionnements psychiques.

Reconnaître la coéducation

32Mais l’accent mis sur la formation des assistantes maternelles et sur les objectifs d’éveil et de socialisation des enfants dans les structures collectives demande à s’appuyer pour être pleinement efficace sur une prise de conscience sociale du caractère pluriel de la socialisation. Ce qu’essaye de désigner le terme de coéducation (Rayna et collab., 2010). Co-éduquer ce n’est pas aider, d’une façon quelque peu surplombante, des parents en difficulté à assumer leur mission éducative, c’est reconnaître que la socialisation des enfants est une affaire sociale, qui articule des instances éducatives différentes, sous le contrôle de l’État, et dont la régulation est confiée aux parents, c’est-à-dire des acteurs éducatifs dont la position comme telle est reconnue et entérinée par la société. Ce dont les parents précarisés sont hautement conscients, eux dont la grande peur est que « la D.D.A.S.S. » leur enlève leurs enfants au moindre faux pas...

33Si les géniteurs ne sont pas les parents, c’est bien parce que la parentalité est une construction sociale et psychique, dont la société doit se porter garante ; et qui suppose une articulation aux autres instances de socialisation. Compte tenu de l’affirmation de la contradiction entre l’accroissement de l’investissement affectif et social sur la parentalité et la baisse de l’investissement temporel des parents, nécessité se fait jour que soit pleinement reconnue la légitimité de la coéducation, car dans notre monde ce n’est pas un village qu’il faut pour éduquer un enfant mais toute une société.

34Et la société se retrouve à l’œuvre dans le processus de socialisation non seulement par ses acteurs éducatifs (des parents aux professeurs), mais aussi par ses institutions, et en premier lieu ses médias. L’importance des médias en tant que support majeur de la socialisation n’est plus à démontrer, avec les risques d’une emprise excessive sur certains jeunes enfants. À tel point que des cliniciens se sont élevés avec force contre le projet de chaînes de télévision pour les bébés (Delion, Golse, Tisseron, 2010), et ont réussi à empêcher leur installation en France... au moins pour l’instant. À l’heure du tout numérique, l’enfance aussi est virtuelle...

35Sans développer cette dimension, ce qui prendrait trop de temps, il faut bien reconnaître que la socialisation du jeune enfant est soumise à une grande diversité d’influences et à la complexité de leurs interactions, alors même que les situations familiales sont elles-mêmes de plus en plus diverses et évolutives.

36Dans un tel contexte, les lieux d’accueils, l’école et les associations voient l’importance de leur rôle s’accroître.

Conclusion : défendre un accueil pluriel

37Si les représentants de l’État peuvent se féliciter d’appartenir à un pays qui possède le taux de fécondité le plus élevé d’Europe, cela n’est, à l’évidence, pas sans lien avec les possibilités d’accueil de la petite enfance en France et à l’amélioration de sa qualité, pourtant cela n’a pas empêché que, pour des raisons essentiellement budgétaires, soit remis en question l’accueil précoce à l’école maternelle...

38Sans entrer dans le débat sur la pertinence de cet accueil pour les tout-petits, il faut bien reconnaître que ceux auxquels il profitait le plus étaient les enfants des familles les plus précarisées, cumulant les handicaps sociaux, et pouvant souffrir de ce fait de carences éducatives. Si la monoparentalité, par exemple, n’est pas du tout en soi un facteur de carence, comme on l’a trop longtemps laissé penser, cumulée à la pauvreté, à la précarité, à l’isolement, elle constitue un élément supplémentaire de contraintes que l’opportunité d’entrée précoce en maternelle dans les quartiers d’habitat social permettait d’alléger...

39Les bénéfices retirés par les enfants d’une socialisation plurielle harmonieuse peuvent se révéler très importants, et il convient sans doute autant d’améliorer la coordination entre les différentes instances éducatives et la qualité de leur prise en charge que de promouvoir la reconnaissance d’une coéducation partagée, permettant de décharger les parents d’une sur-responsabilité, qu’ils ont bien souvent beaucoup de mal à assumer, et encore plus lorsqu’ils connaissent la précarité.

40Pour cela faut-il accentuer l’effort universaliste visant à se dégager de l’emprise des logiques sociales, qui font que les Maisons vertes sont d’abord utilisées par les couches moyennes cultivées et que les mesures de contrôle répressif des parents (stages parentaux...) touchent ceux dont les conditions de vie et la méfiance plus ou moins légitime à l’égard des représentants institutionnels minent la confiance nécessaire à une collaboration éducative sereine...

Haut de page

Bibliographie

Castel R., Le psychanalysme. L’ordre psychanalytique et le pouvoir, Paris, Maspéro, 1973 (nouvelle édition UGE/10-18, 1976).

Delaisi de Parseval G., Lallemand S., L’art d’accommoder les bébés. Cent ans de recettes françaises de puériculture, Paris, Odile Jacob, 1980 (réédition 1998).

Delion P., Golse B., Tisseron S., « Un moratoire pour les bébés téléphages », Le Monde, 27 octobre 2007.

Ehrenberg A., La fatigue d’être soi. Figures de la dépression, Paris, Odile Jacob, 1998.

Foucault M., Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, nrf Gallimard, 1966.

Martino B., Le bébé est une personne. La fantastique histoire du nouveau-né, TF1/éditions Balland, coll. « J’ai Lu », 1985.

Neyrand G., L’enfant, la mère et la question du père. Un bilan critique de l’évolution des savoirs sur la petite enfance, Paris, PUF, 2000 (3e éd. 2010).

Neyrand G. (dir.), Faut-il avoir peur de nos enfants ? Politiques sécuritaires et enfance, Paris, La Découverte, 2006.

Neyrand G., Le dialogue familial. Un idéal précaire, Toulouse, Érès, 2009.

Neyrand G., Soutenir et contrôler les parents. Le dispositif de parentalité, Toulouse, Érès, 2011.

Neyrand G., Fraïoli N., Éveil et socialisation. La place des enfants dans les modes d’accueil, Paris, Pros Pages éditions, 2008.

Neyrand G., Rossi P., Monoparentalité précaire et femme sujet, Toulouse, Érès, 2004.

Neyrand G., Dugnat M., Revest G., Trouvé J.-N. (dir.), Familles et petite enfance. Mutations des savoirs et des pratiques, Ramonville Saint Agne, Érès, 2006.

Pignarre P., Les malheurs des pys. Psychotropes et médicalisation du social, Paris, La Découverte, 2006.

Rayna S., Rubio M.-N., Scheu H. (dir.), Parents-professionnels : la coéducation en question, Toulouse, Érès, 2010.

Rollet C., « Le statut familial et social du tout-petit : aspects historiques », dans Glaumaud-Carré M. et Manuélian-Ravet M. (dir.) Le bébé et les apprentissages, Paris, Syros/Idef, 1995.

Schauder C. (dir.), Lire Dolto aujourd’hui, Toulouse, Érès, 2004.

Schwartz O., Le monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, Paris, PUF, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Neyrand, « Entre sacralisation et insécurité : l’ambivalence du regard contemporain sur l’enfant », Éducation et socialisation [En ligne], 32 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://edso.revues.org/270 ; DOI : 10.4000/edso.270

Haut de page

Auteur

Gérard Neyrand

Professeur à l’université Paul-Sabatier — Toulouse 3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org