Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Quelle que soit la terminologie employée, les débats qui animent aujourd’hui les grandes conférences nationales et internationales autour du développement durable, de l’environnement, de la biodiversité, etc., traduisent l’inquiétude grandissante que nous ressentons face aux changements socio-économiques (globalisation) et à leur impact sur notre planète et ses habitants. Cette inquiétude se traduit aussi dans les multiples projets d’« éducation à… » initiés au plan international et mis en œuvre dans chaque pays. Dans le cas de la France, les textes officiels de l’Éducation nationale — deux circulaires datées de 2004 et 2007, les programmes d’enseignement de l’école au lycée et le socle commun de connaissances et de compétences — affirment que l’éducation au développement durable doit, « sans catastrophisme, mais avec lucidité, aider les élèves à mieux percevoir l’interdépendance des sociétés humaines avec l’ensemble du système planétaire et la nécessité pour tous d’adopter des comportements propices à la gestion durable de celui-ci ainsi qu’au développement d’une solidarité mondiale ».

2Comment ne pas adhérer à ce type de projet ? Pourtant sa mise en œuvre ne semble pas aller de soi et des questions restent vives et inhibitrices de l’action chez les enseignants. À quoi renvoie cette « lucidité » qui doit éviter le « catastrophisme » ? Comment différencier les activités propices à une gestion durable de la planète, des comportements qui lui sont défavorables ? « Gestion durable » et « solidarité mondiale » sont-elles si facilement conciliables ? Et si l’inquiétude qui accompagne ces grands projets venait encore brouiller les cartes ?

3Entre les grands principes affichés dans les textes d’orientation nationaux et internationaux et les contraintes de leur mise en application, s’ouvre un vaste espace de négociation individuelle et collective qu’il est important d’explorer. Ces débats, polémiques ou consensuels, doivent aussi avoir une place dans les problématiques de recherche diverses, dans la sélection des méthodologies, dans l’interprétation de leurs résultats ; ils doivent être présentés explicitement.

4Le dossier de ce numéro regroupe non seulement des présentations de travaux de recherches originaux sur des questions d’éducation au développement durable, mais aussi des articles présentant une analyse critique de leurs fondements axiologiques, de leurs fonctions sociales et de leurs finalités.

5Les contributions que l’on pourra lire dans le dossier de cette nouvelle livraison de la revue :

  • Konstantinos Grivopoulos nous propose une recherche sur les représentations sociales des nanosciences et nanotechnologies des lycéens, dont les résultats plaident pour une meilleure intégration de ce domaine pluridisciplinaire dans le champ de l’éducation au développement durable, c’est en effet dans une perspective didactique qu’il souligne la faible contribution des connaissances scientifiques à la représentation des lycéens ;

  • Patrick Matagne a développé un article de fond, qui interroge de manière dialectique les fondements épistémologiques et les fonctions sociales de l’éducation à l’environnement et de l’éducation au développement durable, il nous invite ainsi à intégrer cette question dans les dispositifs éducatifs ;

  • Philippe Prevost et Alain Jouffray rendent compte d’une étude diagnostique des tensions existantes dans la formation d’ingénieurs agronomes entre l’objectif de formation professionnelle et la mission d’éducation au développement durable, ils pointent en particuliers une dérive consitant à un « écoblanchiment » des dispositifs de formation ;

  • Loïc Braïda et Michel Vidal ont évalué l’impact d’un dispositif éducatif sur le sentiment d’efficacité personnelle de jeunes en formation, et pour eux, le contexte de cette étude plaide pour une éco-formation qui intègrerait toutes les dimensions de l’environnement des formés ;

  • Didier Mulnet s’est risqué à une approche critique de la formation des éducateurs au développement durable à travers l’exemple d’un dispositif existant, cette expérience montre la pertinence d’une formation qui a fonctionné sur le principe de coformation et de la complémentarité entre les stagiaires ;

  • Serge Franc, Christian Reynaud et Abdelkrim Hasni exposent les détails d’un construit visant à définir l’éducation à la biodiversité comme une éducation centrée sur le vivant et sa diversité, s’appuyant sur trois dimensions interreliées : cognitive (savoirs de référence), affective (considérant les rapports émotionnels entretenus avec le vivant) et comportementale (prises de positions et intentions d’agir citoyennes et responsables).

6La partie Varia vient compléter cette livraison avec des contributions très riches :

  • Benoit Dejaiffe et Gaëlle Espinosa nous apportent une contribution à la connaissance des processus de socialisation entre pairs lors du passage en sixième ;

  • Sylviane Blanc-Maximin et Chantal Eymard ont analysé une enquête auprès d’enseignants pour promouvoir la conduite de projet au service de l’élaboration d’une compétence collective ;

  • Christophe Marsollier nous montre comment l’élaboration de cartes mentales peut être mise au service de l’apprentissage du vivre ensemble à l’école ;

  • Isabelle Puozzo attire notre attention sur la place de l’émotion dans les processus d’apprentissage à travers l’élaboration d’un dispositif pédagogique créatif ;

  • François Durpaire a étendu la question de l’enseignement d’une « morale laïque » aux implications de notre entrée dans l’ère du numérique.

7Deux notes de lecture viennent enrichir ce numéro :

  • Jacqueline Fontaine nous fait profiter de sa lecture de La Virginité féminine : mythes, fantasmes, émancipation, livre de Yvonne Knibiehler, paru aux éditions Odile Jacob.

  • Roger Monjo nous entraîne sur la piste d’une possible éducation à l’altérité, à travers son compte rendu de la lecture de l’Altérité enseignante, livre de Muriel Briançon, aux éditions Publibook Université.

8L’intérêt de toutes ces contributions ne fait donc pas de doute, mais je voudrais terminer en soulignant le très grand plaisir que j’ai pris à coordonner ce numéro, tant par la qualité des échanges que j’ai eus avec les auteurs et les arbitres sollicités, que par l’expression de valeurs humanistes qui semblent partagées par tous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Reynaud, « Éditorial », Éducation et socialisation [En ligne], 33 | 2013, mis en ligne le 06 décembre 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://edso.revues.org/84 ; DOI : 10.4000/edso.84

Haut de page

Auteur

Christian Reynaud

Université Montpellier 2, EA 3749 – Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche en Didactique, Éducation et Formation

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org