Navigation – Plan du site
Varia

Une méthode pour approcher les présentations de soi dans les communications : l’analyse des adresses

Martine Dutoit

Résumés

Un grand nombre de recherches, ayant d’autres objets que la présentation de soi, notamment des recherches en éducation et formation, utilisent de fait comme matériau des informations obtenues en situation de présentation de soi, ce qui pose d’emblée la question de l’influence de cette situation de communication sur les énoncés recueillis par le chercheur. Bien souvent, ce dernier croit avoir accès à une parole personnelle et privée, alors qu’il s’agit d’une parole adressée. Difficile dans ces conditions de ne pas mettre en rapport les contenus du discours et les adressages du discours avant d’en faire une utilisation pour la recherche. L’objet de cet article est d’exposer et d’explorer une approche méthodologique et ses résultats pour l’analyse des présentations de soi en groupe dans une situation de communication. La situation de référence est une situation de communication publique de personnes étiquetées (patients de la psychiatrie) visant à changer les représentations de leurs destinataires sur leur groupe d’appartenance. Il a été choisi, notamment, de privilégier l’analyse des « adresses» du discours.

Haut de page

Texte intégral

Les présentations de soi : un matériau fréquent des recherches en sciences sociales

1Un grand nombre de recherches, ayant d’autres objets que la présentation de soi, notamment des recherches en éducation et formation, utilisent de fait comme matériau des informations obtenues en situation de présentation de soi, ce qui pose d’emblée la question de l’influence de cette situation de communication sur les énoncés recueillis par le chercheur. Bien souvent, ce dernier croit avoir accès à une parole personnelle et privée, alors qu’il s’agit d’une parole adressée. Difficile dans ces conditions de ne pas mettre en rapport les contenus du discours et les adressages du discours avant d’en faire une utilisation pour la recherche.

2En situation clinique et/ou d’interview de recherche, aussi bien les thèmes étudiés que les rapports établis entre les parties (participants et interviewers) s’analysent en termes d’interactions sociales et plus précisément en termes d’interactions discursives. Le discours enregistré n’est pas seulement un moyen de la recherche, il devient lui-même un matériau de recherche (Ghiglione, 1985). Si un certain nombre d’actes de communication sont des communications explicites sur soi, beaucoup d’autres, apparemment centrés sur des activités, fonctionnent comme des « présentations de soi en acte ». « N’importe quel acte de communication, qu’il ait directement trait ou non à la définition de soi, comporte un enjeu de présentation de soi, d’expression de soi, d’image de soi ou de représentation de soi données à autrui. » (Barbier, 2006, p. 26)

Analyse de l’activité et enjeux de contrôle des phénomènes liés à la présentation de soi

3Plusieurs méthodologies d’analyse de l’activité se sont efforcées explicitement ou implicitement de prendre en compte les phénomènes de présentation de soi, notamment ceux qui sont susceptibles d’interférer sur le contenu du discours en fonction du ou des destinataires à qui il est adressé dans la communication.

4L’entretien d’explicitation, décrit en particulier par Vermersch (1994), recommande de s’intéresser au comment se déroule l’activité et non au pourquoi pour contrer un processus de justification du sujet raisonnant sur son activité et « se mettant en jeu » dans une présentation de soi. En effet, c’est l’accès au préréfléchi de l’acteur qui est central dans l’entretien d’explicitation. Dans l’exploration du moment où il se passe quelque chose pour le sujet, le jeu des questions/réponses de l’entretien d’explicitation permet de faire advenir à la conscience ce que le sujet a fait et comment il l’a fait. L’implicite est contenu dans la généralité de l’action évoquée et l’explicitation est engendrée par le fait de faire spécifier cette action par le sujet.

5Ce faisant, dans la mesure où il est auto-adressé, l’entretien d’explicitation constitue un accès privilégié au sens et à la pensée privée et donc à un probable adressage à soi.

6L’entretien au sosie, l’entretien d’auto-confrontation et l’entretien d’auto-confrontation croisée (Clot, 2000) recommandent de mettre le sujet en situation de voir ce qu’il a fait dans son travail, pour essayer de verbaliser à un autre ce qu’il a fait et parfois faute de n’être pas en mesure de le faire par le seul moyen de la verbalisation de le remettre en geste. Dans le dernier type d’autoconfrontation, l’introduction de pairs-experts dans l’échange permet de confronter le discours subjectif du sujet aux « parlers professionnels» en usages dans la situation évoquée : « Au stade de l’autoconfrontation croisée, la réinterrogation par le pair ranime ou révèle les résonances, corrélations et contradictions dont le dialogue est porteur » (Clot, 2000, p. 36).

7On peut analyser ces méthodologies comme une différenciation de l’adresse faite d’une part à un acteur étranger au travail (le chercheur), et d’autre part aux pairs en situation de travail. Ces différentes verbalisations deviennent alors le vecteur du changement de regard que le sujet porte sur sa pratique.

Présentation de soi et adressage : quelques outils théoriques

8Une communication est par définition un discours adressé. Chaque signe du discours est déterminé « tout autant par le fait qu’il semble procéder de quelqu’un que par le fait qu’il est adressé à quelqu’un » (Jacques, 1979, p. 62). Les destinataires peuvent donc être multiples à l’intérieur d’une séquence de prise de parole d’un sujet dans un échange, voire être un discours auto-adressé, et cela, bien que chacun des énoncés n’en reste pas moins accessible, audible et visible pour l’ensemble des participants, directement ou virtuellement (via une caméra par exemple), présents en situation d’interaction et de communication.

9Plusieurs concepts peuvent rendre compte de la présence et de la fonction de ces destinataires.

La notion de récepteur multiple

10Traditionnellement, on identifie une double adresse réciproque prenant forme dans un dialogue entre un locuteur/émetteur et un destinataire/récepteur. Cette conception est revue et enrichie par Hymes (1991), Goffman (1987, chap. 3), et Kerbrat-Orecchioni (2002) au profit de la notion de récepteurs multiples qui permet de rendre compte de tous les acteurs engagés dans la communication, et/ou ceux qui sont présents non visibles. Ces récepteurs multiples peuvent être auditeurs autorisés à participer ou pas, destinataires de la communication (addressed en anglais) ou pas, et le locuteur lui-même (Kerbrat-Orecchioni, in Siess, Valency, 2002, p. 20). C. Kerbrat-Orecchioni parle ainsi de « trope communicationnel » (1996) pour décrire le fait qu’un allocutaire puisse en cacher un autre : il arrive que l’allocutaire visé ne soit pas celui qui semble l’être « naturellement ».

La notion de co-énonciateur

11L’élaboration d’un discours par un sujet peut s’analyser par la présence d’un co-énonciateur destinataire, dont le locuteur imagine et prévoit le cheminement cognitif et les réactions. Tout discours est structuré (et modifié au fur et à mesure) en fonction de cette co-construction (Vion, 2002).

La notion de surdestinataire

12On a pu parler de surdestinataire (Clot, 2001, p. 16), c’est-à-dire, de destinataires qui ne sont pas explicitement présents dans la situation interlocutoire mais qui sont présents à la conscience du sujet qui parle et le sollicitent comme sujet en le replongeant dans une situation vécue, car « le rapport dialogique concerne aussi le silence présent des discours intérieurs ou le bruit des discours antérieurs ou encore postérieurs au face-à-face interlocutoire » (Clot, 2001, p. 48).

Analyser les adresses dominantes des énoncés

13Les adresses sont à mettre en lien avec l’attitude des acteurs (regards, ton, gestes, mimiques) qui, lors de leur prise de parole, échappent, pour partie, à l’intention officielle de leur discours. En effet, si les présentations de soi mêlent des mises en scène de soi et des énoncés de type argumentatif destinés à influencer les représentations qu’autrui a de soi (constructions d’offres de significations pour autrui, selon Barbier), il n’en reste pas moins visible qu’à cette occasion, les acteurs construisent du sens pour eux-mêmes. Les travaux réalisés autour de Bateson et al. (1981, p. 160-190) qui s’attachent à décrire l’acte de communication comme une série d’actes démonstratifs impliquant le corps, les objets, la coordination rythmique entre partenaires de l’échange, tout autant que le contenu linguistique permettent de construire une adresse dominante des énoncés d’un échange entre sujets. Les adresses sont présentes dans le matériau discursif de façon imbriquée et non successive, c’est pourquoi nous parlons d’adresses dominantes à identifier dans l’énoncé de chaque acteur.

S’intéresser au regard

14La direction du regard est un marqueur essentiel de l’adresse, ainsi Goffman définit l’allocutaire comme « celui vers qui le locuteur dirige son attention visuelle » (Kerbrat-Orecchioni, 1996, p. 18). Le regard est donc un indicateur pour construire nos typologies d’adresses. Dans l’échange, on a pu démontrer que les interlocuteurs sont très sensibles à la direction du regard de l’autre. La capacité à inférer des intentions et des états mentaux des partenaires de communication s’appuie fortement sur cette information (Farouk, 2008). Tout autant, ne pas fixer d’interlocuteur a aussi du sens dans une situation de communication. Ainsi la réflexion, est favorisée par le déplacement du regard hors du champ de la relation directe ; la recherche de mots, d’idées est facilitée en regardant, par exemple, le plafond ou ses pieds ; le besoin de prendre des distances, par rapport aux idées développées sera satisfait par un regard vers un autre lieu ; la nécessité de s’isoler, pour reprendre des forces psychiques par exemple, conduira à fixer son regard sur un point virtuel (Bandler, Griner, 2000).

S’intéresser aux gestes

15Nous postulons une interdépendance entre structures linguistiques et kinésiques.

Lorsqu’un canal offre une distinction qui n’est pas faite dans l’autre l’intégration des deux canaux offre une signification « réelle», prend une signification particulière. (Birdwhistell, Bateson et al., 1981, p. 184)

16Aussi, les gestes du dialogue (Cosnier, 1989) permettent de construire des indicateurs précieux pour décoder les adresses. Les gestes sont pris en compte selon plusieurs de leurs fonctions. Les gestes déictiques qui désignent, les gestes illustratifs relatifs à l’espace (spatio-graphiques), ceux relatifs au mouvement (kiné-mimiques), les gestes emblématiques qui redoublent la parole, les gestes relatifs aux émotions (expressifs), ceux qui régulent la conversation et maintiennent l’attention (régulateurs phatiques) et, enfin, les gestes qui sont du registre personnel du locuteur (extra-communicationnels).

Les gestes sont des démonstratifs qui durent souvent plus longtemps que les propositions qui les accompagnent. (Birdwhistell, Bateson et al., 1981, p. 169)

17Les gestes et postures physiques sont à considérer sous l’angle de leur multifonctionnalité. Une importante dimension relevant de l’idiosyncrasie est présente à laquelle se superposent des modalisations culturelles. La plupart des chercheurs contemporains ont été amenés à proposer des classifications de types fonctionnels, c’est-à-dire basées sur le rapport du geste avec les énoncés verbaux concomitants et sur la valeur pragmatique qui en résulte (Cosnier, 1996).

S’intéresser aux postures

18Il y a quatre postures physiques qui génèrent des attitudes différentes et qui peuvent marquer l’auditoire : en rapport à la verticalité, l’extension, traditionnellement mise en rapport avec la sûreté de soi et une attitude de domination. La contraction, traditionnellement mise en rapport avec le doute sur soi et une attitude de soumission. En rapport au mouvement, vers l’avant traditionnellement mise en rapport avec une attitude de partage et d’ouverture aux autres. Vers l’arrière, traditionnellement mise en rapport avec l’attitude de retrait, de fuite et de crainte (Bandler, Griner, 2000).

S’intéresser aux modulations et aux tons de la voix

19La voix est un système de communication non-verbale au même titre que la gestuelle ou les expressions faciales.

20Moduler signifie changer de ton, d’accent, d’intensité dans l’inflexion de la voix. C’est, soit un moyen de mettre en valeur certains mots — par la scansion qui renforce vocalement un mot (ou une idée), soit c’est le marqueur d’un affect. En effet, le rapport entre l’état psychique et la voix d’un sujet a été étudié notamment en psychanalyse (Christian, 2002).

Une situation de communication publique de patients en psychiatrie

21À l’occasion d’une thèse, je me suis intéressée à des personnes étiquetées « patients de psychiatrie » se présentant dans un film dont le public est invité à prendre connaissance du point de vue des usagers, patients et ex-patients des services de psychiatrie. Les participants qui se parlent entre eux ont explicitement comme but d’influencer des auditeurs.

22La question de recherche portait sur l’étiquetage et ce qui se joue dans les processus interprétatifs mis en œuvre dans toute relation et impliquent une inter-perception des acteurs, faite d’« actes d’attributions réciproques » (Laing, 1972). S’inter-percevoir, telle était l’exploration proposée avec la notion de « se voir », c’est-à-dire, dans une perception de soi par autrui, à travers l’étiquette acquise, et d’une perception d’autrui par soi, en rapport avec la perception que l’on a de soi. L’hypothèse étant que l’inter-perception conditionne les manières réciproques de se voir, comme elle détermine les manières d’inter-agir. Les personnes étiquetées négativement sont contraintes de se regarder à travers le prisme de l’étiquette acquise. L’enjeu pour ces personnes est donc de préserver une bonne image et l’estime d’elles-mêmes, notamment en contrôlant les informations sur soi qu’elles donnent à autrui dans la relation. Aussi, la question du sentiment de « contrôle des images de soi données à autrui » (Croizet, Leyens, 2003) devient centrale dans la gestion des interactions entre sujets étiquetés négativement.

23Pour valider cette hypothèse, j’ai choisi d’analyser une présentation de soi de ces patients dans une communication à destination de soignants et du « grand public », un enregistrement vidéo donnant accès à des indices nombreux (postures, gestes, interactions). C’est une situation de communication inscrite dans un cadre (organisation de l’espace et du temps), un contrat de réalisation et dans des enjeux (de contrainte et formatage possible de la présentation de soi), mais qui se trouvait être aussi une situation d’interaction, de discussion, entre des participants comportant des enjeux propres à ces acteurs en situation (jeux d’influence, de confrontation, d’alliance).

24Quatre acteurs se présentent et interagissent dans ce film : trois patients en psychiatrie (Marc, Caroline, Thierry) et un animateur (Julien), la discussion est filmée par un caméraman.

25La situation de communication constituant ce matériau est une situation d’interaction où les différents participants exercent les uns sur les autres un réseau d’influences mutuelles, l’échange conversationnel, proprement dit, et dans le même temps est une adresse publique à un destinataire non présent. À côté des quatre participants de cet échange, ceux qui font officiellement partie du groupe conversationnel, ainsi qu’en témoigne l’arrangement physique de ce groupe — leur possibilité de s’entre-influencer par un contact visuel, de s’exprimer par un comportement non verbal — la caméra (et le caméraman) peut être vue comme un « récepteur » en surplus. Les interactants sont conscients de sa présence et l’interpellent comme un destinataire direct. Des indices d’allocutions (de nature verbale ou non verbale) permettent d’accréditer cette hypothèse.

L’analyse des adresses dans cette situation

26Nous proposons d’examiner les différentes adresses identifiées dans ce matériau à partir des indicateurs que nous avons construits pour les identifier les unes des autres et de rendre compte des contenus associés à ces adresses dans le matériau décrit ci-dessus.

Les adresses à un public large

27Dans ce cas il s’agit d’un autrui généralisé. C’est-à-dire non directement impliqué dans le soin et la psychiatrie. Il s’agit d’un public large correspondant à celui qui fait « l’opinion publique ».

Les indicateurs retenus

Regards : ils sont en direction de la caméra, qui est considérée comme matérialisant la présence de ce destinataire invisible, virtuellement présent. Des regards qui montrent la réflexion : la recherche de mots, d’idées en dirigeant les regards vers le haut comme si on suivait une idée dans sa tête.

Gestes : la gestuelle souligne les énoncés, les gestes déictiques qui désignent, les gestes illustratifs relatifs à l’espace (spatio-graphiques), ceux relatifs au mouvement (kiné-mimiques) et les gestes emblématiques qui redoublent la parole.

Postures : l’axe vertical privilégié, les corps se redressent, marquant la sûreté de soi. Les personnes sont calmes, plus posées.

Modulation/ton : le ton soutenu, l’intensité forte, la scansion renforce vocalement une idée.

Les résultats de l’analyse

28Dans les énoncés adressés au « grand public» nous trouvons principalement :

des présentations « objectivantes » de soi, permettent d’introduire une crédibilité dans l’énoncé : « Je suis » (Caroline), « J’ai et je suis » (Marc), « Si je parle » (Thierry). C’est principalement l’énoncé de la durée de leur expérience en psychiatrie, sauf pour Marc qui décline une identité sociale plus traditionnelle de type âge, statut familial, occupation — ici âge, père avec enfant, membre de l’association —, avant de parler de ses vingt-deux ans de soins. Nous soulignons ici que cette présentation « objectivante » est mêlée à une présentation « pour soi », la tonalité plus grave l’indique, là où ce « je social » donne à voir une réflexion sur soi-même.

des informations objectives, notamment, sur l’organisation des soins ou la maladie sont principalement données par Marc.

des constats ouvrant sur des revendications ou des propositions, visent des changements de représentations, la prise en considération d’un vécu, d’une expérience ou d’une opinion.

des expressions de refus, de désaccord, de dénonciations (souvent faites par Caroline).

des énoncés sur les droits humains apparaissent, parfois, sous la forme d’une provocation ironique (Caroline) ou, parfois, sous celle du constat : être des malades différents et aspirer à des droits pour vivre heureux et intégrés (Marc).

29On note que ces énoncés restent des généralités, les mêmes droits que tout un chacun. On peut penser qu’ils visent à assurer la crédibilité de celui qui parle.

Les adresses à un public impliqué dans l’intervention auprès du groupe en situation de présentation de soi

30Dans ce cas il s’agit des personnes soignantes (identifiées comme destinataires privilégiés dans le projet de cette vidéo).

Les indicateurs retenus

Regards : en direction de la caméra, comme dans l’adresse au grand public, ce sont des destinataires présentifiés par la caméra.

Gestes : comme dans l’adresse au grand public, la gestuelle souligne les énoncés (gestes déictiques, illustratifs et emblématiques).

Postures : bien que l’axe vertical soit privilégié ici, les corps sont plus agités passant de l’extension – sûreté de soi – à plus ou moins de mouvements et de positionnement vers l’arrière manquant une attitude de retrait, de crainte.

Modulation/ton : le ton est provocateur ou critique. Les interpellations sont directes. Le ton est soutenu mais moins uniforme car ponctué d’interpellations. Le rythme est plus rapide.

Les résultats de l’analyse

31Les énoncés adressés aux soignants se réfèrent tous à l’hospitalisation, exception faite de Marc qui se sert de son expérience associative comme un contre-exemple de ce qui se passe en psychiatrie pour provoquer les soignants (énoncés sur l’association d’usagers). Nous pouvons faire l’hypothèse que l’hospitalisation est le moment partagé avec les soignants qui construit une culture commune, mais aussi une relation personnelle. Des interpellations directes, des évaluations et jugements positifs ou plus souvent négatifs. Les reproches sont adressés directement aux soignants, mais ces derniers sont appréhendés comme une catégorie homogène, anonyme : on, ils, le personnel, les gens qui travaillent là. Ces énoncés relèvent d’une culture commune et sont constitués d’interpellations directes. On peut penser qu’ils visent à assurer une légitimité à celui qui parle.

Les adresses à la communauté d’appartenance dans la situation d’intervention, objet de l’intervention

32Dans ce cas il s’agit des personnes soignées, les pairs.

Les indicateurs retenus

Regards : ils se dirigent vers les membres du groupe, les regards recherchent le regard de l’autre directement ou des autres par un regard circulaire.

Gestes : ceux qui régulent la conversation et maintiennent l’attention (régulateurs phatiques).

Postures : les têtes se rapprochent, les corps se touchent lorsque les sujets sont côte à côte. La position des corps est située vers l’avant, qui peut être en rapport avec une attitude de partage et d’ouverture aux autres.

Modulation/ton : le ton est celui de l’échange conversationnel accompagné de sourire, rire, d’encouragements mutuels.

Les résultats

33L’adresse aux membres du groupe exprime d’abord la connivence et l’inter-reconnaissance entre pairs : sourire, rire, encouragement « Oui, bien sûr », et le soutien apporté à celui qui parle :

elle consiste aussi au contrôle de la réaction du groupe à ce qu’on dit. L’adresse se fait alors le plus souvent par un regard rapide pour capter les réactions,

elle est encore la précision d’une information sous forme d’une question, d’un complément informatif apporté au discours d’un autre,

enfin, elle donne lieu au débat exprimant des points de vue : par exemple, accord ou pas sur la maladie incurable, l’origine de la maladie, les petites structures, le privé et le public.

34Ces énoncés relèvent des règles de la conversation visant à assurer une intégration dans le groupe pour marquer son appartenance.

Les adresses à soi-même et pour soi-même

35Dans ce cas particulier, il s’agit des personnes en présentation d’elles-mêmes pour elles-mêmes.

Les indicateurs retenus

Regards : non dirigés vers un autrui destinataire, le regard de la personne peut se concentrer sur ses mains ou vers un autre lieu (ici la table) marquant le besoin de prendre de la distance. La nécessité de s’isoler, pour reprendre des forces psychiques par exemple, conduira à fixer son regard sur un point virtuel.

Gestes : les gestes emblématiques qui redoublent la parole, les gestes relatifs aux émotions (expressifs), les gestes qui sont du registre personnel du locuteur (extra-communicationnels) - ici geste de grattage de la table avec le doigt, la manière de manipuler le paquet de tabac ou son mouchoir qui est comme malaxer.

Postures : la contraction est en rapport avec le doute sur soi et vers l’arrière en rapport avec l’attitude de retrait, de fuite.

Modulation/ton : la tonalité plus grave, éventuellement qui n’est plus qu’un murmure, est le marqueur d’un affect.

Les résultats

36Ces énoncés sont des discours adressés à soi en correspondance avec des moments où les acteurs réfléchissent sur eux-mêmes ; dans ce cas, le « je social » donne à voir une réflexion sur le moi-même : l’envie de « réagir » de « s’en sortir » ou de « s’y complaire », pour Caroline ; le sentiment d’avoir été responsable de ses hospitalisations et le sentiment étrange de n’être plus compris et de ne plus supporter personne, pour Marc ; la prise de conscience de la longueur du temps passé en psychiatrie pour Thierry. Ou bien les énoncés consistent en une demande (non-revendicatrice) d’être accepté, admis comme « des gens normaux » (Marc), de réfléchir sur les comportements « qui ne sont pas agréables » (Julien).

37Ces deux types de discours servent à s’influencer soi-même, notamment pour se convaincre des objectifs de transformation de soi, que l’acteur se donne comme idéal de soi, ou qui se référent à une transformation souhaitée de la société.

38On peut penser que cette manière de s’adresser à soi est encore une communication, soutenue par une intention d’influencer les représentations et les manières de penser des destinataires. Dans cette communication s’exprime le retentissement de l’hospitalisation et de la maladie sur soi, sa vie sociale, dont le travail : la violence « être remis dans les rails violemment », le doute du fait de s’en sortir par la psychothérapie (Caroline) ; la « peur de devenir comme eux », sous-entendu les grands malades (Marc). Thierry n’exprime pas par des énoncés cet aller-retour de l’expérience psychiatrique à un ressenti personnel, mais il peut avoir un regard dans le vague ou sur la table au moment où les autres expriment des émotions, notamment quand Caroline le fait. On peut oser l’hypothèse qu’il manifeste physiquement « qu’il n’en pense pas moins », nous n’avons accès qu’à ces attitudes « de retrait » en lui-même. Dans ces adresses à soi s’affirment des « vérités » pour soi : c’est pour Thierry, l’énoncé audacieux d’une explication — sa vérité — sur la psychiatrie : « La psychiatrie rend malade ». Il n’ose peut-être pas afficher et revendiquer en public cet énoncé comme une vérité, mais celle-ci semble structurer sa pensée. Pour Marc, l’explication qu’il donne sur l’origine de la maladie est sa vérité : « À l’origine un choc quelconque, une adolescence difficile », ainsi que l’affirmation de ses besoins : « ce dont j’avais besoin » (Marc). Mais dans le même temps, dans ces adresses à soi, apparaissent aussi les doutes sur ces vérités construites pour soi, ainsi lorsque Caroline avoue « il m’arrive d’être d’accord », avec ceux qui disent qu’on ne peut pas s’en sortir, « dans mes moments noirs ».

39Dans ces énoncés pour soi, il s’agit d’une construction de sens par l’acteur. Ce qui s’énonce, ou se montre dans le comportement, exprimé apparemment pour soi est de l’ordre des interprétations de l’expérience sur ce qui s’est produit, et/ou de ce qui peut se produire (peur anticipatrice).

40Le vécu est rappelé à la conscience et s’impose la nécessité de reconstruire du sens autour de lui (exprimé ou pas à haute voix). L’interprétation peut aussi prendre une forme de vérités qui énoncent ce qu’on croit sur le monde, et, parce qu’elles sont énoncées dans un discours auto-adressé, elles peuvent être fragiles, comme minées par le doute.

41Nous pouvons donc faire l’hypothèse que c’est la situation de communication et son objectif qui obligent les acteurs à reconstruire du sens au moment où leur expérience est mobilisée, réactivée, réactualisée dans son évocation, pour soutenir leur argumentation pour influencer les destinataires de ce film.

42Ces énoncés relèvent de leur affirmation identitaire : les images et les représentations publiques de soi données à autrui à partir des constructions de sens construites et rejouées dans l’activité de présentation de soi.

Interprétation : adresses et enjeux sociaux

43Nous faisons l’hypothèse que ces présentations se font en rapport avec différents enjeux. En effet, la situation de présentation de soi en public apparaît comme une situation de mise à l’épreuve, les personnes transmettent des informations sur elles-mêmes à autrui et la plupart de ces informations échappent au sujet quant à l’interprétation qu’autrui en fera. L’apparition chez le sujet de représentations sur les représentations qu’autrui se fait de lui-même (Barbier, Galatanu, 1998), c’est-à-dire que les jugements sur lui-même que le sujet attribue à autrui, ont une incidence sur l’image que ce sujet aura et donnera de lui-même, influençant, sans doute, en retour, les représentations qu’autrui peut se faire de ce sujet.

44Laing (1972), sous la notion de complémentarité, décrit l’enjeu de toute relation qui implique une confrontation entre une définition de soi par l’autre et de l’autre par soi. Dans l’épreuve de confirmation, Laing décrit les actions mises en œuvre pour faire confirmer par autrui certaines caractéristiques que soi s’attribue, au risque de voir advenir son contraire dans le rejet ou le déni qui remettent en cause la personne dans la définition qu’elle souhaitait donner d’elle-même (Laing, 1972, p. 21).

45Grâce à ce travail sur les adresses, nous avons distingué pour chaque acteur tant les énoncés, les modes de communication, les dynamiques de recherche d’influence sur autrui que les dynamiques de construction de sens pour soi. À partir de là, nous avons constaté, dans un échantillon qui reste, somme toute, restreint l’existence d’un lien fort entre les façons de penser et de communiquer des sujets et des dynamiques personnelles plus larges qui seraient la préservation de soi, la promotion de soi et la promotion du groupe d’appartenance, groupe auquel l’étiquetage assigne le sujet.

46Les présentations de soi pourraient être analysées selon au moins quatre types d’enjeux pour les sujets :

• un enjeu de recherche d’affirmation identitaire : pour contrôler, valoriser, affirmer les images et les représentations publiques de soi données à autrui,

• un enjeu de recherche de crédibilité : en vue d’influencer, voire de changer les représentations du destinataire,

• un enjeu de recherche de légitimité : en vue d’être reconnu comme partenaire de l’échange pour émettre ses opinions,

• un enjeu de recherche d’appartenance à un collectif. Il ne faut pas négliger à l’intérieur de ce collectif les enjeux de place à négocier et le sentiment de la nécessité d’être reconnu par ses pairs au sein du groupe.

Une préoccupation méthodologique transférable à d’autres situations de communication sur soi

47Nous formulons l’hypothèse que les enjeux de présentation de soi que nous venons de mettre à jour dans notre analyse à partir d’une méthodologie de construction des adresses dominantes des discours des sujets en situation de communication publique sont présents dans de nombreux champ de pratiques des métiers d’intervention sur autrui donnant lieu à des recherches. Ainsi cette méthodologie serait-elle intéressante à développer pour approcher ces situations de communication qui constituent l’ordinaire de nos expériences. Les situations de formation notamment sont pour l’essentiel des situations de communication, ordonnées autour d’une intention de survenance d’apprentissages. Elles sont, le plus souvent, des situations de communication, organisées autour d’objectifs pédagogiques. L’analyse des adresses dominantes des énoncés peut être un outil précieux pour l’analyse de ces situations de communication ; leur mise en relation avec les dynamiques personnelles peut être d’autant plus pertinente que ces situations apparaissent dans des dispositifs ayant explicitement pour fin d’intervenir sur les constructions identitaires. Paradoxalement les situations apparentes de communications à autrui nous renseignent sur les constructions de sens des sujets dans la mesure où elles sont poly-adressées. Ainsi, les dispositifs collectifs d’analyse de pratique fréquemment proposés aux équipes de professionnels pourraient être ainsi analysés pour mieux comprendre les processus de transformation identitaire et leurs enjeux pour les sujets. De même en situation professionnelle, une préoccupation méthodologie centrée sur les adresses pourrait permettre d’apporter un éclairage et de s’interroger sur l’engagement dans l’activité des sujets, dans le contexte actuel de l’organisation du travail qui préconise la nécessité de communiquer, d’être en position de rendre des comptes sur son activité, voire de toujours être en représentation dans le collectif de travail, notamment lorsqu’il se déroule dans un système de bureau ouvert (open space). L’analyse des adresses ouvre des perspectives sur la compréhension des constructions de sens du sujet dans une communication publique où les menaces pèsent sur l’image que l’on a de soi, lorsque les affirmations identitaires sont mises en question.

Haut de page

Bibliographie

Bandler R et Griner J., Les secrets de la communication, Paris, Éditions du Jour, 2000.

Barbier J.-M. et Durand M. (dir), Sujets/activités/environnements. Approches transverses, Paris, PUF, 2006.

Barbier J.-M. et Galatanu O., Signification, sens, formation, Paris, PUF, 2000.

Bateson G. et al., La nouvelle communication, Paris, Points, 1984.

Benveniste E., Problèmes de linguistique générale, t. 1 et 2, Paris, Gallimard, 1966.

Christian J.-C., « L’innommable et la création artistique », dans Corpus 5, édité par L’Espace d’art contemporain André Malraux, Colmar, 2002, p. 1-15.

Clot Y., « Clinique du travail et problème de la conscience », dans Travailler, 2/6, 2001, p. 31-54.

Clot Y., Faïta D., « Genres et styles en analyse du travail, concepts et méthodes », dans Travailler, 4, 2000, p. 7-42.

Cosnier J., Les gestes du dialogue, vidéo, ARCI-VIA Comm, 1989.

Croizet J.-C. et Leyens J.-P. (2003), Mauvaises réputations Paris : Armand Colin.

Farouk M., Regard d’un agent pédagogique : Du corpus vidéo à la définition de la direction du regard, Secondes rencontres jeunes chercheurs en E.I.A.H., R.J.C.-E.I.A.H., 2008.

Ghiglione R. et alii, Manuel d’analyse de contenu, Paris, Armand Colin, 1985.

Goffman E., Les rites d’interaction, Paris, Éditions de Minuit, 1974.

Goffman E., Stigmate, les usages sociaux des handicaps, Paris, Éditions de Minuit, 1989.

Goffman E., Les cadres de l’expérience, Paris, Éditions de Minuit, 1991.

Hymes D. H., Vers la compétence de communication, Paris, Didier, 1991.

Jacques F., Dialogiques, Paris, PUF, 1979.

Kerbrat-Orecchioni C., La conversation, Paris, Seuil (Mémo), 1996.

Kerbrat-Orecchioni C., Les interactions verbales. Approches interactionnelles et structure des conversations, Paris, Armand Colin, 1998.

Kerbrat-Orecchioni C., L’énonciation, Paris, Armand Colin, 1999.

Laing R.-D., La politique de l’expérience, Paris, Stock, 1972.

Perrenoud P. (2001), « Mettre la pratique réflexive au centre du projet de formation ? », Cahiers Pédagogiques, 390, janvier 2001, p. 42-45.

Piaget J. et al., La prise de conscience, Paris, PUF, 1974.

Siess J. et Valency G., La double adresse, Paris, l’Harmattan, 2002.

Sperber D. et Wilson D., La Pertinence. Paris, Éditions de Minuit, 1989.

Theureau J., « Anthropologie cognitive et analyse des compétences », dans Séminaire du centre de recherche sur la formation du C.N.A.M., L’analyse de la singularité de l’action, Paris, PUF, 2000, p. 171-211.

Vermersch P., L’entretien d’explicitation, Paris, E.S.F, 1994.

Vion R., « Modalités, modalisations et activités langagières », dans Approches interactives des faits de langues, Revue cybernétique « Marges Linguistiques », 2, 2002, p. 209-231.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Dutoit, « Une méthode pour approcher les présentations de soi dans les communications : l’analyse des adresses », Éducation et socialisation [En ligne], 31 | 2012, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 24 mars 2017. URL : http://edso.revues.org/827 ; DOI : 10.4000/edso.827

Haut de page

Auteur

Martine Dutoit

2I.R.A. (Institut international de recherche-action), C.R.F.-C.N.A.M.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org