Navigation – Plan du site
Note de lecture

Francis Danvers, S’orienter dans la vie : une valeur suprême ?

Presses universitaires du Septentrion, 2009
Kouadio Aska
Référence(s) :

Francis Danvers, S’orienter dans la vie : une valeur suprême ? Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2009

Texte intégral

1S’orienter dans la vie : une valeur suprême ? Telle est la question centrale du dictionnaire des sciences humaines produit par Francis Danvers. « Il fallait que ce dictionnaire arrive ». C’est par cette expression que nous saluons la sortie de cet ouvrage de F. Danvers. Pour nous, la venue de S’orienter dans la vie : une valeur suprême ? était inévitable après le premier essai 500 mots clefs pour l’éducation et la formation tout au long de la vie paru en 2003. L’auteur lui-même s’en convainc de la nécessité d’un tel ouvrage : « il n’existe pas à ce jour en langue française, un dictionnaire spécialisé sur l’orientation humaine dans toutes ses dimensions » (introduction, page 15).

2Des esprits pourraient rétorquer, affirmant qu’il est inutile de publier un dictionnaire sur l’orientation. Les glossaires, lexiques et autres vocabulaires techniques fournissent une littérature abondante en ce domaine. Une telle assertion, bien que justifiée par l’existence effective de glossaires, lexiques et autres vocabulaires techniques qui se multiplient, ne saurait satisfaire à nos investigations car, ces ouvrages n’abordent pas l’orientation dans une vision globale. Dans les pages introductives de son dictionnaire, F. Danvers mentionne cette insuffisance même s’il la relativise : « cette collection d’informations tout à fait indispensables au démarrage d’une science, nuit à la vision d’ensemble, sauf en ce qui concerne ceux qui parviennent à fédérer un projet collaboratif » (page 16).

3Alors, se pose la question du sens qu’il faut donner à ce dictionnaire de sciences humaines spécialisé dans l’orientation humaine. Est-il simplement un dictionnaire de plus qui s’enferme dans des définitions, aussi rigoureuses soient-elles ? Ou au contraire, est-il une œuvre critique, une interrogation sur l’orientation qui privilégie l’interdisciplinarité et s’inscrit historiquement dans un processus de civilisation ?

De l’approche multidimensionnelle de l’orientation humaine

  • 1 De Rosnay J. (1975). Le macroscope. Vers une vision globale, Paris, Éditions du Seuil.

4La multidimensionnalité de l’orientation a toujours caractérisé les travaux de F. Danvers, publiés antérieurement à ce dictionnaire. Il suffit de lire quelques-uns donnés en référence au fil du texte ou en compléments bibliographiques du dictionnaire pour s’en rendre compte. En effet, F. Danvers est resté constant dans son approche de l’orientation qui est à la fois politique, sociale, économique, psychologique, pédagogique, locale et internationale. Ces différents domaines sont en interaction les uns avec les autres. Il faut donc les réunir pour comprendre leurs effets sur les théories et pratiques de l’orientation. Toute autre forme d’approche de celle-ci, en particulier l’approche analytique, reste insuffisante pour la vision d’ensemble. L’étude de l’orientation doit intégrer la vision complexe entretenue par la densité des interactions entre les domaines. Ces domaines confèrent à l’orientation une dimension plurielle qui la situe à « la conjonction du politique, de l’économique, du social, de l’éducatif et du culturel». C’est à cette dimension globale que renvoie le « dictionnaire à visée encyclopédique » que nous présente F. Danvers. La démarche de l’auteur, est à la fois analytique et synthétique, détaillante et englobante (Joël de Rosnay, 19751). Elle s’appuie sur la réalité des faits et la perfection du détail et recherche parallèlement les facteurs d’intégration, éléments catalytiques de l’invention et de l’imagination. Comment en pouvait-il être autrement lorsqu’on sait qu’un dictionnaire isole d’abord le concept avant de le relier aux autres à travers ses multiples dimensions. Dans ce contexte, l’approche globale et l’approche analytique sont plus complémentaires qu’opposées. Cette complexité organisée, F. Danvers l’a réussie, à travers des mots-clés dont l’explicitation emprunte la voie de l’interdépendance disciplinaire. L’auteur justifie cette approche par l’idée qu’elle permet les croisements des connaissances, fondement essentiel des pratiques d’orientation humaine.

Les questions/réponses : une démarche innovante

  • 2 Combessie J-C. (1999). La méthode en sociologie, Paris, La Découverte (2e éd.).

5Selon Combessie2 (1999), les méthodes ne sont pas isolables des voies ouvertes par les « intérêts » du chercheur (les questions, les valeurs, les idéologies ou les théories orientent ses objectifs) ni des caractéristiques de l’information accessible. Une méthode est pertinente ajoute-t-il, lorsqu’elle s’ajuste aux questions posées et aux informations recherchées. Elle crée donc les conditions d’une meilleure objectivation de la construction sociale du phénomène à l’étude. Pour mieux conduire son approche holistique, F. Danvers adopte la technique de la question/réponse. Dans ce domaine, affirme-t-il, les questions sont peut-être plus importantes que les réponses. Une manière de préparer déjà le lecteur aux limites liées à cette démarche de la pensée.

6Comme toute technique d’investigation, la question/réponse a ses particularités et ses limites. La particularité de cette technique (l’interrogation) réside dans sa capacité de forcer l’esprit au travail et de le conduire à des notions véritablement comprises. On examine avec attention une chose, un fait ou un phénomène, pour y trouver une réponse aux questions qu’on se pose. Aussi, la façon de libeller les questions est-elle d’importance parce qu’elle est susceptible d’influer sur les réponses. Le chercheur doit rester parfaitement conscient de la problématique qu’il engage dans ses questions, s’il veut comprendre celle qu’engagent ses réponses à partir desquelles, il dégage et organise les éléments de significations. C’est cette relation question-réponse qui donne un sens particulier à ce dictionnaire de F. Danvers.

7Cependant, si les questions ont permis un ouvrage particulièrement documenté et référencé sur l’orientation et ses pratiques (pages 587-617), les liens entre les questions et les concepts identifiés comme mots-clés de réponses, demeurent une préoccupation. Des questions restent sans réponses apparentes (prise de position) parce que les facteurs explicatifs demeurent éloignés des problèmes que ces questions soulèvent. Le texte donne au mot retenu sa signification selon les contextes. Cette démarche fait croire que l’auteur attribue à son ouvrage une prévalence conceptuelle, chose qui contredit l’approche par questionnement. Le dictionnaire de F. Danvers a le souci d’informer le lecteur sur des mots-clés en même temps, il veut répondre à des questions. C’est cette dernière vision qui rend la démarche risquée. Par exemple, définissant l’anthropologie, l’auteur nous renvoie au sens fondamental du mot, qui signifie « l’étude de l’homme dans sa totalité » (page 40). Quant à l’apport d’un regard anthropologique sur l’orientation (objet de la question numéro 23), le texte nous plonge dans un développement historico-philosophique intéressant, mais difficilement saisissable par rapport à la réponse attendue. En lieu et place, un flux d’informations est servi au lecteur. Celui-ci ne perçoit pas de façon claire et nette la réponse à la question posée, ce qui confère à ce dictionnaire une esquisse de format inachevée. Il aurait fallu que les réponses aux questions soient plus explicites, c’est-à-dire, réellement exprimées dans le texte.

8Outre la limite liée à l’absence de réponses précises aux questions, l’ouvrage de F. Danvers semble mettre en évidence des mots-clés qui ne sont pas contenus dans les énoncés des questions. Ces mots-clés découlent plus de l’appréhension de la problématique suscitée par les questions que de la compréhension et de la maîtrise des termes de base que renferment les énoncés, par exemple, la question numéro 14, page 33. À la question « peut-on apprendre à choisir un avenir professionnel ? », l’auteur désigne le terme « aide au développement vocationnel et personnel » comme mot-clé. Le souci de respecter l’ordre alphabétique a dû, sans doute, pousser l’auteur à opérer ce choix plus ou moins judicieux au regard du nombre de mots dans la question, susceptibles d’être désignés comme mot-clé. Le système de renvois de fin de page successifs adopté par l’auteur comme moyen de résoudre cette difficulté est une preuve du choix embarrassant qu’il a eu à faire. Cette façon de procéder, rend difficile, par ailleurs, l’entrée directe dans le dictionnaire. Il faut nécessairement « transiter» par la fin de l’ouvrage en consultant le lexique multilingue, l’index nominal et surtout la liste des questions, qui à notre sens, devrait précéder le texte principal.

9L’ouvrage de F. Danvers est globalement un ouvrage de belle envergure. La perspective historique y est fortement présente. Elle inscrit l’orientation dans l’évolution de la discipline et des sciences humaines en général. Chaque mot-clé est appréhendé sous son histoire qui lui donne tout son sens théorique et pratique. Aussi, cet ouvrage est-il utile en particulier pour les enseignants, chercheurs et étudiants qui y trouveront les multiples facettes à la fois théoriques et pratiques susceptibles d’orienter leurs propres investigations. Les conseillers d’orientation psychologues et d’autres acteurs et partenaires de l’orientation scolaire et professionnelle ne manqueront pas d’apprécier ce dictionnaire pour les différentes dimensions de l’orientation qu’il évoque. C’est la grande qualité de ce livre. Il est donc un apport précieux dans l’approche transdisciplinaire de l’orientation tout au long de la vie.

Haut de page

Notes

1 De Rosnay J. (1975). Le macroscope. Vers une vision globale, Paris, Éditions du Seuil.

2 Combessie J-C. (1999). La méthode en sociologie, Paris, La Découverte (2e éd.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kouadio Aska, « Francis Danvers, S’orienter dans la vie : une valeur suprême ?  », Éducation et socialisation [En ligne], 31 | 2012, mis en ligne le 07 septembre 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://edso.revues.org/867

Haut de page

Auteur

Kouadio Aska

Université de Cocody, C.I.E.R.P.A., Côte d’Ivoire

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org