Navigation – Plan du site
Les universités, un service public de proximité?

La responsabilité sociale des universités en France : un concept en émergence ?

Emmanuelle Annoot

Résumés

Des réformes récentes ont renforcé les liens entre les universités et leur territoire en France. Les collectivités et les associations jouent un rôle considérable pour accompagner ces politiques de développement des établissements. Les universités autonomes sont ainsi confirmées comme des acteurs économiques, sociaux et culturels majeurs dans leur environnement. Ces orientations modifient la place de l’université dans la société. La responsabilité sociale des universités commence à être évoquée quand l’institution répond aux besoins des habitants d’un territoire en matière de vie sociale et de culture. En particulier, l’accès aux études supérieures, la fidélisation des diplômés constituent des enjeux locaux qui valorisent le rôle de service public des universités. Reste à étudier les effets de l’autonomie des établissements sur la démocratisation de l’accès à la connaissance au cœur de ces nouvelles formes de régulation entre échelons européen, national et local.

Haut de page

Texte intégral

Un concept en émergence ?

1Répondre aux besoins des habitants d’un territoire local ou régional en matière de vie sociale et de culture, telle est désormais une des missions d’une université socialement responsable. En France, la construction de ce modèle social, qui interagit avec son environnement, est en marche. Des pratiques nombreuses témoignent de ce mouvement de recomposition des activités universitaires. Toutefois, la communauté universitaire n’est pas toujours consciente du rôle nouveau qui est joué par l’université sur ce terrain. La loi sur les libertés et responsabilités des universités instaurée en 2007 est l’aboutissement d’un processus qui a conduit à l’autonomie des établissements d’enseignement supérieur. Le terme de « responsabilité sociale » ne fait pas encore partie du vocabulaire courant dans le monde de l’enseignement supérieur français. Un premier facteur d’explication peut être avancé. Malgré ce changement, les universitaires restent des fonctionnaires d’État et leur indépendance vis-à-vis de leur tutelle est relative. Le concept de responsabilité sociale est utilisé à l’étranger là où l’autonomie des établissements universitaires est plus affirmée et dans le monde de l’entreprise.

2Au Brésil, par exemple, la question de la responsabilité sociale universitaire est d’actualité depuis 1996, mais elle émerge en tant que pratique dans les établissements supérieurs, à partir des années deux mille (lire à la suite de cet article l’entretien réalisé auprès de Monica Mota Tassigny professeur à l’UNIFOR (Fortaleza, Brésil) sur la responsabilité sociale des universités au Brésil).

3En juillet 2001, la commission européenne introduit ce concept dans le management des organisations. Daniel Filâtre (Filâtre, 2003) parle de « systèmes régionaux d’enseignement supérieur » pour illustrer le poids de la région (en tant qu’institution) pour l’organisation des politiques locales et la régulation entre les acteurs (entre le niveau central et les niveaux locaux). Depuis 2006, les universités françaises sont appelées à se regrouper autour de Pôles de recherche et d’enseignement supérieur (P.R.E.S.) pour proposer une offre de recherche et de formation mieux adaptée aux besoins des territoires et pour concentrer leurs moyens. Dans ces nouvelles configurations, les collectivités et les associations jouent un rôle considérable pour accompagner ces politiques de développement des établissements, les universités autonomes étant confirmées comme des acteurs économiques sociaux et culturels majeurs dans leur environnement. La politique qui est menée dans les établissements peut avoir, en particulier, un fort un impact sur l’accès aux études supérieures, la réussite éducative, le développement économique et culturel. Ces modèles qui s’affirment participeront sans doute à l’émergence du concept de responsabilité sociale dans le langage des acteurs de la communauté universitaire et par conséquent dans le vocabulaire des chercheurs en éducation intéressés par cet objet d’étude.

4Les orientations récentes que nous avons exposées bouleversent cependant les représentations de la communauté universitaire. Elle n’a pas eu l’habitude de penser son organisation de façon décentralisée mais plutôt, dans une tradition républicaine, en relation avec l’État comme principal interlocuteur : « Longtemps les universités françaises, en référence à l’universalité de la science, ne se sont imaginé d’autre territoire que le monde. Au mieux, par réalisme sur le droit qui les fondait et sur la provenance de leurs moyens, se sont-elle reconnu un caractère national » (Lichtenberger, 2010). L’auteur indique que les responsabilités qui ont été confiées aux universités dès les années quatre-vingt-dix, c’est à dire la diffusion d’un enseignement de masse et la professionnalisation des étudiants, et plus récemment les droits qui leur ont été conférés, modifient profondément leur rapport au territoire. Un nouvel apprentissage, celui « de la responsabilisation de la communauté universitaire » dans son environnement local et régional et non plus seulement national et mondial est donc à l’œuvre. Il passe par le sentiment d’appartenance à un établissement (et moins à une faculté ou à un laboratoire) et à l’affirmation d’une identité collective qui lui est attachée. C’est pourquoi, dans ce contexte en mutation, nous adopterons une démarche exploratoire pour dessiner les contours du concept de responsabilité sociale en France. Une partie de notre réflexion sera consacrée aux questions de l’accès aux études supérieures et de la réussite éducative. Ces axes constituent, pour le chercheur en éducation, une entrée privilégiée pour étudier les effets de l’autonomie sur le principe de démocratisation des études supérieures.

La responsabilité sociale des universités : un enjeu européen et national

5La préoccupation de développer des universités socialement responsables dans le sens préalablement défini ne semble pas être une priorité à la lecture des discours des gestionnaires des universités en France. Notre pays s’est pourtant inscrit dans le processus de Bologne depuis plus de dix ans aujourd’hui. Le principe de responsabilisation des établissements est notamment porté par la déclaration de Lisbonne qui invite les universités européennes, à relever les défis du progrès économique et de la stabilité sociale :

L’Europe souhaite à présent que ses universités jouent un rôle encore plus important : permettre à la société civile de relever les défis du vingt et unième siècle. Face aux changements climatiques, aux défis énergétiques, à l’allongement de l’espérance de vie, à la rapidité des progrès technologiques, à l’interdépendance liée à la mondialisation et à l’accroissement des inégalités économiques tant en Europe qu’entre l’Europe et les autres continents, l’étude, la recherche fondamentale et les innovations technologiques et sociales sont nécessaires pour résoudre les problèmes émergents et pour garantir aux différents peuples le progrès économique et la stabilité sociale.

  • 1 Le plan licence a été lancé en 2007 par Valérie Pécresse ministre de l’enseignement supérieur et de (...)
  • 2 Dès novembre 2008, les cents premiers labels « Cordées de la réussite» ont été créés pour promouvoi (...)

6Ces recommandations sont déclinées dans les différents champs de l’action publique : dans la recherche, la formation et le développement la citoyenneté étudiante. En France, par exemple, le débat national s’est orienté très récemment sur l’avenir de la jeunesse et sur le rôle des institutions éducatives. Une série de propositions ont été publiées sous la forme d’un livret vert intitulé « Reconnaître la valeur de la jeunesse » (Haut commissariat aux solidarités actives, 2010). Les universités y ont été interpellées en qualité d’établissements publics pour participer au maintien des jeunes dans le système universitaire en luttant contre l’échec en premier cycle et le décrochage. Sur le plan associatif, des organisations comme l’Association de la fondation étudiante pour la ville (A.F.E.V.) se donnent pour mission de renforcer les liens entre les universités et les collectivités. Elles ont pour but de soutenir des projets qui associent vie étudiante et engagement pour assurer la cohésion territoriale. Inscrites dans les contrats d’établissement ou dans des conventions pour les promouvoir, ces actions ont pour finalité de démocratiser l’accès à la connaissance en prolongement des programmes nationaux déclinés dans le cadre du « Plan licence1 » ou des « Cordées de la réussite2 ». L’A.F.E.V. a la particularité d’inscrire explicitement dans ses objectifs sa contribution à la responsabilité sociale des universités. Le dynamisme de la vie associative dans les universités est aussi révélé par le nombre de projets étudiants. Le fonds de solidarité et de développement des initiatives étudiantes a pour objectif de les soutenir financièrement, ce fonds pouvant être abondé par les universités et les collectivités locales. En 2008/2009, les projets à caractère culturel représentaient près de la moitié des dossiers déposés tandis que ceux visant l’engagement citoyen s’élevaient à 20 %. Ces indicateurs montrent que les étudiants sont eux aussi à l’initiative d’actions sociales et culturelles en direction de leur environnement.

Une préoccupation inscrite à l’échelon international

7Dans les domaines de l’enseignement supérieur et de la recherche, de grandes organisations comme l’Organisation des nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) et l’Organisation de coopération et de développement économiques (O.C.D.E.) apportent leur contribution au sujet de la responsabilité sociale. Elles jouent un rôle de conseil auprès des pouvoirs publics et de coordination des activités gouvernementales de leurs États membres. Dans les rapports de ces organisations qui s’adressent essentiellement aux dirigeants politiques et aux gestionnaires des établissements, nous trouvons des analyses sur la portée de ce concept à l’université. Plus précisément, la responsabilité sociale est souvent incluse dans le cadre plus large du développement durable. Par exemple, la Décennie des Nations-Unies pour l’éducation en vue du développement durable (D.E.D.D., 2005-2014) a pour objet d’apporter les compétences, valeurs et connaissances indispensables pour créer des conditions viables, aujourd’hui et demain, compte tenu des aspects économiques, sociaux et environnementaux. Pour l’O.C.D.E., l’interaction entre l’enseignement supérieur et le développement régional est un phénomène récent, qui présente un intérêt légitime pour les universitaires et les chercheurs. En réponse à ces questions nouvelles sur les relations entre les universités et leur territoire, l’O.C.D.E./I.M.H.E. (Programme sur la gestion des établissements d’enseignement supérieur) a mené une étude de grande ampleur, dont les résultats ont été publiés dans un rapport intitulé Enseignement supérieur et régions : concurrence mondiale, engagement local (O.C.D.E., 2007). Parmi les conclusions, nous retenons que la coopération renforcée entre universités et régions contribuerait à mettre en valeur les missions de service public de ces établissements :

D’un point de vue plus large, l’engagement régional est un signe visible de la dimension de service, notamment de service public, inhérente à l’enseignement supérieur, grâce auquel les établissements sont en mesure d’illustrer leur contribution à la société civile. Ces initiatives de collaboration permettent en effet aux établissements d’enseignement supérieur d’apporter une preuve concrète de la valeur ajoutée associée aux investissements publics dans l’enseignement supérieur et la recherche. (Goddard, Puukka, 2008)

Responsabilité sociale des entreprises, relations entre l’université et le territoire : deux objets d’étude connus

  • 3 Un pôle de compétitivité rassemble sur un territoire donné, des entreprises, des laboratoires de re (...)
  • 4 L’opération campus est un plan de grande ampleur en faveur de l’immobilier universitaire représenta (...)
  • 5 La Loi de programme pour la Recherche du 18 avril 2006 est la traduction législative du « Pacte pou (...)
  • 6 La loi du 10 août 2007 a pour but de renforcer l’enracinement de l’université dans son environnemen (...)
  • 7 Le grand emprunt lancé par le Président de la République déclenche des investissements venant du pr (...)

8Dans le domaine scientifique, les publications françaises font très rarement référence au terme de responsabilité sociale lorsqu’il est appliqué aux champs de l’éducation et de la formation. En revanche, plusieurs disciplines universitaires s’intéressent à ce concept en relation avec les entreprises. Certaines d’entre elles se sont même constituées en réseaux. Citons, pour exemple, le Réseau international de recherche sur les organisations et le développement durable (R.I.O.D.D.). Il a pour vocation de promouvoir la multidisciplinarité en sciences humaines et sociales, d’accueillir des contributions de différents champs disciplinaires, tels que le management, l’économie, la sociologie et le droit. Les publications des chercheurs de ce réseau s’articulent autour de thématiques telles que la participation des organisations au développement durable, la responsabilité sociale d’entreprise, l’éthique de l’économie et des affaires, les régulations sociales, la gouvernance des organisations. En complément des travaux qui ont été cités, l’analyse des rapports entre les universités et leur territoire apporte également une contribution à la définition du concept de responsabilité sociale des universités. En effet, des mesures gouvernementales, allant dans le sens de l’autonomie des universités, ont modifié le paysage universitaire et renforcé ses relations au territoire. Citons quelques-unes d’entre elles par ordre chronologique entre 2005 et 2010 : la mise en place des pôles de compétitivité3, l’opération campus4, l’adoption du Pacte pour la recherche5, la création de multiples structures de collaboration (Pôles de recherche et d’enseignement supérieur, Réseaux thématiques de recherche avancée), la loi Libertés et responsabilités des universités (L.R.U)6, le Grand Emprunt7. Initiées dans un temps très court, elles évoquent une image d’empilement aux acteurs non initiés à la gestion des établissements d’enseignement supérieur. Cette complexité apparente ne facilite pas la compréhension des principes qui les sous-tendent.

9Les transformations induites par ces dispositions récentes suscitent l’intérêt des sociologues, des juristes, des économistes et des géographes. Des séminaires de travail rassemblant ces communautés de chercheurs se sont récemment organisés (voir le séminaire Universités et territoires organisé conjointement par le laboratoire Techniques, territoires et sociétés - Paris-Est-Marne-la-Vallée et le Centre de sociologie des organisations-Sciences-Po Paris, C.N.R.S.). Précisons que cet intérêt pour le thème n’est pas nouveau. Dans un dossier intitulé « Quand les territoires ont redécouvert l’université» coordonné par Olivier Rey, l’Institut national de recherche pédagogique présente une synthèse d’une partie des travaux réalisés sur les deux dernières décennies. En son temps, au début des années quatre-vingt-dix, la mise en place du plan Université 2000 avait marqué « une réconciliation » rapide des élus locaux avec leurs universités, illustrée non seulement par leurs déclarations mais aussi par les importants investissements pris en charge par les collectivités territoriales. Des productions scientifiques sur les relations entre les universités et leur environnement local et régional avaient déjà été réalisées sur les effets de ces orientations politiques.

10Les orientations contemporaines des politiques publiques relancent donc l’intérêt pour un thème qui avait déjà fait l’objet d’études approfondies. Lorsqu’il analyse le rôle des universités dans le cadre de l’action publique territoriale, Daniel Filâtre décrit une université qui oscille entre deux modèles (Filâtre, 2003). Le premier est celui d’une « université collégiale/État interventionniste », le second, « université managériale/État régulateur » est émergent (Musselin, 2001). À partir d’un bilan des connaissances déjà accumulées les chercheurs souhaitent aujourd’hui comprendre les mutations en œuvre en lançant des recherches sur les effets de l’autonomie des établissements dans leur relation au territoire. Les résultats de ces travaux ainsi que les connaissances produites sur le nouveau management des entreprises contribuent à éclairer le concept de responsabilité sociale des universités. Il reste néanmoins un objet d’études à part entière. En effet, il serait hâtif d’assimiler le fonctionnement de l’université à celui d’une entreprise. C’est en saisissant les multiples dimensions de ces organisations spécifiques que sont les universités et en observant les actions produites que nous pourrons analyser leur impact sur le plan social et culturel.

Une université relativement responsable

11Attardons nous quelques instants sur ce que signifie le mot « responsabilité » en faisant référence à une communication effectuée dans le cadre du R.I.O.D.D. lors du colloque intitulé « Responsabilité sociale et environnementale, nouvelles formes organisationnelles » en 2008. Ines de La Ville et Benjamin Devreton, dans un article consacré à la responsabilité sociale des chercheurs, en abordent les contours. La responsabilité consiste à assumer son pouvoir et donc accepter de répondre de ses actes et d’en subir les conséquences ici, ailleurs aujourd’hui et demain. Cette dernière implique à la fois obligation et engagement. Ainsi, la responsabilité devient la juste contrepartie de la liberté comme principe d’action, l’acteur n’est libre que dans la mesure où il assume l’ensemble des conséquences de ses actes (De La Ville, Devreton, 2008). La reconnaissance des dimensions de ce concept et les préoccupations associées à son application supposent que la communauté universitaire considère les orientations de la déclaration de Lisbonne et l’autonomie des universités comme éléments constitutifs de l’institution. Or, ce changement de posture n’est pas encore effectué. Comment l’expliquer ?

12D’une part les représentations des acteurs évoluent lentement et au gré des expériences individuelles et collectives. Ces nouvelles dispositions ont fait l’objet de fortes résistances car elles marquent un rupture avec une tradition universitaire plus tournée vers la culture désintéressée et moins vers des préoccupations socio-économiques. La rapidité des réformes n’a pas toujours permis leur compréhension ou leur appropriation par les acteurs. D’autre part, l’avènement de l’autonomie s’inscrit dans un mouvement contradictoire d’encouragements des établissements à définir leur identité propre et de vérification des résultats qu’ils obtiennent en vue de l’affectation de moyens. Ainsi, l’université se pense parfois plus sous la forme d’une entité sous contrôle que sous celle d’une organisation indépendante. Il est vrai que les universités françaises contractualisent avec l’État et sont inscrites dans le schéma européen des études supérieures. Elles ne sont donc pas totalement libres et donc pas pleinement responsables de leurs actes. Néanmoins, le dialogue que chacune d’entre elles engage avec l’État pour se voir attribuer un budget s’effectue sur la base de négociations au cours desquelles elles doivent afficher leurs priorités et les justifier. Les partenariats qu’elles tissent avec l’extérieur par la création de fondations, par les contrats d’objectifs qu’elles passent avec les collectivités leur assurent aussi des prérogatives pour définir leurs orientations. L’amélioration continue de l’action qui leur est demandée par les agences de qualité s’effectue en référence à leur projet d’établissement. Ni parfaitement libres, ni entièrement responsables de leurs actes, les universités sont pourtant interpellées pour définir leurs missions et leur avenir dans un paysage encore peu stabilisé. C’est pourquoi le repérage de ce qui s’apparente à des actes de responsabilité sociale sur leur territoire doit s’effectuer avec prudence.

Une organisation qui change, des missions qui demeurent

13L’avènement de la loi sur les libertés et les responsabilités des universités en France s’est réalisé sur un fond de polémiques entre l’État et les universitaires attachés aux missions de service public de l’institution. Dans les revendications destinées à « sauver l’université publiqueé la question du rôle social des établissements est moins souvent mis en avant que celui de l’État, appelé à soutenir l’activité des établissements publics et garantir l’égalité entre les citoyens. Le rôle majeur de l’université dans la société pour le progrès et la cohésion sociale fait pourtant consensus : démocratisation de l’accès au savoir, transmission de connaissances de haut niveau à l’ensemble de la population, production de connaissances nouvelles et communication avec la société civile. Ces thématiques n’ont cependant pas été déclinées par les contestataires de la loi sur les libertés et responsabilités des universités dans le cadre de la toute jeune autonomie des universités mais en référence à un cadre national. Or, ce modèle de l’action publique tend à appartenir au passé, la loi sur l’autonomie des universités ayant confirmé un processus déjà entamé :

Nous sommes, de fait, véritablement sortis du modèle centre périphérie où l’État pilote seul l’enseignement universitaire pour entrer dans un modèle de gestion horizontale plutôt que verticale privilégiant d’une part l’autonomie de chacun des partenaires et d’autre part leur coordination à un niveau territorial (régional) plutôt que central. (Filâtre, 2003)

14Petit à petit, et par un mouvement de décentralisation, certaines responsabilités traditionnellement conférées à l’État se déplacent vers les établissements. Ainsi, comme Monsieur Jourdain dans la pièce de Molière, les universités, qui jouent un rôle déterminant pour la démocratisation de l’enseignement supérieur et pour la production de connaissances de haut niveau, deviennent socialement responsables sur leur territoire sans forcément l’avoir voulu et sans en prendre totalement conscience. Ces changements organisationnels ont toutefois été réalisés de façon fragmentée. L’État a joué un rôle nouveau en fixant un cap en référence aux principes de Bologne et des exigences de résultat tout en laissant des marges de manœuvre aux établissements. C’est aujourd’hui la prise de conscience, par la communauté universitaire, de cette nouvelle dimension de son avenir qui représente un enjeu majeur. D’une institution centralisée, l’université est appelée à se transformer en « une communauté décidant collégialement d’un destin commun » (Lichtenberger, 2010). « Connais-toi toi même», tel pourrait être le conseil avisé à donner à chaque université dans le cadre de l’autonomie pour défendre son identité dans un cadre politique européen national et local qui agit, malgré tout, sur leurs propres orientations. C’est bien le système de gouvernement de l’université qui est appelé à se restructurer.

Le rôle social des universités et sa valorisation

15L’application du processus de Bologne n’a pas été sans conséquences sur les finalités et l’organisation des formations universitaires et sur le rôle des enseignants chercheurs dans une société mondialisée. S’ils ont été en partie, parfois malgré eux, les artisans de la réforme en produisant une offre de formation renouvelée, les chercheurs ont été interpellés dans leur rôle social en étant invités à « rendre des comptes devant la communauté scientifique mais aussi devant les citoyens, des associations, des fédérations » (De La Ville, Devreton, 2008). Les universités forment aujourd’hui non seulement les salariés, les cadres, les créateurs d’entreprises, mais aussi les citoyens de demain. Des initiatives ont participé à la formation des étudiants aux compétences sociales par la conduite de projets, la valorisation des initiatives étudiantes et de l’engagement étudiant. Depuis 2007, l’université s’est aussi transformée pour répondre à de nouvelles missions que sont l’orientation et l’insertion professionnelle des étudiants. Souvent en coopération avec les lycées et sous l’impulsion du « Plan licence », elles ont imaginé des dispositifs pour œuvrer à la réussite éducative des jeunes sur leur territoire et constitué des projets éducatifs. Abritant en leur sein des laboratoires de recherche orientés vers tous les domaines de la connaissance, elles jouent également un rôle d’anticipation. Ce sont des « observatoires et des cellules de réflexion » (UNESCO, 2009) pour prévoir les tendances qui se dessinent et attirer l’attention des sociétés sur ces dernières. Prenons pour exemple la promotion du développement durable, la réduction de la pauvreté, l’encouragement à la création d’entreprises innovantes (UNESCO, Conférence mondiale sur l’enseignement supérieur de 2009). La prise de conscience de ces atouts, soutenue par une politique d’établissement volontariste, pourrait conduire les établissements à valoriser ce rôle social dans la société. Cela suppose que les gestionnaires des universités soient formés à l’organisation de ce travail collaboratif, ce qui est aujourd’hui rarement le cas. Une première définition de la responsabilité sociale des universités en France pourrait dès lors s’organiser autour de ces quatre orientations (Annoot, 2012) :

1. amplifier la formation des étudiants aux valeurs de citoyenneté et, particulièrement, en valorisant les initiatives des étudiants sur leur territoire,

2. participer à l’élévation du niveau de qualification des jeunes et à la lutte contre les inégalités sociales et scolaires en faisant connaître les compétences spécifiques des établissements,

3. diffuser largement les résultats de la recherche universitaire en éducation,

4. proposer l’expertise des universitaires pour répondre aux besoins de l’économie, de la vie sociale et de la culture.

La réussite éducative, un enjeu pour un enseignement supérieur socialement responsable

16Rappelons la particularité de la France qui est de séparer ce qui dans d’autres pays est rassemblé, à savoir les classes préparatoires, les grandes Écoles et les Universités. L’université présente des atouts pour être accessible au plus grand nombre. Tout étudiant titulaire du baccalauréat peut s’y inscrire. La faiblesse des droits d’inscription à l’université, l’existence d’un système d’aide au logement qui concerne une grande partie des jeunes à un niveau élevé, le maintien des prestations familiales au-delà de 18 ans constituent un effort important (Haut commissariat à la jeunesse, 2010). Toutefois, ces points positifs sont tempérés par deux facteurs principaux. L’insertion professionnelle des jeunes devient de plus en plus difficile et des ruptures fréquentes sont constatées à tous les niveaux du système éducatif, en particulier dans les premiers cycles. L’université étant ouverte à tous, elle est le dernier recours une fois passée la sélection pratiquée dans les autres établissements d’enseignement supérieur. Parmi les étudiants qu’elle accueille figurent des jeunes qui n’ont pas forcément choisi de la fréquenter ou d’un faible niveau. Cette particularité qui la caractérise peut tendre à une dévalorisation des études universitaires par rapport aux autres formes d’études supérieures. Entre 1996 et 2008, nous assistons à deux phénomènes emboîtés comme conséquences de ces faits (Duru-Bellat, Verley, 2009 ; Vatin, 2011) : une fuite généralisée de l’université au profit de filières sélectives et une privatisation rampante de l’enseignement supérieur.

17Face à ces constats, le principal reproche fait à la loi sur l’autonomie est de ne pas avoir remis en question un système d’enseignement supérieur qui tend à marginaliser les universités au profit d’autres établissements. Les réformes récentes sont tantôt interprétées comme la confirmation de l’abandon des universités au profit d’autres structures ou au contraire, comme le début de leur renouveau dans le paysage de l’enseignement supérieur dans lequel elles pourront valoriser leurs particularités et rendre compte de leurs performances en termes de formation et d’insertion des jeunes. L’appel à la responsabilité sociale des universités est donc susceptible d’avoir plusieurs interprétations :

• la manifestation d’un désengagement de l’État à assurer sa mission de démocratisation de l’accès aux étude supérieures laissant aux acteurs de l’universités le soin de l’assumer au prix de multiples efforts,

• l’encouragement des universités, en tant qu’acteurs publics, à défendre leurs prérogatives dans la formation d’une diversité de jeunes tout en assurant des passerelles avec les autres établissements d’enseignement supérieur, y compris du privé,

• l’invitation à créer de nouvelles relations entre l’université et son territoire autour d’un projet éducatif qui s’inscrit dans les orientations nationales et les normes européennes.

18Pour répondre à ces hypothèses plusieurs terrains d’observation semblent privilégiés. L’analyse des initiatives prises par les étudiants dans la vie sociale et culturelle et plus précisément leur rôle dans l’accompagnement des jeunes vers les études supérieures constituent un objet d’études. Certaines universités reconnaissent aujourd’hui l’engagement étudiant dans leur cursus, il serait intéressant de repérer quels types d’actions sont pris en compte et quels collectifs de travail sont chargés d’encadrer ces initiatives. Avec le « Plan licence», les universités ont été conduites à planifier les actions d’orientation, d’aide à la réussite et d’insertion en direction des étudiants. Par leurs objectifs, elles souhaitent participer à l’élévation des poursuites d’études dans leur environnement proche et changer les représentations des habitants sur les finalités des études supérieures.

19D’autre part, les collectivités ont à cœur d’élever le niveau de qualification de la jeunesse, de retenir des étudiants hautement qualifiés pour participer au développement économique et à former les salariés pour qu’ils puissent s’adapter aux évolutions du travail. Observer la manière dont les universités mettent à disposition leur expertise dans ces domaines et élaborent des programmes avec les acteurs locaux pour atteindre ces objectifs présente un intérêt ainsi que l’analyse des effets de ces dispositions. Enfin, l’université abrite des chercheurs spécialisés dans différents domaines. Certains travaux ont un rapport avec les problèmes que se pose la société contemporaine locale, régionale ou nationale. Étudier la façon dont les universités se mettent à la disposition des habitants d’un territoire et l’impact de leurs initiatives sur ce public serait pertinent (université populaire, conférences, soirées thématiques).

Conclusion : vers une université instituante ?

20Les nouveaux pouvoirs qui sont désormais conférés aux universités font des enseignants-chercheurs les nouveaux gestionnaires de leur établissement. Malgré les apparences, l’autonomie des universités n’est pas l’autogestion. Le cadre de l’organisation est structuré par des normes européennes, des directives nationales et les attentes des partenaires locaux. Les principales missions affectées aux établissements portent sur l’employabilité des étudiants et la cohésion sociale. Des critères de qualité standards auxquels les universités doivent répondre définissent en partie leurs orientations politiques. Le rythme d’application national de ces nouvelles dispositions détermine également les formes du management, la rapidité n’encourageant pas la concertation. L’appréciation de leur adéquation à ces normes détermine aussi leur dotation. Toutefois, les formes d’adaptation à ces cadres présentent des particularités selon les spécificités des établissements. Parmi ces spécificités, l’histoire, la localisation géographique, la taille de l’université, les disciplines qui y sont enseignées, la nature des activités économiques, industrielles, sociales et culturelles du territoire, les caractéristiques de la population qui la composent, les relations qui ont été tissées avec des partenaires extérieurs donnent à chaque établissement un profil original. C’est ce que nous appellerons l’identité de l’établissement. Dans ce nouveau paysage de la gouvernance des universités, la question de leur responsabilité sociale fait débat. Si on s’intéresse au cas des entreprises, le concept de responsabilité sociale a été introduit en plein processus de mondialisation : « À première vue, la responsabilité sociale des entreprises apparaît donc dans un contexte de mondialisation caractérisé par l’absence d’autorité supranationale forte, capable d’imposer une régulation éco-sociales aux acteurs économiques » (Gendron, 2009). Un questionnement commun aux universités et aux entreprises peut alors être posé : par cet appel à leur responsabilisation, les universités seraient-elles conduites à faire preuve d’une capacité à s’autoréguler en vue de limiter de plus en plus l’intervention publique ? Comment s’organiseront les coopérations entre les acteurs ? Dans un paysage en transformation, restent à étudier les effets de ces nouvelles dispositions tant dans le mode de gestion des établissements que dans les activités qu’ils produisent, en particulier dans les domaines de l’éducation et de la formation.

Haut de page

Bibliographie

Annoot E., La réussite à l’université : du tutorat au plan licence, Bruxelles, De Boeck, 2012.

Commission de concertation sur la politique de la jeunesse (2009), Le livre vert : Reconnaître la valeur de la jeunesse, Paris, Premier ministre, Haut commissariat à la jeunesse. [En ligne www.eduweb-an.com/up/do.php ?id =215, consulté le 28 mai 2011].

De La Ville I. et Devreton B. (2008), Faire émerger la responsabilité sociale des activités de recherche : apports du Balanced Scorecard, Actes du colloque « Responsabilité sociale et environnementale, nouvelles formes organisationnelles », jeudi 5 et vendredi 6 juin 2008 à l’E.S.D.E.S., Lyon, France, 2008. [www.riodd.net]

Descoings R. (2006), « Université et responsabilité sociale», L’observateur de l’O.C.D.E., en ligne : www.observateurocde.org/news/fullstory.php/aid/1544/Universit_E9s_et_responsabilit_E9_sociale.html

Duru-Bellat M. et Verley E., « Les étudiants au fil du temps : contexte et repères institutionnels », dans L. Gruel, O. Galland, G. Houzel (dir.), Les étudiants en France, histoire et sociologie d’une nouvelle jeunesse, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 195-220.

Filâtre D., « Les universités et le territoire : nouveau contexte, nouveaux enjeux », dans G. Felouzis (dir), Les mutations actuelles de l’université, Paris, PUF, 2003, p. 19-45.

Gendron C. (2009), « Vers une définition socialement construite de la responsabilité sociale d’entreprise », dans Les cahiers de la Chaire, collection recherche, 02/2009, Chaire de responsabilité sociale et de développement durable, E.S.G./U.Q.A.M., Montréal, 2009.

Goddard J. et Puukka J., « La contribution des établissements d’enseignement supérieur au développement régional : opportunités et enjeux », dans Politiques et gestion de l’enseignement supérieur, numéro spécial « Enseignement supérieur et développement régional », 20/2, O.C.D.E., 2008, p. 11-48.

Lichtenberger Y., « L’université et ses territoires », dans Urbanisme, Hors série, 38, 2010, p. 57-60.

Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, Bilan du Fonds de solidarité et de développement des initiatives étudiantes (F.S.D.I.E.), année 2008-2009.

Musselin C., La longue marche des universités françaises, Paris, PUF, 2001.

O.C.D.E., « Programme de l’O.C.D.E. sur la gestion des établissements d’enseignement supérieur», dans I.M.H.E. Info, décembre 2010.

Revue Universités et Territoires, 71, 15 octobre 2010.

Revue Universités et Territoires, 72, 1er novembre 2010.

Vatin F., « Massification ou démocratisation de l’enseignement supérieur ? Un débat mal posé », dans Les nouvelles d’Archimède, université Lille I sciences et technologies, janvier/février/mars, 56, 2011, p. 17-20.

Sites web

Institut national de recherche pédagogique (2005). « Quand les territoires redécouvrent leur université», Les dossiers de synthèse : l’enseignement supérieur sous le regard des chercheurs. Dossier réalisé par Olivier Rey en partenariat avec le R.E.S.U.P. (Réseau d’étude sur l’enseignement supérieur) [www.inrp.fr/vst/Dossiers/Ens_Sup/Regards/Territoires.htm].

UNESCO. Conférence mondiale sur l’enseignement supérieur de 2009.

[www.unesco.org/fr/the-2009-world-conference-on-higher-education/societal-commitment-and-social-responsibility]

Haut de page

Notes

1 Le plan licence a été lancé en 2007 par Valérie Pécresse ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche. Son ambition est de conduire 50 % d’une classe d’âge au niveau licence, de diminuer par deux le taux d’échec en premier cycle sur cinq ans et de faire de la licence un diplôme qualifiant pour la poursuite d’études et l’insertion professionnelle. Les universités ont été appelées à déposer des projets adaptés au cahier des charges de ce plan et décrivant leurs initiatives propres pour la lutte contre l’échec et la rénovation de la licence.

2 Dès novembre 2008, les cents premiers labels « Cordées de la réussite» ont été créés pour promouvoir l’égalité des chances et la réussite des jeunes face à l’entrée dans l’enseignement supérieur. Ce dispositif institue un partenariat entre des établissements de l’enseignement supérieur (grande école, université ou lycée à classes préparatoires) et des lycées situés dans des quartiers prioritaires. Ce partenariat peut prendre la forme d’actions multiples comme le tutorat, l’accompagnement académique et scolaire, l’accompagnement culturel ou l’internat.

3 Un pôle de compétitivité rassemble sur un territoire donné, des entreprises, des laboratoires de recherche et des établissements de formation pour développer des synergies et des coopérations. D’autres partenaires dont les pouvoirs publics, nationaux et locaux, ainsi que des services aux membres du pôle sont associés.

4 L’opération campus est un plan de grande ampleur en faveur de l’immobilier universitaire représentant un investissement de plus de cinq milliards d’euros. Il s’agit de faire émerger des campus d’excellence qui seront la vitrine de la France et qui renforceront l’attractivité et le rayonnement de l’université française.

5 La Loi de programme pour la Recherche du 18 avril 2006 est la traduction législative du « Pacte pour la recherche ». Par l’élaboration de ce pacte, le gouvernement français a décidé de s’engager sur la voie d’une rénovation du système national de recherche et d’innovation, en étroite concertation avec tous les acteurs qui y concourent et dans le cadre commun d’élaboration d’un espace européen de la recherche.

6 La loi du 10 août 2007 a pour but de renforcer l’enracinement de l’université dans son environnement territorial et socio-économique. l’article 1er de la loi ajoute une mission « d’orientation et d’insertion professionnelle » aux universités qui n’est pas sans conséquences sur la transformation de leurs modes d’organisation du travail. Afin de diversifier les ressources des universités, la loi met en place deux nouveaux types de fondations : les fondations universitaires, sans personnalité morale, et les fondations partenariales, réunissant les universités et d’autres organismes publics et privés intéressés par leurs activités de formation et de recherche.

7 Le grand emprunt lancé par le Président de la République déclenche des investissements venant du privé de l’Europe, des collectivités territoriales. La priorité est donnée à la recherche et à l’enseignement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Annoot, « La responsabilité sociale des universités en France : un concept en émergence ?  », Éducation et socialisation [En ligne], 31 | 2012, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 24 mars 2017. URL : http://edso.revues.org/812 ; DOI : 10.4000/edso.812

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Annoot

Université du Havre, U.M.R. IDEES 6266

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org