Navigation – Plan du site
Dossier : activité, expérience, soin et éducation
Première partie : agir sur soi

Le travail sur soi et à propos de soi à l’occasion d’un récit d'expérience : convocation de différents espaces d’activités

Martine Dutoit

Résumés

Cet article rend compte d’une démarche de type ethnographique pour comprendre les processus conduisant à l’écriture d’un livre relatant une expérience vécue de confrontation, pendant presque vingt ans, à l’institution psychiatrique. Sont explorés comment le vécu de l’expérience initiale est remis au travail et comment la mise en récit fonctionne comme un exercice de construction de sens pour soi dans une présentation de soi à autrui. Le concept d’espace d’activité est convoqué pour analyser ce travail d’enquête conduisant à l’écriture. Parce qu’ils sont imbriqués ces différents espaces d’activité sont perçus comme le flux de la vie elle-même, toujours en tension, tantôt concernant les processus de transformations de l’activité en cours, tantôt concernant les processus de transformations des sujets dans le cours de l’activité.

Haut de page

Texte intégral

Accompagner et rendre compte d’une expérience d’écriture sur soi en santé mentale

1J’ai été le témoin proche de l’écriture d’un livre racontant une expérience vécue de confrontation, pendant presque vingt ans, à l’institution psychiatrique, significativement intitulé par son auteure Christelle Rosar « J’ai survécu à la psychiatrie » (Max Milo, 2012). Ce récit autobiographique est celui d’une personne prise en charge en soin psychiatrique. Durant l’année de sa rédaction du livre et ensuite durant l’année de sa diffusion, où son auteure a été appelée à témoigner dans divers médias, j’ai pu faire différentes observations notées dans un carnet de bord et recueillir différents commentaires, interviews, entretiens qui m’ont servi de matériaux de recherche dans une démarche de type ethnographique.

2Le constat le plus important que j’ai fait est que ce travail d’écriture a donné lieu au développement de différents types d’activités menées à la fois parallèlement, conjointement et en tension dont je vais m’efforcer de rendre compte. J’explore notamment comment le vécu de l’expérience initiale est remis au travail et comment sa mise en récit fonctionne comme un exercice de construction de sens pour soi dans une présentation de soi à autrui.

3Loin d’être une maladie ordinaire que l’on aurait, la maladie mentale est socialement décrite et traitée comme une maladie de l’être, affectant la personnalité. Porter témoignage, notamment dans un livre, sur son expérience de malade psychique revient alors à se mettre soi-même en scène et ne peut se faire sans une interrogation sur son identité personnelle et sociale (Dutoit, 2013).

4Lorsque le récit évoque des événements qui ont donné lieu à une constante interrogation sur ce que l’on est et lorsque ce que l’on est a fait l’objet d’une évaluation de la part d’autrui, notamment dans la confrontation à des soignants en psychiatrie, il y a une sorte de mise en abîme des différentes représentations de soi pour soi et des images données à autrui, passées et présentes.

L’expérience mise en récit

Recevoir une proposition d’écriture

5Lors de la mise en place de la loi du 5 juillet 2011 révisant les modalités d’organisation des soins sous contrainte en psychiatrie, Christelle qui travaille en contrat aidé dans une association d’usager-e-s en santé mentale est interviewée par une journaliste du quotidien Le Monde. Pour la première fois, elle se retrouve sur le devant de la scène et mesure l’impact de son témoignage dans les nombreux coups de téléphone qui lui parviennent. L’un d’entre eux est particulièrement déstabilisant puisqu’il s’agit d’un éditeur qui lui propose de faire un livre de son histoire. Christelle ne s’en dit pas capable, tout en manifestant une certaine ambivalence. Rassurée sur la possibilité d’avoir une aide à sa réalisation, elle accepte.

Retrouver son passé

6Assez vite, elle se rend compte de la difficulté d’écrire directement. On lui suggère d’utiliser un magnétophone, mais elle va choisir une autre façon de se souvenir.

7Elle retourne sur les lieux de son enfance, les deux anciennes adresses où elle a vécu enfant. Elle retrouve et aborde d’anciens voisins avec qui elle évoque sa famille, confrontant ce qu’elle a vécu et les images que ces derniers en ont gardées. Elle se souvient d’événements douloureux, la maltraitance d’une mère, que ces voisins ne voient que comme une femme exemplaire, « une mère courage ».

8Elle retourne dans les rues de son ancien quartier, l’école, le tabac, la boulangerie etc. Peu à peu, elle retrouve ses souvenirs, les anecdotes et les émotions refont surface trouvant peu à peu leur place dans le texte qui s’écrit.

9Pourtant un lieu lui reste comme interdit. Plusieurs fois, elle fait le chemin jusqu’au foyer de l’enfance où s’est déroulé l’incident qui, lorsqu’elle a 16 ans, l’amène pour la première fois à l’hôpital psychiatrique, puis renonce. Elle n’arrive pas à faire le pas. Elle écrira cet épisode comme elle se le rappelle avec, dit-elle, « l’impression d’une scène de cinéma » dont elle se voit actrice. C’est effectivement écrit de façon très vivante comme le serait une séquence filmée.

10C’est par hasard, alors que le livre est publié, qu’elle se rendra à une réunion et découvrira qu’elle a lieu dans ce foyer, maintenant désaffecté et transformé en lieu associatif. « Je n’ai pas fait le lien » dit-elle, entre l’adresse et le lieu, pourtant elle a déjà essayé d’y aller sans succès et aurait dû être interpellée. Cette fois, elle y est. Elle entre et, alors qu’elle le reconnait, vérifie auprès du gardien que c’est bien l’ancien foyer de l’enfance.

11L’angoisse monte, elle a du mal à respirer, son corps se dérobe, elle ne peut que s’éloigner en toute hâte, s’échapper ! Elle raconte la violence des images, des émotions, « une sensation physique de mal être, quelque chose d’incontrôlable », qui s’est emparée d’elle à ce moment-là, « je n’pouvais plus respirer », « j’étais en danger ».

Se reconnaitre

12Une autre facette de son enquête concerne directement son parcours de soin à l’hôpital psychiatrique. Pour mener à bien son travail d’autobiographie, elle va demander l’accès à son dossier médical. Elle va se plonger dans ce document d’environ une centaine de pages. Là elle retrouve d’abord la chronologie de ce parcours en psychiatrie qui lui permet de faire le lien entre la prise en charge et sa vie. Ce qui la frappe c’est d’abord les distorsions entre le temps objectif et ce dont elle se souvient. Archéologue des traces de sa propre vie, elle mesure le travail de la mémoire : ce qu’elle a oublié, ce qui a été déformé, amplifié ou minimisé. Elle y trouve les différents diagnostics, les traitements et les descriptions de ses comportements : « j’ai découvert que leur version de l’histoire et la mienne n’était pas toujours la même » (Rosar, 2012, p 139.

13Elle en retrouve les personnages (les psychiatres et les infirmières). Elle découvre aussi la façon qu’ils avaient de la voir à travers les mots employés par les soignants, mais aussi les commentaires de sa famille, de son petit ami de l’époque. Des comportements que les uns et les autres lui attribuent et qui influencent les soins reçus.

14Elle y reconnait son mutisme, ses silences et ses colères et leurs interprétations, « est-ce moi qui ai refusé d’écouter, enfermée en moi-même, ou les autres qui non pas voulu voir ? » (Rosar, 2012, p 11).

Se faire reconnaitre

15Une autre épreuve l’attend lorsque son frère jumeau et sa sœur aînée vont menacer de rompre tout contact avec elle si ce livre est publié, considérant qu’il salirait leur famille et que, de toute façon, « c’n’est que des mensonges ». La pression est telle que Christelle est tiraillée entre sa volonté de dire, de se libérer de ce passé, et cette famille dans laquelle elle espère toujours retrouver une place, place que le passage par l’institution psychiatrique a déjà compromise car, pour eux, elle est devenue « la folle ».

16Tandis que les médias font bon accueil à son témoignage, qu’elle gagne en assurance pour s’exprimer, qu’elle reçoit des encouragements de la part de ses pair-e-s, elle ne peut convaincre ses proches. Elle vivra cette rupture de façon douloureuse, avec le sentiment d’être seule au monde désormais.

L’activité d’écriture : une mobilité entre différents espaces

17Comme le poète en avait l’intuition si « Vivre c’est passer d’un espace à un autre en essayant de ne pas se cogner » (Perec, 2000), le travail d’enquête conduisant à l’écriture que j’ai relaté peut s’analyser avec le concept d’espace d’activité. Les espaces d’activité peuvent être définis par le type de transformations précis qu’ils opèrent au sein de l’activité d’un même sujet (Barbier, 2011) ; ils sont un outil d’intelligibilité pour la recherche sur l’activité.

18Dans l’expérience de Christelle, peuvent s’identifier ainsi,

  • L’espace du revécu que l’on peut définir comme une réactivation d’une expérience passée ; c’est une expérience différente de l’activité initiale. La réactivation d’émotions qui n’ont rien perdu de leur intensité, par exemple, est déjà une transformation d’activité.

  • L’activité d’écriture suppose une nouvelle construction de sens par le sujet, pour lui-même et sur lui-même (représentations de soi pour soi) ; elle s’effectue à partir de la réactivation de l’activité initiale : on peut y accéder par la face « expression » de l’activité d’écriture.

  • L’autre face de l’activité d’écriture est la communication. Cette activité de communication de l’écriture met en jeu différents acteurs et partant s’y jouent des rapports d’influences mutuelles (notamment entre représentations de soi pour soi, les images données à autrui et les différentes images qu’autrui a de soi). Le partage des émotions par l’écriture est recherché comme un opérateur d’influence.

19Parce qu’ils sont imbriqués, ces différents espaces d’activité sont perçus comme le flux de la vie elle-même, toujours en tension, tantôt concernant les processus de transformations de l’activité en cours, tantôt concernant les processus de transformations des sujets dans le cours de l’activité. Examinons à présent ces différents espaces dans cette perspective d’imbrications mutuelles.

L’espace du revécu

20Lorsqu’elle retourne sur les lieux de son enfance, Christelle éprouve une sensation de familiarité comme si elle était à nouveau cette petite fille, puis cette adolescente. Elle décrit des ressentis physiques : quand j’y suis retournée « j’avais dans la bouche le goût des bonbons que j’achetais à la boulangerie avec l’argent que je gardais quand ma mère m’envoyait au tabac pour valider ses tickets de PMU », les seules douceurs volées au quotidien maltraitant. Ces revécus sensoriels et physiques nous rappellent le célèbre récit de’ la madeleine’ chez Proust (Du côté de chez Swann, p. 140-145) : Arrivera-t-il jusqu'à la surface de ma claire conscience, ce souvenir, l'instant ancien que l'attraction d'un instant identique est venue de si loin solliciter, émouvoir, soulever tout au fond de moi ? (…) Et tout d'un coup le souvenir m'est apparu ».

21C’est la colère qui monte en elle lorsqu’elle entend les voisins louer sa mère. Pourtant, bien que physiquement et psychologiquement, elle ressente les effets de cette colère (ventre douloureux, crispations des muscles), face à eux, elle se contient, car elle n’est plus l’enfant qu’elle a été. Il y a bien réactivation du passé, des émotions ressenties, mais il se réactive dans un présent où elle n’est plus la même personne. L’expérience initiale est reconfigurée dans le moment présent.

22L’actualisation d’un vécu antérieur ayant donné lieu à l’expérience initiale donne lieu à une nouvelle expérience. Ce qui fait le passage entre vécu initial et revécu est l’émotion ou les émotions qui accompagnent ce vécu du vécu, c’est-à-dire une nouvelle expérience. C’est l’expérience de l’expérience initiale.

23Pourtant un lieu résiste à cette expérience du revécu, le foyer de l’enfance. C’est par effraction que ce passé resurgit, à son corps défendant. Dans un premier temps, ses essais pour y retourner sont des échecs, comme si revivre cette épreuve d’hier et les émotions qui y sont liées étaient insupportables, dangereuses pour la personne qu’elle est aujourd’hui. Dans l’écriture, cet épisode, qu’elle n’a pas pu revivre au présent, est narré dans une position dissociée (Salmona, 2013), caractérisée par le fait que la personne se voit comme si elle surplombait la scène. Ainsi la personne se voit elle-même dans la scène comme un personnage, ce qui permet un investissement émotionnel limité, voire contrôlé : « je me suis enfuie, je suis montée sur le toit du foyer, j’ai laissé le grondement intérieur se calmer. Je me suis dit qu’il fallait que je parte. » (2012, p 12), Chapitre intitulé « sur un toit brûle ma vie »

24C’est après la narration de l’événement, reliant ce lieu à sa première hospitalisation sous contrainte en psychiatrie, dans l’espace d’activité de l’écriture que le revécu pourra alors se produire de manière fortuite et s’intégrer à sa vie présente comme un nouvel élément.

L’espace de la reconstruction de sens par soi, pour soi et sur soi

25Chercher à comprendre ce qui nous est arrivé lorsqu’une partie de ce qu’on a vécu fait l’objet d’interprétations divergentes, comme dans le souvenir de Christelle et celles des soignants, relatées dans son dossier médical, fait référence au processus de reconstruction de sens décrit par Dewey qu’il nomme l’enquête (Dewey, 1993, 166-185). La personne entre dans un processus d’interrogation sur elle-même et sur les événements.

26Dans la consultation de son dossier médical, Christelle découvre la manière dont parlent d’elle les professionnel-le-s et ses proches (sa mère, son petit ami). Cette ‘mise en mots’ de soi par les professionnel-le-s n’est pas une totale découverte. Ce sont des interprétations données de ses comportements et des déductions sur ce qu’elle est : plusieurs diagnostics sont proposés, celui qui s’impose reste mystérieux et ne lui est jamais explicité. C’est plutôt la construction d’ensemble qui fait apparaitre une image d’elle dans laquelle elle ne se reconnait pas. Elle dénoue les liens entre les événements de sa vie et les interprétations faites par les professionnel-le-s : « un jour où je lui avais raconté un souvenir pénible et violent, elle (la psychiatre) m’avait simplement dit : « il faut oublier » » (Rosar, 2012, p 141).

27Par contre, la manière dont ses proches, notamment son petit ami, parlent d’elle est une découverte douloureuse. Dans son récit, elle réglera ses comptes à propos de cet ami dans un chapitre intitulé « la trahison ». C’est donc dans l’espace de l’activité d’écriture qu’elle reconstruit les interactions, les dialogues. Le sens se construit pour elle-même dans le rapport entre ses deux figures du « Je » qui se mêlent dans l’activité d’écriture :

  • Celle du « Moi » qui relève d’une interrogation sur ce qu’elle est, l’image qu’elle se fait d’elle-même, qu’elle se reconnait et qu’elle s’efforce de reconstruire : « j’étais révoltée et je le montrais en grandissant par mes propres moyens (…) je voulais leur prouver que j’étais comme n’importe qui d’autres » (Rosar, 2012, p 8).

  • Celle du « Je » qu’elle veut donner à voir d’elle-même : « si mon histoire personnelle avait été prise en compte, aurais-je passé vingt ans de ma vie soumise à la psychiatrie ? » (Rosar, 2012, p 8). Le « Je » est à la fois celui de la personne actuelle qui raconte la personne qu’elle était et celui qui donne à voir la personne qu’elle est.

28Dans le « Je » de l’écriture, on peut penser agissante une préoccupation particulière de présentation de soi, voire d’un projet plus ou moins conscient d’accès à une connaissance de soi (Mead, 1963).

L’espace de la communication

29Dans l’activité d’écriture, l’on est à la fois dans un espace d’expression et dans un espace de communication. L’expression de soi qui relève d’une activité psychique est intimement liée à une activité de communication qui elle, est une interpellation, une relation à d’autres que soi, dans un espace socialisé.

30L'adressage de l’expression dans la communication est dirigé vers soi-même et, tout autant, se fait devant autrui, puisqu’il y a des lecteurs potentiels. La visée du narrateur est, à la fois, une transformation du sens donné à son expérience de vie et une influence sur la manière dont les lecteurs vont accueillir et comprendre cette expérience. Le partage des émotions est recherché comme opérateur d’influence.

31Nous communiquons pour créer des relations et agir sur autrui. Cette communication est toujours une prise de risque dans la demande faite à autrui de reconnaitre son identité, même si un contrôle peut s’exercer sur les éléments donnés à voir à autrui dans l’écriture. C’est une demande de reconnaissance de ce que l’on est, de jugement positif porté sur soi (Lipiansky, 1993).

32De plus, certains lecteurs sortent de l’anonymat, puisqu’ils sont évoqués dans le récit, impliqués dans les événements narrés. La confrontation avec ces lecteurs connus ouvre un autre espace de communication où il faut convaincre, expliquer, négocier l’expression de soi. Les places acquises par chacun dans des relations antérieures sont questionnées par le « je » du narrateur qui réinterprète les événements du passé, réinterrogeant le statut quo des interprétations de chacun. La demande de reconnaissance de soi est alors demande d’intégration ou de réintégration à un groupe d’appartenance, ici la famille.

Écrire sur son expérience : une expérience plurielle

33Avec la notion d’identité narrative, Ricœur (1990) conçoit la personne comme un personnage intriqué dans ses propres expériences vécues et luttant narrativement contre l’éparpillement de soi. La narration de la vie en lien avec les expériences vécues est donc ouvertement plurielle, toujours susceptible d’une reprise et d’une reconfiguration. Ainsi, écrire sa vie est une forme particulière de mise en récit de son identité et écrire sur son expérience est alors une expérience à part entière. L’acte d’écrire active deux moments expérientiels, l’un situé dans le passé tel qu’il a été vécu et élaboré et l’autre intégré au présent où les événements d’une première expérience sont revécus, ressentis, perçus et écrits au présent. Les mobiles plus ou moins clairement identifiés par le narrateur sont de reconstruire sa vie, de comprendre qui il est, de construire une image de soi pour se connaitre et une image valorisée de soi à autrui pour se faire reconnaitre.

34Trois dimensions énonciatives sont présentes dans l’expérience de l’écriture pour rendre compte d’une expérience : le récit des faits passés, l’expression de soi, l’adresse à autrui qui correspondent à l’activation, à la superposition, à l’imbrication des différents espaces d’activité que j’ai cherché à caractériser.

35Tous ces éléments vont contribuer à faire le livre, mais, tout autant, vont transformer celui ou celle qui mène un travail sur le sens de son expérience passé pour l’écrire (Semprun, 1994).

36Dans le cas de Christelle, cette écriture autobiographique participera à construire pour son auteure une nouvelle confiance en soi lui permettant l’obtention de son tout premier diplôme.

Haut de page

Bibliographie

Barbier, J-M. (2011) Vocabulaire d’analyse des activités, Paris : PUF.

Delory-Momberger, C. (2005), Histoire de vie et recherche biographique en éducation, Paris, Anthropos.

Dewey, J. (1993) La Logique ou la théorie de l'enquête, trad. G. Deledalle, PUF : Paris.

Dutoit, M (2013) Faire expérience de l'étiquetage. In Barbier J-M & Thievenaz J, Le travail de l'expérience, Paris : L'Harmattan

Lipiansky, E.G (1993) L'identité dans la communication. Communication et langage, Volume 97 Numéro 1, pp. 31-37

Mead, G. H. (1963) L’esprit, le soi et la société. Paris : Presses Universitaires de France.

Perec, G (2000) Espèces d’espaces, Paris : Galilée

Pineau, G. & Le Grand, J.L. (1993) Les Histoires de vie. Paris : PUF.

Proust M, (1987) Du côté de chez Swann, Paris : Flammarion

Ricœur, P (1990) Soi-même comme un autre Paris : le Seuil

Rosar, C (2012) J’ai survécu à la psychiatrie, Paris : Max Milos

Salmona, M (2013) Les troubles de la personnalité en criminologie et en victimologie, Paris : Dunod

Semprun, J (1994) L’écriture ou la vie, Paris : Gallimard NRF

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Dutoit, « Le travail sur soi et à propos de soi à l’occasion d’un récit d'expérience : convocation de différents espaces d’activités  », Éducation et socialisation [En ligne], 44 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://edso.revues.org/2084 ; DOI : 10.4000/edso.2084

Haut de page

Auteur

Martine Dutoit

MCF, Université Évry Val d’Essonne - Équipe ETE (enseigner, transmettre, encadrer) ; CNAM - Centre de Recherche sur la Formation (CRF)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org