Navigation – Plan du site
Les universités, un service public de proximité?

La responsabilité sociale de l’enseignement supérieur au Brésil

L’exemple de l’UNIFOR (Fortaleza, Brésil)
Monica Mota Tassigny et Emmanuelle Annoot

Résumés

Dans un monde globalisé, la responsabilité sociale des universités tend à s’étendre au-delà de leurs propres frontières. Dans un entretien accordé à Emmanuelle Annoot, Monica M. Tassigny, Professeur Dr. à l’Université de Fortaleza UNIFOR (Brésil), expose les possibilités d’articulations entre l’université et la collectivité, soulignant ainsi le rôle de la responsabilité sociale universitaire brésilienne et plus particulièrement, celui de l’Université de Fortaleza.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet entretien résulte d’un partenariat entre l’université du Havre (France) et l’UNIFOR (université de Fortaleza, Brésil) selon un accord de coopération technique et scientifique signé en juin 2008. Depuis, des études conjointes ont été mises au point, en particulier sur la responsabilité sociale des universités en Europe et au Brésil en tenant compte de la façon dont, de part et d’autre, les universités sont organisées pour lutter contre l’exclusion sociale et trouver les moyens d’y remédier. En juin 2011, un séminaire international sur la responsabilité sociale des universités pour le Groupe de Santander (The Santander Group is a European Universities Network founded in May 1992 in Spain) associant un représentant de l’UNIFOR ainsi que d’autres partenaires étrangers s’est réuni à l’université du Havre en juin 2011 pour une réflexion commune sur le sens de ce concept et un échange d’expériences.

Texte intégral

1Monica M. T. : Je voudrais d’abord souligner que les questions dont nous allons nous entretenir ne concernent pas seulement nos deux pays car aujourd’hui toutes les nations doivent faire face aux mêmes défis, à des degrés divers. Défi écologique, qui entre autres, menace les ressources naturelles de l’agriculture, rétractation du marché du travail induit par la rapidité des changements technologiques. Ils provoquent une hausse du chômage, exigent de nouvelles compétences et des personnels qualifiés. La mondialisation de l’économie met en concurrence des demandeurs d’emploi à l’échelle internationale. Les jeunes Brésiliens ou Français le savent bien. Défi des inégalités sociales croissantes ! Les indices d’exclusion sociale augmentent partout et la liste n’est pas close.

2Emmanuelle A. : J’y ajouterais volontiers la difficulté d’avoir l’intelligence des situations nouvelles ainsi créées. Il nous faut repenser nos institutions, nos manières de transmettre le savoir et d’éduquer les jeunes, ce qui est la première mission de l’université. Et puisque les défis sont communs dans un monde qui se globalise, l’échange de nos idées et de nos expériences est précieux.

3Monica M. T. : Je le crois, car sur ce fond commun il y a des différences et des particularités éclairantes.

4Emmanuelle A. : Ainsi pour le Brésil et la région du Ceara où se situe votre université, il me semble que vous attachez beaucoup d’importance à l’histoire pour comprendre la situation actuelle.

5Monica M. T. : C’est exact. Au cours de notre entretien, les questions de pauvreté et d’inégalités sociales reviendront souvent. Or, le Brésil les a toujours connues, plus que d’autres pays. En 1994, le chercheur Fausto le classait parmi les pays les plus inégalitaires du monde. Dès la colonisation du Brésil au XVIe siècle, les structures socio-politiques mises en place dont les effets se font encore sentir, dessinent la suite de l’histoire. Elles étaient et elles restent foncièrement inégalitaires. Elles opposent la côte où dominent les centres urbains à l’intérieur, les régions les plus riches au sud et au sud-est et les régions pauvres, parmi lesquelles le nord-est qui nous concerne directement. Le climat y est sec et aride, la région a été marquée par l’esclavage indien et africain sur les grandes plantations de canne à sucre. L’économie du Brésil, pays encore sous-peuplé, n’avait pas pour objectif le développement intérieur. La production des richesses était destinée à l’exportation en Europe pour la satisfaction de ses besoins. On a misé sur l’or, les diamants, le bois surtout, la canne à sucre le café. Le pouvoir était monopolisé par les grands propriétaires terriens, une oligarchie, bien visible dans le Nord-est, qui a fondé historiquement l’inégalité sociale.

6Emmanuelle A. : Est-ce que l’indépendance du Brésil en 1822 a entrainé des changements ?

7Monica M. T. : Non, elle n’a rien révolutionné : le Brésil est resté exportateur de matières premières vers l’Europe pour les États-Unis. Il a fallu attendre 1888 pour qu’on abolisse l’esclavage. Les commerçants et les propriétaires terriens ont pu avoir des différences d’intérêt, mais c’était le même monde. Quant à l’État centralisé et bureaucratique, il a maintenu le peuple dans une étroite tutelle, l’accès à l’éducation, à la santé et au travail ne dépendait pas d’un droit mais de privilèges privés, arbitraires. Le vingtième siècle a redistribué le pouvoir au sommet avec de nouvelles figures, bureaucrates, militaires, banquiers qui ont fait servir par l’État leurs propres intérêts. Nous avons eu des gouvernements populistes et dictatoriaux. Un nationalisme paternaliste a émergé dans les années trente coïncidant avec une industrialisation du Brésil. Le contrôle de la société par l’État était toujours aussi fort. Cependant, dans les années cinquante, des mouvements de la gauche anticapitaliste appuyée par l’aile progressiste de l’Église se sont manifestés jusqu’au coup d’État militaire de 1964, instaurant la dictature pendant 20 ans.

8Emmanuelle A. : J’ai entendu parler de cette triste période de répression et de torture.

9Monica M. T. : Elle est encore dans nos mémoires. L’industrialisation et l’exode rural se sont intensifiés. Il y a eu une forte concentration des revenus dans les classes supérieures et une politique salariale régressive pour les classes inférieures. La crise pétrolière n’a rien arrangé. Elle a entériné la crise de la balance commerciale et l’hyperinflation. Les mouvements sociaux se sont réveillés obligeant le pouvoir militaire à parler d’ouverture vers un peu de démocratie. Mais la grave augmentation de la dette extérieure est toujours là et les années quatre-vingts sont considérées comme une décennie perdue pour l’économie. Une nouvelle constitution appelée « la citoyenneté » garantit en 1988 des droits politiques et sociaux collectifs. Cardoso qui devient en 1994 Président de la République réussit à attirer les investissements étrangers et à réduire la dépendance à l’égard des États-Unis. Il crée une série de programmes de lutte contre la pauvreté. Lula da Silva du Parti des travailleurs lui succède en 2002 et donne la priorité aux questions sociales. En outre, il renforce les bourses pour maintenir les enfants à l’école.

10Emmanuelle A. : Vous prenez alors le chemin de la démocratie.

11Monica M. T. : Oui, beaucoup a été fait mais les différences régionales et sociales ne s’effacent pas en un jour. Comme vous le savez, bien des problèmes demeurent concernant la justice, la corruption, la violence, le trafic de drogues.

12Emmanuelle A. : La nouvelle présidente élue en 2010 ne continue-t-elle pas la politique de Lula ?

13Monica M. T. : Bien entendu. Il faut faire comprendre que la croissance économique ne s’oppose pas à la quête de justice sociale ni au respect de l’environnement menacé par la pollution générale et locale. L’utilisation prédatrice de ressources naturelles, par exemple de la forêt d’Amazonie, dure depuis trop longtemps.

14Emmanuelle A. : Vous avez parlé au début du défi écologique.

15Monica M. T. : Il concerne aussi bien le monde rural que les bidonvilles, mais tous les défis se tiennent. Ce grand pays de cent quatre-vingt-dix millions d’habitants possède des atouts considérables s’il parvient à affronter ces défis. Pour que tous aient accès à la santé, à l’éducation et au travail, il est nécessaire d’avoir un soutien général aux programmes sociaux et environnementaux adaptés à chaque État du Brésil. Les entreprises s’y sont engagées en créant en 1998 l’Institut Ethos pour la responsabilité sociale des entreprises. On y échange des expériences sur les pratiques de gestion, le développement durable, etc. La même obligation s’impose aux universités dont 70 % sont privées. Seulement 30 % des Brésiliens entre 18 et 24 ans fréquentent une université.

16Emmanuelle A. : De quelle façon les universités peuvent-elles s’inscrire dans l’effort collectif ? J’imagine que c’est d’une manière spécifique car les universités ne sont pas assimilables à des entreprises.

17Monica M. T. : Exactement, le concept de responsabilité sociale signifie qu’on ne confond pas les rôles. Je serai plus précise et entrerai dans le détail lorsqu’il s’agira du cas de ma propre université, mais les principes directeurs sont les mêmes pour tout l’enseignement supérieur. La responsabilité sociale des universités concerne les pratiques d’enseignement, ce qui les différencie des ONG, des institutions philanthropiques ou de bienfaisance ou de tout autre organisation dans le secteur tertiaire. Les projets sociaux environnementaux de l’enseignement supérieur s’inscrivent dans les stratégies et les espaces d’apprentissage. Les valeurs de citoyenneté sont visées, mais aussi l’acquisition de connaissances techniques dans la formation professionnelle, pour accéder au monde du travail.

18Emmanuelle A. : Ces objectifs étaient aussi proposés par l’UNESCO en 2000.

19Monica M. T. : Oui, c’est dans cet esprit. Il y a des valeurs sous-jacentes aux programmes et projets pédagogiques comme le respect de la personne humaine, de sa liberté, de son intégrité. De même dans le domaine social, la recherche de l’équité, de la solidarité, de la participation est mise en avant.

20Emmanuelle A. : Ce sont des grands principes d’éthique mais pour qu’ils ne restent pas en l’air vous disiez précédemment qu’ils doivent se concrétiser en s’adaptant au cas de chaque État du Brésil. Il y a donc une volonté d’insertion territoriale locale déterminante.

21Monica M. T. : C’est vrai et on le verra dans l’exemple de l’État dont notre université est en charge. Les entreprises sont régies par la même obligation, rappelée par l’Institut Ethos, je cite : S’engager dans des causes locales... « Établir des relations positives avec la communauté locale dans la formation d’un capital social ». Le moteur de la transformation sociale, c’est ici et maintenant. J’en viens donc à l’État du Ceara dans le nord-est brésilien où sont implantées plusieurs universités dont l’UNIFOR à Fortaleza. C’est le dix-septième État brésilien en termes de surface avec cent quatre-vingt-quatre municipalités et huit millions d’habitants. Seules vingt communes ont une infrastructure satisfaisante et abritent la moitié de la population de l’État. La capitale Fortaleza compte un peu plus de trois millions d’habitants. Le secteur des services, le tourisme avec plus de deux millions de visiteurs par an, produit près de trois quart des richesses, l’industrie près du quart et l’agriculture à peine 6 %. On estime que 48 % de la population vit dans la misère avec en moyenne l’équivalent de soixante-huit euros par mois. C’est-à-dire que les habitants du Ceara ont besoin de stratégies d’urgence visant à la création d’emplois et de revenus en vue d’une meilleure éducation et d’une meilleure santé.

22Emmanuelle A. : Avant de me rappeler le rôle de votre université, rappelez-moi ses caractéristiques.

23Monica M. T. : L’université de Fortaleza dont le sigle est UNIFOR avec 23 139 étudiants et un personnel enseignant de 1 158 personnes occupe un campus de 770 000 m2. C’est jusqu’à présent une des seules universités brésiliennes à avoir inséré la responsabilité sociale comme une pratique pédagogique de l’enseignement supérieur.

24Emmanuelle A. : Vous êtes donc à la pointe des expériences nouvelles.

25Monica M. T. : Oui, par rapport à d’autres qui commencent seulement à s’organiser, nous sommes allés de l’avant. Il est vrai qu’à l’origine l’université a répondu à une demande d’aide venant de la région elle-même où les besoins sont extrêmes. Cette demande a donc précédé l’offre de services.

26Emmanuelle A. : Pouvez-vous précisez les domaines d’intervention de l’UNIFOR ?

27Monica M. T. : Ils sont multiples et pour le moment je vais me limiter à l’énumération car l’analyse et le bilan actuel demanderaient des heures. Je rappelle que la vocation de l’université est bien spécifique. La dimension éducative et formatrice des personnes est présente à tous moments. Ce sont les étudiants avec leurs professeurs qui sont à l’œuvre près des habitants, souvent de condition très modeste, qui fréquentent le campus. Les uns et les autres se mobilisent selon leurs compétences et leur discipline : le droit, la médecine, l’éducation, la psychologie, l’art, l’écologie, etc.

28Voici un aperçu sur ce que nous réalisons. Un centre de gestion de l’environnement a été créé. On y apprend à éviter le gaspillage à mieux utiliser les ressources naturelles, à protéger les espèces animales, dont certaines circulent sur le campus. Beaucoup a été fait pour la santé. Un hôpital a été construit sur le territoire de l’UNIFOR, il y a aussi un centre de santé intégré. Le but est de faciliter à tous l’accès aux soins (dentition, campagne de vaccination, nutrition). Une attention particulière est portée aux personnes âgées et à la santé des mères pour réduire la mortalité infantile. En ce qui concerne l’éducation et la culture, des initiatives ont été prises à différents niveaux. Il existe une école d’application pour les enfants de milieux défavorisés. La lecture et l’écriture sont encouragées. On pratique une initiation aux sciences et aux techniques, une ouverture sur la culture mondiale, nationale et locale. Un centre d’application de la technologie de l’information a été ouvert de même qu’un centre d’enseignement à distance. Il s’agit d’accéder à la formation par des programmes pédagogiques en ligne. Un centre culturel, un musée, des ateliers de pratiques artistiques sont mis à la disposition du public. On comprend que dans notre État où les problèmes d’emploi et de revenus se posent avec acuité, la formation professionnelle tienne une grande place en direction des jeunes et des adultes. Un centre de perfectionnement professionnel se préoccupe aussi de fournir des stages aux étudiants, selon leur niveau d’étude. Une des formes d’inégalités sociales est la difficulté d’accéder à la justice. Aussi a-t-on cherché à y remédier en accueillant dans une Maison de la justice et du Droit qui assure une assistance juridique et fait connaître ses droits à chacun. L’autonomie des femmes y trouve un appui, les femmes « chefs de famille » sont souvent concernées. Il s’agit de former des citoyens avertis et responsables.

29Emmanuelle A. : La diversité des modes d’intervention de l’UNIFOR est impressionnante.

30Monica M. T. : Sans doute, mais je n’en ai donné qu’un aperçu. Les initiatives qui sont prises dans les différents domaines convergent vers le même but qui est de « renforcer le capital humain » de cet État brésilien où sévit trop de misère.

31Emmanuelle A. : L’expression « capital humain » par analogie avec le capital financier doit être bien comprise. Dans votre esprit il ne s’agit pas d’une instrumentalisation de la personne humaine mais exactement du contraire. Le service dû à la personne est une fin en soi. Vous travaillez à l’avènement d’un nouvel humanisme dont l’université sera porteuse.

32Monica M. T. : C’est vrai. « Le capital humain » renvoie au principe d’un investissement dans le développement des personnes par l’engagement dans des actions à caractère social.

33Emmanuelle A. : J’ai bien remarqué que la responsabilité sociale de l’UNIFOR repose sur ses étudiants et ses enseignants. À mon avis le bénéfice est double. Il concerne d’abord la communauté locale c’est évident mais aussi les étudiants et les professeurs. Les étudiants se forment en formant les autres, ils sortent d’un milieu tenté de se replier sur lui-même. Ils peuvent devenir des citoyens responsables en côtoyant des personnes bien différentes, respectées comme des concitoyens. Quant aux professeurs confrontés aux réalités concrètes, à un univers étranger au langage académique, ils sont obligés d’inventer une pédagogie appropriée, ce qui est l’occasion de progresser dans la maîtrise de leur savoir.

34Monica M. T. : Certainement et nous pouvons réfléchir ensemble à ces nouveaux styles pédagogiques universitaires qui se diversifient selon les disciplines.

35Emmanuelle A. : Pour la recherche en sciences de l’éducation c’est en effet un champ de prospection très étendu et passionnant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Monica Mota Tassigny et Emmanuelle Annoot, « La responsabilité sociale de l’enseignement supérieur au Brésil  », Éducation et socialisation [En ligne], 31 | 2012, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://edso.revues.org/821 ; DOI : 10.4000/edso.821

Haut de page

Auteurs

Monica Mota Tassigny

Professeur Dr. à l’université de Fortaleza, UNIFOR (Brésil)

Emmanuelle Annoot

Université du Havre, Laboratoire CIRTAI/U.M.R. IDEES 6266

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org