Navigation – Plan du site
Dossier 1 : les éducations à … et le développement de la pensée critique

Une éducation à l’olympisme est-elle possible ?

Christophe Maillard et Éric Monnin

Résumés

Le concept d’éducation olympique, apparu dans les années 1970, peut répondre à la préoccupation du CIO de se donner une image positive en mobilisant la jeunesse derrière la flamme éternelle. De multiples initiatives ou programmes ont été élaborés dans le monde (Chine, Grèce, Australie, France,…). Il est ainsi intéressant de donner aux élèves un regard critique des Jeux olympiques en s’appuyant sur ce projet : éduquer, c’est ainsi offrir un cadre politique et culturel renouvelé avec un but culturel et pacifiste. Cela permettrait aussi d’offrir un regard distancié sur un événement international largement célébré et médiatisé, qui s’inscrit dans une logique marchande et sociale. C’est dans ce contexte que la jeunesse pourra tirer profit d’un réel enseignement olympique et que l’éducation à l’olympisme pourra prendre sa place au sein des « différents enseignements à » préconisés par l’Éducation nationale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Éric Monnin, De Chamonix à Sotchi. Un siècle d’olympisme, Gap, Éditions Désiris, 2013.
  • 2 Éric Monnin, L’Olympisme à l’école ?, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté et Pôle édi (...)

1Les Jeux olympiques de Sotchi1 qui se déroulent, pour la première fois en Russie, en février 2014, dans la région de Krasnodar au pied des montagnes du Caucase, illustrent bien, une fois encore, les paradoxes de l’olympisme né à la fin du XIXe siècle grâce au baron Pierre de Coubertin (1863-1937)2.

  • 3 Norbert Müller et Otto Schantz, Pierre de Coubertin. Textes choisis, Tome III : Pratique sportive, (...)
  • 4 Comité international olympique, Charte olympique, Lausanne, Comité international olympique, état en (...)
  • 5 Comité international olympique et Deanna L. Binder, Enseigner les valeurs : un manuel d’éducation o (...)
  • 6 Ibid.
  • 7 Éric Monnin, « The Olympic Movement’s strategy for the integration of the concept of Olympic educat (...)

2C’est ce dernier qui a créé le néologisme « olympisme » défini comme « la religion de l’énergie, le culte de la volonté intensive développée par les pratiques des sports virils s’appuyant sur l’hygiène et le civisme et s’entourant d’art et de pensée3 ». L’olympisme repose sur un volet sportif et intellectuel. Le mouvement olympique fonde ses actions à partir de principes énoncés dans la Charte4, dont l’ambition repose sur l’éducation et l’insertion des « jeunes à la pratique d’un sport et de leur transmettre des valeurs5 ». Ce texte fondateur instaure une véritable « philosophie de vie6 » instituant une forme d’humanisme universel qui présente la particularité de se fonder sur l’éducation du caractère de l’individu au travers du sport. L’olympisme peut constituer un instrument pédagogique pour permettre la formation et l’accomplissement de l’individu dans sa totalité7.

3Les études, les manuels et les ouvrages consacrés aux valeurs éducatives de l’olympisme sont très nombreux et cherchent tous à montrer l’intérêt d’introduire ce dernier dans le système éducatif8. Le 1er février 2013, les éditions EP&S publient les premières fiches pédagogiques intitulées « EPS, sport et olympisme » à destination des enseignants du second degré. Cet outil est le résultat de la collaboration et de la signature de la convention-cadre, du 25 mai 2010, entre le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) et le ministère de l’Éducation nationale9. Le sport et l’olympisme deviennent de réels vecteurs d’éducation. « Cette collaboration entre le mouvement sportif, les fédérations sportives scolaires et l’Éducation national s’inscrit pleinement dans le Programme d’éducation à la culture sportive et olympisme (PESCO) développé par le CNOSF10 ». De toute évidence, l’éducation à l’olympisme représente un enjeu culturel qui repose sur des dispositifs didactiques et pédagogiques, mais représente aussi un enjeu politique et marchand, qui est souvent mal perçu et minoré. Ce sont ces deux aspects que nous souhaitons aborder dans ce travail. Le rôle de l’olympisme ne se limite-t-il pas à donner à l’instance internationale que représentent le Comité international olympique (CIO) et ses différentes déclinaisons nationales telles que le CNOSF, une vitrine politique acceptable qui masquerait une logique beaucoup plus marketing, financière et politique, alliant idéaux et realpolitik ? Quelles sont les pratiques sociales élargies prises en compte par cette éducation à l’olympisme ? Marketing du sport ou réflexion critique et pédagogique sur les valeurs véhiculées par le CIO ?

4Nous reviendrons sur la genèse de l’éducation à l’olympisme et sur ses limites avant de proposer d’autres pistes pour refonder cet enseignement et de lui donner, pourquoi, une place solide et identifiable dans les programmes scolaires français. Notre champ d’études concernera surtout les travaux et documents produits par les instances olympiques (et leurs déclinaisons nationales) depuis une quarantaine d’années ce qui nous permettra d’argumenter plus solidement sur les zones d’ombres, mais aussi les points intéressants de cette expérimentation.

Le concept d’éducation olympique : une création du CIO ?

Olympisme et école : des valeurs partagées ?

  • 11 Konstantinos Georgiadis, « Définition de l’éducation olympique », in Le sport et un monde en harmon (...)

5Après bien des débats nés dans les années 1970, plusieurs chercheurs ont réfléchi à l’idée d’une éducation olympique. C’est seulement en 2000, lors de la 5e session de l’Académie internationale olympique (AIO) rassemblant les directeurs et les présidents d’Académies nationales olympiques (ANO), que les débats ont permis de donner une définition, que nous retiendrons, de l’éducation olympique : « L’éducation olympique [porte] sur le développement social, mental, culturel, éthique et physique. Le sport est au cœur de cette éducation visant à élever les jeunes de façon à ce qu’ils deviennent des citoyens équilibrés mentalement et physiquement, coopératifs, tolérants et respectueux de la paix […]. L’éducation olympique doit permettre aux individus d’acquérir une philosophie de vie grâce à laquelle ils apportent une contribution positive à leur famille, à leur communauté, à leur pays et au monde11 ».

  • 12 Claude Pineau, Introduction à une didactique de l’EP, Dossier EPS n° 8, Revue EP.S, 1991.
  • 13 André Rauch, Le souci du corps, PUF, 1983.
  • 14 Georges Vigarello, Le sain et le malsain, Seuil, 1993.
  • 15 Loi d’orientation du 23 avril 2005 d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école.

6En comparant cette définition aux rôles et aux missions de l’école française, l’éducation olympique ne présente pas de réelle originalité. Nous retrouvons de nombreuses convergences entre les finalités du système éducatif et le but de l’éducation à l’olympisme : socialisation des enfants et des adolescents, apprentissage du « vivre ensemble », émancipation et accomplissement de l’individu pour ne retenir que quelques points importants. Par exemple, en Éducation physique et sportive, Claude Pineau définit, en 1991, l’Éducation physique par ces termes : « Discipline d’enseignement, elle propose, en favorisant le développement et l’entretien organiques et fonciers, l’acquisition de connaissances et la construction de savoirs permettant l’organisation et la gestion de sa vie physique à tous les âges ainsi que l’accès aux domaines de la culture que constituent les pratiques sportives12 ». Pour d’autres chercheurs tels que Rauch13 ou Vigarello14, l’Éducation physique et sportive à l’école contribue aussi à l’apprentissage de la sécurité, au développement harmonieux du corps ou favorise la santé. La publication en France encore de la Loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’École du 23 avril 2005 rappelle que « Le socle commun de connaissances et de compétences […] désigne un ensemble de connaissances et de compétences que les élèves doivent maîtriser à l’issue de la scolarité obligatoire pour poursuivre leur formation, construire leur avenir professionnel et réussir leur vie en société15 ».

7Sur le plan international, c’est la création, en 1961, de l’AIO, qui propose chaque année un programme de sessions, de congrès et de séminaires d’études et de recherches sur l’olympisme, qui constitue une véritable sensibilisation au phénomène olympique. Il faut attendre 1968 pour que les ANO reçoivent la tâche essentielle de promouvoir l’éducation olympique dans les écoles et dans les universités. Cette nouvelle obligation doit aussi prendre appui sur les rencontres olympiques quadriennales.

  • 16 Konstantinos Georgiadis, « La mise en œuvre des programmes d’éducation olympique à l’échelle mondia (...)
  • 17 Ibid.

8C’est ainsi que cette politique éducative olympique pour la jeunesse s’appuie sur les Jeux Olympiques de Munich en 1972. C’est à cette occasion que le premier programme d’éducation olympique est dispensé dans certaines écoles primaires et secondaires allemandes16. Cette initiative est poursuivie par le Comité d’organisation des Jeux olympiques de Montréal, qui lance, bien avant le début des Jeux en 1976, un programme olympique, intitulé Promotion de l’olympisme en milieu scolaire, sur trois années (1973-1976) dans les écoles de Québec. « Le programme visait à promouvoir la sensibilisation au Mouvement olympique et en assurer l’impact positif au niveau de la société moderne17 ».

  • 18 Ministère Éducation nationale, de la jeunesse et des sports, Écolympique, Albertville 1992, Édition (...)
  • 19 Lionel Jospin, « Préface », in dossiers, documents et activités destinés aux élèves de CE2 – CM et (...)
  • 20 Lionel Jospin, « Jeux Olympiques de 1988 », in Revue EPS, 1988, p. 18-19.

9Pour les Jeux olympiques d’Albertville en 1992 un projet assez original a été réalisé en France : la création d’une mallette olympique appelée Écolympique, Albertville 199218. La mallette est destinée à toutes les classes des cours élémentaires de deuxième année (CE2) et des classes de cours moyens (CM) françaises afin de les associer au déroulement des XVIes Jeux Olympiques d’hiver d’Albertville et de la Savoie. Lionel Jospin, ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, est soucieux de ne pas tenir à l’écart le monde enseignant et les élèves d’une telle manifestation : « Parce que l’école vit en symbiose avec son pays, parce qu’elle est ouverte sur tous les évènements qui composent et contribuent à façonner le patrimoine culturel de la France, elle avait naturellement vocation à être partenaire du Comité d’organisation des Jeux Olympiques. La mallette pédagogique dénommée ÉCOLYMPIQUE, […] permettra aux enseignants de faire vivre à leurs élèves de façon originale cette manifestation sportive19 ». Déjà quatre ans plus tôt, à l’occasion des Jeux Olympiques de Séoul en 1988, le ministre Lionel Jospin affirmait sa volonté de promouvoir le sport : « vos élèves, vos jeunes sportifs, nos enfants, doivent retrouver à travers la pratique du sport, les vertus fondamentales et exemplaires de l’effort, de l’abnégation, de l’esprit d’équipe, ainsi que la joie légitime que procure un succès bien construit ou même une simple participation20 ».

10Le contenu de la mallette aborde trois thèmes génériques sur lesquels les élèves sont invités à travailler : les Jeux olympiques et leur histoire, la Savoie et le milieu montagnard et enfin, le projet « Albertville 1992 ». Réalisée par une équipe d’enseignants, la mallette comporte trois grandes divisions :

11La première destinée aux enseignants pour travailler avec les élèves et pour animer la classe grâce à un ensemble de pochettes contenant :

    • 21 Il s’agit d’une véritable banque de données et de réflexion sur l’événement des Jeux olympiques et (...)
    • 22 Celles-ci proposent des activités à choisir en fonction du projet de la classe.

    trente-quatre dossiers pour l’enseignant (trois cent douze pages en quatre couleurs)21et des fiches pédagogiques correspondant à chaque dossier (soixante-huit pages)22 ;

  • des fiches élèves (cent vingt-quatre pages en quatre couleurs) organisées autour de trente-quatre thèmes différents et un ensemble de soixante diapositives ;

  • sept posters (notamment une carte des « trois vallées » et une carte de l’étagement de la végétation) ainsi qu’une carte au 1/100000e de la Savoie comportant des indications sur le relief.

12La seconde permet de suivre et de vivre les Jeux olympiques de 1992 en direct grâce à un tableau des résultats à compléter quotidiennement.

13Quant à la troisième, elle sert à dynamiser l’ensemble par l’image. Dès l’automne 1991, une bande vidéo est disponible dans chaque centre de documentation pédagogique départemental (CDDP) avec le conseil éditorial et technique des éditions Nathan. Ce programme complet marque une première en France, car le panel proposé est assez complet, multidisciplinaire et multi-supports. En outre, les JO entrent pour la première fois explicitement à l’école.

Le « Programme d’éducation des valeurs olympiques » : vers une institutionnalisation de l’éducation à l’olympisme

14En plus de ces opérations de sensibilisation aux jeunes qui accompagnent maintenant chaque manifestation olympique, des programmes de formation existent dans de nombreuses universités mondiales. On répertorie aujourd’hui une vingtaine d’autres cycles de formations supérieures et/ou diplômes qui sont aujourd’hui soutenus par le CIO23. Il existe aussi des opérations destinées aux élèves de l’enseignement primaire et secondaire. Depuis 2005, le CIO a mis en place le « Programme d’éducation des valeurs olympiques » (PEVO) qui « est un outil qui vise à maintenir l’intérêt des jeunes pour le sport, à les encourager à faire du sport et à promouvoir les valeurs olympiques24 ». Ce programme repose sur un manuel (disponible en français et en anglais) de 136 pages intitulé « Enseigner les valeurs » et sur un ensemble d’initiatives à destination des 8 -18 ans. Vingt et un projets ont déjà été parrainés (kits pédagogiques à destination des enseignants anglais, canadiens,…). Une banque de données et des outils interactifs sont aussi disponibles. L’objectif est de créer un esprit olympique s’appuyant sur une citoyenneté mondiale (largement idéalisée et utopique) au sein de la jeunesse.

15Après avoir rappelé ce que sont les valeurs olympiques, le manuel sert de véritable guide pour la mise en place d’une journée olympique dans un établissement scolaire avec la mobilisation de toute la communauté éducative autour de ce projet en s’appuyant sur des compétences pluridisciplinaires (rédaction d’articles en classe de français, réalisation de panneaux en art, etc.) avec comme objectifs de faire vivre aux élèves une mini cérémonie olympique. La création d’équipes, de drapeaux, par exemple, est d’ailleurs conseillée. Le PEVO encourage ainsi et donne une visibilité nouvelle aux initiatives existantes à travers le monde.

  • 25 Académie nationale olympique française « Présentation du camp olympique de la jeunesse », in Olympi (...)

16C’est dans cet esprit, que l’Académie nationale olympique française (ANOF) a inauguré, du 5 au 7 juillet 2006, son premier « camp olympique de la jeunesse » en accueillant deux classes de cours moyen (32 élèves)25.

17L’ANOF vise un double objectif : « Premièrement, faire découvrir, promouvoir, faire toucher, faire partager les valeurs du sport. Deuxièmement, bien comprendre en quoi les valeurs de l’olympisme sont utiles à notre fonctionnement en société26 ». Cette initiative est aujourd’hui reconduite chaque année dans une région différente. Depuis 2008, un « camp olympique de la jeunesse » est organisé en hiver. Environ 500 élèves du primaire ont ainsi participé à ce programme. D’autres initiatives menées sur l’olympisme sont réalisées, principalement durant les Jeux Olympiques, à l’école primaire surtout avec le soutien de Fédérations et/ou de Comités olympiques départementaux :

18L’USEP a réalisé plusieurs dossiers et des cahiers pédagogiques pour faciliter la mise en place de projets olympiques :

  • « Cahier pédagogique : l’USEP et l’olympisme », in En jeu, 2003, n° 372, pp. I-VIII ;

  • Respect et Fair-play, 2005 ;

  • 2004 Année olympique, 2004.

  • Le CDOS d’Isère a créé plusieurs expositions itinérantes sous forme de panneaux pédagogiques à destination des scolaires et du public :

    • 6 panneaux sur le fair-play ;

    • 7 panneaux « Femmes et sport » ;

    • 6 panneaux sur le « Relai de la flamme » ;

    • 21 panneaux retraçant l’histoire des JO d’hiver (1924-2006) ;

    • 28 panneaux retraçant l’histoire des JO (1896-2008).

  • Le CDOS d’Ille et Vilaine a mis en place un jeu pour des enfants de 7 à 12 ans intitulé le jeu des Jeux.

  • La Fédération sportive et culturelle de France (FSCF) et l’Union générale sportive de l’enseignement libre (UGSEL) publient conjointement un dossier destiné aux 8-14 ans dans le cadre de la journée olympique de 2000.

  • L’Inspection académique, l’USEP et le Comité départemental olympique et sportif de la Seine-Maritime ont créé une mallette pédagogique distribuée aux conseillers pédagogiques de circonscription (CPC) EPS des écoles primaires.

  • 27 Éric Monnin, « Genèse et attribution des premiers Jeux olympiques de la jeunesse », Revue européenn (...)
  • 28 Comité international olympique, « Jeux olympiques de la jeunesse », http://www.olympic.org/jeux-oly (...)
  • 29 Ibid.

19Le CIO a lancé en 2007 les Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ)27 qui ont lieu tous les quatre ans en décalage été/hiver et en décalage aussi avec les JO. C’est une manifestation sportive de haut niveau ouverte aux adolescents du monde entier. Les JOJ ont comme particularité d’intégrer également un programme culturel et éducatif (PCE), lequel se concentre sur cinq thèmes défendus par le PEVO : olympisme, responsabilité sociale, développement de compétences, expression et bien-être et styles de vie sains. Le programme des sports proposés repose sur celui des Jeux olympiques, avec 28 sports pour les Jeux d’été et seulement 7 pour les Jeux d’hiver. Le programme comprend également de nouvelles disciplines et de nouveaux formats, comme le basket-ball 3 contre 3, une épreuve d’habileté en hockeys. L’objectif du PCE est d’offrir grâce à « toute une série d’activités divertissantes et interactives, des ateliers et des exercices de formation à l’esprit d’équipe [et de donner] aux athlètes participants la possibilité d’en apprendre davantage sur les valeurs olympiques, de découvrir d’autres cultures et de développer les compétences nécessaires pour devenir de véritables ambassadeurs de leur sport28 ». Les participants viennent de la planète entière : 205 comités nationaux olympiques ont participé à l’édition d’été à Singapour en 2010 et 69 à celle d’Innsbruck. Plus de 3 500 athlètes se réunissent aux JOJ d’été et durent 12 jours, tandis que ceux d’hiver comptent 1 100 athlètes et durent 10 jours. Le CIO ajoute « les participants autres que les concurrents, c’est-à-dire les jeunes reporters, les ambassadeurs et les athlètes modèles, font également partie intégrante de l’expérience des Jeux Olympiques de la Jeunesse29 ». De même que les Jeux olympiques, les JOJ se tiennent tous les quatre ans en alternance avec ces derniers. Les premiers JOJ d’été ont eu lieu à Singapour du 14 au 26 août 2010 et les premiers JOJ d’hiver à Innsbruck en Autriche, du 13 au 22 janvier 2012.
Les deuxièmes JOJ d’été ont lieu à Nanjing en Chine, du 16 au 28 août 2014 et les deuxièmes JOJ d’hiver à Lillehammer en Norvège, en février 2016.

20Ces nouveaux Jeux sont réservés aux adolescents et servent à donner une image plus « moderne » au monde olympique. Une autre règle consiste à limiter les dépenses et les constructions : 30 millions d’euros au maximum sont prévus pour les jeux d’été, 20 pour les jeux d’hiver (pour mémoire les JO de Pékin de 2008 ont coûté 26 milliards d’euros, ceux de Sotchi au moins 36 milliards d’euros, record absolu !)30.

L’éducation à l’olympisme : une poudre aux yeux ?

21Dans le cadre de la candidature pour l’organisation des Jeux olympiques d’hiver de 2018, la ville d’Annecy a multiplié les initiatives pour promouvoir l’éducation olympique au sein des écoles et répondre aux exigences du cahier des charges du Mouvement olympique. Par exemple du 15 au 19 novembre 2010, une semaine olympique est organisée avec pour slogan : « Allier le sport, la culture et l’éducation ». La ville propose des animations artistiques, culturelles et sportives dans l’ensemble des écoles et durant les mois d’avril et de mai 2011, plus de 50 champions olympiques, médaillés olympiques et olympiens sont accueillis dans 135 classes (écoles et collèges) réparties sur 35 communes dans les départements de Haute-Savoie, Savoie et Isère. En tout, ce sont environ 3500 élèves qui on été sensibilisés par les équipes éducatives de l’Académie de Grenoble à l’olympisme.

  • 31 Olivier Audéoud, « objet : Éducation et olympisme : d’un pôle à l’autre – projet pédagogique Annecy (...)

22Un livre est édité à cette occasion : « Ce support pédagogique de 164 pages privilégie le continuum éducatif : il est destiné aux écoles, collèges et lycées. Il repose à la fois sur le socle commun de connaissances et de compétences et sur la mise en œuvre de travaux interdisciplinaires. […] ce livre a été conçu en partie par et pour des enseignants à partir d’expériences variées31 ». L’objectif est de sensibiliser le plus nombre d’élèves pour les inciter dans leur vie à pratiquer des activités sportives.

  • 32 L’ouvrage intitulé Éducation et olympisme : d’un pôle à l’autre est édité par le Scérén, distribué (...)
  • 33 ToutEduc, « Annecy 2018 : En quoi le système éducatif est-il concerné ? »,

23Son concepteur, Jean-Marc Villermet, chargé de mission auprès de l’Inspecteur d’académie de Haute-Savoie, explique les motivations majeures qui ont conduit à la réalisation de cet ouvrage32. Il s’agit « d’accompagner les actions proposées dans les trois départements où se sont déjà déroulés les Jeux olympiques d’hiver (Haute-Savoie, Isère, Savoie), pour faciliter les initiatives des établissements, et pour donner quelques repères pédagogiques, nous avons conçu un ouvrage – « Éducation et olympisme, d’un pôle à l’autre » — qui propose des pistes de travail, par contenus disciplinaires (sciences, langues, littérature, EDD, arts et culture…) et inter disciplinaires — sous forme de fiches pratiques en s’appuyant sur le socle commun, en travaillant par objectifs… Cet ouvrage donne aussi des informations qui permettent de mieux connaître l’histoire, le patrimoine, la géographie du territoire, ses champions, actuels et anciens, valides et handicapés. Il est complété par un DVD de ressources, une bibliographie, une filmographie ...33 ».

24Cette stratégie de communication et de lobbying de la ville française et de la région alpine ne résiste pas à l’échec de la candidature d’Annecy en juillet 2011. Tous les projets sont abandonnés. Dans cet exemple, peut-on véritablement parler d’éducation à l’olympisme et pas plutôt d’opération médiatique et politique ? Cette expérience est instructive, car elle montre les limites actuelles de la construction d’une éducation à l’olympisme dans la logique du CIO.

25En effet, actuellement, aucune étude ou statistique officielles ne sont disponibles pour tenter de mesurer les résultats de ces programmes sur la population scolaire. Les seuls éléments qui sont véritablement chiffrés sont les retombées économiques ou les déficits accumulés. Dans le cas d’Annecy 2018, son comité directeur, en préparant la dissolution du groupement d’intérêt public (GIP), au 30 novembre 2011, a dévoilé les comptes de la candidature. Le budget s’élève 26 millions d’euros et termine avec un solde positif de 250.000 euros environ34. Le projet a coûté cher.

26Autre problème révélateur de l’ambiguïté de l’éducation à l’olympisme : depuis la fin des Jeux olympiques d’Albertville en 1992 aucun programme olympique officiel n’a été édité pour prolonger le travail réalisé. Ajoutons-en plus que la mallette Écolympique, Albertville 1992 a été très mal diffusée et très peu utilisée par les quelques enseignants informés.

27Ces exemples français pourraient s’appliquer à de nombreux autres pays. Si nous prenons un cas plus « extrême », quelle éducation olympique est proposée dans les 3000 écoles chinoises chargées de former à la conquête de médailles des milliers de jeunes enfants dans un cadre autoritaire et très dur35 ?

  • 36 Voir les travaux de Jean-Marie Brohm : Pierre de Coubertin, le seigneur des anneaux, Paris, Édition (...)

28Comme certaines entreprises se donnent une image écologique et humaine, l’éducation à l’olympisme ne permet-elle pas à certains pays de se donner une image positive et un paravent universaliste et pacifiste alors que leur politique est à l’opposé du message du baron de Coubertin36 ?

29Les enjeux financiers sont tels et la couverture médiatique si internationale que les JO sont un instrument géopolitique de première importance. La Chine comme la Russie ne s’y sont pas trompées. Les JO de Pékin comme ceux de Sotchi donnent à leur organisateur une excellente vitrine internationale, permettant d’évacuer les questions gênantes comme la question des droits de l’homme ou encore celle de la protection de l’environnement. Le monde olympique est aussi marqué par de nombreuses affaires de corruption ou encore de dopage : nous sommes loin des idéaux portés par la Charte ! Même les JOJ ne sont pas épargnés par ce fléau. En 2010, le jeune lutteur ouzbek Hakkulov est disqualifié pour l’utilisation de furosémide.

30Plus fondamentalement, le CIO exhorte la compétition, le patriotisme, met en lumière la séparation des hommes et des femmes et exalte un individualisme exacerbé. Les JO ressemblent davantage aux jeux du cirque qu’aux JO antiques !

  • 37 Nicolas Guillon, « Un scandale nommé Sotchi », Revue Sport & Vie, n° 139, juillet-août 2013, p. 45- (...)
  • 38 Éric Monnin, De Chamonix à Sotchi. Un siècle d’olympisme, Meolans-Revel, Éditions Désiris (sous pre (...)

31Les Jeux illustrent une certaine dérive du capitalisme libéral et marchand non régulé. Ils ressemblent dans le domaine sportif à ce qui se passe dans de nombreux autres domaines d’activités : compétition, recherche de gains immédiats, notoriété, corruption, etc. Nicolas Guillon n’hésite pas à parler du scandale des JO d’hiver de Sotchi, celui du problème écologique, en précisant qu’il sera le plus désastreux de toute l’histoire olympique37. On estime que les Jeux de Sotchi, dans leur ensemble, coûteront environ 36 milliards d’euros, dont 1,4 milliard consacrés à la sécurité des Jeux38.

32Les émeutes de juin 2013 au Brésil sont symptomatiques de cette situation. Les Jeux sont considérés comme une débauche de luxe et d’argent dans un pays qui compte de plus en plus de pauvres malgré l’embellie économique des années de présidence Lula (2003-2011). Les services publics sont déficients, à bout de souffle alors que les JO d’été de 2016 coûteront plusieurs dizaines de milliards d’euros. La population de Rio de Janeiro est, elle-même, malmenée par le projet olympique : des quartiers sont rasés, des populations déplacées de force ou encore les prix de l’immobilier explosent39. Les Jeux sont une forme de religion des temps modernes avec ses grands gourous, ses héros sacrificiels et des lieux symboliques vantant la grandeur quasi mythique des dieux du stade. Une forme « d’opium du peuple » pour paraphraser Karl Marx.

33Dans ces conditions, il est nécessaire de poser clairement la question suivante : l’éducation à l’olympisme a-t-elle un sens ?

34Le gouffre est immense entre la réalité des JO et les valeurs scolaires de nombreux pays de la planète. Néanmoins, les JO sont suivis par cinq milliards de téléspectateurs, sans compter des millions de personnes qui se rendent dans les stades lors des épreuves qui voient s’affronter environ dix mille athlètes dans plus de trois cents épreuves40. L’impact sur la jeunesse est aussi immense à travers le marketing des marques et la célébration des vainqueurs. Le système éducatif ne peut laisser de côté un tel phénomène malgré toutes les réserves que l’on peut émettre sur la dimension humaniste et l’éthique d’un tel événement. Il est important que les enseignants se saisissent des JO pour construire un projet humaniste, solidaire et coopératif. Dans ce cas, on peut trouver un intérêt à dispenser une éducation olympique dans le cadre scolaire. Dans le cas français, on peut suggérer les pistes suivantes :

  • le développement de l’esprit critique à travers la connaissance des JO et de leur riche histoire (avec toutes ses facettes lumineuses ou plus sombres) : travailler sur les JO permet d’aborder d’une manière originale les inégalités de richesse mondiale et de mettre en lumière les rapports faussés aux compétitions, car tous les pays ne disposent pas des mêmes moyens pour se préparer et pour concourir. Les JO peuvent permettre d’illustrer les problèmes de développement existants sur de nombreux continents ;

    • 41 Patrick Clastres, « Quel olympisme enseigner à l’école ? », En jeu, une autre idée du sport, mars 2 (...)

    la réflexion sur le sens du sport et de la compétition pour construire une « compétition intelligente41 » qui repose sur la solidarité, le partage et le sens de la communauté sans l’obsession de la victoire. Cette dimension est fondamentale : il est possible de mobiliser des athlètes autour d’un but collectif comme la lutte contre certaines épidémies ou encore pour la promotion du développement durable ;

  • La défense des JO comme lieu de promotion de valeurs humanistes dans tous les contextes politiques de la planète : défense des droits des femmes et des enfants, le respect des cultures locales ... ;

  • la réflexion pour militer pour des JO différents qui mettent en scène la réalité corporelle dans toutes ses dimensions (jeunes, handicapés,…) ;

  • la mise en place de projets qui associent des initiatives Nord/Sud et qui met en scène des équipes mixtes non nationales !

35 Il est possible de s’appuyer sur l’histoire des JO comme les expériences des Olympiades Populaires de 1936 à Barcelone. Cette rencontre sportive visait à boycotter les Jeux de Berlin organisée par l’Allemagne nazie et avait aussi comme objectif de donner une autre image des rencontres sportives internationales. Cette « olympiade » portait aussi comme nom « semaine du sport et du folklore ». Cette dernière mention est très instructive, car elle donne une autre ambition aux compétitions : il s’agit de partager, de faire découvrir d’autres cultures et de célébrer une fraternité humaine. Le sport est ici considéré comme un vecteur pour rapprocher les individus et faciliter les échanges pacifiques. C’est aussi la diffusion d’une éthique de santé et de respect du corps qui est ainsi mise en avant. Ce projet, qui a été annulé à cause du coup d’État de Franco, reposait aussi sur une volonté politique de construire un autre type de rapport humain à travers les rencontres sportives.

36 Ce modèle est intéressant, car pourquoi ne pas construire des Jeux différents aujourd’hui qui seraient un véritable projet de culture populaire ? On pourrait imaginer un volet éducatif qui permette aux élèves de tous âges de travailler sur des rencontres intergénérationnelles et mixtes, associant des valides et des non valides, avec une dimension culturelle assumée. Les Jeux pourraient se dérouler dans plusieurs pays et permettre aux installations d’être utilisées après les rencontres dans un cadre de développement local et durable. Une éducation à l’olympisme pourrait être la base du développement d’une culture véritablement mondiale sans gommer les différences culturelles de chaque peuple, mais , au contraire, s’appuierait sur les spécificités de chacun dans une perspective de fraternité mondiale.

37 L’éducation à l’olympisme pourrait être relayée par les institutions en charge de l’enseignement de chaque pays, mais aussi par l’Organisation des Nations Unies (ONU) et devenir un autre trait d’union entre les différents États mondiaux.

38 Pourquoi ne pas imaginer ensuite le CIO intégrer cette autre vision des Jeux, une fois les enfants devenus des adultes responsables et actifs, eux-mêmes peut-être en charge de l’organisation des rencontres en 2040 ou 2050 ?

39 Les programmes scolaires français en lien avec cette question sont ainsi peut-être un outil que les enseignants doivent oser amender et s’approprier sans crainte de récupération mercantile et politique de la part de certaines instances olympiques. Il faut oser l’éducation à l’olympisme, à un autre olympisme.

Conclusion

  • 42 Comité international olympique, Procédure de candidature et questionnaire pour 2016, Lausanne, CIO, (...)

40Le concept d’éducation olympique, apparu dans les années 1970, peut répondre à la préoccupation du CIO de se donner une image positive en mobilisant la jeunesse derrière la flamme éternelle. De multiples initiatives ou programmes ont été élaborés dans le monde (Chine, Grèce, Australie, France, …). En France comme dans de nombreux pays, de multiples outils destinés aux établissements scolaires sont élaborés par les villes candidates pour promouvoir leur candidature. Cette stratégie destinée à toucher les élèves et les adolescents, encouragée par le CIO, fait partie intégrante du questionnaire que chaque ville doit remplir en présentant son projet concernant les programmes d’éducation afin de promouvoir le sport et les valeurs olympiques, notamment dans les établissements scolaires42. Il est nécessaire de dépasser cette première approche afin de s’appuyer sur les « non-dits » du CIO et de ses déclinaisons nationales. Un second volet plus critique doit aussi pouvoir être proposé aux élèves et enrichir d’une autre dimension plus citoyenne le volet sportif et officiel. On pourrait aussi s’attarder sur l’étude de la géopolitique qu’offrent les Jeux et liée cela aux programmes d’histoire ou encore de géographie existants. Ainsi une perspective pluridisciplinaire pourrait donner du relief à des événements souvent présentés seulement comme des flashs médiatiques spectaculaires.

41Les JO marqués par de nombreuses polémiques sont obligés d’évoluer, car la course à la performance ne pourra qu’entraîner une débauche de moyens génétiques et chimiques pour repousser toujours plus loin les limites humaines. La débauche de moyens pour faire évoluer de quelques millièmes de seconde les records relève presque de l’absurde. C’est dans ce contexte que l’éducation à l’olympisme peut prendre tout son sens en offrant un cadre politique et culturel renouvelé aux compétitions internationales reposant sur une définition collective et pacifiste des JO avec comme but premier le respect de l’Autre et le développement de l’esprit critique. Plutôt que de partir des JO, les éducateurs pourraient partir d’une éducation aux Jeux qui influencerait à terme la définition même de ce que doit être l’olympisme. Un éclairage comparatif entre la Charte et la réalité des Jeux serait aussi bienvenu.

42C’est dans ce contexte que la jeunesse pourra tirer profit d’un réel enseignement olympique et que l’éducation à l’olympisme pourra prendre sa place au sein des « différents enseignements à » préconisés par l’Éducation nationale.

Haut de page

Notes

1 Éric Monnin, De Chamonix à Sotchi. Un siècle d’olympisme, Gap, Éditions Désiris, 2013.

2 Éric Monnin, L’Olympisme à l’école ?, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté et Pôle éditorial multimédia de l’Université de Technologie de Belfort Montbéliard, préfacé par le Président du CIO, 2008.

3 Norbert Müller et Otto Schantz, Pierre de Coubertin. Textes choisis, Tome III : Pratique sportive, Zurich, Weidmann, 1986, p. 446.

4 Comité international olympique, Charte olympique, Lausanne, Comité international olympique, état en vigueur au 09 septembre 2013.

5 Comité international olympique et Deanna L. Binder, Enseigner les valeurs : un manuel d’éducation olympique, Lausanne, Comité international olympique, 2007, p. 7.

6 Ibid.

7 Éric Monnin, « The Olympic Movement’s strategy for the integration of the concept of Olympic education into the education system : the French example », Educational review, Routledge Taylor & Francis, vol. 64, n° 3, 2012, pp. 333-351.

8 Exemples d’études et d’ouvrages rédigés sur les valeurs et l’éducation olympique :

Mickaël Attali et Jean Saint-Martin, (sous la dir.), Les valeurs de l’Olympisme : un modèle éducatif en débat, Paris, L’Harmattan, 2009, 277 pages ; Yves-Pierre Boulongne, Pierre de Coubertin, humanisme et pédagogie : dix leçons sur l’olympisme, Lausanne, Comité international olympique, 1999, 286 pages ; Comité international olympique et Deanna L. Binder, Enseigner les valeurs : un manuel d’éducation olympique, Lausanne, Comité international olympique, 2007, 134 pages ; Éric Monnin Jean-François Loudcher, et Gilles Ferréol, Éducation et olympisme en Europe, Pôle éditorial multimédia de l’Université de Technologie de Belfort-Montbéliard, 2012, 224 pages ; Bertrand During (rassemblés et présentés), Valeurs de l’olympisme : extraits du congrès scientifique olympique de Séoul, [Université de Dankook], [9-15 septembre 1988], Paris, INSEP publications, 1989, 143 pages ; Éric Monnin, L’olympisme à l’école ?, Presses universitaires de Franche-Comté et Pôle éditorial multimédia de l’Université de Technologie de Belfort-Montbéliard, 2008, 251 pages ; Roland Naul, Olympic education, Aachen : Meyer und Meyer, 2008, 189 pages.

9 Éduscol, « Partenariats avec le mouvement sportif », http://eduscol.education.fr/cid58447/partenariats-avec-le-mouvement-sportif.html [ligne], consultée le 26 mai 2013.

10 Ministère Éduction nationale et CNOSF, « EPS, sport et olympisme », http://cache.media.eduscol.education.fr/file/sport/11/6/130130_document_EPS_sport_olympisme_240116.pdf [ligne], consultée le 26 mai 2013, p. 3.

11 Konstantinos Georgiadis, « Définition de l’éducation olympique », in Le sport et un monde en harmonie : le rôle de la culture et de l’éducation olympique, 5e Forum mondial sur le sport, l’éducation et la culture, 22-24 octobre 2006 Pékin, Comité international olympique, Lausanne, 2007, p. 217.

12 Claude Pineau, Introduction à une didactique de l’EP, Dossier EPS n° 8, Revue EP.S, 1991.

13 André Rauch, Le souci du corps, PUF, 1983.

14 Georges Vigarello, Le sain et le malsain, Seuil, 1993.

15 Loi d’orientation du 23 avril 2005 d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école.

16 Konstantinos Georgiadis, « La mise en œuvre des programmes d’éducation olympique à l’échelle mondiale », Communication orale, in Académie Internationale Olympique, Quarante-huitième session, 11 - 25 juin 2008, Athènes, Comité international olympique et Académie internationale olympique.

17 Ibid.

18 Ministère Éducation nationale, de la jeunesse et des sports, Écolympique, Albertville 1992, Éditions Nathan, 1991.

19 Lionel Jospin, « Préface », in dossiers, documents et activités destinés aux élèves de CE2 – CM et à leurs maîtres, Écolympique, Albertville 1992, Éditions Nathan, 1991.

20 Lionel Jospin, « Jeux Olympiques de 1988 », in Revue EPS, 1988, p. 18-19.

21 Il s’agit d’une véritable banque de données et de réflexion sur l’événement des Jeux olympiques et la Savoie.

22 Celles-ci proposent des activités à choisir en fonction du projet de la classe.

23 Le service Relations avec les universités du Centre d’études olympiques du Comité international olympique a sélectionné, pour 2013, treize cours postgrades proposant des sujets liés à l’olympisme, dont voici la liste :

- 20e séminaire international en études olympiques pour étudiants post-gradués ;

- Programme Master en « Études olympiques, éducation olympique, organisation et gestion de manifestations olympiques » ;

- Master in Olympic Studies ;

- Executive Masters in Sport Organisations Management (MEMOS - édition anglaise) ;

- Master Ejecutivo en Gestión de la Organizaciones Deportivas (MEMOS - édition espagnole) ;

- Master exécutif en management des organisations sportives (MEMOS - édition française) ;

- RIOU Master of Sport Administration ;

- Certificat interuniversitaire en management des organisations sportives ;

- Master of Advanced Studies in Sport Administration and Technology (MSA) ;

- International Master in Management, Law and Humanities of Sport (FIFA Master) ;

- Executive Master in European Sport Governance (MESGO) ;

- Master’s degree in sport for social coexistence and conflict resolution ;

- Master Program in Sports Management and Olympic Studies (East Asia Programs).

24 Comité international olympique, « À propos de PEVO », http://www.olympic.org/fr/programme-valeurs-et-education-olympique [ligne], consultée le 26 mai 2013.

25 Académie nationale olympique française « Présentation du camp olympique de la jeunesse », in Olympisme, numéro spécial camp de la jeunesse, Paris, novembre 2006, p. 2.

26 CNOSF, « Le camp olympique de la jeunesse 2006 à Villecresne », http://franceolympique.com/art/209-le_camp_olympique_de_la_jeunesse_2006_a_villecresne.html [ligne], consultée le 26 mai 2013.

27 Éric Monnin, « Genèse et attribution des premiers Jeux olympiques de la jeunesse », Revue européenne de management du sport, n° 22, juillet 2008, pp. 87-101.

28 Comité international olympique, « Jeux olympiques de la jeunesse », http://www.olympic.org/jeux-olympiques-de-la-jeunesse [ligne], consultée le 26 mai 2013, extrait de la page de présentation.

29 Ibid.

30 Le Matin, « Sotchi-2014 - Les JO les plus chers de l’histoire (encadré) », http://www.lematin.ch/sports/depeches/sotchi2014--jo-chers-histoire-encadre/story/13397562 [ligne], consultée le 26 mai 2013.

31 Olivier Audéoud, « objet : Éducation et olympisme : d’un pôle à l’autre – projet pédagogique Annecy 2018 », http://www.ac-grenoble.fr/ien.bourgoin1/IMG/pdf_img-114153626-0001.pdf, [ligne], consultée le 26 mai 2013.

32 L’ouvrage intitulé Éducation et olympisme : d’un pôle à l’autre est édité par le Scérén, distribué à 2000 exemplaires en Savoie et Haute-Savoie et en ligne sur plusieurs sites, avec une version intégrale téléchargeable.

33 ToutEduc, « Annecy 2018 : En quoi le système éducatif est-il concerné ? »,

http://www.touteduc.fr/fr/archives/id-3224-annecy-2018-en-quoi-le-systeme-educatif-est-il-concerne-, [ligne], consultée le 26 mai 2013.

34 Sport.fr, « La Corée espère de fortes retombées économiques », http://www.sport.fr/sports-d-hiver/jo-2018-la-coree-espere-de-fortes-retombees-economiques-226142.asp [ligne], consultée le 26 mai 2013.

35 France TV info, « Comment la Chine est devenue l’ogre des JO », http://www.francetvinfo.fr/comment-la-chine-est-devenue-l-ogre-des-jo_125385.html [ligne], consultée le 26 mai 2013.

36 Voir les travaux de Jean-Marie Brohm : Pierre de Coubertin, le seigneur des anneaux, Paris, Éditions Homnisphères, 2008 ; la Machinerie sportive. Essais d’analyse institutionnelle, Paris, Anthropos/Économica, 2002.

37 Nicolas Guillon, « Un scandale nommé Sotchi », Revue Sport & Vie, n° 139, juillet-août 2013, p. 45- 48.

38 Éric Monnin, De Chamonix à Sotchi. Un siècle d’olympisme, Meolans-Revel, Éditions Désiris (sous presse).

39 France 24, « La face cache des JO de Rio 2016 », http://www.france24.com/fr/20120813-jeux-olympique-rio-janeiro-developpement-urbain-accueil-infrastructure-sport-favelas-expulsions [ligne], consultée le 20 juin 2013.

40 France 24, « Les JO de Londres en chiffres », http://www.france24.com/fr/20120727-jo-londres-2012-en-chiffres-jeux-olympiques-village [ligne], consultée le 20 juin 2013.

41 Patrick Clastres, « Quel olympisme enseigner à l’école ? », En jeu, une autre idée du sport, mars 2010, numéro 434, p. 10.

42 Comité international olympique, Procédure de candidature et questionnaire pour 2016, Lausanne, CIO, 2008, p. 82.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Maillard et Éric Monnin, « Une éducation à l’olympisme est-elle possible ? », Éducation et socialisation [En ligne], 36 | 2014, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 23 avril 2017. URL : http://edso.revues.org/940 ; DOI : 10.4000/edso.940

Haut de page

Auteurs

Christophe Maillard

Formateur et chargé de mission, Laboratoire des Sciences Historiques (EA 2273), Université de Franche-Comté, IUFM

Éric Monnin

Maître de conférences, Laboratoire Culture, Sport, Santé, Société (EA 4660), Université de Franche-Comté, UPFR Sports

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org