Navigation – Plan du site

Égalité des chances, universités et territoires, trois éléments enchevêtrés dans le paysage des réformes de l’enseignement supérieur

Emmanuelle Annoot et Richard Étienne

Texte intégral

1Les universités sont aujourd’hui au cœur de mutations qui transformeront durablement le paysage de l’enseignement supérieur. Au niveau européen, la constitution d’un nouveau rapport aux savoirs universitaires répond à un triple enjeu :

• assurer une mission traditionnelle mais stratégique de développement et de transmission,

• construire l’employabilité des étudiants,

• participer à la cohésion sociale.

  • 1 X. Roegiers (avec la collaboration de M. Miled, I. Ratziu, C. Letor, R. Étienne, G. Hubert, M. Dali(...)

2Ainsi, le processus de Bologne a restructuré l’architecture des formations en Europe. Un nouveau discours pédagogique, centré sur l’activité de l’étudiant, mise sur la construction de ses compétences sociales, intellectuelles, pratiques au cours de son parcours de formation (Roegiers, 20121). La valorisation de la professionnalisation des études et la remise en question du modèle transmissif caractérisent son orientation. En France, la loi sur les libertés et responsabilités des universités de 2007 (dite loi L.R.U.) confirme ce choix en inscrivant l’orientation et l’insertion des étudiants comme missions des établissements.

3L’objet de ce numéro thématique est d’aborder les effets des politiques mises en œuvre (tant aux niveaux européen et national qu’au niveau des relations entre l’établissement et son territoire) sur l’égalité des chances entre les étudiants à l’université.

4En France, à partir des années deux mille, plusieurs mesures législatives ont prôné l’égalité des chances au nom de la recherche d’une meilleure cohésion sociale. La loi Fillon, en 2005, a rappelé l’ambition d’élever le niveau de qualification de 50 % d’une classe d’âge au niveau Bac + 2. L’augmentation du nombre de bacheliers généraux parmi les enfants de milieux défavorisés constitue un autre objectif du ministère au titre de la loi du 31 mars 2006 sur la promotion de l’égalité des chances. De 2000 à 2006, deux conventions interministérielles pour « la promotion de l’égalité des chances entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif » indiquent une visée politique d’égalité des chances entre les filles et les garçons de l’enseignement supérieur. À l’échelle des établissements, deux axes, celui des conditions de vie des étudiants et celui de la réussite dans les formations universitaires, sont clairement identifiés. Ces axes ne sont pas toujours traités en complémentarité, la vie étudiante étant souvent séparée des problématiques de formation. Or, ils traitent l’un et l’autre de la distance entre les caractéristiques des publics venus fréquenter l’université et les conditions nécessaires à leur réussite. Dans ce nouveau contexte politique une première question s’impose : quel est le rôle des universités dans la promotion de l’égalité entre étudiants en ce qui concerne les formations universitaires et l’accès à une qualification ?

  • 2 F. Dubet, Les places et les chances : repenser la justice sociale. Paris : Seuil, 2010.
  • 3 M. Duru-Bellat, Le mérite contre la justice. Paris : Les Presses de Sciences Po, 2009.
  • 4 Commission de concertation sur la politique de la jeunesse (2009). Le livre vert : Reconnaître la v (...)

5L’engouement pour « l’égalité des chances» qui caractérise notre société contemporaine n’est pas neutre sur le plan politique. Cet élan marque une orientation forte vers une conception de la réussite centrée sur le mérite individuel. A contrario, François Dubet2, critiquant ce modèle de l’égalité des chances, lui préfère « l’égalité des places » pour participer à une réduction des écarts dans la qualité des conditions de vie des groupes sociaux (Dubet, 2010). Il voit même dans ce modèle la possibilité d’une meilleure égalité des chances, les écarts sociaux s’étant resserrés grâce à une politique active de redistribution des richesses. Même si le choix de l’égalité des chances présente des limites quant à la portée des actions réalisées, définition normative du mérite à partir de critères scolaires, faible nombre d’élus issus des milieux les plus défavorisés, absence d’action sur l’environnement socio-économique et culturel dès la prime enfance, il présente malgré tout l’avantage, partant du principe que l’apprentissage n’est pas inné, de soutenir des dispositifs destinés à faire réussir les étudiants (Duru-Bellat, 20093). Après l’ouverture des universités au plus grand nombre, la prise de conscience par les universitaires que tous les jeunes ne sont pas égaux face au savoir constitue donc une seconde avancée même si le but d’atteinte de l’égalité est loin d’être atteint. Si nous prenons le cas français, notre université est considérée comme un lieu qui accueille démocratiquement tout étudiant titulaire du baccalauréat désireux de poursuivre des études supérieures. C’est même une obligation juridique à laquelle elle ne peut se dérober. Sur le plan matériel, un ensemble de mesures éducatives a été destiné à combler les écarts entre les conditions de vie des étudiants et les conditions de travail nécessaires à un parcours réussi. Les politiques de vie étudiante encouragent par exemple la délivrance de bourses ou de compensations financières réduisant le coût des études (logement, transport, restauration, séjours ou stages à l’étranger). Les universités se caractérisent aussi par le faible coût des droits, l’absence de sélection, le système de bourses et d’allocations4. Des aménagements spécifiques, tant pour les équipements que pour les études, sont conçus pour les étudiants selon leurs besoins. Sur un plan pédagogique, la présence dans les universités d’une diversité d’étudiants conduit les universitaires à prendre en compte les caractéristiques de ces publics et à repenser leurs pratiques dans une institution elle-même confrontée au changement. Notre propos n’est pas d’analyser la pertinence, la cohérence et l’efficience de ces moyens diversement appréciés par les acteurs du système. Trois articles de ce numéro thématique confrontent les intentions politiques aux niveaux international et national visant l’égalité des chances à leurs effets.

6Ruth Philion, Christine Lebel et Louise M. Bélair constatent la démocratisation de l’accès à l’enseignement universitaire, issue des volontés politiques de divers pays occidentaux et font le point sur une approche intitulée « Universal Instructional Design », pédagogie universitaire résolument inclusive à destination des étudiants en difficulté, expérimentée en Amérique du Nord.

7Les récentes lois sur l’égalité des chances s’adressent non seulement aux étudiants valides mais aussi aux étudiants en situation de handicap avec la signature de la charte Université/handicap en 2005. Véronique Carrière mène une étude exploratoire et met en exergue les rapports entre les étudiants déficients visuels, leurs pairs, les enseignants et l’institution. Elle s’interroge sur l’influence que les représentations sociales peuvent avoir sur l’inclusion de ces étudiants.

8Enfin, plusieurs paramètres entrent en jeu pour définir les projections professionnelles des étudiants. Parmi ces variables, celle du genre mérite une analyse particulière. Depuis une trentaine d’années, les effectifs d’étudiants se sont féminisés du premier au dernier cycle des études de médecine. Dans le cadre de ces études, Céline Avenel pose la question de l’égalité des chances au sens d’une égalité des projections professionnelles dans un contexte de différences sexuées.

9Acteurs économiques, culturels et sociaux, les établissements universitaires participent à la démocratisation de l’accès à la connaissance au cœur de nouvelles régulations entre échelons européen, national et local. Des pratiques destinées à favoriser la formation et l’amélioration des conditions de vie des habitants dans un environnement de proximité sont encouragées et mises en œuvre par les universités. Au niveau des collectivités territoriales, les politiques en faveur de la jeunesse font souvent écho aux politiques de vie étudiante des universités, tandis que la carte de formation y est attentivement examinée par rapport aux besoins des milieux socio-économiques. Ainsi la présence du centre universitaire peut être considérée comme une chance à saisir pour le développement territorial, d’où l’attention accordée aux parcours des étudiants par les collectivités. La promotion de l’égalité des chances à l’université s’inscrit dans une période où l’université française est encore à la recherche de son identité. En effet, elle hésite entre deux modèles :

• un modèle de gestion vertical, élaboré en référence au cadre national d’un État républicain centralisateur,

  • 5 D. Filâtre, Les universités et le territoire : nouveau contexte, nouveaux enjeux, dans Les mutation (...)

• un modèle de gestion horizontal5 résultant de la coordination entre l’université, devenue établissement autonome, et ses partenaires à un niveau territorial. Le service public se met ici à la disposition des besoins des populations vivant à proximité.

10Si nous ne sommes pas dupes des enjeux « cachés » de la mise en avant de ces deux places réservées à l’université, nous reconnaissons que concilier les influences de ces deux modèles est aujourd’hui le défi qui est lancé par les pouvoirs publics aux universités françaises. Une seconde question est alors posée aux universitaires et plus largement aux citoyens : que signifie construire un service public « de proximité » pour les universités ?

11Un article présenté par Emmanuelle Annoot dresse un état des lieux des connaissances sur le concept de responsabilité sociale des universités, expression née de la toute jeune autonomie des établissements d’enseignement supérieur en France. Dans un entretien accordé à Emmanuelle Annoot, Monica Tassigny (UNIFOR, Fortaleza) explique pourquoi et comment le Brésil a intégré la dimension de la responsabilité sociale dans les missions des universités. À travers l’exemple de l’université de Fortaleza (UNIFOR), Monica Tassigny expose des possibilités d’articulations entre l’université et la collectivité à travers la mise en œuvre d’une pédagogie universitaire intégrant des projets sociaux en direction des habitants des quartiers défavorisés de la ville.

12Les auteurs des articles de ce numéro thématique intitulé « Egalité des chances, universités et territoires » ont tous abordé, à leur manière, la question de la réussite des étudiants tant sur le plan des politiques européennes nationales et locales que sur un plan pédagogique pour des publics spécifiques. Nous avons conscience qu’un vaste chantier de recherches sur cette thématique est ouvert et que les contributions des chercheurs ayant collaboré à la rédaction de ce numéro participeront à son développement pour les années à venir. Nous sommes prêts à les accueillir dans les varia qui constituent une partie non négligeable de nos publications qui donnent la priorité aux écrits de jeunes chercheuses et chercheurs tout en s’assurant de leur haut niveau scientifique grâce au double anonymat garanti aux auteurs et aux experts internationaux.

Haut de page

Notes

1 X. Roegiers (avec la collaboration de M. Miled, I. Ratziu, C. Letor, R. Étienne, G. Hubert, M. Dali), Quelles réformes pédagogiques pour l’enseignement supérieur ? Placer l’efficacité au service de l’humanisme. Bruxelles, de Boeck, Pédagogies en développement, 2012.

2 F. Dubet, Les places et les chances : repenser la justice sociale. Paris : Seuil, 2010.

3 M. Duru-Bellat, Le mérite contre la justice. Paris : Les Presses de Sciences Po, 2009.

4 Commission de concertation sur la politique de la jeunesse (2009). Le livre vert : Reconnaître la valeur de la jeunesse. Paris : Premier ministre, Haut commissariat à la jeunesse. En ligne www.eduweb-an.com/up/do.php ?id =215, consulté le 28 mai 2011.

5 D. Filâtre, Les universités et le territoire : nouveau contexte, nouveaux enjeux, dans Les mutations actuelles de l’université, sous la direction de G. Felouzis, Paris, PUF, 2003, p. 19-45.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Annoot et Richard Étienne, « Égalité des chances, universités et territoires, trois éléments enchevêtrés dans le paysage des réformes de l’enseignement supérieur », Éducation et socialisation [En ligne], 31 | 2012, mis en ligne le 30 juillet 2014, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://edso.revues.org/777

Haut de page

Auteurs

Emmanuelle Annoot

Université du Havre, U.M.R. C.N.R.S. 6266 IDEES-CIRTAI

Articles du même auteur

Richard Étienne

Université Montpellier 3, E.A. LIRDEF 3749

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org