Navigation – Plan du site
Les universités et la demande d'égalité des chances

La question de l’égalité des parcours en faculté de médecine : les conditions d’entrée à l’université des nouvelles carabines1

Céline Avenel

Résumés

Au cours de ces vingt dernières années, les études de médecine ont connu une féminisation massive de ces effectifs d’étudiant-e-s du premier au dernier cycle. Les filles sont devenues largement majoritaires (64 %) parmi les étudiants de première année en 2002 (Hérault et Labarthe, 2003). Cette féminisation massive actuelle représente donc une véritable « bascule» historique. Nous proposons une lecture socio-sexuée de cette féminisation, évolution majeure du système universitaire français, au regard de la combinaison de deux principes : celui de l’égalité des parcours en médecine et celui de l’égalité des sexes. Quelles peuvent être les incidences d’un mouvement d’une telle ampleur en termes de trajectoires des futur-e-s étudiant-e-s de médecine ? Cette féminisation participe-t-elle à une égalité d’accès aux études de médecine, en termes d’origines sociales ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le mot carabin remonte à l’époque où on appelait ainsi les étudiants en médecine de l’armée, car le (...)

1De nombreux travaux, notamment en sociologie de l’éducation, ont fait état d’une différenciation sexuée entre les orientations scolaires des filles et des garçons tout au long du système éducatif et universitaire français (Baudelot et Establet, 1992 ; Duru-Bellat, 2004, Costes, Fontanini et Houadec, 2008). Il existe une ségrégation sexuée des études, à la fois horizontale (par domaines d’études) et verticale (par niveau), c’est-à-dire que les garçons vont s’orienter massivement vers des filières rentables scolairement et professionnellement alors que les filles se dirigent davantage vers des études longues, peu valorisées et dont les débouchés professionnels sont faibles (Marry, 2003).

2Cependant, les études de médecine font exception car elles connaissent une féminisation massive en France depuis une vingtaine d’années. Cet investissement des filles peut prendre la forme d’un paradoxe, par rapport à la répartition sexuée des filles et des garçons dans le supérieur, au regard de la longueur de ces études et de la forte sélection fondée sur les matières scientifiques fondamentales pratiquée en première année des études de médecine. Plusieurs hypothèses sont avancées, concernant cette féminisation, en termes de pratiques professionnelles mais aussi en termes de choix rationnels d’orientation chez les filles et les garçons. Selon Hardy-Dubernet (2005, p. 36) « la féminisation des facultés de médecine est significative d’une forme “nouvelle” de répartition sexuelle des professions, reflet d’une division du travail remaniée dans les catégories sociales supérieures ». Les travaux de Lemaire (2005) apportent un autre éclairage concernant la perception sexuée de la rentabilité des études. D’après cette auteure, « la comparaison de la “rentabilité” des études de médecine au regard de celle d’autres filières de l’enseignement supérieur, comme les grandes écoles, qui correspondent davantage à un modèle “canonique” de réussite, tendrait à éloigner les garçons de la filière médicale » (Lemaire, 2005, p. 145).

3Des facteurs explicatifs, à travers notamment les différences de stratégies d’orientation entre les filles et les garçons, sont ainsi mis en évidence en amont de cette féminisation. Qu’en est-il aujourd’hui en termes d’incidences sur les représentations professionnelles des filles et garçons désirant s’engager vers des études de médecine ? Nous proposons d’examiner les conséquences de cette féminisation, en marche depuis 20 ans en France, en termes d’égalité des parcours entre les filles et les garçons. C’est-à-dire analyser si cette féminisation a pour conséquence une reconfiguration des représentations et projections professionnelles féminines et masculines qui peuvent sous-tendre les choix d’orientation en faculté de médecine.

Un mouvement de « bascule » historique

4Marlaine Cacouault-Bitaud (2001) définit la féminisation par « l’augmentation du nombre des femmes dans une activité déterminée » en précisant que « cette notion est utilisée quand la participation féminine reste limitée (mais sa progression constitue un changement notable) et lorsqu’elle s’accroît au point que les hommes, à leur tour, deviennent minoritaires ». Les études de médecine d’abord exclusivement masculines ont connu une féminisation de grande ampleur au cours du XXe siècle.

5Le domaine de la santé est lié à une tradition féminine avec des professions médicales, telles que sages-femmes et infirmières exercées presque exclusivement par des femmes. Mais la profession de médecin, aujourd’hui représentée comme convenant aux deux sexes (Mosconi et Stevanovic, 2007), est loin de l’avoir toujours été. Les modalités d’accès des femmes à l’enseignement supérieur conditionnent leur absence en médecine. Au Moyen-âge, en France, des facultés de médecine sont créées pour la première fois à l’université de Montpellier en 1220 et de Paris en 1253. Les femmes n’ont pas la permission d’y étudier, un édit de 1220 fait défense d’exercer la médecine à ceux qui n’appartiennent pas à l’Université (Dall’Ava-Santucci, 2004). Plus tard, ce sont les modalités d’accès des femmes à l’enseignement supérieur qui conditionnent leur absence en médecine. Le baccalauréat créé en 1808, sésame d’entrée à la faculté de médecine, ne fut préparé dans des lycées féminins qu’à partir de 1924 (l’enseignement secondaire féminin existant préparait seulement au Brevet Supérieur). Avant cela, les femmes désireuses de préparer le baccalauréat pour pouvoir s’inscrire à la faculté devaient le préparer seules. Cette « barrière» du baccalauréat, exclut de fait les femmes des études et de l’exercice de la médecine.

6Cependant, de tous temps, une médecine féminine exista. Une médecine empirique, sans diplôme, de l’expérience transmise de maître à disciple, de mère en fille à travers « celles qui guérissent », les religieuses, les infirmières et les sages-femmes qui toutes ont soigné à travers les époques. Mais à forces de pétitions les étudiantes sont admises au concours de l’externat en 1882 ; et le prestigieux concours hospitalier de l’Internat de Paris, fondé en 1802, se voit ouvert aux femmes externes en 1886 (Dall’Ava-Santucci, 2004). Il y eu des exceptions, Madeleine Brès fut la première femme française diplômée en médecine en 1875, mais ces femmes étaient en majorité issues de la bourgeoisie, ou avec un père précepteur, ayant ainsi un accès aux disciplines scientifiques (Dall’Ava-Santucci, 2004). En 1900, cinq cent vingt-huit étudiantes sont inscrites dans les facultés de médecine, soit 6 % des effectifs. Suite à l’unification des programmes pour le baccalauréat, les femmes sont plus de 3 000 en médecine soit 18 % des effectifs d’étudiant-e-s (Schweitzer, 2002). En 1945, on compte 9 % de docteures et 19 % en 1961 (ces chiffres ne concernant que l’exercice libéral de la médecine, sans spécialisation).

7Avec les années soixante-dix, l’accès des femmes à la médecine devient un phénomène massif : elles représentent 26 % des diplômé-e-s en 1975 et 40 % en 1990. La proportion de filles dépasse celle des garçons en 1993-1994 avec 50,2 % des effectifs tous cycles confondus (Lapeyre, 2006) et elles sont devenues largement majoritaires (64 %) parmi les étudiants de première année en 2002 (Hérault et Labarthe, 2003). Cette féminisation se poursuit jusqu’au troisième cycle de médecine avec 55,9 % d’étudiantes en résidanat et 53,6 % en internat (pour l’année 2002) (Hérault et Labarthe, 2003).

Tableau 1 — Part des filles en première année des études de médecine entre 1970 et 2009

Année universitaire

Part des filles

1970-1971

35,7 %

-1986

37,4 %

-1994

50,2 %

-2003

64 %

-2010

65,7 % (cursus Licence)

Sources : Hardy-Dubernet, 2005 ; Éducation et formation, 2008 ; Lapeyre, 2006, Hérault et Labarthe, 2003, M.E.S.R. D.G.E.S.I.P., 2010

Une évolution majeure de la profession mais une répartition sexuée dans les spécialités médicales

8Cette ouverture massive des études de médecine aux filles, pendant ces vingt dernières années, constitue une évolution majeure en termes d’accès à de nouvelles formations, de nouvelles professions et par là-même de nouveaux statuts pour les femmes dans le monde du travail. En 2010, les femmes représentent 40 % de l’ensemble des médecins (dont 65,2 % chez les moins de 30 ans), 42 % parmi les spécialités médicales (dont 65 % chez les moins de 30 ans) mais seulement 25 % exercent en spécialités chirurgicales (dont 42 % chez les moins de 30 ans), soit les plus prestigieuses et rémunératrices.

Tableau 2 — Part des femmes parmi l’ensemble des médecins (généralistes et spécialistes) entre 1962 et 2010

Année

Part des filles

1962

10 %

1979

21,5 %

1986

26,4 %

1992

31 %

1999

35,8 %

2004

37,2 %

2010

40,3 %

Sources : Ordre national des médecins, DUCLOUX, 2003 ; Bessière, 2005 ; INSEE, 2010

9À l’heure actuelle, la féminisation est croissante chez les médecins. Cependant un constat est réalisé : les femmes et les hommes se répartissent différemment selon les spécialités médicales. Une ségrégation verticale des spécialistes est avérée : les femmes sont surreprésentées dans les spécialités médicales telles que la gynécologie médicale (88,3 %), la dermatologie (63,2 %) ou la pédiatrie (59 %). Par contre, les spécialités faisant appel à la technique et à des appareillages coûteux comptent peu de femmes, comme la cardiologie (17,3 %) et la gastroentérologie (21,3 %). Les femmes médecins sont sous-représentées dans les spécialités chirurgicales comme la chirurgie générale (6,6 %) ou orthopédique (2,7 %), et la stomatologie (15,8 %) (Lapeyre, 2006).

10Ce mouvement majeur de féminisation des effectifs d’étudiant-e-s en médecine peut-il parvenir à modifier, dans une visée égalitaire (entendue ici au sens d’une égalité dans les projections professionnelles) les parcours des filles et des garçons dans les études de médecine, à travers une reconfiguration des représentations professionnelles notamment ?

Le contexte de l’université

11La déclaration de Bologne de 1999 institue le processus de Bologne destiné à favoriser la mobilité, la lisibilité et l’attractivité de l’espace européen de l’enseignement supérieur. Cette déclaration s’articule autour : d’un système fondé essentiellement sur trois cycles (3-5-8) ; d’un système d’accumulation et de transfert de crédits ( European Credits Transfer System) ; de la promotion de la mobilité des étudiants, des enseignants et des chercheurs ; de la promotion de la coopération en matière d’assurance de la qualité et de la promotion de la dimension européenne dans l’enseignement supérieur. Ce processus de Bologne articule de multiples approches dont celles de « la centration sur l’étudiant et les compétences » et « l’employabilité et la dimension sociale ». La déclaration de Budapest-Vienne du 12 mars 2010, sur l’espace européen de l’enseignement supérieur, énonce « la nécessité de renforcer les efforts en ce qui concerne la dimension sociale pour garantir l’égalité des chances dans l’accès à un enseignement de qualité».

12Il nous semble essentiel, à travers cette illustration de la féminisation des études de médecine, d’inclure l’approche du genre dans cette visée d’égalité des chances à l’université.

13Une approche du genre tout d’abord, le concept de genre étant entendu ici au sens d’un « ensemble de constructions sociales (symboliques et institutionnelles) qui détermine la forme que prennent les rapports sociaux de sexe dans une société » (Parini, 2006, p. 21). Plus précisément, ce concept vise à analyser « non pas un état mais la relation que les personnes et les groupes établissent avec le “système de genre” qui les façonnent et qu’ils contribuent à transformer ou à maintenir » (Roux, 2000, p. 6). C’est dans cette perspective de construction sociale des différences sexuées que se situe notre recherche. Le mouvement de féminisation des études de médecine peut-il avoir pour incidence une reconfiguration des représentations sexuées des professions (en tant qu’un des facteurs influençant l’orientation scolaire et professionnelle) chez les filles et les garçons ? D’après Mosconi et Stevanovic (2007), les stéréotypes et rôles de sexe, définissant les qualités dites féminines et masculines, influencent largement les projets d’orientation et professionnels. Les filles, même quand elles envisagent ou choisissent un métier scientifique ou non-traditionnel, continuent à avoir des représentations stéréotypées du monde professionnel et conformes aux modèles traditionnels du rôle de genre. Les auteures soulignent que ces représentations stéréotypées se manifestent chez les filles par leur questionnement sur la conciliation de la vie professionnelle et familiale, alors que les garçons commencent très tôt à se préoccuper de la planification de leurs carrières. Nous faisons l’hypothèse qu’une analyse fine des réponses des lycéen-ne-s de terminales scientifiques sur leur projet d’orientation en médecine révèle des caractéristiques sexuées dans leurs représentations professionnelles.

14Une égalité des chances comprise ensuite, en termes de visée égalitaire concernant les parcours et les choix de spécialités médicales des filles et des garçons en médecine. D’autant que deux conventions interministérielles pour la promotion de l’égalité des chances entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif de 2000 et 2006 indiquent une visée politique globale d’égalité des chances entre les filles et les garçons de l’enseignement primaire à l’enseignement supérieur. Ces conventions, rassemblant huit ministères, se structurent autour de trois axes majeurs : « améliorer l’orientation scolaire et professionnelle des filles et des garçons pour une meilleure insertion dans l’emploi » ; « assurer auprès des jeunes une éducation à l’égalité entre les sexes » et « intégrer l’égalité entre les sexes dans les pratiques professionnelles et pédagogiques des acteurs et actrices du système éducatif ». Chacun réaffirmant la mise en place de mesures spécifiques relatives, avec entre autres : « veiller à inclure une dimension sexuée dans l’information délivrée sur les métiers et les filières de formation », « promouvoir auprès des filles, les filières et les métiers des domaines scientifiques et technologiques porteurs d’emplois ». Dans ce cas des études de médecine, il nous semble essentiel pour compléter cette analyse des conséquences de la féminisation, en termes d’orientation professionnelle sexuée (vers les spécialités médicales), d’inclure l’approche des caractéristiques sociales de cette population étudiante. Qu’en est-il des conséquences sur la sélection sociale opérée en médecine ? Cette ouverture et cet investissement massif des filles se sont-il accompagnés d’une ouverture en termes d’appartenance sociale ?

Méthodologie

15Cet article s’appuie sur une enquête par questionnaires réalisée, à partir de mars 2009, auprès de cent soixante-seize élèves de terminales scientifiques (quatre-vingt-douze filles et quatre-vingt-quatre garçons) dans deux lycées urbains de l’académie de Montpellier.

16L’utilisation du questionnaire est relative à une première étape quantitative développée dans le cadre de notre thèse sur « Les choix d’orientation vers les études supérieures chez les filles comparativement aux garçons. Recherche sur la filière Médecine, massivement féminisée depuis vingt ans en France, avec le cas de Montpellier ». Cette méthode du questionnaire a été choisie afin de recueillir des données quantifiables sur les motifs d’orientation scolaire et professionnelle des lycéen-e-s en terminale scientifique, mais aussi analyser la part des projets vers les études de médecine. Puis enfin, ce mode de recueil de donnés s’avère être très adapté à cette population peu disponible à cette période précédant les examens du baccalauréat. Nous avons choisi de cumuler et traiter ensemble les données de nos deux lycées. Les données ont été saisies avec le logiciel SPHINX. Concernant l’analyse, ayant des fréquences à comparer, nous utilisons le test de signification du Chi2.

17La terminale scientifique (S) nous semble un palier d’orientation essentiel à analyser car elle représente l’étape sélective conditionnant en grande partie l’accès aux études de médecine. Il faut savoir qu’en 2002, 92,2 % des étudiant-e-s en premier cycle des études médicales-première année (P.C.E.M.1) possédaient un bac S (Hérault et Labarthe, 2003).

Médecine : une filière féminisée dans laquelle perdure une polarisation sociale

18L’analyse des résultats de l’enquête par questionnaires, concernant les choix d’orientation post-baccalauréat de notre échantillon en terminale S, indique que 55 % des élèves évoquent le domaine de la santé comme choix après le bac. Les filles y sont effectivement plus nombreuses que les garçons : 59,8 % de filles et 40,2 % de garçons.

19Parmi ces mêmes lycéen-ne-s évoquant la santé, 46,4 % envisagent les études de médecine : avec une différence de 12 points entre les filles et les garçons puisque les filles représentent 56 % de ces élèves contre 44 % de garçons.

20Plus précisément, parmi les élèves de l’échantillon définissant l’Université comme choix après le baccalauréat, 29,4 % ont précisément choisi la filière médecine. Parmi ces élèves, 68,8 % sont des filles. Les souhaits d’orientation des filles vers médecine sont représentatifs de la situation nationale ; à la rentrée 2008-09, 66,1 % des étudiant-e-s de P.C.E.M.1 étaient des filles (Repères et références statistiques, 2009).

21Qu’en est-il des conséquences de ce mouvement de féminisation sur la sélection sociale opérée en médecine ? S’est-il accompagné d’une ouverture en termes d’appartenance sociale ? Nous tenons à analyser si les origines sociales, à travers les catégories socioprofessionnelles (C.S.P.) des parents, sont équivalentes chez les filles et les garçons voulant faire des études de médecine.

22L’analyse des caractéristiques sociales de notre échantillon de lycéen-ne-s, ayant déjà choisi les études de médecine en terminales S, indique une forte présence des catégories sociales favorisées puisque 46,9 % des pères et 34,4 % des mères des filles comme des garçons appartiennent à la C.S.P. « Cadres et professions intellectuelles supérieures ».

  • 2 Repères et références statistiques. Les élèves du second degré, 2010.

23Cette enquête auprès d’un échantillon montpelliérain nous permet d’observer une forte sélection sociale chez les futur-e-s étudiant-e-s de médecine à travers notamment cette présence importante, près de la moitié des pères dans les C.S.P. les plus favorisées. L’origine sociale des lycéen-ne-s de terminales S de notre échantillon, ayant choisi médecine comme choix post-baccalauréat, est plus élevée que la moyenne nationale : en 2009-10, parmi les élèves en première et terminale générales, 30,5 % des parents appartenaient à la C.S.P. « Cadres et professions intellectuelles supérieures2 ». Une étude réalisée en 2002 (Hérault et Labarthe) montrait que la sélection avait peu évolué entre 1992 et 2002, les cadres et professions intellectuelles supérieures restant les catégories socio-professionnelles (C.S.P.) les plus représentées chez les parents (44 % des pères des étudiants en première année en 2002 étaient cadres ou occupaient une profession intellectuelle supérieure). Selon Albouy et Tavan (2007, p. 18), la massification du supérieur s’est accompagnée d’un renforcement de la sélection sociale chez les étudiantes et étudiants en médecine : 

Pour les filles, la phase d’explosion du supérieur est allée de pair avec un renforcement de la polarisation sociale des différents domaines d’études. En particulier, celle des études de médecine et de droit, déjà marquée, s’est encore accrue. En revanche, la polarisation sociale des filières choisies par les garçons semble plutôt constante au fil des générations. À partir de la génération 1966-1969, le poids des milieux aisés se renforce pour les études de médecine.

24Merle (2009, p. 85) va jusqu’à pointer un « embourgeoisement du recrutement social des filières les plus fermées socialement comme médecine, droit, grandes écoles».

25Si l’on observe précisément les C.S.P., la répartition diffère entre les parents de ces filles et de ces garçons. Les pères des garçons, ayant choisi médecine en terminale, sont quasiment uniquement représentés dans la C.S.P. « Cadres et professions intellectuelles supérieures » (à 70 %). La répartition des pères des filles est, elle, davantage hétérogène : 36,4 % appartiennent aux « Cadres et professions intellectuelles supérieures », 18,2 % sont présents chez les « Ouvriers » et 13,6 % chez les « Employés ». Les mères des garçons et des filles sont elles aussi différemment représentées dans les C.S.P.. La moitié des mères des garçons est présente dans la C.S.P. « Cadres et professions intellectuelles supérieures » puis 20 % font partie des « Professions intermédiaires ». La distribution des mères des filles est plus disparate, 27 % des mères sont « Cadres et professions intellectuelles supérieures », tout autant (27 %) sont représentées dans les « Professions Intermédiaires » puis 23 % appartiennent aux « Employées ». Nous observons surtout qu’à l’inverse des pères, 15,6 % des mères (10 % des mères des garçons et même 18 % des mères des filles) n’ont pas d’activité professionnelle.

26Suite à l’analyse des caractéristiques sociales de notre échantillon de lycéen-ne-s, ayant déjà choisi les études de médecine en terminales S, nous observons des caractéristiques sociales relativement proches et favorisées. Nous notons une sélection sociale légèrement plus élevée chez les parents des garçons. Cela peut indiquer que la baisse des effectifs masculins est corrélée à une plus grande sélection sociale chez les garçons ; à l’inverse des filles pour lesquelles cet investissement massif vers les études de médecine se traduirait par une forme d’ouverture sociale, c’est-à-dire une moindre sélection sociale concernant cet échantillon montpelliérain par rapport aux garçons.

Une féminisation des études de médecine mais des représentations sexuées des professions qui perdurent

27L’analyse des résultats des questionnaires, concernant les projections professionnelles de notre échantillon montpelliérain, signale des disparités entre les filles et les garçons ayant déjà choisi les études de médecine en terminale S.

28Tout d’abord, les explications du choix pour médecine divergent entre les filles et les garçons : la moitié des filles considère choisir médecine pour pouvoir exercer une profession médicale qu’elles ont déjà définie (contre 30 % des garçons), 40 % des garçons citent ce choix par intérêt pour les professions médicales et paramédicales (contre 23 % des filles) et nous observons que 20 % des garçons évoquent le prestige de la profession (contre seulement 4,5 % des filles).

29Puis la moitié des garçons estime avoir des projets professionnels (pour 36 % des filles) mais à l’inverse 60 % des filles citent déjà définir leur profession future (ce n’est le cas que pour 40 % des garçons). Si l’on observe les projets professionnels, autour de 40 % des filles comme des garçons citent comme projet professionnel le domaine médical-paramédical et la bio-chimie, 10 % des garçons mentionnent la profession d’ingénieur (pour à peine 5 % des filles). Concernant les choix affirmés de profession future, il est intéressant d’observer que tous et toutes citent le domaine de la santé, avec une majorité de filles (60 %).

30Observons à présent les représentations professionnelles des futur-e-s étudiant-e-s de médecine, une partie de notre questionnaire était dédiée à ces représentations. Nous demandions aux lycéen-ne-s d’estimer si les professions citées étaient exercées soit « en majorité par des femmes »/soit « en majorité par des hommes »/soit « indifféremment » c’est à dire exercées autant par une femme que par un homme. L’analyse des résultats indique une prégnance actuelle de représentations professionnelles sexuées chez les lycéen-ne-s de terminale S ayant choisi les études de médecine dès la terminale, mais de façon différente pour chaque sexe.

31Les professions d’enseignant-e (dans le primaire) et infirmier-e sont vues chez les lycéen-ne-s, ayant choisi les études de médecine, comme davantage exercés par des femmes (respectivement 56,7 % et environ 84,4 %). La profession d’architecte est estimée davantage exercée par des hommes (à 53 %). Les professions de médecin (généraliste), kinésithérapeute, vétérinaire et ingénieur-e sont perçues comme étant exercées autant par des hommes que par des femmes (à plus de 50 %). Si l’on regarde ensuite la seconde estimation des lycéen-ne-s, en termes de pourcentage, ils et elles estiment que toutes ces professions sont exercées ensuite en majorité par des hommes (à plus de 35 % pour vétérinaire et même près de 45 % pour médecin (généraliste), kinésithérapeute et ingénieur-e). C’est-à-dire que les filles et les garçons estiment que ces professions sont soit exercées autant par des femmes que des hommes soit davantage par des hommes.

32Nous avons posé la même question à ces lycéen-ne-s, d’estimer si les professions citées étaient exercées soit « en majorité par des femmes »/soit « en majorité par des hommes »/soit « indifféremment », concernant les professions et les spécialités médicales.

33Nous notons cette différenciation de façon identique, sage-femme est vue comme exercée à 100 % par les femmes. Chirurgien : par les hommes à près de 85 %. Et la même observation que précédemment pour radiologue et neurologue, près de la moitié des filles comme des garçons considèrent qu’elles sont exercées autant par les hommes que par les femmes. Viennent ensuite environ 40 % des filles comme des garçons qui estiment qu’elles sont exercées davantage par des hommes (et même plus de 55 % pour neurologue). Inversement, et toujours dans le sens de la division sexuée des professions, pédiatre et gynécologue : la moitié des lycéen-ne-s estiment qu’elles sont exercées autant par des femmes que par des hommes, viennent ensuite plus d’un tiers des lycéen-ne-s qui estiment que ces deux professions sont exercées davantage par des femmes.

34Ces dernières observations apportent un véritable paradoxe. Dans cet échantillon de lycéen-ne-s ayant déjà fait le choix des études de médecine, les filles sont plus nombreuses que les garçons à projeter de suivre des études de médecine après le bac, elles semblent avoir des projets d’études et professionnels plus précis et aboutis que les garçons et néanmoins leurs représentations sexuées des professions et spécialités médicales persistent. L’un des facteurs interagissant lors du développement de l’identité sexuée (les représentations sexuées des professions) reste prégnant et peut alors conditionner les choix d’orientation et les possibles de carrière des étudiant-e-s de médecine. Les représentations n’évoluent pas au même rythme que les évolutions (d’effectifs) dans le supérieur et le risque d’une répartition sexuée persiste dans les spécialités médicales.

Conclusion

35Nous souhaitions analyser les conséquences de cette féminisation des études de médecine sur les représentations et projections professionnelles des filles et garçons voulant faire médecine. Plus précisément, si cette féminisation s’est accompagnée ou non d’une reconfiguration des représentations des professions aboutissant à de moindres projections sexuées. Mais le bilan de cette féminisation reste mitigé, l’un des facteurs d’ordre psychosociologique, les représentations professionnelles, s’avère sexué et peut ainsi interférer encore aujourd’hui dans les choix d’orientation professionnelles des filles et des garçons.

36La question de la construction des différences sexuées lors de l’orientation des filles et des garçons, dans leur parcours en médecine, reste une question d’actualité.

37D’après Hardy-Dubernet (2005, p. 48), cette féminisation des études de médecine se réalise dans un contexte bien spécifique :

Elles (les filles) adoptent un comportement de choix d’orientation qui ressemble à celui de leurs frères, en optant pour des études longues et sélectives, mais elles se conforment aussi à une tendance générale des étudiantes de leur sexe en se dirigeant vers le secteur de la santé». L’emprise du genre, à travers les responsabilités féminines domestiques et familiales ainsi que les représentations sexuées traditionnelles des capacités féminines pour le soin, agit lors du choix d’orientation vers médecine chez les filles.

38Nous ne nions pas les évolutions entrainées par la féminisation dans la répartition sexuée des professions et spécialités médicales. En 2010, les femmes représentent 40 % de l’ensemble des médecins (dont 65,2 % chez les moins de 30 ans), 42 % parmi les spécialités médicales (dont 65 % chez les moins de 30 ans) mais seulement 25 % exercent en spécialités chirurgicales (dont 42 % chez les moins de 30 ans), soit les plus prestigieuses et rémunératrices. Ce phénomène de féminisation représente une évolution majeure du système universitaire français. Néanmoins, cette persistance des représentations sexuées fait écho à l’expression de « révolution respectueuse » de Marry (2003), la répartition sexuée des filières et professions est en mouvement mais sans transformer les conceptions traditionnelles définissant les domaines du masculin et du féminin.

Haut de page

Bibliographie

Albouy V. et Tavan C., « L’accès à l’enseignement supérieur en France : une démocratisation réelle mais de faible ampleur », dans Économie et statistique, 410, 2008, p. 3-45.

Bessière S., « La féminisation des professions de santé en France : données de cadrage », dans Revue française des affaires sociales, numéro thématique « Dynamiques professionnelles dans le champ de la santé », 59/1, 2005, p. 19-33.

Baudelot C. et Establet R., Allez les filles !, Paris, Seuil, 1992.

Cacouault-Bitaud M., « La féminisation d’une profession est-elle le signe d’une baissede prestige ? », dans Travail, genre et société, 5, mars 2001, p. 93-115.

Costes J., Fontanini C. et Houadec V., « Filles et garçons dans l’enseignement supérieur : permanences et/ou changements ? », dans Éducation et formations, 77, 2008.

Dall’Ava-Santucci J., Des sorcières aux mandarines. Histoire des femmes médecins, Paris, Calmann-lévy, 2004.

Ducloux M., « Allocution d’ouverture du dix-neuvième Jeudi de l’Ordre », Les filles d’Hippocrate : quand la médecine se féminise, 2003.

Duru-Bellat M., L’école des filles. Quelle formation pour quels rôles sociaux ? Paris, L’Harmattan, 2004.

Hardy-Dubernet A.-C., « Femmes en médecine : vers un nouveau partage des professions ? », dans Revue française des affaires sociales, numéro thématique « Dynamiques professionnelles dans le champ de la santé », vol. 59, n° 1, 2005, p. 35-58.

Hérault M. et Labarthe J., « Les étudiants inscrits en médecine en janvier 2002 », dans Note d’information 03.48, M.J.E.R, 2003.

Lapeyre N., Les professions face aux enjeux de la féminisation, Toulouse, Octarès, 2006.

Lemaire S., « Les premiers bacheliers du panel : aspirations, image de soi et choix d’orientation », dans Éducation et formations, 72 (septembre), 2005, p. 137-153.

Marry C., Les paradoxes de la mixité filles-garçons à l’école. Perspectives internationales, Rapport pour le PIREF et conférence du 16 octobre 2003 au Ministère de l’éducation nationale, Paris, 2003.

Merle P., « La démocratisation de l’enseignement entre égalisation et illusions », dans M. Duru-Bellat et A. Van-Zanten (dir.), Sociologie du système éducatif. Les inégalités scolaires, Paris, PUF, 2009.

Mosconi N. et Stevanovic B., Genre et avenir. Les représentations des métiers chez les adolescentes et les adolescents, Paris, L’Harmattan, 2007.

Papon S. (2010), « Les étudiants inscrits dans les universités publiques françaises en 2009-2010 », dans Note d’information 10.09, M.E.S.R./D.G.E.S.I.P, 2010.

Parini L., Le système de genre. Introduction aux concepts et théories, Zürich, Seismo, 2006.

Roux P., « Des femmes au genre : que penser de la différence des sexes ? », dans Dépendances, 11, 2000, p. 1-4

Schweitzer S., Les femmes ont toujours travaillé. Une histoire du travail des femmes aux XIX et XX siècles, Paris, Odile Jacob, 2002.

Haut de page

Notes

1 Le mot carabin remonte à l’époque où on appelait ainsi les étudiants en médecine de l’armée, car leur uniforme ressemblait à celui des carabiniers. Par extension, ce qualificatif s’est appliqué à tous les étudiants de médecine. Au féminin, cette appellation prend une connotation riche de sens.

2 Repères et références statistiques. Les élèves du second degré, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Avenel, « La question de l’égalité des parcours en faculté de médecine : les conditions d’entrée à l’université des nouvelles carabines », Éducation et socialisation [En ligne], 31 | 2012, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://edso.revues.org/801 ; DOI : 10.4000/edso.801

Haut de page

Auteur

Céline Avenel

Université Montpellier III, L.I.R.D.E.F. (E.A. 3749)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org